Navigation – Plan du site

Erik Conway et Naomi Oreskes, L'effondrement de la civilisation occidentale

Maxime Combes
L'effondrement de la civilisation occidentale
Naomi Oreskes, Erik M. Conway, L'effondrement de la civilisation occidentale, 2014, 128 p., ISBN : 979-1020901033.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conway Erik et Oreskes Naomi, Les marchands de doute, éd Le Pommier, coll. « Essais et documents », (...)

1Naomi Oreskes et Erik Conway, historiens des sciences, sont connus pour leur ouvrage précédant et remarqué intitulé Les marchands de doute1, montrant comment des entreprises et groupes de pression, avec l'appui de quelques scientifiques, ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique. Pour faciliter l'accès aux résultats de leurs travaux, et la compréhension de leurs implications politiques et sociales, ils ont décidé de se lancer dans l'écriture d'une fiction d'anticipation dont le narrateur, qui se situe au XXIVe siècle, explique ce qui a conduit à « l'effondrement de la civilisation occidentale ». Ce court essai de prospective mobilise leurs recherches et hypothèses de travail sans qu'ils ne soient tenus par les exigences et contraintes d'une publication scientifique. A l'occasion de la célébration du tricentenaire de ce qui est appelé la période de la Pénombre (1988 – 2093), le narrateur, lui-même historien citoyen de la République de Chine, cherche à résoudre ce qui pourrait apparaître comme une énigme de l'Histoire.

2Celle-ci puise sa source dans l'étonnement de cet observateur du futur : comment se fait-il que l'accumulation de travaux et de savoirs scientifiques robustes sur le changement climatique n'ait pas généré la mise en œuvre des décisions nécessaires pour conjurer la crise climatique, et ce alors que les prévisions se sont confirmées au cours du temps ? En mobilisant des savoirs et réflexions puisés au sein des travaux des sciences de la Terre, des sciences sociales – y compris la psychologie – et des sciences économiques, Naomi Oreskes et Erik Conway questionnent le déni ayant animé les classes dirigeantes au cours des décennies, incapables d'anticiper la survenue du choc ultime qui advint en 2093. En filigrane, c'est la question du rapport entre les sciences et le politique qui est posée : suffit-il d'accumuler des connaissances scientifiques pour orienter l'action politique et convaincre les dirigeants politiques et économiques de mettre en œuvre d'autres politiques que celles qui ont conduit à « l'effondrement de la civilisation occidentale », titre du livre des auteurs ?

3À cette question, les auteurs répondent clairement par la négative. Il n'est pas suffisant d'accumuler des connaissances scientifiques pour réorienter l'action politique. Si les savoirs scientifiques accumulés sur le changement climatique ont été largement ignorés, ce n'est pas par manque de données et de preuves. C'est en raison de puissants éléments perturbateurs qui ont des implications fortes tant sur le régime de production et de diffusion des savoirs scientifiques, que sur les motivations de l'action politique. Les deux auteurs font dire à leur historien-narrateur que « la civilisation occidentale a été piégée dans l'étau de deux idéologies inhibantes, le positivisme, et le fondamentalisme de marché » (p. 55-56). Par positivisme, appelé également « baconisme », le narrateur du futur évoque cette approche philosophique soutenant que l'expérience, l'observation et l'expérimentation permettent d'amasser des connaissances fiables sur le monde dans lequel nous vivons et que ces connaissances donneraient du pouvoir d'agir à ses détenteurs. Si le narrateur confirme qu'une masse considérable de connaissances a été accumulée, il considère qu'elles n'ont guère eu d'effets sur les politiques qui ont été suivies. Au contraire, ces politiques ont assuré « la poursuite de l'usage des énergies fossiles » (p. 56).

4Pour le narrateur, la poursuite de l'usage des énergies fossiles a été rendue possible parce que les experts du système climatique ne disposaient pas du pouvoir de changer les choses. Pour autant, aurait-il fallu que le pouvoir soit aux mains de ces fins connaisseurs pour que le résultat en fût transformé ? Pas sûr tant cela reviendrait à ignorer les intérêts divergents qui structurent le champ politique et social, et à se doter d'une vision transcendante de la façon dont la vérité scientifique pourrait s'imposer au corps social et politique. Impasse dont le narrateur tente de se retirer en présentant une thèse qui a l'immense mérite d'ouvrir une très large discussion : « le pouvoir se trouvait dans des institutions politiques, économiques et sociales qui avaient tout intérêt à maintenir l'usage de l'énergie fossile » (p. 57).

  • 2 Le complexe militaro-industriel désigne l'ensemble imbriqué des décideurs politiques, des responsab (...)

5Baptisé « complexe de la combustion carbone » (p. 57) par les historiens du futur, à la manière dont a été caractérisé un complexe militaro-industriel,2 ce réseau d'industries favorable au maintien de l'usage de l'énergie fossile a financé des marchands de doute et le maintien d'un puissant système idéologique que les auteurs font appeler fondamentalisme de marché par le narrateur. On retrouve ici certaines thèses et travaux de terrain des auteurs montrant comment quelques scientifiques et riches institutions ont réussi à insinuer le doute et encourager l'inaction politique en matière de climat. Pour le narrateur, ce fondamentalisme de marché n'était pas fondé empiriquement et fonctionnait comme « une foi quasi-religieuse » (p. 58) en la capacité du marché de réguler l'économie et la société, tout en promettant qu'il était possible de satisfaire les besoins de la société sans menacer les libertés individuelles. Si fondamentaliste dans son approche, et malgré des alertes répétées, ce système idéologique aurait conduit au refus de reconnaître les échecs du marché. Par conséquent, « on n'a rien planifié, on n'a pris aucune précaution, et finalement on n'a géré que le désastre » (p. 69).

6Une gestion du désastre qui, par une subtile ironie de l'histoire, fera advenir ce que les thuriféraires de ce fondamentalisme de marché abhorrent par-dessus tout … et que le lecteur découvrira, tout comme le détail et l'enchaînement de la catastrophe, dans la lecture de cet essai-fiction bien mené et destiné au grand public. Il y trouvera une réflexion salutaire, bien que volontairement provocatrice, sur les interactions sciences-société, et l'exigence de ne pas tomber à pieds joints dans cet âge de la Pénombre que nous promet le complexe de la combustion carbone. Si le diagnostic posé est clairement établi, les auteurs ne s'attardent que trop peu sur ce qui aurait pu être – et ce qui pourrait donc être – la ou les voies alternatives. Hormis peut-être dans les interviews que Erik Conway et Naomi Oreskes ont données à l'occasion de la sortie de l'ouvrage, au travers desquelles ils mentionnent régulièrement la nécessité de faire décroître drastiquement la consommation d'énergies fossiles à l'échelle planétaire, et l'importance des mouvements citoyens porteurs d'expériences alternatives3. De quoi guider les préparatifs de la conférence de l'ONU sur le climat que Paris accueillera en 2015 ?

Haut de page

Notes

1 Conway Erik et Oreskes Naomi, Les marchands de doute, éd Le Pommier, coll. « Essais et documents », 2012

2 Le complexe militaro-industriel désigne l'ensemble imbriqué des décideurs politiques, des responsables militaires et des industriels chargés d'assurer la fourniture de leurs matériels aux forces armées, et le jeu qu'ils exercent pour influencer les choix publics. Le terme a été popularisé par Dwight Eisenhower, président des États-Unis de 1953 à 1961, pour pointer les dangers d'une trop grosse influence des industriels liés au Département de la Défense des États-Unis.

3 Voir notamment cette interview donnée à RFI, pour l'émission C'est pas du vent - http://www.rfi.fr/emission/20140524-1-climat-effondrement-civilisation-occidentale-rechauffement/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Combes, « Erik Conway et Naomi Oreskes, L'effondrement de la civilisation occidentale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 août 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/15215

Haut de page

Rédacteur

Maxime Combes

Économiste de formation, Maxime Combes débute une thèse sur la compensation écologique au Centre Alexandre Koyré – EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page