Navigation – Plan du site

Anna Boschetti, Ismes. Du réalisme au postmodernisme

Gérard Mauger
Ismes
Anna Boschetti, Ismes. Du réalisme au postmodernisme, Paris, CNRS Éditions, coll. « Culture & société », 2014, 352 p., ISBN : 978-2-271-07438-6.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un « isme » ? Un label, un mouvement, une avant-garde, un paradigme, une catégorie de classement scolaire, une arme dans les luttes symboliques, un emblème dans les conflits de générations ? De façon générale, Anna Boschetti s’interroge ici sur les conditions de possibilité de leur apparition et de leur succès, sur leur fonctionnement, leur rôle et leurs effets, en reconstituant la sociogenèse et l’histoire de quelques « ismes » parisiens célèbres dont le romantisme fut le prototype : le réalisme, le futurisme et le surréalisme, l’existentialisme, le postmodernisme.

  • 1 Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Éditions Raisons d’agir/Éditions du Seuil, 2013.

2Le réalisme (chapitre 1), initialement porté par la bohème (Champfleury) et considéré comme un aspect du romantisme, en devient un antonyme défini « comme effort de mimesis exacte de la réalité contemporaine » (p. 69). Si Flaubert et Courbet ont été perçus comme « réalistes » (goût de la précision, vision matérialiste, anticonformisme, horreur du bourgeois), ils l’ont également été comme « formalistes » (p. 60). De même, initialement perçu comme réaliste, Manet sera ensuite rapproché de l’impressionnisme (p. 98-99)1. Jakobson souligne ainsi l’ambiguité des usages de la catégorie. Routinisée puis discréditée (entre autres, par le « réalisme socialiste »), la posture réaliste se verra ultérieurement ravalée au rang d’« illusion référentielle ».

  • 2 Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, « homme époque », 1898-1918, Paris, Éditions du Seu (...)

3Le futurisme, produisant « un effet d’unification et de synchronisation transnationale » (chapitre 2), apparaît, selon Anna Boschetti, comme la première véritable « avant-garde historique » (p. 112). Issu d’une révolte (nietzschéenne) contre « le passéisme », le futurisme (Marinetti), qui recourt à la provocation et à l’outrance verbale, promeut une révolution symbolique (déconstruction, dislocation, assemblage, esthétique du work in progress) étendue de l’ensemble des arts à la vie quotidienne. De Paris (Apollinaire2), le mouvement s’étend à la Russie (Maïakovski, Malevitch), au monde anglo-saxon (Pound, Joyce) et à l’Allemagne (« expressionnisme »). Transformant la notion d’avant-garde, le futurisme sera un « prototype » pour Dada et le surréalisme (p. 157) qui parachève l’institutionnalisation du modèle hérité du futurisme (« la tradition du nouveau », p. 169).

  • 3 Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps Modernes », Paris, Éditions de Minuit, 1985.

4Deux labels français, l’existentialisme3 puis le structuralisme, inaugurent les modes intellectuelles en « isme » et contribuent à la naturalisation de la conception avant-gardiste (p. 175). L’existentialisme (chapitre 3) désigne à la fois le mode de pensée de Sartre (philosophie du sujet et de la liberté) et une « humeur » intellectuelle (anticonformiste). Sartre, « compagnon de route » du PCF, « intellectuel total », transpose en philosophie la tradition subversive de l’avant-garde littéraire (p. 191) et devient ainsi le chef de file d’une nouvelle avant-garde, contribuant à « construire le personnage de l’intellectuel comme conscience critique de la société » (p. 208).

5En faisant de la linguistique structurale un modèle transposable à l’ensemble des sciences humaines (traitant les phénomènes culturels comme des systèmes de signes), Lévi-Strauss inaugure un nouvel « isme » : le structuralisme (chapitre 4). Dans la mesure où il permet à ceux qui s’en réclament - Lacan, Barthes, Althusser, Deleuze, Foucault, Derrida, etc. - de se démarquer à la fois de l’académisme universitaire et de « l’humanisme » sartrien (p. 225), il ouvre de nouvelles possibilités de « dépassement » (« l’effet-logie », selon Bourdieu). Mais, avec la consécration médiatique du label et surtout avec Mai-Juin 1968, les « principaux actionnaires » du structuralisme prennent leur distance avec le mouvement et épousent l’humeur idéologique du moment : du « gauchisme » à la « contre-culture ».

6Le milieu des années 1970 marque une transformation radicale de la Bourse des valeurs intellectuelles (p. 278) qui remet en cause la fonction critique de l’intellectuel et du marxisme. Le brouillage des frontières entre pouvoir politique, médias et champ intellectuel permet de rendre compte de la percée des « Nouveaux Philosophes » (p. 283) et, de façon générique, du modèle de « l’intellectuel médiatique » qui, assimilant structuralisme et totalitarisme (p. 289), se fait le défenseur des valeurs de l’Occident (individu, droits de l’homme, liberté, démocratie), alors même que se construit la « French Theory » dans les départements de français des universités américaines (« linguistic turn », « Cultural Studies » et usages du préfixe « post »), qui deviennent ainsi les nouveaux détenteurs du pouvoir de définition de la légitimité culturelle (p. 318).

7Au fil de ces études de cas parfaitement maîtrisées, à la fois érudites et limpides, Anna Boschetti met en évidence quelques propriétés génériques des « ismes ». De façon générale, on peut leur appliquer la description qu’elle propose du structuralisme : « le structuralisme n’a jamais été un "mouvement", fondé sur un "paradigme" ou un "programme commun", mais une convergence provisoire fondée notamment sur une problématique, des références et des refus partagés » (p. 264). Mais, s’il est vrai qu’on ne saurait rendre compte de leur genèse et de leurs usages en s’en tenant aux propriétés des auteurs qu’ils rassemblent, le recours à la théorie des champs et, en particulier, à la notion d’ « espace des possibles » permet de comprendre « l’air de famille » des agents rassemblés par un « isme ». Les « ismes » sont, tendanciellement, le fait de prétendants non encore consacrés, soumis à l’exigence de rassembler leur forces dans la lutte pour l’accès à l’existence et à la reconnaissance, qui impose de se définir en s’opposant aux positions établies. Dans ces luttes des nouveaux entrants pour accéder à la visibilité, il s’avère que la concentration de différentes formes de capital et le caractère radical et polémique des prises de position politiques facilitent la percée et que les bouleversements politiques ne sont pas sans incidences sur leur succès ou leur échec. À l’inverse, l’accès à la consécration de l’œuvre personnelle fait émerger les divergences et les rivalités et porte à récuser « l’isme » initialement endossé. L’ambiguïté des processus de transition d’un « isme » à l’autre met ainsi en évidence rupture et continuité dans les révolutions symboliques.

8Et si les « ismes » semblent se raréfier aujourd’hui, peut-être faut-il y voir un effet de la perte de croyance dans la possibilité d’un renouveau esthétique ou théorique radical, mise à mal par la posture désabusée des postmodernes ?

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Éditions Raisons d’agir/Éditions du Seuil, 2013.

2 Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, « homme époque », 1898-1918, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

3 Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps Modernes », Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Mauger, « Anna Boschetti, Ismes. Du réalisme au postmodernisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 juillet 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/15180

Haut de page

Rédacteur

Gérard Mauger

Directeur de recherche CNRS émérite

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page