Navigation – Plan du site

Éric Sadin, La Vie algorithmique. Critique de la raison numérique

Lisiane Lomazzi
La Vie algorithmique
Éric Sadin, La Vie algorithmique. Critique de la raison numérique, Paris, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2015, 288 p., ISBN : 978-29158309-4-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet essai, Éric Sadin se propose d’explorer un phénomène qui a progressivement envahi le quotidien de tout utilisateur d’objets connectés, jusqu’à le coloniser aujourd’hui dans sa quasi-intégralité, à savoir la captation et l’exploitation des données numériques massives mises en relation pour identifier des corrélations : les Big Data. Ce processus est décrit par l’auteur comme « une sorte de “fission nucléaire” continuellement expansive et partout disséminée, qui trouve son origine dans le mouvement historique de numérisation progressive du monde, dont nous saisissons aujourd’hui et avec force qu’il instaure un nouveau type d’intelligibilité du réel constitué au prisme des données » (p. 25).

  • 1 Michel Foucault, « “Omnes et singulatim”: Vers une critique de la raison politique », Dits et Écrit (...)

2Il s’agit donc tout d’abord pour Éric Sadin de dénaturaliser le caractère profondément construit de la régulation des existences numériques des individus par l’exploitation commerciale et gouvernementale des traces numériques disséminées ici et là au fil de leur utilisation d’objets connectés. Plus qu’une simple prothèse computationnelle qui viendrait s’adjoindre aux interactions numériques pour faciliter la prise de décisions et maximiser l’action, il s’agit d’une nouvelle forme d’épistémologie fondée sur la rationalité numérique, tel est le postulat de l’auteur. Ce dernier s’attelle dès lors à appliquer le précepte de Michel Foucault, repris en exergue, c’est-à-dire à « remettre en question [...] la forme de rationalité en présence »1 dans le recours aux données pour rendre intelligible le réel, et à adopter une perspective critique sur la « datafication », soit la mise en corrélations des comportements en ligne. Pour ce faire, Éric Sadin chemine dans le dédale des multiples implications des Big data, en commençant par une immersion dans le futur proche d’un individu lambda presque totalement data-guidé. Ce récit d’anticipation réaliste, qui exacerbe les tendances d’ores et déjà à l’œuvre, esquisse les contours de « vie(s) algorithmique(s) », reposant sur « un régime de vérité qui s’institue, fondé sur quatre axiomes cardinaux : la collecte informationnelle, l’analyse en temps réel, la détection de corrélations significatives et l’interprétation automatisée des phénomènes » (p. 28). Telle est, selon l’auteur, l’épistémologie des Big data, visant à automatiser les prises de décision et, par là même, les actions des individus. Pour démontrer cela, l’auteur s’attelle à dresser une cartographie des usages différenciés des données captées et à mettre en évidence une heuristique des effets des Big data sur les existences des sujets connectés. Cette « heuristique des effets suppose […] de tenir compte de la relation qui unit un phénomène à son origine, en n’isolant pas les usages de leur terrain d’action, elle sous-tend une intransigeance stratégique ou un mode d’observation radical qui relie systématiquement les effets à leurs racines » (p. 39). Les terrains d’investigation de l’auteur sont nombreux mais nous pourrions distinguer deux domaines principaux d’application des Big Data : tout d’abord ses usages commerciaux et logistiques – que ce soit la pratique des recommandations en marketing, la gestion logistique de l’offre guidée par les données récoltées sur la demande dans l’industrie, les smart cities et les maisons connectées qui adaptent leurs services aux besoins des usagers révélés par les corrélations algorithmiques, les outils technologiques de gestion de sa santé personnelle, etc. – et ensuite ses utilisations politiques, à travers la surveillance massive des individus à des fins de sécurité intérieure.

3Atteindre la rationalité absolue n’est pas une ambition nouvelle dans la pensée occidentale. Il n’en demeure que la dissémination de capteurs permettant de récolter en temps réel une quantité massive de données pouvant ensuite être mises en relation, analysées et interprétées sans aucune intervention humaine ou presque, constitue un grand pas vers l’application à grande échelle de cette rationalité absolue, universelle de nature algorithmique, visant à « instaurer un rapport totalisant aux phénomènes » (p. 50). Totalité d’une représentation de la réalité par les données numériques qui ne peut qu’être améliorée en raison du perfectionnement et de l’accroissement du nombre de capteurs. Chaque individu connecté est relégué au statut de producteur de données – collectées et virtuellement mises en relation – et rien ne semble échapper à l’analyse omnisciente et granulaire des Big data qui modifie l’expérience humaine. « Le monde s’institue comme une sorte de MÉTA-DONNÉE unique et universelle » (p. 59) rendue intelligible en temps réel par les Big data.

4L’individu n’a plus qu’à prendre des décisions et à réagir aux stimuli produits par cette interprétation algorithmique des événements. Il n’est, par exemple, plus nécessaire de recourir à la publicité pour enjoindre un consommateur de réagir favorablement à une recommandation commerciale puisqu’il est désormais possible de programmer cette action en délivrant le stimulus adéquat, c’est-à-dire en captant l’attention de l’internaute par le recours à des procédés visuels divers tels que des fenêtres pop-up ou des courriers électroniques dont le contenu est généré sur la base des comportements antérieurs du consommateur (neuromarketing). Les données sont utilisées comme mode de gouvernance dans les entreprises afin d’adapter la production de l’offre au plus près de l’estimation de la demande supposée des consommateurs, par le suivi de leurs requêtes sur le web en temps réel, et ainsi diminuer les risques de pertes et les coûts de stockage de ces données. Les villes sont transformées en smart cities par les autorités locales, avec l’aide d’entreprises privées, afin de rendre les équipements plus efficaces pour les usagers et moins coûteux pour les collectivités, au moyen d’une régulation fondée sur les données numériques captées. Ainsi la régulation du trafic ferroviaire pourra s’effectuer sur la base des réservations de billets, des conditions atmosphériques, des événements locaux, etc. Mais cet envahissement des existences numériques par les données ne se limite pas seulement aux espaces publics, il s’étend également à la sphère domestique, via les maisons connectées, et au corps humain, par la promotion des outils de quantified-self, ces objets technologiques munis de capteurs de données permettant à l’individu de mesurer ses performances physiques, son rythme veille-sommeil, sa composition corporelle, etc. Il s’agit là de la version moderne et paroxystique du biopolitique, devenu « BIO-HYGÉNISME ALGORITHMIQUE », qui oscille entre normes sociales et recommandations hautement personnalisées pour accroître les performances individuelles.

5Il s’agit pour les entreprises qui exploitent les données de dépasser la seule quantification extensive de l’existence humaine pour atteindre un traitement qualitatif de ces données, leur permettant d’atteindre une compréhension étendue des phénomènes traduits en algorithmes, en graphes en temps réel et adaptés à la singularité des comportements individuels, qui guide des modes d’action en retour. On assiste donc à « une mise en boucle des flux de la réalité, indéfiniment récoltés et traités en vue de les plier aux exigences cardinales d’optimisation, de fluidification et de sécurisation de nos sociétés » (p. 117) ; mise en boucle qui vise à prédire le futur sur la base des traces laissées par les usagers, accumulées et corrélées par les entreprises. Toute expérience sensible ou intuitive du réel semble désormais dépassée ; il s’agirait pour les êtres numériques de se laisser gouverner par la rationalité algorithmique qui déploie sa puissance compréhensive au présent mais est également capable de prédire l’avenir, automatisant ainsi la prise de décisions en fonction des nécessités tant collectives qu’individuelles.

6Ce qui peut sembler trompeur dans le fonctionnement même de la gouvernementalité algorithmique réside dans son caractère faussement singulier, dans les recommandations « personnalisées » qu’elle prodigue à chaque individu, qui restent en fait toujours à l’intérieur d’un cadre profondément normatif et majoritaire en vue d’orienter les comportements individuels. L’identité numérique individuelle se compose ainsi de strates de données accumulées qui génèrent des incitations à l’identique, dont la souplesse entretient l’illusion du choix et de la liberté. Il ne s’agit plus uniquement de capter l’attention du sujet mais davantage de le solliciter à l’envie, à des fins commerciales ; la prise de décision n’est plus le seul domaine délégué aux algorithmes : la perception l’est également. En effet, l’attention de l’individu connecté fait l’objet de sollicitations de la part des entreprises privées qui collectent et analysent ses données, ses événements cognitifs, et son expérience de navigation s’en trouve donc influencée.

7La gouvernementalité algorithmique sert les entreprises mais contribue également à la surveillance généralisée des individus par les États nations. Il s’instaure ainsi un véritable « data-panoptisme », une surveillance constante des moindres faits et gestes de chacun à des fins de sécurité intérieure. L’emprise des agences de sécurité (par exemple la National Security Agency aux États-Unis) sur les individus est de plus en plus totalisante car ces agences se trouvent en capacité technologique et légale de suivre à la trace un nombre toujours plus grand de « suspects ». Cette surveillance étatique est non coercitive puisque les sujets y contribuent de par la publicisation de leur existence, notamment via les réseaux sociaux, tandis que les capteurs omniprésents dévoilent les zones d’ombre laissées par les individus dans leur divulgation volontaire de données personnelles.

8L’open data illustre à merveille cette collaboration entre secteur public et privé, visant à récolter un maximum d’informations sur les comportements des individus et ainsi à mener une politique de « régulation algorithmique » se substituant à toute délibération démocratique, laquelle est sacrifiée sur l’autel de l’urgence de réagir, d’adapter les politiques publiques pour permettre une efficience maximale des individus et des services publics proposés aux citoyens, dans une logique de compétition économique internationale. Le pouvoir n’est plus réellement détenu par la classe politique ou les législateurs mais bien davantage par les figures emblématiques du techno-pouvoir : des ingénieurs qui conçoivent les dispositifs technologiques de captation et d’analyse de données, formatant ainsi les possibilités d’usages offertes par ces dispositifs.

9La notion même de justice se trouve diluée dans une gouvernance par les données, qui relègue la délibération, la réflexivité, la raison à une préhistoire de la vie démocratique. Seule l’émergence d’une contre-culture, d’imaginaires dissidents, de pratiques singulières dans la dissémination ou l’encryption de données et d’une nouvelle éthique de la « technè » peuvent laisser ouverte une brèche dans la rationalité algorithmique totalitaire. Et la responsabilité de la politique, mais aussi des sciences humaines et sociales, consiste à rendre possible des représentations de la réalité et des actions humaines non conditionnées par le prisme des données numériques.

10« [S]oumettre la vie algorithmique contemporaine à une critique en acte de la raison numérique qui l’ordonne relève d’un combat politique, éthique et civilisationnel majeur de notre temps » (p. 261). Tel est l’exercice auquel nous convie Éric Sadin au terme de son ouvrage, aussi riche que stimulant dans son analyse extensive de l’invasion du quotidien par les données et de leur exploitation à des fins tant commerciales que sécuritaires. Nous ne pouvons qu’espérer que d’autres ouvrages sur le nouveau paradigme épistémo-anthropologique induit par les données verront le jour à la suite de celui-ci, pour dénaturaliser ce changement civilisationnel qui ne bénéficie pas pour l’instant de l’attention critique qu’il mérite.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, « “Omnes et singulatim”: Vers une critique de la raison politique », Dits et Écrits, tome 4, Paris, Galimard, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisiane Lomazzi, « Éric Sadin, La Vie algorithmique. Critique de la raison numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/17973

Haut de page

Rédacteur

Lisiane Lomazzi

Étudiante en doctorat en co-tutelle au sein du CRICIS (Université du Québec à Montréal) et du DICEN-IDF (Conservatoire national des arts et métiers, Paris). Son travail porte sur le libre-accès aux résultats de la recherche francophone en sciences humaines et sociales et la constitution de communs de la connaissance.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page