Navigation – Plan du site

Pierre Fournier, Cédric Lomba, Séverin Muller, Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation

Sylvain Besle
Les travailleurs du médicament
Pierre Fournier, Cédric Lomba, Séverin Muller (dir.), Les travailleurs du médicament. L'industrie pharmaceutique sous observation, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 2014, 350 p., ISBN : 978-2-7492-4278-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif aborde l’industrie pharmaceutique par l’intermédiaire de la question de la production des médicaments. Il se situe dans une perspective qui se rapproche, par certains aspects, de la sociologie du travail et de la sociologie des organisations. Dans ce sens, il rompt donc en partie avec les analyses proposées par la sociologie des sciences généralement adoptées pour étudier cet objet. Les auteurs s’intéressent à la manière dont se compose « l’ensemble de la chaîne des acteurs et institutions impliqués dans la création, la production, la distribution, la prescription et jusqu’à la consommation de médicaments » qu’ils nomment les « mondes pharmaceutiques ». L’ouvrage se concentre autour de deux niveaux d’analyse distincts, avec d’un côté la description du fonctionnement interne de ces mondes (structure sociale, organisation du travail), et de l’autre les dynamiques qui les unissent (reconfigurations des frontières, formes de contrôles). Chaque contribution traite d’objets différents : les pharmacies, la production de médicament dans l’ex-RDA, les grossistes, la reconversion d’une usine, etc. Trois parties structurent l’ouvrage : la première concerne les « mondes pharmaceutiques », la deuxième la production des médicaments et enfin la dernière se penche sur la distribution.

2La première partie détaille la composition de ces mondes pharmaceutiques et de leurs interactions. Tout d’abord, on distingue les producteurs, qui englobent des multinationales (big pharma) mais également des sous-traitants et des petites entreprises de biotechnologies. Ensuite, la distribution, qui sert d’intermédiaire pour l’approvisionnement des vendeurs, où l’on retrouve les grossistes et les répartiteurs. Enfin les vendeurs, représentés principalement par les pharmacies et les hôpitaux. À ces trois mondes s’ajoutent les prescripteurs (les médecins), l’assurance maladie et l’État. Cédric Lomba (chapitre 1) définit alors le modèle économique des mondes pharmaceutiques comme étant celui d’un secteur de rente réglementaire où l’État joue un rôle structurant, notamment en définissant les prix et les normes à respecter. Selon l’auteur cette situation favorise un positionnement de type oligopolistique autour de monopoles par secteur de production. L’autre élément à considérer est celui des travailleurs qui composent ces mondes. Si l’accent est généralement mis sur les travailleurs qualifiés, cet ouvrage part du constat qu’une part importante des salariés sont peu qualifiés, rapprochant la production de médicaments des autres secteurs industriels. Dans le deuxième chapitre, Séverin Muller cherche à savoir s’il existe une singularité des médicaments par rapport à d’autres produits. Il montre que c’est seulement en 1967 avec l’arrivée des AMM (Autorisation de mise sur le marché), rendue obligatoire pour le remboursement par l’assurance maladie, que ce secteur a été clairement délimité. Cette situation a accentué la pression entourant le respect des normes sanitaires et a incité les industriels à anticiper l’étape de production des médicaments dans leurs plans de développement. Anne-Marie Arborio (chapitre 4) aborde la question de la production hospitalière de médicaments en s’intéressant à la manière dont celle-ci s’est positionnée et maintenue face à l’industrie privée. Elle montre que ce segment a été initialement créé pour assurer une forme de flexibilité et d’autonomie dans l’approvisionnement des hôpitaux, mais également pour produire des médicaments peu intéressants économiquement (maladies rares) ou soumis à des contraintes légales (comme la méthadone). Mais ce secteur n’étant pas soumis à l’AMM, il s’est progressivement positionné en concurrence directe avec les firmes privées sur certains médicaments. Cette situation a pris fin dans les années 1990 avec les crises sanitaires qui ont porté l’attention sur le respect des normes, ce qui s’est traduit par l’extension des AMM à la production hospitalière. De plus, l’arrivée des AMM européennes a permis à certains industriels de développer une activité de niche autour des maladies rares, limitant un peu plus le champ d’action de cette production. Si ce système de production des médicaments persiste actuellement, la question de savoir comment celui-ci va ou non réussir à se reconfigurer face à ces changements reste en suspens.

  • 1 En 2008, « plusieurs lots d’anticoagulants disponibles sur le marché français ont été fabriqués ave (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage se consacre à la production des médicaments, par l’intermédiaire de l’organisation du travail et des catégories de travailleurs. Les différents cas qui y sont exposés soulignent le nombre important d’acteurs impliqués dans cette production : entreprises pharmaceutiques, intermédiaires fabriquant des principes actifs ou faisant du conditionnement (façonnage). Mais ces mondes n’ont pas de frontières fixes et évoluent dans le temps en fonction du contexte économique. C’est par exemple ce que montre le chapitre 5 de Pierre Fournier, à travers l’histoire du passage d’un site de production de la fabrication de savon à l’industrie pharmaceutique, ainsi que le chapitre 6 de Séverin Muller qui s’intéresse aux conséquences de la vente d’une usine à un sous-traitant e façonnage. Ces deux chapitres ont pour point commun d’étudier l’influence de ces évolutions sur la main d’œuvre qui doit s’adapter à de nouvelles tâches. Des tensions peuvent alors apparaitre entre les salariés en fonction de leur ancienneté, de leur savoir-faire, ou des avantages donnés à certains, ce qui amène Dilip Subramanian à utiliser le terme d’« aristocratie ouvrière ». À ce niveau, les normes d’hygiène et de sécurité renforcent la division du travail, les plus qualifiés étant affectés aux zones confinées qui limitent les possibilités de contrôle et donnent une plus grande autonomie aux ouvriers. Séverin Muller montre également comment, à l’occasion de l’externalisation d’un site de production, les travailleurs essaient de protéger la technicité de leur emploi contre le « tout venant » associé à la perte du savoir-faire accumulé. Mais la production est aussi constituée d’une main d’œuvre non qualifiée et flexible (intérimaires), employés pour s’adapter aux rythmes de production qui peuvent connaitre d’importantes fluctuations. Ces contributions montrent que la tension entre ces groupes de travailleurs est souvent forte, tant en termes de normes et d’éthique professionnelle que dans le type de travail effectué et les compétences acquises. L’autre élément mis en avant est l’incertitude liée à la gestion de la demande. Ainsi que l’illustre Dilip Subramanian (chapitre 7) avec l’exemple de la crise de l’héparine1, le marché du médicament est en grande partie structuré par l’État, ce qui a pour conséquence de limiter la lisibilité du marché et d’y introduire d’importantes incertitudes. Le chapitre 8 d’Agnès Labrousse et Lause de Verdalle relatif à la production de médicament en RDA poursuit cette réflexion en mettant en exergue les incertitudes qui entourent la production des médicaments au niveau des matières premières et de la demande. On note que cet exemple détaille un monde pharmaceutique où la recherche de nouveaux médicaments est remplacée par la recherche de moyens de production plus efficaces, phénomène qui le rapproche des modèles économiques que l’ont retrouve dans l’industrie des médicaments génériques.

4La troisième partie de l’ouvrage porte sur la distribution des médicaments et s’articule autour de deux éléments principaux : les contraintes qui pèsent sur cette activité et la composition sociale de ce secteur. Le premier élément renvoie à la manière dont un marché se constitue malgré le contrôle étatique : contrôle des prix, interdiction de la publicité, obligation de livraison. Par exemple, l’obligation de livraison qui est faite aux grossistes (chapitre 10 de Cédric Lomba) et aux répartiteurs chargés d’approvisionner les pharmacies entraine d’importantes incertitudes et des contraintes de flexibilité dans la gestion du travail. Cette situation est accentuée par les pratiques des pharmaciens qui utilisent cette obligation pour limiter au maximum leurs stocks. Les contributions de cette section mettent également en avant les hiérarchies sociales existant au niveau de la distribution des médicaments entre, d’un côté, des métiers peu valorisés comme les visiteurs médicaux (chapitre 9 de Jérôme Greffion) et, de l’autre, des professions plus « prestigieuses » socialement (médecins, pharmaciens). Dans le chapitre 11, Pierre Fournier et Cédric Lomba s’intéressent à l’évolution du modèle de fonctionnement des pharmacies. Ils montrent ainsi que les pharmaciens ont su s’adapter aux contraintes légales (encadrement des prix, formation des employés) et techniques (carte Vitale, informatisation) pesant sur leur activité. Le dernier chapitre d’Isabelle Feroni suit la « carrière » commerciale d’un médicament, le Subutex, et retrace les principaux éléments qui ont influencé son parcours, comme le cadre légal, les brevets et ses prescriptions.

5L’intérêt de cet ouvrage tient dans les présentations des « mondes pharmaceutiques » qui y sont exposées. De plus, l’entrée par la production des médicaments s’avère originale par rapport aux travaux existant dans ce domaine et pertinente sur le plan analytique. Par exemple, la notion de rente légale montre que l’existence d’un encadrement étatique n’empêche pas des reconfigurations de frontières entre les mondes pharmaceutiques. Cette approche met également l’accent sur les travailleurs et l’organisation du travail propre à ce secteur, qui ne se réduit pas seulement à celle d’un laboratoire de recherche. Les contraintes structurelles pesant sur la production des médicaments entrainent un recours important à des travailleurs intérimaires et peu qualifiés qui doivent faire face à des risques sanitaires majeurs. Ces éléments posent néanmoins une question peu abordée dans l’ouvrage : quel rapport existe-t-il entre la recherche de nouveaux médicaments d’un côté et les moyens de production de l’autre ? Autrement dit, comment les enjeux de production sont-ils anticipés lors des recherches cliniques ou, à l’inverse, comment de nouvelles molécules peuvent-elles reconfigurer les types de production ? Une telle réflexion s’avère nécessaire lorsque l’on sait que les stratégies de recherche des industriels intègrent directement les possibilités de valorisation économique future.

Haut de page

Notes

1 En 2008, « plusieurs lots d’anticoagulants disponibles sur le marché français ont été fabriqués avec de l’héparine contaminée importée de Chine », entraînant une augmentation de la production des fabricants d’anticoagulants qui ne dépendaient pas de cette filière d’approvisionnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Besle, « Pierre Fournier, Cédric Lomba, Séverin Muller, Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/16681

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Besle

Doctorant en sociologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne, sous la direction du Pr Philippe Steiner. Ma thèse porte sur la coordination entre soins et recherches dans le cas des essais cliniques précoces en cancérologie. Ce travail s’inscrit dans une approche structurale, à la croisée de la sociologie économique et de la sociologie de la santé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page