Navigation – Plan du site

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, La violence des riches. Chronique d’une immense casse sociale

Maulde Urbain-Mathis
La violence des riches
Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon, La violence des riches. Chronique d'une immense casse sociale, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2014, 272 p., 1re édition 2013, postface inédite, ISBN : 978-2-7071-8267-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux de Michel Pinçon et de Monique Pinçon-Charlot se concentrent essentiellement sur les élites, par le biais d’enquêtes ethnographiques. Leurs recherches s’inscrivent dans la tradition sociologique qui produit une analyse du système social par le prisme des rapports de domination entre groupes sociaux, renvoyant aux travaux de Karl Marx et de Pierre Bourdieu. Ici, c’est à travers le conflit entre classes sociales que sont analysés les mouvements socio-économiques. Leur approche remet au goût du jour les théories marxistes : la guerre des classes est déclarée car les rapports sociaux de classes sont violents dans le capitalisme mondialisé. Cette violence est exercée par les classes dominantes (la bourgeoisie qui se confond avec les élites financières) sur le peuple (les classes moyennes et populaires). Les auteurs tentent de déterminer comment se produit cette violence, et comment elle est acceptée par le plus grand nombre.

2Les deux bords de l’échelle sociale sont sans cesse évoqués au fil des chapitres, pour montrer les inégalités criantes générées par les acteurs de la finance. La bourgeoisie s’enrichit, en effet, dans une économie mondialisée et financiarisée, par le biais de la spéculation, qui a provoqué la crise financière de 2008. À l’autre extrémité de la hiérarchie sociale, nous observons des classes populaires stigmatisées, dont la jeunesse et les mobilisations sont criminalisées, et qui sont serrées à la gorge par les licenciements massifs, un droit du travail et un système de protections sociales malmenés, et encore par une politique fiscale défavorable.

3Cette violence se réalise en connivence avec les gouvernants. Le gouvernement socialiste a en effet, depuis 2012, favorisé les politiques libérales, et continué à désavantager fiscalement le peuple. Le gouvernement oligarchique socialiste rassemble professionnels de la politique et acteurs de la finance en son sein. Les lignes de partage entre la droite traditionnelle et la gauche libérale sont devenues floues, ce qui amène à désigner le gouvernement socialiste par les termes de « deuxième droite ». L’idéologie néolibérale faisant désormais consensus, les intérêts de la bourgeoisie financière sont privilégiés, et se matérialisent par les cadeaux fiscaux et par la clémence face aux fraudes des plus riches.

4Comment les classes dominantes arrivent-elles à asseoir leur domination et à la faire perdurer ? C’est la question à laquelle tente de répondre cet ouvrage.

5D’une part, pour maintenir sa domination, la bourgeoisie doit convaincre le plus grand nombre d’être dans son bon droit. Les membres de la bourgeoisie ne peuvent donc assumer publiquement la recherche de leur enrichissement personnel, dans le système économique néolibéral. Tout d’abord, la bourgeoisie se décharge de sa responsabilité dans la crise économique. Elle impose alors l’idée que le marché se dirige seul, et que la crise est un coup du sort aléatoire et incontrôlable. Est alors pointé du doigt le coût du travail et des protections sociales, accusé de peser trop lourd dans l’économie. Ce discours permet de poursuivre les atteintes au droit du travail et au système de protection sociale. Par ailleurs, les plus fortunés, pourtant responsables de la déstabilisation de plusieurs États démocratiques, à l’image de la Grèce ou de l’Espagne, se présentent eux-mêmes comme des producteurs de richesses. Toute forme de revendication devient une atteinte aux dominants légitimes, qui seraient au service de l’intérêt général.

6D’autre part, la bourgeoisie a intérêt à ce que le peuple intériorise la légitimité de sa domination, et cela par différents moyens. Tout d’abord, les riches s’affichent comme les promoteurs de la culture légitime, par la possession d’objets d’art et le mécénat qu’ils pratiquent dans le domaine culturel. Leur légitimité s’imprime également dans les corps : le bourgeois porte, dans sa gestuelle et dans sa ligne, les stigmates positifs de son appartenance de classe. Son élégance, qui s’oppose à l’obésité surreprésentée au sein des classes populaires, est élevée au rang d’image idéale de l’Homme. Enfin, les auteurs relèvent le sentiment d’intimidation suscité par les lieux investis par la bourgeoisie chez ceux qui n’appartiennent pas à cette classe.

7Nous aboutissons alors à une configuration dans laquelle la domination de la classe bourgeoise apparaît comme un ordre naturel, idée largement intériorisée par le peuple. C’est ainsi que se réalise un brouillage de la lutte des classes : la violence des riches devient invisible puisque supposée naturelle et légitime. La disparition de la conscience de classe ouvrière, et donc des mobilisations, participent de ce brouillage. Dans la postface inédite de cette édition de poche, les deux sociologues font part de leurs regrets face à l’absence de mobilisation populaire collective. Si, depuis la parution initiale de l’ouvrage en 2013, leur expérience leur a permis d’apercevoir l’existence d’initiatives citoyennes collectives à travers la France entière, ils relèvent la marginalité de celles-ci. Sont en cause les logiques partisanes dans les partis de la gauche radicale, mais également la disparition de la conscience de classe qui produit ce que les auteurs nomment « l’individualisme des classes populaires et des classes moyennes aujourd’hui » (p. 268).

  • 1 Notamment la massification scolaire, la tertiarisation et la consommation de masse.
  • 2 Citons ici Mendras Henri, La seconde Révolution française, Paris, Gallimard, 1988.

8Sur le plan scientifique, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot en disent peu sur le sens qu’ils donnent et sur l’intérêt d’utiliser la notion de classe sociale. Celle-ci fait en effet l’objet de débats en sciences sociales. Depuis les années 1980 et jusqu’à la fin des années 1990, la disparition de la conscience de classe ouvrière et des mobilisations qui l’ont accompagnée, ainsi que ce qui a été perçu comme des indices de la moyennisation de la société1 ont poussé de nombreux chercheurs à remettre en cause l’usage de la notion de classe pour analyser l’organisation sociale2. À travers l’analyse des deux sociologues, nous voyons la pertinence que recouvre la notion pour décrire et comprendre les inégalités montantes dans notre société. En effet, si la conscience de classe a disparu dans le bas de la hiérarchie sociale, c’est loin d’être le cas au plus haut. Les membres de la classe bourgeoise ont conscience d’avoir les mêmes intérêts et se mobilisent (avec succès) pour leur défense. Comment rendre compte de la violence des plus riches autrement que par une analyse en termes de rapports de classes ? Le chercheur ne risquerait-il pas de reprendre à son compte le brouillage de la lutte des classes en niant l’existence des classes sociales, au nom de l’absence de mobilisation politique dans le bas de la hiérarchie sociale ?

9Si l’ouvrage reste peu fourni en développements théoriques, et notamment en ce qui concerne la définition et l’usage de la notion de classe sociale, cela est sans doute à relier avec la démarche dans laquelle les deux chercheurs sont engagés. Ils ne cachent pas l’objectif militant de l’ouvrage, qui a pour but de rendre à la finance ses visages et ses noms. Inscrits dans une volonté de restitution des mécanismes de pouvoir au plus grand nombre, les auteurs reviennent, dans la postface inédite de cette réédition venue s’ajouter au texte initial, sur la manière dont l’ouvrage a été reçu depuis sa parution, et sur leur posture de chercheurs engagés par la même occasion.

10C’est bien leur engagement militant qui a permis aux « chiens de garde », expression empruntée à Pierre Bourdieu pour désigner les journalistes, de bondir sur l’ouvrage pour tenter de discréditer le travail scientifique des deux sociologues, qui ont notamment été qualifié de « richophobes pour les nuls », et de « zélotes de Jean-Luc Mélenchon ». Les auteurs répondent en plusieurs points. D’une part, les journalistes ayant réalisé ces critiques sont des militants engagés dans la défense de la bourgeoisie : des « bourgeoisistes » dont la posture de classe n’est pas assumée. D’autre part, la démarche des sociologues consiste bel et bien à relever, avec rigueur scientifique, des logiques sociales, et non à juger la moralité des acteurs sociaux. Pour ce qui est de leur positionnement politique, il est le fruit de trente années de recherches scientifiques, ayant permis de mettre au jour ce qui leur a semblé être les mécanismes d’un système économique et social destructeur. À leurs yeux, seule une démonstration des mécanismes de domination de classe, et non la dénonciation d’individus, peut permettre d’envisager le changement de ce système. Enfin, la réaction d’un certain nombre de « bourgeoisistes » s’explique par le malaise généré par ce que met en évidence l’ouvrage : l’adhésion de la droite et de la gauche à la même idéologie néolibérale. Pour ceux qui sont liés à la gauche libérale, il est difficile d’entrevoir la démonstration de l’impossible régulation du système capitaliste, qu'ils souhaiteraient voir mise en œuvre, tant la force de mobilisation des dominants est importante. Ce constat met ces intellectuels et journalistes dans une posture délicate. Sur ce point, les deux auteurs persistent et signent : un an après la parution du livre, la « deuxième droite » poursuit sa politique néolibérale. Ces choix, n’ayant aucune rationalité sur le plan politique, ne peuvent se comprendre que si l’on considère l’asservissement des élites du parti socialiste aux puissants de la finance.

11Ainsi, dans la lignée de Pierre Bourdieu, les deux auteurs partagent une posture de chercheur considérant la sociologie comme un outil de production de connaissances, lesquelles peuvent être mises au service des dominés. Cette posture n’est pas antinomique avec la scientificité des recherches réalisées. C’est ici avec brio que les auteurs réussissent l’exercice : restituer à un public non spécialiste l’ampleur et les mécanismes de la domination, participant à rendre le monde de la finance moins opaque.

Haut de page

Notes

1 Notamment la massification scolaire, la tertiarisation et la consommation de masse.

2 Citons ici Mendras Henri, La seconde Révolution française, Paris, Gallimard, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maulde Urbain-Mathis, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, La violence des riches. Chronique d’une immense casse sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/15952

Haut de page

Rédacteur

Maulde Urbain-Mathis

Doctorante en sociologie, laboratoire Dynamiques sociales et langagières (DySoLa), Université de Rouen.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page