Navigation – Plan du site

Sherry Turkle, Seuls ensemble

Sébastien Richard
Seuls ensemble
Sherry Turkle, Seuls ensemble. De plus en plus de technologies de moins en moins de relations humaines, Paris, L'Échappée, 2015, 525 p., ISBN : 978-29158309-1-0.
Haut de page

Texte intégral

1Avec Seuls Ensemble, la psychologue et anthropologue américaine Sherry Turkle conclut une série de trois ouvrages, commencée en 1984 avec Second Self et poursuivi avec Life on the screen en 1997, sur « les rapports qu’entretiennent les gens avec leurs ordinateurs » (p. 20). Seuls ensemble se présente ainsi comme un bilan de trente ans de recherche sur la question des « relations humaines médiatisées par des machines ».

2L’ouvrage est découpé en deux parties, qui se répondent dans leur questionnement sur les implications de nos rapports avec les interfaces technologiques. La première partie est consacrée à ce que Turkle appelle « le moment robotique » de notre civilisation. Partant de l’idée que les ordinateurs sont des objets d’un genre nouveau, car ils disposent de dimensions psychologiques tout en étant de simples choses (p. 57), l’auteure va mettre en évidence la relation émotionnelle pouvant lier humains et machines, à travers les figures de robots comme le My Real Baby, le Furby ou le Tamagochi. Elle se livre ainsi à une forme d’archéologie de notre rapport au robot domestique. La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la redéfinition des frontières de notre intimité, à travers l’analyse de phénomènes comme le multitasking, la création d’avatars sur les réseaux sociaux ou le besoin de connectivité toujours plus grand. L’auteure cherche ainsi à démontrer l’émergence de nouvelles formes de solitude, chez ceux-là mêmes chez qui les moyens de communication sont les plus développés (notamment les adolescents et les jeunes adultes).

3Pour développer son argumentaire, Turkle s’appuie sur un volume très important d’entretiens réalisés dans le cadre de précédentes recherches et, pour cet ouvrage, dans des établissements scolaires auprès d’adolescents et d’adolescentes ainsi que dans des maisons de retraite. La récolte des données elle-même est réalisée à travers d’autres méthodes plus expérimentales, où l’auteure et ses étudiants réalisent des expériences psychologiques in situ en confrontant des publics précis, comme les enfants ou les personnes âgées, aux robots. De même, la mise en scène régulière de l’auteure dans sa dynamique de recherche, des impressions au sentiment de frustration que certaines situations peuvent lui conférer (comme des conférences avec des spécialistes de robotique ou ses premières tentatives sur le site de rencontres vidéos Chatroulette), contribue à donner un aspect romancé à la recherche, qui rend la lecture de l’ouvrage dynamique.Les premières descriptions de ce que Sherry Turkle nomme « le moment robotique » mettent l’accent sur la charge émotionnelle qui semble intrinsèquement liée à notre interaction avec toute une nouvelle génération de robots. Ainsi, le célèbre Tamagochi sert à illustrer le processus de deuil que connaissent les enfants pour des vies artificielles. De même, le Furby, une peluche avec d’énormes yeux, développe la réciprocité entre humain et machine, en installant l’enfant dans le rôle du professeur, de celui qui apprend des choses à son robot. Bianca, neuf ans, dira ainsi, après un mois d’utilisation : « J’aime mon Furby, parce qu’il m’aime. […] C’était comme s’il me connaissait vraiment » (p. 77). Turkle passe une première partie de l’ouvrage à décrire la façon dont les enfants s’inscrivent dans le moment robotique parce qu’ils « veulent établir un lien de proximité avec ces machines, leur apprendre des choses et devenir leurs amis » (p. 146).

4 L’auteure souligne à quel point la simulation du lien social peut nous suffire, montrant ainsi que l’inanimé ne souffre d’aucun préjugé dans notre rapport à l’autre. À cet égard, l’un des aspects les plus saisissants de l’ouvrage porte sur la réaction des personnes âgées face au robot de compagnie. Créés et vendus comme des remèdes à la solitude que connaissent les aînés, des robots comme le Paro, sorte de petit phoque répondant à l’humeur de la personne qui le caresse, déplacent la question du moment robotique vers celle du soin. Les professionnels eux-mêmes reconnaissent les vertus thérapeutiques du transfert affectif que peuvent faire les personnes âgées vers ces robots, les voyant comme des solutions à leur propre manque de moyens au jour le jour. Pour les familles des personnes en maison de retraite, il s’agit également d’une façon de soulager une conscience forcément marquée par les signes de l’isolement visible que subissent leurs proches. Encore une fois la question du lien social semble se redéfinir autour de l’usage d’un robot conçu comme un remède à un problème social de départ, comme un « humain de substitution » (p. 186). On passerait ainsi du « mieux que rien » au « mieux que tout le reste » à travers les différentes étapes du moment robotique.

5À travers cette première partie de l’ouvrage, la question de l’incarnation et de l’intelligence émotionnelle réapparaît à de nombreuses reprises, notamment en tant qu’argument central pour critiquer l’intelligence artificielle. Remontant à la tradition kantienne et aux travaux philosophiques de Martin Heidegger et de Maurice Merleau-Ponty, la question d’un rapport au monde, qui s’incarnerait dans un corps, semble marquer l’impossibilité pour un robot d’acquérir un rôle social significatif. En effet, l’absence d’une corporéité empêcherait les robots de développer une présence réellement incarnée dans le monde, où s’attacheraient corps et esprit. Le domaine de l’« informatique affective » cherche cependant à montrer que les émotions ne sont qu’un aspect comme un autre d’une pensée, qui s’apparente d’abord et avant tout à une capacité de calcul, le corps devenant le symbole des expressions de nos émotions. Une ligne de clivage nette, et sociologiquement très significative, s’instaure ici : entre une tradition qui refuse la possibilité d’une assimilation entre une corporéité inanimée et une intelligence émotionnelle, position que semble adopter Turkle dans son texte, et une perspective, défendue par exemple par le transhumaniste Marvin Minsky, qui voit les robots comme étant, dans le futur, des machines pensantes émotionnelles, car pouvant exprimer une forme d’émotion via leur interface corporelle (et notamment leurs expressions faciales).

6L’auteure termine la première partie de son ouvrage en présentant le Japon comme le pays symbolisant le mieux l’impact du moment robotique : les robots y sont en effet ceux qui nous ramèneraient vers le réel, en se présentant comme un « remède à notre immersion croissante dans la vie numérique » (p. 235). C’est à partir de cet augure que s’ouvre la seconde partie de l’ouvrage autour des nouvelles relations que nous tissons à travers l’omniprésence des moyens de connectivité. Cette seconde partie reprend ainsi l’idée directrice de l’argumentation, à savoir une « normalisation de  "relations" qui nous confèrent un sentiment de proximité alors que nous y sommes pourtant seuls » (p. 198).

7De Facebook aux avatars des jeux vidéos en ligne, en passant par la disparition progressive des conversations téléphoniques au profit du langage texto, un certain nombre de conséquences de notre besoin de communiquer sur nos relations les plus intimes vont être mises en évidence par Turkle. Le phénomène du multitasking par exemple souligne notre propension à laisser la technologie dicter le rythme de nos conversations et de nos occupations, faisant de nous des « machines à maximiser ». Tous les exemples fournis par l’auteure permettent ainsi de démontrer l’idée que « dans un monde ou tout est connecté à tout, le champ des possibles excède de loin le champ du réel » (p. 262).

8 Dans le domaine de la connectivité, « mieux que rien » est devenu « mieux tout court » (p. 325). L’analyse de l’auteure est particulièrement pertinente lorsqu’elle interroge les différents phénomènes humains qui disparaissent avec cette connectivité omniprésente, en s’appuyant sur Emmanuel Lévinas pour rappeler l’importance de la voix ou du face-à-face, ou sur la tradition psychanalytique, dont elle se revendique. Comme le dit Brad, tenter de garder le rythme sur Facebook revient à « penser faussement à toi-même » (p. 292), selon une mise en scène forcée, soulignant ainsi le manque d’authenticité dans les relations narcissiques que nous entretenons avec nos différentes vies sur les réseaux sociaux. Les adolescents et les jeunes adultes interrogés par Turkle apparaissent ainsi comme enthousiastes sur la possibilité de s’exprimer de manière plus réfléchie par l’échange de textos sur leurs téléphones, tout en s’inquiétant de l’absence de spontanéité et de la dictature du « cool » que ce genre de pratiques induisent, révélant même une sorte d’épuisement lié à cette présentation de soi toujours calculée.

9 Le monde virtuel se charge également en émotions à travers les confessions et l’implication publique d’individus qui n’hésitent pas à tenir des propos scandaleux et excessifs, sous leur vrai nom. Comme le dit Turkle, sur Internet « rien ne vient entraver le transfert ou la rage » (p. 367). Le parallèle dressé entre cet état de fait et l’esprit de communauté que revendique les enthousiastes de ces sites est fascinant : les créateurs de site de confession par exemple n’hésitent pas à clairement demander à ce que les communautés virtuelles soient partie prenante de la dynamique communautaire, même si celle-ci s’appuie d’abord et avant tout sur la « proximité physique, des préoccupations partagées, des implications réelles et des responsabilités communes » (p. 371). La question sous-jacente, traitée en filigrane par Turkle, est celle des transformations que les robots, comme les réseaux sociaux ou les sites de confession, entraînent dans la dynamique d’interdépendance qui relie les individus entre eux. Celle-ci se base sur la réciprocité, sur l’obligation réalisée par le lien social de s’investir pour autrui. Dans un espace simulé comme Internet, quel type d’obligation développons-nous ?

  • 1 Voir notamment : Gras Alain, Les macro-systèmes techniques, Paris, PUF, 1998 et Gras Alain, Fragili (...)

10En conclusion, la recherche de Turkle se révèle importante, même si elle souffre par moments de l’accumulation des témoignages, qui limitent la discussion théorique sur certains points. La somme d’informations recueillies par les entretiens est ainsiimpressionnante, et les anecdotes personnelles permettent de comprendre à quel point Turkle a elle-même changé progressivement de regard sur les technologies, passant d’un enthousiasme modéré dans son premier ouvrage Second Self, à une perspective bien plus pessimiste dans Seuls Ensemble. Sa démarche laisse cependant en partie de côté le caractère profondément problématique de la transformation dans la nature même du lien social impliqué par le « moment robotique » et la démultiplication des avatars et des vies virtuelles. L’auteure ne se prononce jamais clairement sur l’ambivalence du phénomène technologique lui-même. La littérature philosophique comme socio-anthropologique1 contribue en effet à critiquer l’essence du phénomène technologique, depuis les travaux de Martin Heidegger sur la question, en tentant de penser l’aspect profondément aliénant de cette ambivalence. La critique des usages d’une technologie par un utilisateur (comme par exemple l’usage des robots thérapeutiques par les personnes âgées) n’interrogent que rarement l’interface technologique dans ce qu’elle peut présenter de contraignant dans notre façon de concevoir le lien social (comme la nécessité pour un enfant de s’occuper régulièrement d’un Tamagochi sous peine de voir mourir celui-ci).

11 Malgré ces développements théoriques qu’il aurait été intéressant de voir discutés, Seuls ensemble constitue une démonstration convaincante du changement de paradigme que constitue l’émergence inéluctable d’une médiation technologique, qu’elle soit robotique ou virtuelle, dans notre construction du lien social.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Gras Alain, Les macro-systèmes techniques, Paris, PUF, 1998 et Gras Alain, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Richard, « Sherry Turkle, Seuls ensemble », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/17697

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Richard

Docteur en sociologie (Université de Montréal & Université Paris 1), chargé de cours (Université de Montréal).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page