Navigation – Plan du site

Bruno Voisin, La Saône au cœur de Lyon. Deux mille ans d’histoire qui ont fait la ville

Romain Maurice
La Saône au coeur de Lyon
Bruno Voisin, La Saône au coeur de Lyon. Deux mille ans d'histoire qui ont fait la ville, Lyon, Éditions Libel, 2014, 176 p., ISBN : 978-2-917659-37-3.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la Communauté urbaine de Lyon (Grand Lyon) et les communes concernées ont engagé depuis quelques années le projet dit « Rives de Saône », Bruno Voisin s’attache dans cet ouvrage à rappeler la place centrale qu’occupe et surtout, qu’a occupé, cette rivière dans le fonctionnement de la ville de Lyon. L’ouvrage n’est pas celui d’un historien de formation mais d’un ancien praticien de l’urbanisme lyonnais (ancien salarié de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise) et d’un grand connaisseur et passionné par l’histoire de sa cité. Il ne faut donc pas s’attendre à une présentation des modes de collecte et de traitement des sources et des informations présentées dans l’ouvrage. De plus, plus les chapitres avancent et se rapprochent de la période actuelle (l’auteur développe sa présentation principalement suivant un ordre chronologique), moins l’ouvrage se fait historique et plus il se fait programmatique. Le discours devient alors à la fois plus personnel et plus urbanistique. Nous sentons que l’auteur a alors fait partie d’une institution, voire des personnes directement impliquées dans les transformations et les réhabilitations du bassin de Saône et de ses quartiers environnants. Le dernier chapitre ne prend d’ailleurs pas la forme d’une conclusion mais celle d’une proposition de traitement de cet espace dans un avenir proche.

2L’ouvrage se divise en deux parties. La brièveté de la première partie (23 pages) lui donne la forme d’une introduction au contexte général. Bruno Voisin présente alors le positionnement de Lyon au confluent du Rhône et de la Saône et l’importance globale de cette seconde rivière dans le contexte urbain lyonnais : éléments de géographie physique, place des cours d’eau dans les représentations lyonnaises, rôle du bassin de Saône comme espace du sacré, du pouvoir, de la fête et du marché. La seconde partie, qui occupe plus de trois-quarts de l’ouvrage (133 pages), adopte un plan chronologique. Le lecteur est alors embarqué dans l’histoire des usages et du traitement du bassin de Saône de la première occupation permanente du site lyonnais (dans la cuvette de Vaise au VIe siècle avant J.-C.) à la réhabilitation actuelle et même future des quais de Saône.

3Le bassin de Saône constitue un évasement de la rivière (250 m de large au maximum) à la sortie d’un défilé rocheux (défilé de Pierre Scize, d’une largeur de 80 m) et en amont de la confluence avec le Rhône. Cet évasement fit longtemps apparaître une barre rocheuse, à la fois difficilement franchissable pour la navigation (comme en témoigne son nom de « rapides de la mort qui trompe ») et grande facilitatrice des traversées entre les deux rives. Ce sont ces rochers qui permettaient en certaines saisons de traverser à gué et ce sont eux qui permirent au XIe siècle l’établissement du premier pont de pierre de Lyon. Dès l’antiquité, cet espace fluvial devint le cœur marchand de la ville, la « place centrale » de Lyon (p. 30). Il le restera jusqu’au début du XXsiècle : « la Saône constitue [alors] une sorte de rue centrale animée sur tout son parcours urbain » (p. 34). Bruno Voisin revient en détail sur les logiques de pouvoir et de contrôle de l’espace durant tout le Moyen-âge puis durant l’époque moderne.

4La Saône constitua longtemps une frontière physique importante, mais aussi une frontière politique puisqu’elle marqua pendant près de dix siècles la frontière entre le royaume de France et l’empire Romain germanique. Les deux rives dépendaient de deux autorités différentes avec toutefois un contrôle effectif de la cité largement dans les mains de l’évêque. Ensuite, à compter de la Renaissance, alors que la rive droite reste marquée par le clos épiscopal et l’administration royale, la rive gauche devient le « site des bourgeois, des marchands et des imprimeurs » (p. 81).

5Le bassin de Saône resta un lieu très animé et utilisé jusqu’à l’entre deux guerres. Au XIXe siècle, les transports fluviaux de personnes (bateaux – mouches) et de marchandises se multiplient grâce aux bateaux à vapeur. Les bords de Saône sont occupés par des activités portuaires. Les bateaux de lavandières sont également nombreux. Le marché de gros occupe les deux rives et donne une vie intense à ce cœur historique de Lyon qui continue constamment d’évoluer avec la construction et reconstruction de multiples quais et ponts. En revanche, après guerre, l’usage de cet espace évolue vers des activités qui dépassent l’échelle de la ville de Lyon. Le bassin de Saône et ses quartiers adjacents deviennent des espaces pour de grands projets d’urbanisme et de transport. Pour beaucoup d’élus et d’architectes, le bâti historique des quartiers Saint-Jean en rive droite et Mercière – Saint – Antoine en rive gauche sont voués à la destruction pour faire place à des immeubles modernes et à une reconversion des espaces publics au « tout automobile » (p. 145). Le marché de gros déménage au sud de Perrache. La Saône est aménagée des bateaux de gros gabarits. Le Vieux-Lyon regorge d’appartements insalubres et inoccupés tandis que la rue Mercière devient la rue de la prostitution. Ces quartiers sont toutefois presque totalement sauvés de la destruction par la mobilisation d’habitants autour de l’association « Renaissance du Vieux-Lyon » (p. 145) et grâce à la loi Malraux de 1962 sur les « secteurs sauvegardées ». La réhabilitation commence alors doucement, d’abord dans les quartiers bâtis, puis par le traitement des rives de Saône en elles-mêmes (projet « rives de Saône »).

6Ouvrage facilement accessible, il balaye de façon claire l’histoire de l’usage et du traitement du bassin de Saône à Lyon. Il nous rappelle la place centrale qu’a occupé cet espace durant la presque totalité de l’histoire de Lyon. De plus, par son positionnement d’ancien praticien en urbanisme, Bruno Voisin questionne le futur et y va aussi de ses propositions. Nous sentons alors que l’auteur aimerait non pas redonner son dynamisme économique et son importance politique et religieuse au bassin de Saône, mais au moins qu’il soit affiché et reconnu comme le lieu central du développement de Lyon pendant plus d’un millénaire. Il s’agit de revenir sur cette fonction qui lui fut assignée au XXe siècle, le transformant alors largement en voies de circulation et en parkings automobiles sur les berges et en simple « autoroute » à bateaux dans le lit de la rivière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Maurice, « Bruno Voisin, La Saône au cœur de Lyon. Deux mille ans d’histoire qui ont fait la ville », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/16586

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page