Navigation – Plan du site

Thierry Schaffauser, Les luttes des putes

Aurélia Léon
Les luttes des putes
Thierry Schaffauser, Les luttes des putes, Paris, La Fabrique, 2014, 208 p., ISBN : 978-2-35872-061-8.
Haut de page

Texte intégral

1Thierry Schaffauser n'a pas le projet, dit-il, de parler au nom des putes. Il cherche « à diffuser des savoirs, mais aussi, peut-être à poser des jalons pour des coalitions émancipatrices à venir » (p. 10). Dans cette optique, il publie un ouvrage qui se présente à la fois comme un plaidoyer pour la décriminalisation du travail sexuel, seule perspective « qui puisse améliorer le sort des prostituées », et comme un manifeste pour une inscription des luttes des putes dans le double champ des luttes féministes et des luttes ouvrières.

  • 1 Pour une synthèse des enjeux autour de l'épistémologie du standpoint on pourra consulter l'excellen (...)

2L'ouvrage s'ouvre sur une rapide mise en perspective du parcours de l'auteur, d'autant mieux venue que le contexte académique freine encore la reconnaissance de l'importance du positionnement des auteurs1. L'occasion pour Schaffauser d'évoquer son engagement à Act Up pour la santé communautaire et la lutte contre le sida, son activité de travailleur du sexe et sa participation au STRASS (Syndicat du travail sexuel).

3Dans une première partie, Les luttes des putes dressent un portrait sans concessions des politiques publiques françaises pour montrer qu'elles confinent l'abord de la prostitution à l'angle de la criminalité et d'un problème social. Le traitement réservé par l'État aux travailleur.euse.s du sexe (TDS) s'y révèle inscrit dans la continuité de l'exercice du contrôle social sur les femmes ainsi que sur les pauvres et les migrant.e.s (avec la criminalisation, le maintien dans l'illégalité, des moyens employés par ces personnes pour sécuriser leurs vies, etc.). Outre l'historique détaillé de la constitution du champ de l'action associative autour du travail sexuel (alliance entre une partie de la gauche, des féministes et de l'Église), c'est le principal intérêt de cette partie : démontrer en quoi la soit-disant vulnérabilité constitutive de la position de TDS est une vulnérabilité induite par un cadre législatif et un appareil judiciaire hostile aux TDS et aux personnes migrantes. Comment penser en effet que la criminalisation de la possession de préservatifs, de l'entraide via le prêt de logement ou de la situation des activités en centre-ville (qui sont des outils de réduction des risques) puissent déboucher sur la protection des droits des femmes et des prostitué-e-s, argument au nom duquel ces mesures sont adoptées ? En bonne logique, un constat de vulnérabilité devrait ouvrir sur la reconnaissance de nouveaux droits et non sur l'exercice de la contrainte et de la répression à l'encontre des personnes concernées.

4En bonne logique également, les féministes auraient dû réfléchir depuis longtemps aux possibilités d'alliance avec les TDS. Reprenant en particulier Paola Tabet et Gail Pheterson, Schaffauser rappelle en quoi la répression du travail sexuel s'inscrit pleinement dans l'économie patriarcale. Si l'on suit ces auteures en effet, n'y a pas d'un côté la sexualité libre et épanouissante, gratuite, des rapports maritaux, et de l'autre la sexualité contrainte, dégradée par sa monétarisation et l'emprise des proxénètes, de la prostitution. L'approche en terme de continuum des échanges économico-sexuels permet de resituer l'activités des TDS dans la continuité des échanges entre les individus assignés hommes et ceux assignés femmes dans un contexte hétéropatriarcal capitaliste. La répression du travail sexuel apparaît dans ce cadre comme la répression de leviers d'autonomie déviants vis-à-vis des institutions fondatrices de l'économie patriarcale que sont le couple hétérosexuel, le mariage, la sexualité reproductive, la gratuité du travail sexuel des femmes (incluant le travail du care).

5Alors pourquoi ce rendez-vous manqué entre féministes et TDS ? Aveuglement aux privilèges de classe, héritage d'un rapport au corps judéo-chrétien, dialectique liberté/servitude, grands mythes sur la prostitution (comme la traite des Blanches et ses dérivés racistes : rumeur d'Orléans, etc.), l'ouvrage formule plusieurs hypothèses et affirme que ni les discours culpabilisants, ni les discours compassionnels, ni même les positions de solidarité ne créent les conditions de réelles coalitions. Parce qu'ils ne campent pas des partenaires égaux, ils entament concrètement les conditions de possibilité de dialogue, d'où il ressort que, paradoxalement, « les féministes parlent des prostituées sans elles, en disant vouloir les soutenir. » (p. 112)

  • 2 Biologiste, historienne des sciences et philosophe, figure majeure parmi les intellectuelles fémini (...)
  • 3 Despret, V, « En finir avec l'innocence », in Dorlin, E., Rodriguez, E., (dir.) Penser avec Donna H (...)
  • 4 Despret, V., « Penser par les effets », Etudes sur les morts. Thanatologie, n° 142, 2012/2

6C'est donc la chronique d'un rendez-vous raté entre féministes et TDS que relate Schaffauser. Rendez-vous raté dans un contexte où la plupart des féministes à l'heure des mobilisations du milieu des années 70 s'installaient dans une position de surplomb critique, position où la critique radicale prend un tour totalisant. On peut penser à ce sujet à ce qu’écrit V. Despret dans un article où elle discute des apports de la pensée de D. Haraway2, à savoir que c'est précisément en sortant des positions totalisantes, en acceptant que la vie ordinaire puisse impliquer de tenir ensemble des positions conflictuelles sans les dépasser, que l'on crée la possibilité de connexions partielles, impliquant des compromis, parfois des alliances avec l'ennemi, des positions antipathique, mais qui « situe[nt] la critique en rapport à des conséquences intéressantes, par lesquelles nous nous déclarons “intéressées”» 3. Autrement dit, qui inscrivent la critique dans un horizon pragmatique où il est question de mesurer l'opérativité des perspectives théoriques à leurs effets. « Penser par les effets », titre d'un autre article de Despret4 dans lequel elle refuse de statuer a priori sur la réalité de ce qui est. C'est bien l'horizon dans lequel s'inscrit Les luttes des putes : penser les différentes versions sur la prostitution à partir de ce qu'elles produisent dans le champ de la réalité. Exemple les politiques anti-traite, qui ramènent les TDS au rang de mineurs éternels et qui ont pour effet concret de déstructurer les réseaux d'entre-aide.

7Au tournant du XXe siècle, rendez-vous manqué également avec les mouvements ouvriers : « la prostitution a été stigmatisée comme une sous-catégorie du prolétariat, et les prostituées comme groupe étranger à la classe ouvrière. » (p. 191) Extraits à l'appui, Schaffauser montre cependant que le texte de ces mobilisations est loin d'être défavorable aux prostitué-e-s, et que les théoricien-ne-s ne se privent pas de critiquer les effets des campagnes abolitionnistes. Mais, paradoxalement, la prostitution n'apparaît jamais comme un espace de lutte à part entière, elle s'apparente plutôt à un produit dérivé des institutions bourgeoises, au même titre que le mariage, qui devrait se voir abolir quasiment mécaniquement avec l'advenue d'une société communiste. Pourquoi cela ? Pourquoi l'agentivité des TDS n'est-elle pas thématisée en propre ? On retrouve d'un côté la thèse de l'aliénation, de même que chez les féministes et dans le cadre de l'action sociale rattachée à l'Eglise catholique, thèse de l'aliénation qui aboutit à discréditer la parole des putes, considérées comme des victimes impuissantes et manipulées. De l'autre côté, il y a le fait que leur part dans le continuum travail reproductif-travail productif n'est jamais reconnue. Dans un contexte où c'est le retrait de leur force de travail par les ouvriers qui fait figure de principal levier dans la constitution d'un rapport de force avec le capital, le travail reproductif et a fortiori la part que constitue le travail sexuel reste en effet globalement un angle mort. Ce qui revient à oublier que la plus-value n'est pas qu'une exploitation des ouvrièr-e-s directement assigné-e-s à une tâche dans un système de production déterminé du type manufacture mais qu'elle implique aussi l'exploitation de tous les invisibles de la production : celles et ceux qui, par leur travail non reconnu comme tel, créent les conditions de possibilité du travail ainsi nommé. Dans ce cadre, le travail sexuel, qu'il s'agisse de celui des épouses ou des TDS, est globalement escamoté.

8Malgré une solidarité de classe spontanée, les putes restent ainsi tenues à l'écart des mouvements ouvriers... et ce jusqu'à l'heure actuelle. « Non seulement elles ne préoccupent pas la gauche à cause de leur improductivité, mais la criminalisation et la stigmatisation vont empêcher de les définir comme travailleuses et donc de les inclure dans les mouvements sociaux. » (p. 200) Le STRASS, fondé en 2009, est une réponse directe à cet état de fait. Inscrit dans les mouvements des TDS à l'échelle internationale, il se présente comme un syndicat de TDS organisé-e-s pour la défense de leurs droits et l'amélioration de leurs conditions de travail et de vie. Outre la construction d'espaces de réunion, de rencontre, le partage d'outils entre TDS, il fait de l'information juridique, mène des actions en justice et réalise en lien avec d'autres associations un important travail de plaidoyer auprès des médias et des politiques. Derrière le slogan « ni proxo, ni patron, travail sexuel libre », il défend l'auto-organisation du travail sexuel sans employeur dans un cadre dépénalisé.

9En résumé, Thierry Schaffauser réussit avec Les luttes des putes un ouvrage d'information clair et pédagogue permettant de déconstruire les principaux mythes autour de la prostitution et à l'appui de l'idée qu'il est urgent de cesser de réprimer, de précariser et de harceler les TDS. Dans un contexte où « intersectionnalité » est en passe d'être neutralisé à travers son emploi comme un sésame magique dans les espaces académiques, la question des conditions d'alliance y est posée avec le sérieux de ceux pour qui la question compte. Pourquoi certaines alliances n'ont-elles pas pu voir le jour, qu'est-ce qui les a mis en échec, et qu'est-ce qui pourrait les favoriser ? S'il existe bien sûr des limites à l'exercice de l'évocation théorique des modalités alliances possibles (par exemple, étant donné qu'il existe aujourd'hui des articulations effectives entre luttes des putes et luttes féministes, on pourrait se demander lesquelles, jusqu'à quel point elles fonctionnent, avec quelles réussites et quelles limites ?), s'il y a des limites au point de vue de l'auteur lui-même (ici l'axe de l'articulation avec les perspectives décoloniales qui aurait mérité d'être creusé), Les luttes des putes ne s'en présente pas moins comme un ouvrage de synthèse très documenté, stimulant tant du point de vue de la recherche que des luttes sociales.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse des enjeux autour de l'épistémologie du standpoint on pourra consulter l'excellent travail de Maria-Puig de la Bellacasa : Politiques féministes et construction des savoirs ; « Penser nous devons » !, L'Harmattan, Paris, 2012.

2 Biologiste, historienne des sciences et philosophe, figure majeure parmi les intellectuelles féministes contemporaines.

3 Despret, V, « En finir avec l'innocence », in Dorlin, E., Rodriguez, E., (dir.) Penser avec Donna Haraway, PUF, Paris, 2012.

4 Despret, V., « Penser par les effets », Etudes sur les morts. Thanatologie, n° 142, 2012/2

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Léon, « Thierry Schaffauser, Les luttes des putes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 mars 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/17481

Haut de page

Rédacteur

Aurélia Léon

Doctorante en sociologie à l'Université Lumière Lyon2, rattachée au Centre Max Weber. Ses travaux portent sur l'actualité des mobilisations féministes et les articulations entre perspective matérialiste et queer

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page