Navigation – Plan du site

Les économistes atterrés, Nouveau Manifeste des économistes atterrés

Johan Hernandez
Nouveau manifeste des économistes atterrés
Collectif d'animation des économistes atterrés, Nouveau manifeste des économistes atterrés. 15 chantiers pour une autre économie, Les Liens qui libèrent, 2015, 157 p., ISBN : 979-10-209-0139-2.
Haut de page

Texte intégral

1À rebours du discours économique dominant, les Économistes atterrés cherchent depuis leur premier Manifeste de l'automne 2010 à convaincre que d'autres politiques économiques sont possibles. Faisant le constat que la domination de l'orthodoxie néolibérale n'a pas été suffisamment remise en cause pour pouvoir être ébranlée, le collectif d'économistes a donc produit un nouveau manifeste s'articulant autour de « 15 chantiers pour une autre économie ».

2Inspirés par la théorie économique keynésienne, ces chantiers sont autant de propositions afin de changer l'économie européenne, tout en construisant un modèle social avancé. De l'Euro jusqu'à l'écologie tout en passant par les problématiques de l'emploi et de la protection sociale, les économistes atterrés ont dégagé 15 priorités pour sortir les peuples européens du moins-disant social. Pour les auteurs, ces priorités ne sauraient trouver une application politique sans un renversement de la doxa dominante en matière de pensée économique. Ainsi, les économistes atterrés nous invitent-ils à revoir les notions de dépense publique, de salaire, de PIB ou de fiscalité afin d'en faire des outils du renouveau économique.

3En premier lieu, les économistes atterrés placent l'urgence écologique comme la première des priorités politiques. Tout en critiquant le modèle productiviste, les auteurs démontrent qu'un nouveau modèle de développement est possible à travers la transition énergétique. De grands plans d'investissements verts au niveau européen permettront de relancer l'emploi tout en mettant en place des modes de vie plus sobres. Ce « Green New Deal » est le commencement de l'autre économie voulue par les économistes atterrés, en synergie avec d'autres politiques économiques. Afin de mieux intégrer la problématique écologique, les auteurs soutiennent la mise en place de nouveaux indicateurs, qui ne se limiteraient pas au décomptage de la richesse produite.

4Un des constats réalisés par les auteurs est que les inégalités sociales sont un poids pour l'économie et peuvent la rendre inefficiente. Ceux-ci proposent donc d'augmenter les moyens alloués à l'éducation et la formation, tout en proposant un plan ambitieux de lutte contre toutes les inégalités (sociales, géographiques, de genre). À contre-courant des discours sur l'assistanat, les économistes atterrés considèrent que la réduction des inégalités par la revalorisation des prestations sociales est la condition sine qua non d'un réamorçage de l'économie.

5Sur le plan de la politique industrielle, les auteurs déplorent le fait que l’État ne joue plus son rôle de stratège économique. Celui-ci devrait impulser un grand programme de politique industrielle dans le cadre de la transition écologique et énergétique. D'autre part, les économistes considèrent que la politique de la concurrence au sein de l'Union européenne est inefficace. Il serait plus avantageux pour les États-membres de collaborer à l'édification de « champions » européens permettant de peser contre les géants américains et asiatiques plutôt que d'user leurs appareils productifs dans une concurrence continentale. En dernier ressort, les auteurs préconisent de renforcer la place de la BPI (Banque publique d'investissement) et de la BEI (Banque européenne d'investissement) afin de permettre une vraie politique d'investissement de long terme.

6Pour redéfinir le rôle social et économique de l'entreprise, les économistes proposent de changer la gouvernance de celle-ci en revalorisant la place du salarié au sein de celle-ci. Ainsi, le comité d'entreprise doit pouvoir désormais avoir voix au chapitre quand aux décisions stratégiques majeures de l'entreprise afin de s'assurer que celles-ci respectent le rôle des salariés. Ces derniers devront également être dotés de nouveaux droits afin de rentrer de plain-pied dans la cogestion effective. Les auteurs souhaitent également qu'une plus grande place soit donnée aux entreprises relevant de l'économie sociale et solidaire, modèle d'entreprise en conformité avec les aspirations sociales et démocratiques d'une société avancée.

7En outre, la vulgate néolibérale caractérise désormais les salariés comme des charges, ayant un coût pour l'entreprise. Les économistes atterrés démontent cette analyse en montrant les effets négatifs que peut avoir la modération salariale tant sur le plan de la déprime de la demande que du gonflement de la dette privée. Afin de renforcer l'économie, les auteurs proposent, contrairement à l'évolution des dernières années, une augmentation des salaires pour opérer une relance de la consommation. Ceux-ci militent également pour une création d'un salaire minimum au niveau européen afin d'en finir avec le dumping social au sein de l'espace communautaire.

8Toujours au niveau des politiques de l'emploi, les économistes atterrés considèrent qu'atteindre l'objectif du plein-emploi est toujours possible, à condition de mettre en place des politiques volontaristes et ambitieuses. Ainsi, si la croissance et la relance de l'économie peuvent avoir un effet sur la réduction du chômage, la première des politiques de l'emploi reste la réduction du temps de travail. La RTT, si elle répond à une tendance centenaire de baisse de durée du travail, est aussi logique économiquement puisqu'elle permet un partage du temps de travail dans un contexte de forts gains de productivité.

9Une autre volonté de réhabilitation de la part des économistes atterrés est celle de la dépense publique. Si le principal objectif des gouvernements actuels est de la réduire, celle-ci reste pourtant un levier de politique économique primordiale. Ainsi, c'est par la dépense publique que l'on a toujours garanti la justice sociale et surtout l'efficacité économique, à travers le multiplicateur keynésien. La dépense publique, si elle est amenée à s’accroître, doit se concentrer sur la réalisation de la transition écologique afin de consacrer la politique budgétaire comme pilier stratégique de la transformation des modes de vie.

10Pour rendre soutenable cette dépense publique, les auteurs n'oublient pas de lui adjoindre une politique fiscale à la hauteur des enjeux. Ceux-ci réclament une plus grande progressivité de la fiscalité pour la rendre plus juste et efficace. Il s'agira également d'en finir avec l'optimisation fiscale qui est contre-productive économiquement. Toujours dans une perspective écologique, la fiscalité incitative permettra de sanctionner les comportements polluants afin de les rendre plus propres.

11Dans le même ordre d'idée, la protection sociale est régulièrement attaquée par l'orthodoxie libérale pour son coût et son inefficacité. Les auteurs mettent au contraire en avant qu'une solide protection sociale est un avantage économique considérable, car elle permet d'avoir une population instruite, en bonne santé et donc productive. Dans cet esprit, les économistes promeuvent le mieux-être social, concept qu'ils souhaitent être à la base du nouveau modèle social européen.

12Ce nouveau modèle ne pourra cependant pas advenir sans un sérieux encadrement de la finance, qui agit actuellement à contre-emploi. Pour cela, les auteurs demandent la stricte séparation des banques de détail des banques d'investissement pour protéger l'économie réelle. De même, la mise en place d'une réelle taxation des transactions financières permettra d'endiguer la spéculation.

13En dernier lieu, les économistes atterrés s'emparent de la question de la politique monétaire afin de la redéfinir et de la sortir du carcan néolibéral. La BCE devrait ainsi avoir pour mandat le soutien de l'activité et du plein emploi à travers une politique monétaire expansionniste en symbiose avec une politique budgétaire européenne volontariste. Sur la question de l'euro, les auteurs partent du principe que le fonctionnement de la monnaie n'est pas adéquat et qu'une remise à plat des traités est nécessaire afin de gagner des marges de manœuvre en terme de politique monétaire. Cette nouvelle redéfinition de l'euro permettrait une harmonisation sociale et fiscale par le haut des économies des pays membres.

14Le nouveau manifeste des économistes atterrés, tout en étant condensé, explore l'ensemble des possibilités de politiques économiques, tant au niveau national qu'européen. Si celui-ci apparaît comme un vrai programme d'alternative aux politiques d’austérité prêt à servir, il n'explicite cependant pas quels pourraient être les moyens institutionnels et démocratiques permettant son application. Au regard des configurations politiques et intellectuelles actuelles, l'hétérodoxie proposée par les économistes atterrés pourrait avoir du mal à trouver son public du côté des décideurs. Mais les populations européennes subissant les politiques néolibérales pourraient y trouver des pistes de refondation du rêve européen, en accord avec la perspective d'un modèle social avancé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Hernandez, « Les économistes atterrés, Nouveau Manifeste des économistes atterrés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/17830

Haut de page

Rédacteur

Johan Hernandez

Ancien étudiant de l'ENS Lyon. Collaborateur politique

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page