Navigation – Plan du site

Pascale Goetschel, Jean-Claude Yon, Au théâtre ! La sortie au spectacle, XIXe -XXIe siècles

Hadrien Volle
Au théâtre !
Pascale Goetschel, Jean-Claude Yon (dir.), Au théâtre ! La sortie au spectacle, XIXe-XXIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2014, 320 p., ISBN : 978-2-85944-877-6.
Haut de page

Texte intégral

1« Comment imaginer, au XIXe siècle, une soirée sans la sortie au spectacle ? ». De cette question, Jean-Claude Yon et Pascale Goetschel proposent de s’intéresser à la figure centrale de ce fait social : le spectateur. En balayant un large spectre chronologique, cet ensemble d’articles a pour ambition de faire ressortir la singularité du personnage face à un événement qui s’est transformé au fil du temps – dans sa forme comme par son importance  – pour devenir un loisir parmi d’autres.

  • 1 Nous pensons notamment au colloque « Penser le spectateur », à Strasbourg en mars 2012, ainsi qu’à (...)

2La question du spectateur est récurrente dans le domaine des études théâtrales et de l’Histoire. Notamment ces dernières années, où plusieurs études voient le jour sur ce sujet1. Que se passe-t-il autour des théâtres ? Avant, pendant et après le spectacle ? Qui fréquente les salles de Rio, Londres ou Buenos Aires ? L’ouvrage propose de répondre à ces questions – et à d’autres encore – en cinq actes. Il y a la volonté globale d’ajouter une dimension humaine afin de sortir de la vision réductrice des statistiques ministérielles, en passant de l’entité vague de public à celle de spectateur individuel, tout cela à la lumière de l’internationalisation : les études portant sur la France mais aussi l’Angleterre, l’Allemagne ou encore le Brésil.

3L’acte 1 se consacre à l’avant-spectacle. Un article de Sylvain Nicolle nous renseigne sur le trafic de billets à Paris sous la Restauration. Il tente de comprendre pourquoi la vente de billets à l’extérieur des théâtres est si visible, bien qu’interdite ? Pour y répondre, l’auteur met en lumière trois enjeux : qui sont les différents acteurs du trafic et comment contribuent-ils à son extension ? Pourquoi la police est-elle impuissante à les réprimer et comment expliquer l’échec chronique des réformes envisagées afin d’y remédier ? Afin d’apporter une réponse à ces interrogations, l’auteur utilise les rapports de police et ceux de l’assistance, en complément de la « littérature panoramique » de la période. L’article suivant s’appuie lui aussi, sur des sources sociales de première main, tels des témoignages et récits, ainsi que des romans de Vallès et Knock. Florence Fix s’intéresse ici à la file d’attente du mélodrame dans la deuxième partie du XIXe siècle : elle y développe l’hypothèse que le public considère le temps à attendre devant le théâtre – qui se termine d’ailleurs, par une ruée violente sur le guichet – comme désiré par le spectateur ; cela le préparerait aux émotions à venir sur scène. Enfin, dans la dernière étude de l’acte, Michel Rapoport se consacre aux programmes de théâtre de la scène Londonienne entre 1880 et 1940. Il y défend cette source comme un élément capital pour l’historien et qui selon lui, reste peu exploitée. Pour en illustrer toute la richesse, il référence les rubriques qu’ils contiennent, à quelle quantité ils se vendent et ce qu’ils nous apprennent sur la vie théâtrale de l’époque.

4L’acte 2 se concentre sur les goûts du public. Manuel Charpy étudie dans une première étude rigoureuse et très documentée, la sortie au théâtre comme phénomène de mode chez les bourgeois de Paris, Londres et New York à la fin du XIXe siècle. Pour eux, la scène est lieu de présentation, d’élection et de diffusion des modes. Les comédiens qui s’y produisent, de par leur marginalité, réinventent en permanence les styles vestimentaires et le public y est attentif. Pendant cette période, l’auteur montre que les objets naturels prennent le pas sur le papier mâché. Il semble naître également un lien entre la critique dramatique, la publicité et la mode. Finalement, Charpy nous montre comment la scène de théâtre est la préfiguration, ni plus ni moins, de la maison de couture du XXsiècle. L’article suivant se concentre sur Rio de Janeiro pendant la Première République (1889-1930). À travers la presse et la littérature, Anaïs Fléchet observe la fracture existante entre les théâtres de la place Tiradentes et l’Averrido, ou comment l’un a pu servir d’objet de distinction aux élites brésiliennes et plus généralement, comme en Europe, de miroir de la société qui les fréquente. Dans la même lignée, la dernière étude de l’acte porte sur les théâtres Politeama et Colon de Buenos Aires. Malheureusement, le manque de documentation et de références ne permet pas d’en faire ressortir l’intérêt scientifique. Cependant, Julian Esteban Gomez tente de nous apprendre comment ces théâtres seraient deux modèles pour une société en quête d’identité, pris dans la tension sociale entre « société désirée » et « société possible ».

  • 2 Rabreau, Daniel, Apollon dans la ville, Paris, Editions du Patrimoine, 2008.

5La question des catégories de public est abordée dans l’acte 3. Un premier travail de Solveig Serre permet de faire une incursion dans le XVIIIe siècle, important pour comprendre l’émergence du théâtre en France2. L’étude porte sur les représentations exceptionnelles – et ce qui les rend ainsi – à l’Opéra sous la fin de l’Ancien Régime. La physionomie du public y est différente des soirs ordinaires. Qui est-il ? Pourquoi sort-il ? Quel est l’intérêt d’organiser ces spectacles gratis ? Serre y répond au moyen de sa riche historiographie et d’importantes sources de première main. Delphine Diaz questionne ensuite la place des étrangers au théâtre sous la monarchie de Juillet. Sous cet aspect séduisant, l’article est documenté en majeure partie de seulement trois écrits personnels, sur les 5000 étrangers qui vivraient dans la capitale. L’auteur analyse la place du théâtre dans leur esprit par une approche sensible et nous apprenons que les étrangers tenteraient de calquer les réactions du public français, notamment en matière de politique. La salle de spectacle est-elle, pour eux, lieu de politisation ? Quelle différence avec leur pays d’origine ? Des questions qui mériteraient d’être posées à l’aune d’un corpus plus important. Afin de clore l’acte, Jeanne Moisand aborde la question de la fréquentation du théâtre à Madrid et à Barcelone sous l’angle du genre. Pour cela, elle s’appuie sur des mémoires de la fin du XIXe siècle, des critiques, ainsi que de nombreuses études existantes relues sous ce jour nouveau. Ce travail fait ressortir l’incidence du genre sur la représentation scénique avec l’apparition du théâtre par heure, destiné aux hommes et inversement avec le théâtre moral.

6L’acte 4 laisse place aux expériences particulières de représentations, chacune remise en perspective dans la vie théâtrale de son époque. La première s’intéresse à Franz Caspar Krieger, passementier bavarois ayant tenu un journal entre 1821 et 1872 – conservé aux Archives Municipales de Ladshut. De cette source, Robert Beck extrait le paysage dramatique du diariste et nous informe sur la place qu’occupe le théâtre au sein de la vie d’un homme ordinaire d’une ville de province bavaroise. Susan Foley et Charles Sowerwine renouvellent l’exercice en étudiant une partie de la correspondance de Léonie Léon et du député Léon Gambetta – conservée à l’Assemblée Nationale –, afin de mettre en exergue les goûts et les pratiques théâtrales de la moyenne bourgeoisie sous la Troisième République. Enfin, Pascale Melani raconte Nicolaï Alexandrovitch Gueïnike, amateur d’art lyrique moscovite de la fin du XIXe siècle. Pour cela, elle utilise des notes de l’auteur, rédigées en 1932 – à la fin de sa vie – et conservées au Musée Central du Théâtre.

7L’acte 5 est à part, car il laisse une place particulière à l’expérience humaine. Ici, le sensitif est invité à s’exprimer ; c’est aussi le seul acte qui évoque la deuxième partie du XXe et le XXIsiècle. Le premier texte est un témoignage documenté sur le travail d’ouvreuse au Théâtre de la Porte-Saint-Martin. Flore Garcin-Marrou y aborde la précarité de ce métier qui, selon elle, est voué à disparaître prochainement. Dans l’article suivant, le sociologue Dominique Pasquier questionne les spectateurs sur l’ascèse induite par la représentation contemporaine à l’heure où le loisir est souvent consommé chez soi. Sous la formule « le droit de tousser », l’auteur opère une mise en perspective historique de la question, avant de conclure qu’il semblerait que la toux soit le dernier moyen pour le spectateur, conscient ou non, de manifester son ennui. Enfin, l’acte prend fin sous la plume de René Gaudy, réfléchissant sur le « dormir au théâtre ». Il revient ainsi de façon mi-sérieuse, mi-humoristique, sur les raisons qui conduisent à s’endormir dans la salle.

8Au final, cet ouvrage documente richement la question de la place du spectateur au théâtre dans l’histoire. On regrettera le titre qui nous fait croire à un travail englobant toute la période contemporaine, alors qu’il reste centré principalement sur le XIXe siècle. Aussi, certains articles tirent leurs épingles du jeu pour une potentielle portée scientifique importante, notamment l’étude de Manuel Charpy dans l’acte 2. Cependant, l’ouvrage fait ressortir de nombreux points communs – notamment internationaux – sur la façon de sortir au théâtre, ouvrant ainsi la perspective de nouveaux sujets d’études. La représentation théâtrale constituant un fait social, Au Théâtre ! invite aussi à travailler à partir de sources nouvelles, tels les programmes comme Michel Rapoport nous y encourage. Cet ouvrage a le mérite de poser des jalons qui, espérons-le, encourageront à des études nouvelles sur les spectateurs et sa représentation.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons notamment au colloque « Penser le spectateur », à Strasbourg en mars 2012, ainsi qu’à « L’Engagement du spectateur », au Québec en mai 2014. Relevons également la tenue de la rencontre « Art engagé : quelle place pour le spectateur ? » à la Cité Internationale en octobre 2014. Du côté des publications, gardons en mémoire Assise du théâtre : Pour une étude du spectateur de Marie-Madeleine Mervant-Roux (1998) et sur les périodes antérieures Spectacles et pouvoir dans l’Europe de l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle), actes de colloque édités par Marie-Bernadette Dufourcet, Charles Mazouer et Anne Surgers en 2008.

2 Rabreau, Daniel, Apollon dans la ville, Paris, Editions du Patrimoine, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Volle, « Pascale Goetschel, Jean-Claude Yon, Au théâtre ! La sortie au spectacle, XIXe -XXIe siècles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16863

Haut de page

Rédacteur

Hadrien Volle

Doctorant contractuel en histoire de l’art moderne à Paris 1. Sa thèse porte sur la décoration, la disposition et l’utilisation des salles de spectacle au XVIIIe siècle et sous l’Empire

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page