Navigation – Plan du site

Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècles)

Quentin Verreycken
Les Cris de Paris ou le peuple travesti
Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Les classiques de la Sorbonne », 2014, 480 p., ISBN : 978-2-85944-801-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e é (...)
  • 2 Professeur à l’Université de Caen et de Genève, directeur de 2007 à 2011 du Centre de recherche d’h (...)

1Inaugurés en 2010 avec la réédition de la thèse monumentale de Claude Gauvard1, « Les Classiques de la Sorbonne » sont une collection réunissant, au format poche, des ouvrages considérés comme ayant apporté une contribution majeure à leur discipline. Une vingtaine d’années après sa publication initiale, la thèse de Vincent Milliot2 trouve à présent sa place parmi ces classiques.

  • 3 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, 2e éd., Paris, 1982, p. 9.

2Les Cris de Paris sont un corpus de textes et d’illustrations publiés entre le XVIe et le XVIIIe siècle, représentant les petits métiers parisiens de vendeurs et colporteurs de rue. Loin de céder à la tentation de voir en ces Cris une « source-reflet » des réalités sociales et urbaines du Paris de l’Ancien Régime, Vincent Milliot fait œuvre d’historien au travers de sa grande prudence critique quant à l’interprétation à donner à ces documents. Car, pour détourner ici la phrase jadis écrite par Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Cris de Paris sont loin de constituer le « témoignage sans intermédiaire »3 que porterait le peuple parisien sur lui-même : ils sont le fruit d’une série de représentations, de discours émis par une certaine élite sociale à l’égard de la population la plus pauvre, en marge de la société urbaine. Pour comprendre les Cris, Milliot se donne trois ambitions : envisager leurs conditions de production ; comparer l’image qu’ils donnent du petit peuple avec la réalité sociale du temps ; déchiffrer les codes et les principes esthétiques et moraux qui sous-tendent ces images afin de saisir les discours que tiennent leurs auteurs à l’égard des petits métiers.

3Le découpage du livre suit cette triple préoccupation. La première partie, « Le “savant” et le “populaire” », traite du corpus documentaire en lui-même. Que furent Les Cris de Paris, à qui étaient-ils destinés, et quels usages en firent les « consommateurs » de cette littérature publiée durant trois siècles ? Si l’on trouve des ouvrages mentionnant les Cris dès la seconde décennie du XVIe siècle, c’est en 1545 que paraît chez l’imprimeur Nicolas Buffet « Les Cri [sic.] de Paris tous nouveaux », premier livre destiné à rassembler un corpus de 107 cris parisiens. En 1587, une collection définitive de 128 Cris sera publiée chez Nicolas Bonfons, laquelle sera systématiquement reprise aux siècles suivants. Du fait de la très grande variété des formes d’édition qu’ont connu Les Cris de Paris, tantôt de luxueux ouvrages, tantôt des feuillets indépendants vendus à bas prix, il paraît difficile de définir un public unique auquel ils étaient destinés. Il semble en tout cas que les collectionneurs et amateurs de livres en étaient particulièrement friands. En outre, au XIXe siècle, alors que les Cris avaient cessé de paraître, ils ont pourtant connu un regain d’intérêt certain parmi les érudits folkloristes, avides de reconstituer les mœurs et les pratiques des siècles passés, voyant précisément en ces images une « source-reflet » que l’auteur dénonce comme illusoire.

4La seconde partie du livre, « À l’enseigne des Cris de Paris : la réalité et son image », examine les renseignements sur les petits métiers parisiens qu’il est possible de tirer du corpus iconographique des Cris. La chose n’est pas simple, car au-delà du prisme déformant des discours qu’elles peuvent sous-tendre, ces images sont elles-mêmes le fruit d’une tradition éditoriale de plusieurs siècles. Ainsi, comme le relève l’auteur, il n’est pas rare qu’un décalage s’opère entre les habitudes vestimentaires réelles des petits métiers parisiens et les tenues avec lesquelles ils sont représentés dans les Cris, qui pouvaient dater de plusieurs décennies. Vincent Milliot souligne également des évolutions dans les manières de figurer les corps des colporteurs : d’abord représentées de façon grotesque, tordue et déformée, les formes corporelles des pratiquants des petits métiers seront progressivement idéalisées à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, comme si le polissage des mœurs parmi les élites au cours de l’âge classique se répercutait également dans les façons de représenter le peuple.

5Enfin, la troisième partie, « Discours sur le peuple », traite des Cris de Paris comme d’un « réceptacle où se croisent, se mêlent, voire s’élaborent les éléments d’un discours sur les classes laborieuses » (p. 279). Paradoxalement, si la représentation iconographique du peuple s’est souvent faite en sa défaveur, son attitude corporelle dans l’image trahissant sa condition grossière, un certain nombre de moralistes du XVIIIe siècle, tel Jean-Jacques Rousseau, vont valoriser sa parole comme l’expression d’un verbe libéré. Grossiers, les mots du colporteur renvoient à des pratiques sociales primitives, à un état quasiment naturel, sauvage. Les pratiquants des petits métiers n’ont donc pas été pervertis par les civilités hypocrites de la cour et des élites. La représentation du cri, enfin, au moment de la Révolution, peut devenir l’expression d’une parole politique. Si c’est paradoxalement à ce moment que la publication des Cris de Paris commence à péricliter et à progressivement disparaître du monde de l’édition, la figure du crieur de rue se voit un temps réappropriée par la littérature révolutionnaire ou celle contre-révolutionnaire, tour à tour appelant à l’exécution de Louis XVI ou à sa libération.

  • 4 Vincent Milliot, Un policier des Lumières, suivi de mémoires de J.-C.-P. Lenoir (1732-1807), ancien (...)

6Riche, témoignant d’une très grande rigueur historienne, l’ouvrage de Vincent Milliot contient également les germes de ce que seront ses travaux futurs. Il est en effet intéressant de relire Les Cris de Paris à la lumière de la carrière de leur auteur : si, après la publication de sa thèse, Vincent Milliot a délaissé progressivement l’étude des sources de la représentation populaire pour l’étude de celles produites par l’activité policière4, il a toujours conservé cette même attention à interpréter les documents comme le fruit d’un discours, sur soi-même ou sur l’autre. On pourra certes regretter que cette réédition des Cris de Paris n’ait pas pu rectifier un certain nombre de coquilles qui demeurent (comme le reconnaît l’auteur dans la seconde note de son avant-propos), à commencer par le nom du préfacier, tout simplement absent du livre ! Mais en dépit de cette légère critique formelle, la réédition de cet ouvrage majeur, aussi bien sur le plan de la méthodologie qu’il développe que sur celui des résultats qu’il dégage, demeure particulièrement heureuse.

Haut de page

Notes

1 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

2 Professeur à l’Université de Caen et de Genève, directeur de 2007 à 2011 du Centre de recherche d’histoire quantitative de l’Université de Caen.

3 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, 2e éd., Paris, 1982, p. 9.

4 Vincent Milliot, Un policier des Lumières, suivi de mémoires de J.-C.-P. Lenoir (1732-1807), ancien lieutenant général de police de Paris, écrits dans les pays étrangers dans les années 1790 et suivantes, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Verreycken, « Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/17904

Haut de page

Rédacteur

Quentin Verreycken

Aspirant F.R.S.-FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Membre du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page