Navigation – Plan du site

Damiano Matasci, L’école républicaine et l’étranger

Audrey Leleu
L'école républicaine et l'étranger
Damiano Matasci, L'école républicaine et l'étranger. Une histoire internationale des réformes scolaires en France, 1870-1914, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2015, 276 p., ISBN : 978-2-84788-661-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’étude prend également en compte d’autres pays occidentaux et notamment les États-Unis.

1Raconter l’école républicaine dans son rapport à l’étranger, la démarche est originale d’autant plus quand le sujet, le « système scolaire moderne » (p. 8), est souvent présenté comme le ciment de l’identité nationale et comme une particularité française. En s’inscrivant dans le « courant transnational », Damiano Matasci propose d’étudier la mise en place du système scolaire français entre 1870 et 1914 en regard des échanges avec des pays étrangers, essentiellement européens1, et des emprunts qui ont pu en résulter.

2Le livre de Damiano Matasci est issu de la thèse qu’il a soutenue en 2012, et qui a notamment reçu le prix Louis Cros 2013 décerné par l’Académie des sciences morales et politiques. Ce prix récompense une œuvre relevant du domaine de l’éducation et de la formation. Docteur en histoire de l’université de Genève et de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, Damiano Matasci est spécialisé dans l’histoire internationale de l’éducation en France et en Europe au XIXe siècle. Son travail s’inscrit dans la continuité des recherches d’Anne-Marie Thiesse et de Jean-François Chanet et explore un courant récent de l’historiographie française, à savoir l’internationalisation des sciences sociales, et en l’occurrence de l’histoire de l’éducation.

  • 2 Prost Antoine, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1re éd. 19 (...)
  • 3 En référence à Prost Antoine, « Pour une histoire “par en bas” de la scolarisation républicaine », (...)

3Signalons d’emblée que l’ouvrage s’adresse à un public averti. L’auteur propose en effet, comme l’indique le sous-titre, « une histoire internationale des réformes scolaires en France, 1870-1914 ». Une telle approche suppose du lecteur une connaissance préalable des débats scolaires qui animent le pays à cette période, mais aussi des réformes qui les ont précédés car « le législateur républicain hérite de l’effort de tout un siècle »2. Damiano Matasci propose une lecture « par le haut »3 de l’école républicaine, autrement dit, il s’intéresse aux comparaisons, aux échanges et aux emprunts qui ont eu cours entre les réformateurs français et étrangers et qui ont influés sur la construction du modèle scolaire républicain. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’Europe occidentale se trouve confrontée à des questionnements pédagogiques et à des évolutions éducatives communs à plusieurs pays augmentation de la scolarisation et mise en place de l’obligation scolaire dans l’enseignement primaire mais aussi nouveaux besoins éducatifs dans l’enseignement secondaire face à l’industrialisation. La nécessité de former des cadres intermédiaires s’impose et, corollairement, celle de créer une formation adaptée, qui en France fait alors défaut. L’enseignement secondaire y est en effet centré sur l’étude des langues anciennes alors que l’essor de l’industrie et la mondialisation des échanges impliquent un développement de l’étude des sciences, des langues vivantes ou encore de la géographie. Si l’auteur signale dès son introduction qu’il ne veut pas négliger « les dynamiques nationales, départementales et locales » (p. 17), écueil qu’il identifie et qu’il s’attache à pallier en faisant référence tout au long de son ouvrage aux débats propres à la France, Damiano Matasci se positionne pour l’essentiel du côté des réformateurs, de leur rapport avec les expériences étrangères et de la réadaptation qu’ils en font dans le cas français. C’est d’ailleurs là tout l’intérêt de la thèse qu’il défend, mais c’est aussi une démarche qu’il convient d’avoir à l’esprit pour appréhender l’ouvrage.

4Damiano Matasci articule son propos autour de trois axes. Il s’attache tout d’abord à décrire l’effort institutionnel dans la constitution d’un savoir pédagogique étranger et dans sa compilation. La multiplication des missions pédagogiques, en Europe et aux États-Unis notamment, permet la création d’une expertise et d’une connaissance des expériences étrangères ainsi que des solutions propres apportées dans chaque pays. Cette pratique est surtout le fait d’experts de l’éducation tels que Ferdinand Buisson, Octave Gréard ou encore Gabriel Compayré. La création du Musée pédagogique en 1879, véritable centre de documentation, exprime une volonté de compilation de ce savoir. Damiano Matasci rappelle que la diffusion de ce savoir est notamment assurée par la création et le développement de revues spécialisées telles que la Revue pédagogique ou encore la Revue internationale de l’enseignement.

5L’auteur aborde ensuite la question des lieux d’échange et de confrontation des idées et des modèles pédagogiques au travers des expositions universelles et des sections scolaires des congrès internationaux. Ces lieux permettent aux réformateurs, de tous pays, de prendre connaissance des évolutions scolaires étrangères et d’examiner les différentes formules et possibilités qui s’offrent à eux. Sans vouloir ni pouvoir, en raison des particularités politiques, culturelles et sociales de chaque pays, copier un système scolaire, les réformateurs cherchent des emprunts qu’ils pourraient adapter au contexte national. Ainsi se dégagent des pays considérés comme modèles par les réformateurs français, notamment la Suisse, les États-Unis et l’Allemagne. Des échanges intellectuels sont également favorisés par la création de réseaux internationaux, bureaux et associations, auxquels prennent part des instituteurs et des professeurs du secondaire.

6Enfin, l’auteur analyse la manière dont ces échanges et ces comparaisons ont animé le débat scolaire français. Il aborde notamment les emprunts et les sources d’inspiration étrangers exploités par les réformateurs français pour l’enseignement primaire et secondaire. Damiano Matasci montre comment ces derniers se sont référés aux exemples étrangers non seulement pour inspirer la recherche de solutions éducatives mais aussi pour justifier leurs propres réformes. En 1870, la défaite française de Sedan, lors de la guerre franco-prussienne, provoque la chute du Second Empire et l’avènement de la IIIe République. Les causes de la défaite militaire sont alors identifiées, par les contemporains, comme étant dues à la supériorité de l’« instituteur prussien », et donc à celle de l’éducation du peuple. Les réformateurs français construisent l’idée d’un « retard scolaire » de la France sur lequel ils s’appuient pour justifier l’adoption des lois Ferry. L’obligation et la gratuité scolaires, appliquées dans de nombreux pays, sont en effet présentées comme des éléments de modernité que toute société civilisée se doit de mettre en place. D’autre part la recherche de solutions au problème de la formation d’une élite, répondant aux nouveaux besoins socio-économiques, passe par une réforme de l’enseignement secondaire. Le modèle allemand est alors sans cesse invoqué afin de répondre à la crise de l’enseignement secondaire que connaît la France depuis 1830. Néanmoins, si le débat sur l’enseignement spécial et moderne se nourrit du modèle allemand, ce-dernier n’est pas adapté à « l’idéal méritocratique républicain » (p. 226). L’importance d’une corrélation entre système scolaire et idéal politique est alors fondamentale.

7Bien structuré et d’écriture agréable, l’ouvrage offre une lecture documentée par de nombreux renvois à des références françaises et étrangères, reflet de l’important travail d’analyse de sources (internationales) réalisé par l’auteur. Il présente également quelques documents qu’on aurait souhaité plus nombreux tant ils resituent la France dans un contexte international de réformes scolaires. L’ouvrage bouscule la vision nationale classique du système scolaire républicain français. En traversant les frontières pour étudier la mise en place de ce système, Damiano Matasci propose un autre point de vue et alimente un champ de recherches en voie de construction : l’internationalisation de l’histoire nationale éducative.

Haut de page

Notes

1 L’étude prend également en compte d’autres pays occidentaux et notamment les États-Unis.

2 Prost Antoine, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1re éd. 1968, p. 105.

3 En référence à Prost Antoine, « Pour une histoire “par en bas” de la scolarisation républicaine », Histoire de l’éducation, n° 57, 1993, p. 59-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Leleu, « Damiano Matasci, L’école républicaine et l’étranger », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18021

Haut de page

Rédacteur

Audrey Leleu

Doctorante au Centre de recherche et d’études Histoire et Sociétés à l’Université d’Artois.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page