Navigation – Plan du site

Sophie Javerlhiac, La reconversion des sportifs de haut niveau. Pouvoir et vouloir se former

Anaïs Déas
La reconversion des sportifs de haut niveau
Sophie Javerlhiac, La reconversion des sportifs de haut niveau. Pouvoir et vouloir se former, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des sociétés », 2014, 298 p., préface de Charles Suaud, postface de Didier Demazière, ISBN : 978-2-7535-2899-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut citer par exemple : Brissonneau Christophe, Aubel Olivier et Ohl Fabien, L’épreuve du dopag (...)

1Si le sport de haut niveau est devenu un objet légitime de recherche, comme le signale Didier Demazière dans la postface de l’ouvrage, le travail de Sophie Javerlhiac ne peut qu’alimenter les réflexions qui gravitent autour de la notion de carrière professionnelle1. En s’intéressant à l’une de ses étapes, celle de la reconversion, l’auteure rend compte plus particulièrement des différentes façons dont les sportifs de haut niveau (SHN) se positionnent face à cette question. L’originalité se situe dans le fait d’intégrer les mécanismes biographiques des athlètes dans le système qui les structure en partie. Il convient en effet de distinguer ce qui relève des possibilités de formation, voire d’emploi, pensées par les politiques ministérielles et fédérales (« pouvoir de former »), et ce qui a trait à la volonté des sportifs eux-mêmes, et plus spécifiquement aux stratégies dont ils font preuve (« vouloir se former »). Pour répondre à cette ambition, l’auteure structure son ouvrage en quatre temps. Nous reviendrons d’abord sur les deux premiers, qui s’intéressent à l’objet et à la méthodologie de recherche, avant de présenter deux catégorisations alimentant les deux dernières parties.

  • 2 Voir par exemple les 41 propositions du Rapport Karaquillo (remis le 18 février 2015) [http://www.s (...)

2D’abord, il convient de spécifier rapidement ce que « sportif de haut niveau » et « reconversion » veulent dire. Si la reconversion apparaît comme relativement claire dans l’esprit du lecteur déjà sensibilisé à cette question d’actualité2, des définitions sont pourtant apportées. Entrer en formation et suivre un double projet (sportif et professionnel) constituent pour le SHN des moments incontournables de ce processus. Le SHN est ici celui qui en détient le statut selon un cadre réglementaire qui en précise les critères d’attribution. Figurer sur la liste ministérielle des SHN permet à l’athlète d’avoir accès à différentes catégories de soutien en matière de formation, d’accès à l’emploi et d’aides financières de l’État. La question centrale du texte est alors élaguée : puisque l’ensemble des dispositifs politiques encouragent le processus de reconversion, comment interpréter le fait que très peu de sportifs s’y engagent ? En effet, même si « [t]out, a priori, est prévu et conçu » (p. 64), on s’aperçoit rapidement que les bases réglementaires sont posées pour mieux les disséquer, voire les défaire, par la suite.

  • 3 Sophie Javerlhiac est aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Rennes 2. Longtemps inscr (...)
  • 4 Voir par exemple : Fleuriel Sébastien, « L’impensable reconversion des athlètes de haut niveau », L (...)

3C’est particulièrement flagrant lorsque les liens entre l’expérience de vie de la chercheuse (difficultés à se reconvertir après une carrière de SHN3) et le choix de l’objet de recherche sont abordés. Très tôt dans l’ouvrage, on parle d’« exploitation » des sportifs, tout en précisant que « le mot est peut être fort » (p. 26). La littérature sociologique vient corroborer la position de l’auteure4. La promiscuité entre la chercheuse et son objet interpelle donc le lecteur. Le fait n’est pourtant pas nié, et bien au contraire, il est exposé, explicité et défendu. La question de la neutralité et de l’objectivité du chercheur est rappelée à de nombreuses reprises, et on apprécie cette mise à nue. On l’apprécie d’autant plus que les principes de précaution méthodologique qui en découlent sont évoqués. On regrette cependant qu’ils ne soient pas plus poussés où, à défaut, explicités. Malgré tout, les détails sur la méthodologie d’enquête sont en mesure d’assouvir en partie la curiosité du lecteur. L’analyse repose essentiellement sur 74 entretiens (60 entretiens biographiques avec des SHN ainsi que 14 « récits de pratique » auprès des cadres référents des fédérations et du ministère) issus de cinq terrains distincts (aviron, escrime, gymnastique, tennis de table et basket-ball). L’auteure prend également la précaution de compléter ces matériaux par d’autres éléments comme les discours politiques, les textes de lois et des contrats de sportifs. Au-delà des matériaux et de leur récolte, on nous expose également la posture sociologique défendue. Les SHN sont considérés comme des acteurs « rationnels » dont la rationalité reste cependant limitée (p. 35). Les théories actionnistes et interactionniste sont ainsi considérées comme complémentaires. Il s’agit donc d’identifier les stratégies mises en place par les SHN tout en prenant en compte les interactions dans lesquelles s’inscrit la production du discours. Afin d’identifier les relations de pouvoir et la manière donc chacun en joue, un principe directeur est érigé : celui de « comparer pour interpréter » (p. 39). Plusieurs échelles de comparaison interviennent ainsi, permettant à l’auteure de dresser diverses catégorisations. Nous reviendrons ici sur deux d’entre elles.

  • 5 Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance.

4C’est par exemple l’analyse comparative des politiques fédérales qui permet de dresser trois catégories. En escrime et en aviron, l’adéquation entre les différents discours récoltés montre que les fédérations et les entraîneurs sont favorables au double projet. L’athlète est au cœur du système. En gymnastique et en tennis de table, il est davantage au service de ce dernier. Pour la gymnastique, le double projet est un problème, les discours politiques s’apparentent à des justifications et ceux des sportifs pointent du doigt le fait qu’aucun accompagnement fédéral n’est apporté (ou alors exceptionnellement). Pour le tennis de table, la métaphore du pompier est mobilisée pour rendre compte d’un investissement fédéral qui arrive a posteriori, dans l’urgence, en cas de blessure par exemple. Pour le basket-ball, la donne est différente puisque le double projet se heurte à la réalité professionnelle du métier de basketteur ou de basketteuse. En effet, elle est la seule activité à disposer d’une ligue professionnelle proposant à ses joueurs et joueuses un métier à temps plein assorti d’un contrôle des contrats. La fédération ne peut donc agir qu’en amont (à l’INSEP5) ou en aval pour une minorité de joueurs, souvent les plus reconnus. Globalement, le bon déroulement du double projet dépend donc des politiques fédérales, de l’implication des cadres sur le terrain, de la diffusion de la culture en matière de formation par les « anciens » et de l’argent gagné dans la pratique. Manque de coordination et de pilotage, manque de moyens, et manque d’autonomie des SHN s’imposent comme autant d’obstacles à la mise en œuvre réelle de la politique en faveur du double projet. Le décalage entre discours institutionnels et réalité est ici flagrant. La conclusion de l’ouvrage vient d’ailleurs confirmer la position initiale de l’auteure : le système est construit de manière à ce que les sportifs exercent « un métier… bénévole » pour le compte de leur fédération et de l’État (p. 263). Avec beaucoup de contraintes et peu de privilèges, la situation est proche de la domination, voire, selon l’auteure, du « totalitarisme » (p. 264). L’expression semble cependant exagérée.

5En effet, ces derniers ne sont pas pour autant emprisonnés dans ce système aux multiples contraintes. Apprendre à le connaître et à utiliser ses règles, c’est éviter de le subir, c’est établir des stratégies de pouvoir et de négociation. La comparaison des différents discours de SHN intervient ici dans l’optique de rendre compte de deux catégories d’acteurs : les stratèges qui utilisent le système, et les égarés qui le subissent. Huit exemples de trajectoires se succèdent afin d’éclairer huit sous-catégories. Là où le « stratège clairvoyant » pense et construit son projet, le « stratège calculateur » utilise davantage son statut et ses médailles pour cela. Le « stratège opportuniste » fait les bons choix au bon moment en fonction des opportunités qui se présentent à lui. Enfin, le « stratège réaliste » utilise les moyens mis à sa disposition lorsqu’il est arrivé en fin de carrière, alors que le « stratège volontariste » agit comme un acteur rationnel puisqu’il connaît le système, sait s’informer et négocier. Restent alors « l’acteur perdu » qui se trouve dans une impasse puisqu’il n’est guidé par aucune stratégie, « l’acteur contestataire » qui critique le système sans regretter pour autant de s’être engagé dans une carrière sportive, et « l’acteur indécis… mais profiteur » qui vit au jour le jour tout en profitant des aides fédérales auxquelles il a accès. Cependant, ces catégories constituent davantage des « exemples prototypiques » (p. 203) que des modèles généralisables. Globalement, la bonne réussite du double projet et de la reconversion réside, chez les individus, dans la volonté, l’anticipation et l’autonomie. L’influence familiale peut également constituer un soutien extérieur, surtout si le SHN est issu d’un milieu plutôt favorisé.

6Finalement, si manier d’un même mouvement les discours issus d’une variété de disciplines et d’acteurs paraissait compliqué, force est de constater que l’analyse et l’écriture rendent pertinent la comparaison des cinq terrains. On apportera une légère nuance sur le dernier chapitre dans lequel la distinction entre ce qui relève du général, autrement qui se retrouve majoritairement chez l’ensemble des sportifs, et du particulier, c’est-à-dire ce qui n’est valable que pour certains d’entre eux, est difficile à suivre. On aurait également aimé davantage de précisions quant à la mise à distance de l’objet d’étude et à la représentativité des athlètes interrogés. Hormis ces infimes remarques, on reste entièrement séduit par la description de la méthodologie. Le terrain est conséquent, dense. L’analyse se fait à différentes échelles. Et finalement, force est de saluer la richesse des matériaux et la mise en mot de leur interprétation.

Haut de page

Notes

1 On peut citer par exemple : Brissonneau Christophe, Aubel Olivier et Ohl Fabien, L’épreuve du dopage – Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, PUF, 2008 ; Schotté Manuel, « Le “jeu” des dispositions des coureurs marocains en France », Dispositions et pratiques sportives : Débats actuels en sociologie du sport, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 157-166 ; Le Mancq Fanny, « Des carrières semées d’obstacles : l’exemple des cavalier-e-s de haut niveau », Sociétés contemporaines, n°66, 2007, p. 127-150.

2 Voir par exemple les 41 propositions du Rapport Karaquillo (remis le 18 février 2015) [http://www.sports.gouv.fr/Karaquillo/Karaquillo_Synthese.pdf]

3 Sophie Javerlhiac est aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Rennes 2. Longtemps inscrite sur les listes SHN, elle s’engage dans un travail de thèse après avoir exercé pendant 18 ans le métier d’antiquaire. L’ouvrage dont il est question ici est issu de cette recherche doctorale.

4 Voir par exemple : Fleuriel Sébastien, « L’impensable reconversion des athlètes de haut niveau », Les cahiers de l’université d’été, n°17 « Le crépuscule des Dieux : issue maitrisée ou issue fatale ? », MSHA, 2004, p. 159-165.

5 Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Déas, « Sophie Javerlhiac, La reconversion des sportifs de haut niveau. Pouvoir et vouloir se former », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 mars 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17362

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Déas

Professeure agrégée (PRAG) en Education Physique et Sportive, détachée dans l’enseignement supérieur sur un poste d’ATER. Doctorante en sociologie. Université d’Artois, URePSSS, laboratoire SHERPAS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page