Navigation – Plan du site

Peter Singer, La libération animale

Guillaume Lequien
La libération animale
Peter Singer, La libération animale, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2012, 477 p., trad. fr. Louise Rousselle, préf. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, ISBN : 978-2-228-90814-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera une présentation claire et informée du traitement de cette question, y compris par d’au (...)
  • 2 Cette réédition de 2012 propose une version actualisée du texte, complétée par les trois préfaces s (...)

1Pionnier dans la réflexion éthique sur la question animale1, Peter Singer offre dans ce livre fondateur paru en 1975 une somme qui combine à la fois l’élaboration d’une thèse philosophique originale et un appui sur des réalités socio-historiques toujours actuelles2, sans oublier une réflexion pratique sur l’engagement en faveur de la condition animale.

  • 3 Thomas Taylor fait paraître à cette date une satire intitulée Une revendication des droits des bête (...)
  • 4 Singer rappelle que Bentham avait anticipé cette extension dans une note fameuse de son Introductio (...)
  • 5 Qu'il définit ainsi : « Le spécisme est un préjugé ou une attitude de parti pris en faveur des inté (...)

2Dans le premier chapitre, Singer dresse un parallèle entre l’égalité des animaux et l’égalité des femmes, questions considérées comme également absurdes dès 17923. Certes, il existe des différences entre les êtres qui empêcheraient la reconnaissance de droits parfaitement identiques, mais ces différences de fait ne peuvent servir à justifier la prescription d’un sexisme, d’un racisme : Singer emprunte ainsi aux utilitaristes Bentham et Sidgwick le principe d’égale considération des intérêts qu’il étend à tous les êtres, humains ou non4. Ce parallélisme l’amène à poser sur le modèle du sexisme et du racisme la notion de « spécisme »5. Singer précise bien qu’il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’à parler de « droits » des animaux, mais plutôt d’« intérêts » dont la seule condition nécessaire et suffisante est la sensibilité, entendue comme « capacité à souffrir et/ou à ressentir du plaisir ».

3A la critique d’origine cartésienne, consistant à nier chez l’animal la sensibilité et donc les intérêts, Singer réplique que le même problème se pose pour la douleur des autres hommes qui n’est accessible que par le sujet qui l’éprouve et jamais de l’extérieur, alors que nous avons de bonnes raisons de déduire, à partir des réactions externes manifestant la douleur et de la ressemblance de leur système nerveux avec le nôtre, qu’ils ressentent une souffrance similaire. Or les animaux non humains remplissent ces deux conditions ; et leur aptitude à la souffrance commence à être reconnue par les travaux scientifiques et par les législations pénalisant les actes de cruauté envers les animaux.

  • 6 C’est ce type de comparaison qui a valu à l’auteur des attaques répétées et agressives, notamment e (...)

4Singer établit enfin que « le rejet du spécisme n’implique pas que toutes les vies soient d’égale valeur » (p. 94) en faisant une nouvelle comparaison, politiquement incorrecte6, afin de critiquer le principe de sacralisation de la vie humaine par opposition à la vie animale : il compare l’intérêt d’un enfant né cérébralement déficient avec celui d’un chimpanzé qui pourra développer plus de capacités dont la conscience de soi, et il demande, d’une part de rétablir un minimum de cohérence dans les jugements moraux de ceux qui dévaloriseront la vie développée de l’animal en sacralisant celle de l’enfant déficient, d’autre part de ne pas chercher à tout prix à « faire coïncider de façon exacte la limite du droit à la vie avec la frontière de notre propre espèce » (p. 91).

  • 7 La lecture des chapitres II et III est une véritable épreuve pour le lecteur qui préférera peut-êtr (...)

5Pour étayer sa thèse sur des faits massifs, Singer consacre d’abord le deuxième chapitre à énumérer7 des séries d’expériences pratiquées sur des chimpanzés, des souris, des rats ou des chiens, dans le but d’étudier leurs réactions physiques et psychologiques dans certaines conditions : exposition à des radiations et armes chimiques, chocs électriques, isolement dès la naissance induisant une psychopathologie sévère, tests de toxicité de médicaments et de cosmétiques, tests d’irritation oculaire ou d’inhalation. On estime entre 10 et 100 millions le nombre d’animaux domestiques utilisés chaque année aux États-Unis à des fins d’expérimentation. Ces expérimentations passent sous silence la souffrance animale, tout en faisant reposer leur propre pertinence sur la proximité entre ces animaux et l’homme. Souvent les résultats sont déclarés « futiles, évidents ou ininterprétables » mais requièrent toujours davantage d’expérimentations. Ces pratiques ont pour causes le spécisme qui réduit ces animaux à des « outils de laboratoire », l’approche technique favorisant la distanciation des chercheurs, l’autorité accordée par le public à la science et la pression au conformisme chez les étudiants en médecine, soutenue par une logique institutionnelle aveugle. Singer observe une continuité frappante entre les expériences nazies sur des Juifs et le traitement infligé à leur insu à des noirs, des femmes ou des animaux, et il n’accepte de cautionner une expérience animale que dans la mesure où « l’utilisation d’un être humain affecté de graves lésions cérébrales serait elle aussi justifiable » (p. 189).

6Ensuite, dans un troisième long chapitre, Singer décrit les procédés impliqués par l’alimentation animale, plus proche de notre quotidien, mais qui bénéficie de notre ignorance des traitements réels subis par les animaux avant de finir dans notre assiette : tout est fait pour désolidariser la viande emballée de l’animal vivant, par les mots utilisés, par l’imagerie idyllique de la ferme qui masque les réalités de l’élevage industriel moderne. Il rappelle qu’aux États-Unis on abat chaque année 100 millions de porcs, vaches et moutons, 5 milliards de poulets qui sont d’abord confinés puis entassés, chacun disposant d’une surface de 450 cm², amenant ces animaux sociables à s’attaquer et à s’entre-dévorer. Les porcs sont également confinés et peuvent mourir du « syndrome de stress porcin ». Le sevrage des porcelets est accéléré pour augmenter la fertilité de la truie, réduite à une « machine reproductrice vivante ». Les bœufs pâtissent du confinement dans l’élevage intensif ; même l’élevage traditionnel inflige de la souffrance par le sevrage précoce, la castration, le marquage au fer rouge et les méthodes de transport. Malgré la persistance de ces pratiques, Singer constate une amorce de prise de conscience institutionnelle chez les chercheurs et dans quelques résolutions politiques, notamment en Suisse et en Suède.

  • 8 Selon l'ancien secrétaire d'Etat américain à l'agriculture Don Paarlberg, « si l'on réduisait simpl (...)

7Après ces constats massifs, Singer passe dans le chapitre IV aux résolutions pratiques qui en découlent, la principale consistant à cesser de manger les animaux, pour ne plus cautionner indirectement l’élevage intensif. Il conçoit le végétarisme comme une sorte de boycott définitif et dont l’effet direct est de diminuer la demande sur laquelle est fondé l’élevage intensif. Singer remarque que la nourriture végétale apporte à l’homme dix fois plus de protéines que les animaux qui s’en nourrissent8 ; la production animale dilapide plus de ressources en énergie, en eau, accentuant la déforestation et ainsi l’effet de serre. Il en vient à la limite que se fixe par degrés le végétarien : après avoir refusé de manger tout oiseau ou mammifère abattu, « jusqu’où faut-il descendre dans l’échelle de l’évolution ? » Il propose de tenir compte des indicateurs comportementaux de la souffrance et de la ressemblance entre le système nerveux de l’espèce et le nôtre. Les poissons qui répondent à ces deux critères commencent à être soumis à une forme d’élevage intensif ; le pas suivant serait de renoncer aux crustacés, puis aux mollusques, puis de devenir végétalien en s’interdisant les produits animaux comme le lait et les œufs produits par l’élevage intensif, remplacés par des aliments végétaux. Singer conclut que le végétarisme renouvelle notre relation à la terre, à la cuisine, à l’équilibre nutritionnel, et cesse d’être méprisé comme une simple excentricité.

  • 9 Descartes, Lettre à Henry More du 5 février 1649.
  • 10 On trouvera la plupart des textes pertinents sur ce sujet dans : Jeangène Vilmer Jean-Baptiste, Ant (...)

8Dans le cinquième chapitre, Singer entend dévoiler les origines historiques du spécisme dans la pensée occidentale. La Genèse autorise explicitement l’homme à dominer les animaux ; selon Aristote toute différence de rationalité entre deux espèces suffit à légitimer la domination de l’une sur l’autre ; et Thomas d’Aquin déclare plus charitable de considérer les animaux pour l’usage de l’homme que de les épargner. L’humanisme de la Renaissance magnifie le préjugé anthropocentriste, et Descartes réduit les animaux à des machines et le végétarisme à une superstition9. Quelques penseurs des Lumières comme Voltaire, Rousseau puis Bentham amorcent une prise de conscience, Darwin ébranle scientifiquement la coupure spéciste, mais Kant, Schopenhauer, Paley et d’autres théologiens renforcent l’abîme qui sépare l’homme de l’animal. Singer observe ainsi un lent progrès théorique qui n’empêche pourtant pas la persistance massive des pratiques spécistes10.

9Après ce rappel historique, Singer examine dans le sixième chapitre les justifications actuelles de « l’esclavage animal ». Il met en évidence la situation paradoxale des enfants qui sont incités à manger de la viande avant de pouvoir le choisir consciemment, mais éprouvent une compassion spontanée pour d’autres espèces animales, encouragés par les livres idéalisant l’univers de la ferme : c’est ainsi l’ignorance factuelle des conditions de vie réelle des animaux qui alimente le spécisme, accompagnée par le « désir de ne rien connaître de faits qui pourraient peser lourd sur la conscience » (p. 383). Une nouvelle objection consiste à dévaloriser la question de la condition animale en jugeant incomparables les problèmes affectant les hommes, alors qu’il serait compatible de s’attaquer aux deux. Le spécisme est également conforté par nos représentations de l’humain et du bestial : « tout en oubliant notre propre sauvagerie, nous exagérons celle des autres animaux » (p. 391), en diabolisant les instincts du loup et en angélisant les désirs humains. Une autre objection repose sur la mise en parallèle des animaux qui en tuent d’autres pour manger et l’homme qui pourrait donc s’octroyer le même droit à l’égard des autres espèces : mais cet argument admet une proximité entre les uns et les autres et transforme indûment en règle un fait irréfléchi, déculpabilisant moralement l’homme : « nous devons nous méfier des appels à la “nature” dans l’argumentation éthique », conclut ainsi Singer.

Haut de page

Notes

1 On trouvera une présentation claire et informée du traitement de cette question, y compris par d’autres théoriciens que Singer, dans Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, La question animale, PUF, 2008. A noter à ce sujet la récente traduction et parution d’un autre livre fondateur, mais s’inscrivant dans une éthique déontologique : Tom Regan, Les droits des animaux, Hermann, 2013.

2 Cette réédition de 2012 propose une version actualisée du texte, complétée par les trois préfaces successives de l’auteur (datant respectivement de 1975, 1990 et 2012), ainsi que d’une présentation de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer.

3 Thomas Taylor fait paraître à cette date une satire intitulée Une revendication des droits des bêtes pour réduire à l'absurde les premières revendications féministes.

4 Singer rappelle que Bentham avait anticipé cette extension dans une note fameuse de son Introduction aux principes de morale et de législation (chapitre 17) : « La question n'est pas : peuvent-ils raisonner ? ni : peuvent-ils parler ? mais : peuvent-ils souffrir ? ».

5 Qu'il définit ainsi : « Le spécisme est un préjugé ou une attitude de parti pris en faveur des intérêts des membres de sa propre espèce et à l'encontre des intérêts des membres des autres espèces » (p. 73).

6 C’est ce type de comparaison qui a valu à l’auteur des attaques répétées et agressives, notamment en Allemagne vers 1990, en rapport avec ses positions sur l’avortement et sur l’euthanasie dans le cas de bébés avec un handicap cérébral majeur.

7 La lecture des chapitres II et III est une véritable épreuve pour le lecteur qui préférera peut-être s’en tenir à des généralités abstraites sur les expérimentations scientifiques et sur l’industrie agro-alimentaire, mais l’accumulation des faits à laquelle se livre Singer a le mérite de rendre beaucoup plus concrète et plus urgente la question animale, et s’avère donc indispensable.

8 Selon l'ancien secrétaire d'Etat américain à l'agriculture Don Paarlberg, « si l'on réduisait simplement de moitié la population des animaux élevés pour la nourriture aux États-Unis, on rendrait disponible près de quatre fois la nourriture nécessaire pour combler le déficit calorique des pays sous-développés non-socialistes » (p. 310).

9 Descartes, Lettre à Henry More du 5 février 1649.

10 On trouvera la plupart des textes pertinents sur ce sujet dans : Jeangène Vilmer Jean-Baptiste, Anthologie d’éthique animale : apologie des bêtes, PUF, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Lequien, « Peter Singer, La libération animale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 17 janvier 2017. URL : http://lectures.revues.org/14250

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page