Navigation – Plan du site

Philippe Sénac, Charlemagne et Mahomet en Espagne (VIIIe-IXe siècles)

Isabelle Richter
Charlemagne et Mahomet
Philippe Sénac, Charlemagne et Mahomet. En Espagne (VIIIe-IXe siècles), Paris, Editions Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2015, 437 p., ISBN : 978-2-07-035794-9.
Haut de page

Texte intégral

1Chacun peut reconnaître sous le titre choisi par Philippe Sénac l’allusion à l’ouvrage de l’historien belge Henri Pirenne publié en 1937 Mahomet et Charlemagne. Mais l’inversion des termes et la précision géographique expriment la nouvelle perspective que veut adopter l’auteur par son étude. Spécialiste des relations entre Occident latin et monde musulman, il procède à un double changement d’échelle. D’une part, l’auteur se recentrer sur un petit espace, l’Espagne d’Al-Andalus entre le VIIIe et le IXe siècles et les provinces méridionales de la Gaule, c’est-à-dire un espace de contact, sinon de frontière. D’autre part, l’Orient byzantin comme le califat abbasside ne peuvent être négligés pour expliquer les relations entre Carolingiens et Al-Andalus, Carolingiens et Abbassides ayant des intérêts communs face aux Omeyyades et Byzantins. La focale est ainsi élargie à la Méditerranée.

2Henri Pirenne avait diagnostiqué le repli sur soi face à l’avancée des Musulmans comme une des sources de la puissance carolingienne fondée sur une économie terrienne. Philippe Sénac au contraire entend tourner les regards et « attirer vers le sud un monde carolingien souvent circonscrit aux vieilles terres situées entre la Loire et le Rhin » (p. 9) en s’intéressant aux rapports tant diplomatiques que commerciaux entre les souverains francs et les différentes instances de pouvoir en Al-Andalus. Il s’inscrit ainsi dans le regain d’intérêt récent pour la diplomatie médiévale. Si la bibliographie semble abondante sur le sujet, et facteur de nombreuses polémiques plus ou moins récentes sur le rôle des Arabes dans l’expansion ou le repli de l’Occident, l’auteur justifie son entreprise par le renouvellement des problématiques imposé par la découverte de nouvelles sources, notamment archéologiques, et leur étude d’un nouveau point de vue en accordant une importance toute particulière au négoce et échanges culturels. Mettant à profit sa double compétence d’historien et d’archéologue, Philippe Sénac tente d’établir des faits partiellement rapportés par les sources écrites latines et arabes en les complétant par les sources archéologiques. Le constat de départ est en effet celui de sources littéraires qui interdisent d’appréhender d’autres formes de contact, de négoce, d’échanges culturels, que celles qui relèvent des relations diplomatiques.

3Alors que Philippe Sénac veut se détacher de l’histoire militaire des conflits et des trêves, il reconnaît tout de même leur pertinence pour scander les grandes étapes de ces relations. La première partie (entre 714 et 768) est celle des conquêtes musulmanes et de la riposte franque ; ce sont des pouvoirs périphériques qui sont mis en contact, de la conquête de la Narbonnaise à la bataille de Poitiers. La confrontation affecte alors directement le sol de la Gaule, et Philippe Sénac tire de son examen des sources que le premier contact en Gaule a été guerrier, dans le prolongement des opérations menées sur le continent depuis 711. L’analyse des découvertes monétaires de Ruscino croisée avec les autres données archéologiques permet à l’auteur de conclure à une avancée des contingents arabo-berbères le long des itinéraires antiques, sans pouvoir se prononcer sur la fonction de ces monnaies. Lorsqu’il présente ces succès francs vers la Méditerranée, l’auteur nuance le rôle-clé attribué à Charlemagne à propos de ces relations, en soulignant celui de Pépin le Bref qui dessine les grandes lignes de la diplomatie carolingienne avec la mise en place d’un échiquier international plus complexe (apparition du califat abbasside et de l’émirat omeyyade). La prise de Narbonne est envisagée comme la marque du ralentissement des conquêtes aux confins, pour les Musulmans d’Al-Andalus. Mais Philippe Sénac s’attache aussi à démontrer les motifs particuliers pour Al-Andalus de cet essoufflement, tels que la révolte kharidjite ou encore une grande disette.

4Au temps de Charlemagne, les échanges diplomatiques d’État à État sont de plus en plus fréquents ; c’est une période charnière au cours de laquelle s’opèrent des tentatives d’entente avec les rebelles et de rapprochement avec les Omeyyades. L’Occident musulman est bouleversé par l’apparition de nouvelles principautés en Afrique du Nord, et par la multiplication des révoltes en Al-Andalus. La diplomatie franque tire alors parti de ces rivalités. Si elle est moins étudiée, c’est que le lien d’amitié entre Charlemagne et le calife abbasside a détourné les regards des médiévistes de la péninsule ibérique. Le cœur de cette deuxième partie est l’analyse de l’expédition franque à Saragosse, dans la même perspective que celle de la bataille de Poitiers. Philippe Sénac s’intéresse plus à leurs conséquences directes et effectives qu’à retracer les événements militaires en eux-mêmes. Ce premier échec franc peut expliquer les réticences suivantes des pouvoirs francs à s’allier avec les rebelles, préférant une politique de rapprochement avec les émirs omeyyades. Ce n’est que la prise de Barcelone en 793 qui signe le succès du nouvel empereur franc, atteignant le point extrême des conquêtes franques dans la péninsule ibérique. Aux confins, les opérations franques dans la basse vallée de l’Ebre ne réussissent qu’à mettre en place une marca hispanica. Menacés par la piraterie sarrasine et d’autres périls, les Francs abandonnent la politique d’alliance avec les rebelles au califat cordouan. Philippe Sénac explique ce revirement par des rapports améliorés avec Byzance, qui rendent inutile l’entente avec Bagdad et plus judicieuse la recherche du statu quo avec les Omeyyades.

5Enfin la troisième partie s’attache à une période (jusqu’en 877) où les contacts régionaux reprennent le dessus, notamment du fait des dissidents. Philippe Sénac soutient que ces variations des échanges reflètent en fait la situation intérieure des domaines francs et omeyyade. Le statu quo est la stratégie la plus appropriée pour les souverains francs confrontés aux raids normands et aux affrontements entre les successeurs de Charlemagne. Quelques contacts tels que la lettre de Louis le Pieux aux Chrétiens de Mérida sont tout de même analysés. Philippe Sénac montre qu’après le partage de Verdun, seule la Francia occidentalis de Charles le Chauve est concernée par cette dernière phase de relation, dans un monde carolingien qui a perdu son homogénéité. La conclusion d’une trêve avec le souverain Abd al Rahman II puis Muhammad Ier permet de faire cesser les raids. La dernière partie de l’ouvrage s’attache à découvrir si le négoce a eu sa part entre la guerre et la diplomatie ; il n’en reste aucun vestige matériel, sinon quelques pièces de monnaie et l’évocation d’objets dans les sources latines et arabes. La seule conclusion des sources écrites est l’orientation des courants commerciaux du nord vers le sud. L’examen des sources archéologiques permet de dessiner deux axes pour la région de Gaule méridionale, l’un à l’est de la chaîne pyrénéenne, empruntée par les marchands d’esclaves, et l’autre à l’ouest où furent principalement découvertes les monnaies.

6Philippe Sénac soutient que ce ne sont pas des préoccupations religieuses ou de civilisation qui ont guidé les relations entre Al-Andalus et les Francs pendant tout le VIIIe siècle Il cherche à démontrer qu’on ne peut parler d’un choc des civilisations au tournant de l’Antiquité et du Moyen-Âge en Europe du Sud, et au-delà, en Méditerranée, utilisant une image frappante : « À bien des égards, les combats menés cotre les troupes des souverains omeyyades n’étaient guère différents de ceux que menaient les Francs contre les Avars ou les Saxons » (p. 272). La connaissance réciproque est en fait superficielle, imprécise, et dominée par des considérations d’ordre militaire. L’auteur s’attache à démontrer, par l’analyse systématique des différents facteurs, que les alliances entre pouvoirs ennemis sont toujours extrêmement circonstancielles et pragmatiques, et rarement idéologiques.

7Un des intérêts de l’ouvrage de Philippe Sénac réside dans cette attention à croiser les champs historiographiques : histoire religieuse, histoire économique, histoire des relations internationales. Le procédé est particulièrement remarquable dans le chapitre VI sur les relations entre Charlemagne, la monarchie asturienne d’Alphonse II et Cordoue : il en envisage tous les facteurs, à commencer par l’enjeu militaire, mais en analysant aussi très finement les évolutions de la controverse adoptianiste et le danger que représentait cette doctrine pour l’Église franque et le pouvoir royal. Au-delà de cette alliance diplomatique et de ses enjeux circonstanciels, la persistance de liens sur le plus long terme dans le domaine artistique et culturel est étudiée, ce qui en fait un exemple paradigmatique de l’analyse la plus exhaustive possible des phénomènes. Les événements sont de plus resitués dans un contexte large, non seulement du point de vue historique mais aussi pour analyser leur fortune historiographique. Philippe Sénac montre bien, pour la bataille de Poitiers comme pour la déroute de Saragosse, combien les analyses contemporaines des enjeux par les acteurs impliqués aussi bien que les utilisations postérieures par les historiens et politiques ont pu forger des mythes nationaux ou régionaux. C’est l’analyse précise des sources qui permet de rendre leur véritable dimension aux événements, en s’attachant surtout à leurs conséquences concrètes. Ainsi la bataille de Poitiers n’a-t-elle pas signé l’arrêt des offensives musulmanes, comme le voudraient certaines représentations, mais leur réorientation vers le Rhône. Elle est en revanche une étape décisive de la progression franque vers le Midi, à la suite de Charles Martel. L’événement a ainsi plus d’importance pour la politique intérieure franque que pour les relations avec Al-Andalus. Pourtant, la confrontation est bien le lieu de la prise de conscience de deux forces contraires, où s’exprime une frontière religieuse et culturelle. La victoire de Sigean en 737 serait bien plus significative que celle de Poitiers en termes de conséquences militaires et diplomatiques. D’autre part, l’auteur prête une attention toute particulière aux débats historiographiques sur l’interprétation des sources et des événements, les présentant de manière claire et précise avant toute analyse.

8Ce dernier ouvrage de Philippe Sénac présente donc une synthèse à la fois claire et complète des évolutions majeures de cette région. En restituant les débats historiographiques à propos de chacun des événements ou périodes envisagés, l’auteur rend son travail accessible y compris au lecteur non spécialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Richter, « Philippe Sénac, Charlemagne et Mahomet en Espagne (VIIIe-IXe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17998

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Richter

Étudiante en master 2 d’histoire, ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page