Navigation – Plan du site

Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers

Félix Mazet
Voyage de classes
Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 256 p., ISBN : 9782707183217.
Haut de page

Texte intégral

1L’expérience du Voyage de classe retranscrite par Nicolas Jounin dans son dernier ouvrage s’inspire de tentatives pédagogiques déjà éprouvées sous la forme de « stages de terrain », dont l'Université Paris 8 fut l'initiatrice dès les années 1980, suivi par d'autres institutions telles que l’École normale supérieure. Le terrain d’enquête présenté ici s’en distingue toutefois par la position sociale des enquêteurs de l’Université de Paris 8. Les trois promotions d’étudiants en première année de sociologie se composent majoritairement de jeunes femmes, âgées de dix-huit à vingt ans, rarement blanches ; les deux tiers résident dans la banlieue nord de Paris et leurs parents sont majoritairement ouvriers ou employés. Une autre spécificité de cette enquête tient au retournement de la lunette d’observation, puisque des dominés participent ici activement de « la prétention » et de « l’insolence » des sciences sociales, en se focalisant sur les quartiers bourgeois du 8e arrondissement.

2Tout au long de la restitution de cette enquête collective, Nicolas Jounin porte son attention sur des questions pédagogiques où l’apprentissage de la sociologie se fait par la participation active des étudiants aux actes de recherche. Le choix du terrain se fait aussi en réponse à des impératifs matériels, le voyage s’effectue en trente minutes de métro, entre l’Université de Seine-Saint-Denis et trois quartiers du 8e arrondissement : Triangle d’or au sud des Champs-Élysées, Monceau et Élysées-Madeleine au nord. Le dispositif d’enquête se compose de divers exercices d’observation, de croisement de données quantitatives, d’élaboration et d’administration de questionnaires, d’entretiens avec des habitants, des commerçants ou encore des membres d’un cercle prestigieux.

3L’organisation de l’ouvrage suit d’ailleurs ce mouvement d’affinement de l’analyse en présentant d’abord les observations exploratoires faites à chaud par les étudiants. Ces premiers pas en éclaireurs se poursuivent par un ensemble de scènes d’observations in situ, dans un café, devant une boutique, dans un commissariat, qui sont aussi autant d’occasions de remettre en question les conditions de cette mise en situation. Le troisième chapitre joue alors le rôle de charnière dans la démonstration ; intitulé « compter avant de raconter », il ajoute une dimension quantitative aux observations. Cet acte d’enquête s’est déroulé en classe, de manière interactive ; c’était aussi le moment de mettre à plat collectivement les hypothèses et les présupposés accumulés par les enquêteurs. Les deux derniers chapitres resserrent l’analyse autour des résultats d’entretiens qui fournissent l’occasion d’interroger les spécificités de cette mise en relation et les formes d’humiliation éprouvées par les enquêteurs. Au fil de sa démonstration, l’ouvrage parvient à tenir ensemble la mise à plat des résultats tirés de l’enquête collective et l’analyse réflexive de ses conditions de production.

  • 1 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, Paris, PU (...)

4Loin d’être secondaire, l’aspect méthodologique trouve une portée heuristique tout au long de la transcription, sous la forme de ficelles pratiques dont le lecteur pourra se saisir. Par exemple, la « solution portable », qui consiste à prendre des notes sur son mobile lors de phases de notation statique devant les magasins de luxe ou sur les bancs d’un parc, s’avère particulièrement adaptée à la configuration du terrain puisqu’elle évite d’éveiller les soupçons des observés. Également développée sous l’angle de ses implications ethnographiques, la question de l’assimilation vestimentaire avec les enquêtés trouve une réponse différente de celle apportée par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot1. À la différence des deux enquêteurs en grande bourgeoisie, les étudiants vont ici faire le choix assumé de « venir comme ils sont » quotidiennement à l’université. Ce décalage vestimentaire avec les enquêtés est aussi la démarcation visible d’autres distinctions non-thétiques envisagées à l’échelle du « corps socialisé ». Les enquêteurs deviennent alors eux-mêmes une caisse de résonance et l’observation de leurs propres somatisations explicite certaines aspérités du terrain. Une illustration de cette approche peut être relevée dans les notes de Samira lorsqu’en visitant le Plaza Athénée, elle se trouve confrontée à des formes d’intimidation silencieuse qui la dépassent : « Je voulais aborder le lieu comme un autre. Je trouvais ridicule de se mettre la pression […] Mais je ne me sentais vraiment pas à l’aise et je n’ai même pas osé me lever pour aller sur la terrasse de l’établissement fumer une cigarette (ce qui pour moi relève de l’exploit) ».

5La dimension « déontologique » de l’enquête tient compte des entraves et des rapports de force concrets qui régulent la production de savoirs en régime démocratique. Si l’ouvrage restitue l’impératif de respect et de collaboration avec les enquêtés, il révèle aussi l’usage de formes d’« insincérité » dans la négociation de l’enquête ou de « braconnage » d’informations difficiles à obtenir. Ce sont ces difficultés liées aux barrières du terrain qui dépouillent de leurs connotations morales des pratiques d’enquête qu’une déontologie élaborée in abstracto leur assignerait. La dimension « cuisine » de l’enquête est présentée sous des angles inattendus et souvent périphériques au sein de la chaîne de production ; c’est notamment le cas lorsque l’auteur évoque son expérience personnelle comme petite main au sein d’un institut de sondage. Ainsi, l’intérêt porté aux formes de dirty work fournit des raisons d’agir aux apprentis chercheurs souhaitant se lancer dans des expériences pédagogiques et les incite à faire preuve d’imagination pour inclure la participation active de leurs étudiants.

6L’observation, qui constitue le premier temps de l’enquête et du récit, dévoile un terrain exotique depuis le regard des étudiants et du professeur qui le découvrent. Propice à la production d’étonnements et de préjugés, la découverte ethnographique du terrain génère chez les étudiants des réactions qui semblent renforcer un regard dualisant entre les appréciations de « l’élégance », de « la classe », voire des espérances d’être « comme ces gens-là », ou au contraire le vif rejet de ce monde qui serait constitué uniquement de « bourgeois ». Sur ces questions, le chapitre « compter avant de raconter » fourni de vives remises en cause des prénotions et des euphémisations racistes qui se font par le biais d’un état des lieux quantitatif des populations présentes dans l’arrondissement. L’analyse des compteurs statistiques présente ainsi de fortes disparités sociales entre les habitants de l’arrondissement, et souligne également la forte présence de personnes non-résidentes sur ce territoire. C’est aussi l’occasion d’une désobjectivation des euphémisations courantes qui sont reproduites dans les manières de dire la race – dont l’auteur explique sociologiquement l’absence de guillemets –, que ce soit sous la forme de la « nationalité », de « la culture » ou de « l’origine », sans en dire les modes de hiérarchisation sociale.

7Malgré quelques moments comparatifs fortement heuristiques, le lecteur pourrait regretter que les contradictions et les négociations que génèrent ces relations ne soient pas plus travaillées en recoupant les variables obtenues auprès des enquêtés avec celles des enquêteurs. En faisant le choix de mettre le travail collectif des étudiants sur le devant de la scène, l’auteur tend parfois à faire oublier les coulisses dont une socio-histoire des corps et des contextes pourrait mettre en lumière les opérations de sélection et de transcription qu’a mobilisé la restitution de ce Voyage de classe. En dernier lieu, ces critiques n’ont qu’un caractère provisoire dès lors que notre appropriation de l’ouvrage s’inscrit dans une dynamique collective de work in progress orientée vers des modes de production d’un savoir nuancé et compréhensif, ouvrant des chantiers jusque-là peu ou pas arpentés. Enfin, la démarche novatrice de l’auteur pose avec d’autant plus d’intensité les questions de la situation des universités françaises et de la dualisation qu’entraîne le processus de généralisation d’accès à l’enseignement au profit d’institutions scolaires déjà privilégiées.

Haut de page

Notes

1 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, Paris, PUF « sciences sociales & sociétés », 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Mazet, « Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/16742

Haut de page

Rédacteur

Félix Mazet

Étudiant en doctorat de science politique à l’Institut des sciences du politique de Paris X et au Centre Maurice Halbwachs de l’ENS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page