Navigation – Plan du site

Frédéric Lordon, La malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique

Matthieu Hély
La malfaçon
Frédéric Lordon, La malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique, Les Liens qui libèrent, 2014, EAN : 9791020900937.
Haut de page

Texte intégral

1Un spectre hante l’Europe : le spectre de la déflation salariale généralisée. Cette situation est ainsi le produit des politiques d’austérité développées à la suite du sauvetage des banques (indispensable mais réalisé sans aucune contrepartie) par les États, suite à la crise de la finance privée advenue en 2008. Face à cette menace, de quelles marges de manœuvre disposent les institutions européennes ? À lire Frédéric Lordon, il n’y en a aucune et l’affaire est entendue pour des raisons qu’il décrit très précisément dans la première partie intitulée « impasses de l’Europe ». Le cadre néolibéral de l’Europe actuelle a offert, sur un plateau, une position souveraine à la finance, au détriment des peuples. Ce cadre dépossède les États de toute possibilité de mener une véritable politique économique digne de ce nom, par l’adhésion, via les traités idoines, au dogme de la limitation des déficits budgétaires et à celui d’une Banque centrale européenne, dont la mission exclusive consiste à encadrer l’inflation en dessous du seuil de 2 % par an. Dogmes qui n’ont d’ailleurs pas grand chose à envier à la planification soviétique. La conclusion de Lordon est nette : « L’Union n’a pas d’autre politique que constitutionnelle […]. Les désastreuses politiques d’austérité présentes ne sont en rien l’effet de quelque “décision conjoncturelle” que ce soit. Elles sont les résultats du fonctionnement mécanique des dispositions du traité de l’UE et du pacte de stabilité » (p. 43). Dans le second chapitre, Lordon montre que ce cadre néolibéral a été conforté sous Sarkozy par le « two pack »1 et le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) voté sous Hollande2. Enfin, selon Lordon, on ne peut comprendre cette obstination de l’Europe néolibérale à persister dans son être, sans mettre en évidence la position dominante qu’occupe l’Allemagne dans la détermination de la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne, dont « l’indépendance », apparaît clairement mise en cause par la volonté d’une majorité d’Allemands de faire imposer, par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, l’arrêt du programme de rachat de dettes souveraines mis en œuvre en septembre 20123. Lordon en tire une conclusion implacable : « ce qui compte avant tout n’est donc pas que la banque centrale soit formellement indépendante en soi, mais qu’elle soit d’abord substantiellement “allemande” puis, mais secondairement, indépendante s’il y a lieu de protéger sa germanité » (p. 81).

  • 4 Cédric Durand (dir.), En finir avec l’Europe, Paris, La Fabrique, 2013. Notre compte rendu pour Lec (...)

2Pour Lordon, comme pour d’autres économistes réunis par Cédric Durand, il faut donc « en finir avec l’Europe »4 (ou plus précisément avec l’Europe dans sa forme « néolibérale »). S’inspirant de Naomi Klein, Frédéric Lordon indique une voie possible de « stratégie du choc » pour permettre aux peuples, asservis à la sphère financière, de reprendre leur destin politique en main. Pour se faire, Lordon n’y va pas par quatre chemins : il n’y a d’autre option sur la table que le défaut pur et simple sur le surplus de dette provoqué par la crise de la finance privée de 2007 : soit 26,4 points de PIB de 2007 à 2012 pour la France, 44,9 points pour l’Espagne, 60,5 points pour le Portugal, 92,4 points pour l’Irlande, etc.. Surplus de dette et récession consécutive à un credit crunch sans précédent : le taux de croissance annuel de l’encours de crédit des sociétés non financières était d’environ 12 % en septembre 2008 contre 0,5 % en février 2014 (avec un taux négatif, jamais observé sur la série, de -2,3 % en janvier 2010). Cette situation entraîne mécaniquement une violente récession économique et une explosion du chômage à des niveaux encore jamais atteints. Faire défaut sur la dette publique ré-ouvrirait (car cette possibilité s’est déjà offerte en 2008) une opportunité de saisir les banques et de créer un « système socialisé du crédit ». Dans cette nouvelle configuration du capitalisme, la banque peut enfin être au service des agents ordinaires et donner réellement corps à l’utopie de la coopérative bancaire sans succomber aux sirènes des produits dérivés (comme cela avait été le cas de la « filiale » Natixis, créée en 2006 par les Caisses d’épargne et les Banques populaires).Voilà une piste qui devrait mériter toute l’attention des partisans d’une « autre économie », baptisée « sociale et solidaire », si toutefois ils aspirent sérieusement à incarner une alternative réelle à l’ordre économique dominant.

3Outre la stratégie du défaut sur la dette souveraine, sortir de la monnaie unique actuelle (l’euro) constitue l’autre étape indispensable pour s’émanciper radicalement du cadre néolibéral constitutionnalisé par les traités. C’est ici tout l’objet du septième chapitre de l’ouvrage, qui est programmatique et où l’auteur développe les tenants et aboutissants de ce qui n’est pas qu’un simple mot d’ordre lancé au débotté, mais qui devrait réellement être pris au sérieux. Ainsi, nous dit Frédéric Lordon : « le retour au national a pour immense vertu de “déconstitutionnaliser” le problème, c’est à dire en envoyant promener les traités, de rapatrier instantanément dans le périmètre de la délibération démocratique ordinaire les questions stratégiques – banque centrale, place des marchés de capitaux, formes du financement des déficits et des dettes – qui en ont été exclues » (p. 148). Le retour au national, outre qu’il ne doit pas être confondu avec le nationalisme, est l’étape la plus simple, selon l’auteur, car les institutions de la délibération politique sont déjà là. Du fait de la position dominante de l’Allemagne dans l’ordre monétaire européen et de l’opposition de sa Cour Constitutionnelle du rachat des dettes souveraines par la Banque centrale européenne, la construction d’un « autre euro » est structurellement impossible. Il n’y a donc d’autre option que d’en sortir. L’intérêt immédiat d’une sortie de l’euro serait de restaurer la possibilité d’ajustement de change en dévaluant une monnaie alors redevenue nationale. L’auteur précise que les monnaies nationales ne seront convertibles qu’auprès de la Banque centrale européenne et qu’il s’agit donc de supprimer, purement et simplement, les intermédiaires privés du marché des changes dans le but de fonder ces ajustements sur un accord politique non contraint par la spéculation financière. Le chapitre se clôt sur une annexe technique décrivant les mécanicismes d’ajustement de change internes et externes dans le cadre de la « monnaie commune » (par opposition à la monnaie unique).

  • 5 « Manifeste pour une union politique de l’euro », Le Monde, 16 février 2014.

4La thèse de Frédéric Lordon est ainsi que la domination allemande de l’ordre monétaire européen ne laisse aucun espoir quant à la possibilité de la réformer sous l’effet d’une, aussi soudaine qu’improbable, conversion des dominants à la vertu. Contrairement à la position défendue par certains5, la croyance dans une « union politique de l’euro » n’a aucune chance d’advenir si le cadre actuel est conservé. Une telle obstination de l’européisme à persister dans son être ne peut, selon l’auteur, que conduire tout droit à l’austérité généralisée, dont la résurgence de partis néonazis (comme Aube Doré en Grèce) constitue la traduction politique. La conclusion de l’ouvrage est d’une lucidité sèche : si nous laissons à l’extrême droite le monopole de la Nation et de la souveraineté populaire tout en prétendant maintenir le cadre de la monnaie unique, nous nous condamnons à l’agonie de la déflation salariale, soit un contexte de tumultes et de colère particulièrement défavorable à toute délibération politique rationnelle. Ou bien nous choisissons d’ouvrir, comme nous y invite l’auteur, une voie de sortie de la configuration néolibérale du capitalisme, voire une sortie du capitalisme lui-même, pour les plus friands de rupture radicale. Les sciences sociales, lorsqu’elles ne s’enferment pas dans une posture de critique pour la critique, parviennent parfois à faire plus qu’à éclairer les enjeux (ce qui est déjà très bien). Elles se révèlent parfois capables de tracer des voies d’émancipation populaire. C’était le pari de cet ouvrage et il est, selon nous, parfaitement réussi.

Haut de page

Notes

1 http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-13-457_fr.htm?locale=FR.

2 L’Assemblée nationale s’est prononcée le 9 octobre 2012 sur le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire. Les députés ont voté par 477 voix pour, 70 contre, 21 abstentions. Neuf députés n’ont pas pris part au vote.

3 Voir notamment « Amis des acronymes, voici venu l’OMT » de Jérôme Creel et Xavier Timbeau, http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/amis-des-acronymes-voici-venu-lomt/.

4 Cédric Durand (dir.), En finir avec l’Europe, Paris, La Fabrique, 2013. Notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/11954.

5 « Manifeste pour une union politique de l’euro », Le Monde, 16 février 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Frédéric Lordon, La malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14465

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page