Navigation – Plan du site

Thom van Dooren, Flight Ways

Thibault De Meyer
Flight Ways
Thom van Dooren, Flight Ways. Life and Loss at the Edge of Extinction, New York, Columbia University Press, 2014, 208 p., ISBN : 9780231166188.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Latour Bruno, « Why has critique run out of steam? From matters of fact to matters of concern », Cr (...)

1Flight ways relate de manière vivante les histoires de quelques espèces d’oiseau en voie de disparition. Même si le livre fait constamment appel à des données scientifiques, il ne s’agit pourtant pas d’un simple livre de vulgarisation. En fait, Thom van Dooren part du constat que les connaissances scientifiques ne permettent pas à elles seules de transformer nos rapports au monde ou, pour reprendre des concepts mobilisés par Bruno Latour, un matter of fact n’est pas à lui seul un matter of concern1. Cette discordance est un des problèmes les plus importants que rencontrent les environnementalistes. En effet, une extinction de masse des espèces animales est en train de se produire. En plus d’être de potentielles victimes de cette catastrophe, nous, humains, en sommes la cause principale. Pourtant, les taux de pollution continuent à grimper, la déforestation se poursuit… L’extinction de masse est un matter of fact qui n’est pas encore devenu un matter of concern.

  • 2 Voir Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard. Pour une présentation concise (...)

2Selon van Dooren, qui est professeur d’anthropologie et d’environnementalisme à l’Université de Nouvelle-Galles-du-Sud en Australie, cette discordance s’expliquerait par un problème de cadrage : nous insistons trop souvent sur les différences entre nous, humains, et les autres espèces animales. Ce cadrage, qu’on pourrait qualifier de naturaliste en suivant la classification de Philippe Descola, nous pousse à croire que nous sommes les seuls à posséder le langage, la conscience de soi, la conscience de la mort, la capacité de rire, ou toute autre caractéristique propre à notre espèce2. Le livre qui nous intéresse ici ne cherche pas à falsifier de telles coupures : il est peut-être des caractéristiques qui soient le propre de l’homme. L’auteur veut surtout nous rendre sensibles au fait qu’un cadrage naturaliste, indépendamment de sa véracité, peut induire de mauvaises conséquences. Un tel cadrage nous dispose, en effet, à ne pas nous sentir concernés par le destin des animaux : puisque nous concevons les animaux en tant que distincts de nous, qu’est-ce que cela peut bien nous faire s’ils disparaissent  ?

3Pour susciter de l’intérêt pour l’extinction des espèces animales, il faut donc changer le cadrage naturaliste : il faut promouvoir des manières de décrire les événements où les humains et les animaux partagent un même destin. Dans Flight Ways, nous lisons cinq histoires d’espèces aviaires qui sont en voie de disparition. Le choix des oiseaux est lié aux affinités de l’auteur, il aurait tout aussi bien pu s’intéresser à des poissons, des insectes ou des mammifères sans compromettre son projet général. Dans ces histoires, van Dooren fait référence aux données scientifiques, il ne s’agit pas d’inventer des histoires à la légère.

4Deux techniques narratives sont mobilisées pour s’opposer au naturalisme. La première consiste à raconter des histoires où les animaux nous ressemblent ; la deuxième déploie des histoires où les animaux et les humains se trouvent inextricablement liés. Le premier récit met en œuvre la première technique narrative : les animaux nous ressembleraient en ce qu’ils se soucient de leur descendance, qu’ils ne se reproduisent pas de manière instinctive, automatique. Pour construire son récit, van Dooren décrit les albatros à pieds noirs (Phoebastria nigripes) qui vivent sur l’Atoll Midway à 2000 km d’Hawaï. Après la pondaison en décembre, ces oiseaux couvent leurs œufs pendant huit mois. Les deux parents alternent leurs rôles : l’un s’en va chercher de la nourriture en mer et l’autre garde les œufs. La quantité d’énergie que demande la reproduction contraint les albatros à constituer des couples stables, un parent seul ne peut à la fois faire éclore un œuf et protéger un rejeton. Les albatros doivent donc chercher des partenaires fidèles. Pour avoir le temps d’en trouver, ils ne commencent à se reproduire que quelques années après leur maturité sexuelle. Durante ce temps d’exploration, les albatros chantent et dansent en couple  ; il arrive même que ces apprentis parents jouent à construire des nids. Ces albatros, dont des traces archéologiques indiquent la présence il y a déjà 32 millions d’années, ont survécu grâce au soin très particulier qu’ils portent à la génération.

5Nous nous imaginons souvent, conformément au cadrage naturaliste, que nous sommes les seuls à désirer une descendance  ; les animaux se reproduiraient sans réflexion, sans effort, sans soin. Pourtant, même si toutes les espèces ne montrent pas d’aussi beaux spectacles autour de la génération, toutes leur offrent des soins particuliers. La continuité des espèces n’est jamais assurée, elle est tout le temps le résultat d’une succession réussie et fragile. Van Dooren dramatise l’histoire en soulignant le fait que les albatros sont en train de disparaître à cause de matériaux en plastique qui, eux, persistent sans aucun effort pendant des milliards d’années. Les albatros ingèrent en effet des particules plastiques qui encombrent les océans. Cette absorption ne tue pas directement les oiseaux, mais affaiblit énormément leurs capacités reproductives. Van Dooren finit ce premier chapitre en indiquant que la pollution met en péril beaucoup d’espèces et que, en fin de compte, les humains à l’origine de cette pollution sont eux aussi en danger. Alors que nous pensons être les seuls à soigner notre descendance, l’auteur conclut de manière provocatrice que « c’est peut-être nous qui ne sommes pas assez “évolués” pour être dignes de notre propre descendance » (p. 43).

6Comme on le voit, en montrant de quelle façon les animaux font attention à leur descendance, van Dooren espère susciter une communauté d’émotions entre nous et les animaux : la persistance de matériaux polluants qui mettent en danger nos enfants doit nous unir. Dans le deuxième chapitre, van Dooren déploie une seconde technique narrative. Il s’agit de raconter des histoires où les humains et les animaux font société. Pour cela, il raconte l’histoire des vautours indiens (Gyps indicus). Ceux-ci remplissent une fonction pour la communauté des humains et des animaux : en mangeant les cadavres, ils empêchent la propagation d’épidémies. Cependant, ces oiseaux meurent aujourd’hui à cause des médicaments (en particulier du diclofénac) que le bétail et les humains ingèrent en grande quantité. Les vautours ne sont plus assez nombreux pour digérer les millions de cadavres qui s’amassent chaque année en Inde. Si les populations les plus riches s’adaptent en mettant en place des mesures sanitaires, les pauvres ne le peuvent pas et sont souvent les victimes humaines les plus directes. On note déjà une hausse des cas de rage en Inde, tout particulièrement dans les régions les plus pauvres. Bien avant que les humains s’installent en Asie, les vautours y remplissaient déjà leur fonction sociale de réintégration des cadavres dans le cycle du vivant. Aujourd’hui, avec la disparition des vautours, les cadavres sont des morts qui ne réintègrent plus le vivant  ; ce sont des morts qui provoquent, à travers les maladies contagieuses, plus de morts. L’auteur nomme ces morts des morts doubles (double death) ; c’est un point fort du livre de toujours construire des petits concepts qui permettent de « capturer » des idées phares.

7Les trois autres chapitres racontent également des histoires qui proposent des cadrages anti-naturalistes. Dans le troisième chapitre, van Dooren s’oppose à l’idée que les animaux vivraient dans des habitats qui devraient simplement satisfaire un certain nombre de conditions objectives (une bonne température, un bon taux d’humidité, la présence d’aliments…). En racontant l’histoire des petits pingouins (Eudyptula minor) de Sydney, on apprend combien les animaux peuvent s’attacher à des lieux significatifs. Les petits pingouins aiment donner naissance au même endroit où ils sont nés même lorsque les conditions matérielles ont drastiquement changé. Les animaux peuvent aussi avoir le désir d’un chez soi (home). Le quatrième chapitre met en scène les grues blanches (Grus americana) qui ne comptent plus que quelques centaines d’individus. Les États-Unis et le Canada ont mis en place des programmes pour protéger cette espèce. Les humains sont devenus des acteurs indispensables pour la survie de ces quelques oiseaux. Dans ce chapitre, van Dooren aborde la question du sacrifice. En effet, les quelques grues blanches qui restent sont forcées de se reproduire pour sauver l’espèce. En outre, des oiseaux d’autres espèces qui ne sont pas en danger sont utilisés pour tester des médicaments pour s’assurer qu’ils sont sains pour les grues blanches. Van Dooren décrit dans le cinquième et dernier chapitre, le deuil des corbeaux hawaïens (Corvus hawaiiensis). On ne connaît pas grand-chose à leur propos, car il n’en reste plus qu’une centaine vivant en captivité  ; on ne peut donc pas les soumettre à des tests scientifiques. Cependant, on peut les rapprocher des autres corvidés qui démontrent une intelligence sociale et de l’empathie. Même s’il est difficile de mettre en place un dispositif pour évaluer le niveau de deuil d’un animal, un grand nombre d’observations indiquent par exemple que les corbeaux chantent de façon plus vive que d’habitude après la mort d’un proche et qu’ils ne s’approchent plus du cadavre par la suite. Il pourrait y avoir là une fonction évolutionnaire : en se rassemblant autour du cadavre, les oiseaux prennent conscience qu’il y a un risque et qu’il vaut mieux s’éloigner de cet endroit. Ils choisissent alors souvent de suivre d’autres chemins, ils font parfois des kilomètres de détours pour éviter l’endroit où le cadavre a été vu la dernière fois. Van Dooren se demande alors : « comment les extinctions en masse ne pourraient pas nous annoncer la nécessité de trouver de nouveaux itinéraires (flight ways), de nouveaux modes de vie dans un monde fragile et changeant  ? » (p. 142).

8Flight Ways est un livre sérieux qui se lit aisément. Il pourrait d’ailleurs se lire en parallèle du livre récent de Jon Mooallem, Wild Ones3. Même s’il n’est pas aussi attentif aux données scientifiques que van Dooren, Mooallem montre aussi l’enjeu qu’il y a à changer le cadrage naturaliste. Il prend entre autres l’exemple des ours aux États-Unis. Ceux-ci étaient vus comme des « monstres » jusqu’au début du 20e siècle. Cependant, en 1902 Théodore Roosevelt refuse d’abattre une ourse affaiblie et attachée à un arbre, l’abattre de la sorte n’était pas assez fair-play. Ce petit geste a suscité l’idée à l’industrie du jouet de créer le teddy bear, un nounours portant le nom du président. En quelques années, la perception des ours change, il devient un animal charmant et l’abattage des ours baisse. Le cadrage peut donc avoir des conséquences concrètes. Néanmoins, cet effet ne devrait pas être surévalué : le cinéma met très souvent en œuvre des histoires animales, ce qui ne nous empêche pas de les tuer. Ceci indique que les cadrages ne sont probablement pas simplement « narratifs » ou « discursifs » ; ils ont également des dimensions matérielles et concrètes. Le cadrage naturaliste ne fait pas que se raconter, il se matérialise dans des séparations de fait, des murs, des cages, des grilles… Alexandra Horowitz et Mark Bekoff, à partir d’observations éthologiques, notent que le cadrage anthropomorphique, anti-naturaliste, améliore les interactions entre humains et chiens4. Quand on est au corps-à-corps avec un animal, mieux vaut tenter de lire ses émotions et ses intentions, mieux vaut ne pas être trop naturaliste. Malheureusement, comme le note aussi Véronique Servais à partir d’observations de visiteurs dans un zoologique de Paris, tant que les animaux sont distants, le story-telling anti-naturaliste n’a que peu de conséquences5. Il ne suffit pas d’ouvrir nos esprits, il faut aussi ouvrir les cages pour donner toute l’efficacité aux cadrages anti-naturalistes.

Haut de page

Notes

1 Latour Bruno, « Why has critique run out of steam? From matters of fact to matters of concern », Critical inquiry 30, 2004, pp. 225-482.

2 Voir Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard. Pour une présentation concise du naturalisme, voir Philippe Descola et Tim Ingoled, Être au monde : Quelle expérience commune ? (voir la recension dans Lectures), 2005.

3 Mooallem Jon, Wild Ones. A Sometimes Dismaying, Weirdly Reassuring Story About Looking at People Looking at Animals in America, London, Penguin (voir la recession dans le New York Times), 2014.

4 Alexandra Horowitz & Mark Bekoff, 2006, « Naturalizing Anthropomorphism: Behavioral Prompts to Our Humanizing of Animals », Anthrozoos 20(1), pp. 23-35.

5 Véronique Servais, 2012, « La visite au zoo et l'apprentissage de la distinction humaine », Revue d’anthropologie des connaissances 6(3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Thom van Dooren, Flight Ways », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 avril 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17599

Haut de page

Rédacteur

Thibault De Meyer

Diplômé en anthropologie, en science politique et en philosophie à l’Université libre de Bruxelles, blogueur sur www.joueravecdespierres.be.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page