Navigation – Plan du site

François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences

Éric Vauthelin
Techno-critiques
François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, La Découverte, 2014, 420 p., ISBN : 978-2-7071-7823-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne

1Tablette tactile, Smartphone, GPS, la célébration d’objets techniques est partout et semble conforter l’adage selon lequel : « on n’arrête pas le progrès ». Cet adage illustre le paradoxe soulevé par l’auteur. En même temps que les sociétés contemporaines baignent dans la gaieté technologique, elles expriment une réflexivité accrue à l’égard de ses effets. Cette réflexivité inquiète les technophiles, les renvoyant aux préjugés irrationnels d’un autre âge, à contre-courant du progrès. Ces discours témoigneraient de l’inadaptation des sociétés aux technologies nouvelles. Pourtant, en les confrontant à l’histoire longue des techniques, François Jarrige1 met un terme définitif à un mythe : l’Occident et le monde non-occidental n’ont pas attendu l’ère postmoderne pour contester les trajectoires technologiques dominantes, mais ces critiques n’ont cessé d’être marginalisées par les « entrepreneurs de sciences et de technologies » (p. 11).

2Le point de départ du livre réside dans une critique de la doxa technoscientifique qui tend à faire des machines le futur de l’homme. Selon l’auteur, l’un des principaux défauts de cette idéologie est sa volonté de faire table rase de « nos ancêtres qui avaient peur des trains » (p. 10). Le titre fait référence à un concept forgé par le philosophe Jean-Pierre Dupuy pour désigner un ensemble de discours et de pratiques ayant pour point commun de mettre en débat les trajectoires dominantes.

3Pour ce faire, l’ouvrage se compose de trois grandes parties, traversant plus de deux siècles d’histoire des techniques. La première est consacrée à l’étude des mouvements sociaux, protestations, plaintes, et de leur cadrage entre la première moitié du XVIIsiècle et le début du XIXsiècle. La seconde examine la place de ces réquisitoires à l’âge des machines. Elle témoigne d’un renforcement de la croyance dans le progrès, entretenue par d’habiles dispositifs d’acculturation à la technique. La dernière s’intéresse à la dynamique de modernisation d’après 1945.

4L’un des points originaux du livre demeure dans sa capacité à relier des mondes sociaux et des milieux techniques très divers (allant du monde des ouvriers typographes à celui des informaticiens ; de l’Europe occidentale au Tiers-monde) dans une histoire politique globale des techniques. D’une érudition remarquable, mêlant analyse économique, sociologique, politique, littéraire, cinématographique, l’historien revisite des terrains connus de l’historiographie auxquels il donne un éclairage neuf et critique.

5À partir du cas de l’Angleterre, l’auteur montre que l’inquiétude des acteurs à l’égard de la diffusion du machinisme était bien inscrite dans la réalité d’expériences locales tout à fait pertinentes. Les jennies, ces machines à filer mécanique remplaçant les rouets, sont accusées de prendre le pain des pauvres et les priver d’emplois. Du côté des économistes, les supposés bienfaits du machinisme sont sujets à controverse. À l’instar de Jean-Baptiste Say, les plus optimistes interprètent le machinisme comme une chance historique d’échapper à la misère et la société d’ordre. D’autres, comme David Ricardo, reconnaissent qu’il peut être source de chômage technologique à court terme. La gauche socialiste et radicale dénonce le progrès technique comme un moyen d’exploitation capitaliste, mais cherche à développer un usage émancipateur. Par ailleurs, les critiques ne se limitent pas au travail, elles portent aussi sur les dégâts que l’industrie provoque dans les milieux naturels.

6La diffusion du machinisme en Europe est donc accompagnée de révoltes luddites, du célèbre Ned Ludd qui aurait brisé le métier à tisser de son maître à la fin du XVIIsiècle, poussant les gouvernants à user de la violence légitime (police de travail, pendaison d’ouvriers émeutiers briseurs de machines). En revanche, insiste l’historien, pour rendre inéluctable l’impératif du progrès, les technoprophètes imposent l’idée selon laquelle « le progrès des machines est un progrès vers la liberté, vers l’égalité, vers la concorde » (p. 129). On célèbre les héros modernes que sont l’ingénieur et le technicien grâce aux outils de pédagogie industrialiste du progrès, comme l’association pour la promotion de l’industrie, les fêtes industrielles, la vulgarisation scientifique.

7Des normes de sécurité, des systèmes d’assurance, des lois sur les accidents du travail et les risques industriels se développèrent tout au long du XIXsiècle. Les organisations syndicales incitent les ouvriers à demander des compensations salariales plutôt qu’à contester la mécanisation des taches. Ces revendications trouvent un écho dans l’hygiénisme industriel qui soutient que la mécanisation rime avec une diminution de la pénibilité des tâches. La classe ouvrière s’assimile progressivement à l’homme prométhéen pour qui « le travail tend à s’identifier à l’expérience virile du contact avec la machine » (p. 154). Ce mouvement de cadrage modernisateur participe au triomphe de l’optimisme scientiste et technicien, jusqu’à rendre moins visibles les critiques.

8C’est finalement la multiplication des guerres, les impérialismes, les ravages de la Grande Guerre et la crise des années 1930, qui va entraîner une « querelle de la machine » et aboutir à un sentiment de crise de la civilisation (p. 212). Ce malaise dans la culture nourrit l’exacerbation des mouvements nationalistes et xénophobes, dont on ne sortira qu’au terme du feu d’artifice atomique. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale le processus de modernisation par le progrès devient un impératif non négociable, note l’auteur.

9En effet, si durant l’entre-deux-guerres nous observons des écrivains et philosophes effrayés par le déploiement du gigantisme technicien, après 1945 ces positions sont rendus inaudibles au profit d’un idéal modernisateur. L’impératif est de retrouver les chemins de la croissance. L’économie européenne va rentrer dans une période de prospérité, les « Trente Glorieuses ». Le mode de régulation fordiste, favorable à un partage des gains de productivité, améliore les conditions de vie de la classe ouvrière. De ce fait, la société industrielle est, pour de nombreux groupes, source de promotion sociale, dont les nouveaux totems sont l’automobile, l’hygiène ou l’électroménager, que Boris Vian moque dans la « Complainte du progrès » (p.232). Dès lors, les critiques sont moins perceptibles et vite marginalisées, mais la période va aussi être témoin d’un renouvellement de la critique sociale des techniques.

  • 2 Jean Fourastié, Machinisme et bien-être, Paris, Minuit, 1951.

10Des intellectuels tels que Jacques Ellul, Lewis Mumford, Hannah Arendt ou Günter Anders vont faire un pas de côté et dire non aux faux rêves techniciens, en développant une critique sévère du système technoscientifique. Ce geste négatif, émanant de gens de lettres qui dénoncent le progrès tout en jouissant de ses bénéfices, va être fustigé par l’économiste Jean Fourastié dans Machinisme et bien-être2. Le spectre du Moyen-âge va s’affirmer comme un topos récurrent dans la rhétorique modernisatrice.

11Face à la crainte du nucléaire, les experts produisent des normes de sécurité destinées à renforcer son acceptabilité. L’auteur soutient que la sociologie va être mobilisée comme instrument de disqualification des réfractaires au progrès. En dépit de ce cadrage, les technocritiques ne se contentent plus de mettre en débat les techniques, ils proposent des bifurcations. Des expérimentations portant sur des technologies douces et conviviales, fondées sur le bricolage, l’autofabrication et l’autonomie énergétique se développent. Mais, face aux apories théoriques et à l’échec des expériences communautaires, les années 1980 seront celle du recul des technocritiques.

12Cette nouvelle décennie sera marquée par la contre-révolution néolibérale. Elle sera témoin de la révolution informatique, microélectronique, des découvertes biologiques. D’après l’auteur, le nouveau grand récit progressiste, c’est le passage d’une société industrielle à une civilisation postindustrielle. L’ordinateur est la nouvelle icône qui concentre tous les fantasmes progressistes, source d’une nouvelle économie immatérielle porteuse de croissance. Mais l’informatisation de l’économie entraîne chômage et crise du travail. Les biotechnologies sont sujettes à controverses. La société numérique entraîne de nouvelles formes de contrôle social et de surveillance, comme l’illustrent les oppositions au projet SAFARI en 1974. De ce fait, on assiste à une résurgence des luddites comme la destruction d’ordinateur, le hacking, ou le fauchage de champs d’OGM.

13Au demeurant, loin d’être des discours de forcenés entravant la marche du progrès, les technocritiques ont permis de modeler notre milieu technique contemporain. En mettant au jour les risques, les dangers du progrès technique, elles ont joué un rôle de « lanceur d’alerte » conclut l’auteur (p. 346). Elles ont contribué à faire entrer les techniques et les sciences en démocratie. En spécialiste du XIXsiècle, François Jarrige ne s’est pas contenté d’explorer cette période. Au contraire, il a choisi une synthèse regroupant plus de deux siècles d’histoires des machines. Donc il apporte, à coup sûr, une pierre à l’édifice en liant histoire environnementale et histoire des techniques.

  • 3 Pierre Lascoumes, L’Eco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994.
  • 4 Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène, Paris, Seuil, 2013.

14Cependant, la transformation des enjeux environnementaux en objectif de développement durable laisse planer quelques doutes quant à la fécondité théorique et politique des technocritiques. Ce mode de développement a remis au centre des dispositifs et décisions publiques les scientifiques et ingénieurs, qui étaient, au départ, des boucs émissaires constants3. Ce paradoxe devient un enjeu théorique considérable au moment où les contemporains découvrent qu’ils sont devenus une force géologique majeure pour la planète, responsable des dérèglements environnementaux4.

Haut de page

Notes

1 Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne

2 Jean Fourastié, Machinisme et bien-être, Paris, Minuit, 1951.

3 Pierre Lascoumes, L’Eco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

4 Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène, Paris, Seuil, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Vauthelin, « François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 avril 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14484

Haut de page

Rédacteur

Éric Vauthelin

Doctorant au Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page