Navigation – Plan du site

Céline Braconnier, Nonna Mayer (dir.), Les Inaudibles. Sociologie politique des précaires

Mauricio Aranda
Les inaudibles
Céline Braconnier, Nonna Mayer (dir.), Les inaudibles. Sociologie politique des précaires, Paris, Presses de Sciences Po, 2015, 250 p., ISBN : 978-2-7246-1695-8.
Haut de page

Texte intégral

1Quels sont les effets de la précarité sociale dans le rapport à la politique des personnes qui recourent aux structures caritatives et sociales pour (sur)vivre ? De quelle manière se positionnent-elles, par exemple, lors d’une campagne électorale ? Est-ce que leurs préférences politiques les différencient profondément du reste de l’électorat ? L’ouvrage collectif dirigé par Céline Braconnier et Nonna Mayer cherche à répondre à ces questions en s’intéressant aux personnes précaires, non pas en tant qu’objets du discours politique – comme elles sont souvent envisagées – mais en tant que sujets politiques à part entière.

  • 1 Les auteurs se placent ainsi dans la perspective ouverte par Georg Simmel dans : Les pauvres, Paris (...)
  • 2 L’ouvrage de référence en langue française à ce sujet est : Daniel Gaxie, Le Cens caché. Inégalités (...)

2Ces hommes et ces femmes ne constituent pas un groupe homogène ; on y retrouve des « travailleurs pauvres », des « chômeurs en fin de droits », des « mères célibataires avec enfant(s) », des « personnes sans ressources », des « personnes handicapées » et des « sans domicile fixe ». Cependant, leur dépendance commune à l’aide sociale permet aux auteurs de les regrouper sous le nom de « précaires »1. Ces personnes sont également « inaudibles », dans le sens où elles ne participent presque jamais à la vie politique. Des travaux en sciences sociales ont déjà montré que la participation politique est favorisée fortement par la détention de capitaux (économique, social et culturel) qui, de fait, sont inégalement repartis dans la société2. Ainsi, cet ouvrage nous amène à constater que les personnes précaires s’abstiennent majoritairement lors des élections. Pourtant, est-ce que cela signifie qu’elles n’ont rien à dire sur la politique ou bien que leurs discours ne pourraient pas être légitimement qualifiés de « politiques » ? Les auteurs cherchent par conséquent à recueillir leur parole et à combler une zone d’ombre de la sociologie politique, à savoir la compréhension des positionnements politiques des personnes qui ne s’expriment jamais aux urnes et qui sont par ailleurs sous-représentées – voire absentes – dans les enquêtes et sondages électoraux.

  • 3 Il s’agit de l’enquête « Économie politique du vote 2012 » coordonnée par Nicolas Sauger au Centre (...)

3Les Inaudibles est issu d’un travail d’enquête mené par vingt-deux chercheuses et chercheurs lors de la campagne présidentielle française de 2012. Cette étude de cas prend pour problématique « ce que la fragilisation des trajectoires liée à la crise économique de 2008 produit comme effets sur les comportements politiques » (p. 18). Les auteurs disposent d’un corpus conséquent de près de trois mille pages de retranscriptions d’entretiens et de notes de terrain. Au total, cinquante-neuf femmes et cinquante-cinq hommes ont été interviewés le mois précédant le premier tour de l’élection, dans différentes structures d’assistance (centres de distribution alimentaire et de vêtements, centres d’accueil de jour, centres d’hébergement d’urgence et de réinsertion sociale) et cela dans des agglomérations de Paris (Saint-Denis et le XIe arrondissement), Grenoble (Voiron et Échirolles) et Bordeaux (Mérignac et Le Bouscat). Ce volet « qualitatif » est mis en perspective et combiné avec un volet « quantitatif ». Il s’agit d’une enquête par sondage réalisée le mois suivant le deuxième tour de l’élection de 2012, en face-à-face, auprès d’un échantillon national représentatif de l’électorat inscrit en métropole, soit 2 014 personnes3. Cette enquête a permis de recueillir des informations objectives et subjectives sur la situation économique des électeurs, tout en incluant d’autres dimensions constitutives de la précarité telles que l’isolement et la difficulté d’accès aux biens non matériels (santé, loisirs, culture).

  • 4 L’auteur n’indique pas pourtant s’il s’agit d’étrangers – n’ayant pas le droit de vote – ou bien de (...)

4Le premier chapitre, rédigé par Antoine Jardin, s’intéresse aux territoires dans lesquels habitent les enquêtés afin d’interroger les effets de l’environnement social et politique sur la formation de leurs représentations, de leurs opinions et de leurs jugements politiques. Le croisement de différentes données – résultats électoraux par bureau de vote, taux de chômage, part de la « population étrangère »4, etc. – permet de saisir plus finement les particularités propres à chaque terrain et d’apercevoir les conséquences de la précarité sur le comportement électoral. Par exemple, Saint-Denis cumule une forte précarité sociale et une importante population étrangère alors que Voiron et Mérignac possèdent un niveau moyen de précarité et une part faible d’étrangers. De plus, l’enquête montre que si le score de la gauche est toujours corrélé au niveau de précarité, les effets du contexte local sont très importants. Ainsi, « à niveau de précarité égal, le score cumulé des partis de gauche est beaucoup plus important à Saint-Denis que sur tous les autres terrains » (p. 45).

5Dans les quatre chapitres suivants, les auteurs s’intéressent aux trajectoires de vie afin de saisir le rapport des précaires à la politique. Tout d’abord, il s’agit pour Léa Morabito et Camille Peugny de caractériser la mobilité sociale de ces personnes : « les trajectoires ascendantes sont sous-représentées chez les précaires, tandis que les trajectoires descendantes sont surreprésentées » (p. 56). Si, pour un certain nombre d’enquêtés, les conditions de vie précaires sont « héritées », il existe aussi des « basculements » dans la précarité. Ces derniers peuvent être causés par une perte de travail, un divorce, une maladie, une naissance, une immigration, etc. Dans beaucoup de cas, plusieurs facteurs expliquent la « précarisation », au point qu’il devient compliqué d’isoler les effets d’un événement par rapport aux autres. En citant longuement les enquêtés, Céline Braconnier montre dans le troisième chapitre que ces personnes sont loin d’avoir baissé les bras. La préservation de quelques « petits plaisirs », malgré les importantes privations matérielles, de même que le recours aux tactiques de « débrouille » (favorisées par l’aide caritative), permettent à ces hommes et ces femmes d’affronter leur vie quotidienne. Toutefois, les associations sont susceptibles de « radier certaines familles inscrites depuis longtemps de façon à accéder aux demandes d’autres individus en situation d’urgence » (p. 89). Cela tend à produire des jalousies, des rancœurs et des dénonciations entre ces personnes. Dans ce contexte, la « débrouille » des autres (et tout particulièrement celle des étrangers) est regardée d’un mauvais œil par les bénéficiaires habituels des aides associatives.

6Nathalie Fuchs et Nonna Mayer exposent dans le quatrième chapitre que le problème principal aux yeux des enquêtés n’est pas lié aux étrangers ou aux immigrés, mais qu’il est économique et social. Le discours des enquêtés est structuré autour de l’opposition entre les « pauvres » – groupe auquel ils s’identifient – et les « riches ». C’est seulement dans un second temps qu’émerge la séparation entre pauvres « méritants » et « non méritants », ainsi que les clivages « identitaires » et « culturels ». On pourrait d’ailleurs dire que chaque personne trouve son propre « bouc émissaire ». Cependant, parmi les enquêtés qui expriment un sentiment de « préférence nationale », seule une minorité va jusqu’à une adhésion plus ou moins assumée aux idées du FN (10 sur 106 enquêtés). Céline Braconnier montre dans le cinquième chapitre que les positionnements politiques dépendent de plusieurs facteurs parmi lesquels la socialisation primaire joue un rôle très important. Dans une bonne partie des cas, celle-ci a surtout pris la forme d’une transmission de l’indifférence vis-à-vis de la politique. Néanmoins, il est possible de percevoir chez certains enquêtés les effets d’une socialisation politique primaire, notamment pour les héritiers des mondes ouvriers encadrés par le PCF, qui se positionnent toujours à gauche. Par ailleurs, on constate que l’« expérience de la précarité » peut agir également sur leur rapport à la politique. Si une bonne partie des enquêtés se sent « désenchantée » politiquement, nombre d’entre eux croit encore aux effets – positifs ou négatifs – de la politique sur leur propre situation. C’est le cas, par exemple, des personnes ayant connu un parcours migratoire, qui craignent un éventuel revirement des politiques publiques à leur égard.

7Les deux chapitres suivants se focalisent spécifiquement sur le rapport des précaires à l’élection de 2012. À partir d’une analyse lexicométrique des entretiens, les auteurs cherchent à comprendre comment ces personnes perçoivent les candidats. Cette analyse permet de voir qu’il existe un net clivage entre « gros » et « petits » candidats dans leurs discours. La référence au président sortant – Nicolas Sarkozy - et à son principal adversaire – François Hollande – est prédominante. De plus, cette analyse permet de saisir quels sont les termes associés aux candidats. Les deux principaux candidats, suivis par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, sont associés au vocabulaire institutionnel du vote, alors que les « petits candidats » se retrouvent associés à des termes plus subjectifs. Il apparaît ainsi que la perception des candidats par les enquêtés, la veille du scrutin, n’est pas si différente de celle du reste de l’électorat. D’ailleurs, dans le septième chapitre, Nonna Mayer montre que les choix électoraux des précaires différent peu de ceux des autres électeurs ; ils tendent surtout à amplifier les orientations politiques de l’ensemble du corps électoral. Les précaires se positionnent plutôt à gauche qu’à droite : dès le premier tour, d’après les données du sondage électoral, François Hollande obtient le meilleur score (34%), suivi de loin par Nicolas Sarkozy (21%). Les entretiens permettent pourtant de comprendre que ces scores traduisent plus un refus pour le président sortant qu’un soutien affirmé au candidat socialiste. L’attrait pour Marine Le Pen est une autre tendance amplifiée par les précaires, puisque la candidate frontiste obtient 20% au premier tour. Dans les entretiens, il est possible de saisir un clivage net entre ceux qui la rejettent catégoriquement – surtout des personnes socialisées à gauche ou sensibilisées par leur situation migratoire passée – et ceux qui disent partager ses idées, dont une bonne partie déclare ne pas aller jusqu’à voter pour elle.

8Dans le dernier chapitre, Géraldine Bozec et Manon Réguer-Petit abordent le rapport des précaires à la politique, selon le prisme du genre, en prêtant attention à la manière dont le genre « apparaît spontanément comme une catégorie qui fait sens pour les personnes interrogées et à partir de laquelle elles lisent le monde social et politique » (p. 237). Les chercheuses commencent par identifier des caractéristiques genrées de la précarisation : la perte du travail est beaucoup plus mal vécue par les hommes que par les femmes ; l’identité parentale permet aux femmes de maintenir une bonne image de soi, ce qui n’est pas le cas pour les hommes ; le sentiment d’insécurité est plus fort chez les femmes que chez les hommes ; etc. Ensuite, il ressort que les femmes sont particulièrement en contact avec les administrations dans leur vie quotidienne et qu’elles développent une certaine forme de politisation, dans le sens où leurs discours peuvent porter sur le rôle de l’État et des politiques sociales. Il arrive également que les femmes mobilisent dans leurs discours un « nous », qui peut se référer dans certains cas aux femmes précaires – notamment lorsqu’il s’agit de « mères seules » – et dans d’autres cas à l’ensemble de précaires. Cependant, il apparaît que leurs discours critiques et revendicatifs restent à l’échelle individuelle, n’allant pas jusqu’à s’incarner dans des formes d’action collective concrètes.

  • 5 Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 1449.

9Dans l’ensemble, bien que l’accent soit mis sur le contexte électoral de 2012, cet ouvrage permet d’interroger plus largement le rapport des personnes « précaires » à la politique. En outre, il convient de remarquer la forte dimension démocratique de cette recherche, qui prend au sérieux la parole politique des personnes qui ne s’expriment jamais dans le débat public. Ainsi, ce livre leur donne accès indirectement à un espace d’interpellation des « gouvernants » et des « technocrates » qui, comme le signalait Bourdieu, « ignorent souvent à peu près tout de la vie quotidienne de leurs concitoyens et à qui rien ne vient rappeler leur ignorance »5.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs se placent ainsi dans la perspective ouverte par Georg Simmel dans : Les pauvres, Paris, PUF, 2011 [1er éd. 1907]. Les précaires n’existeraient qu’à travers la relation d’assistance. Toutefois, on le verra plus loin, les auteurs combinent cette approche avec celle qui vise à mesurer leurs conditions de vie afin de cerner un groupe. À partir de plusieurs indices quantifiables, les auteurs indiquent que 19,3% de la population française se retrouve face au « risque de pauvreté ou d’exclusion sociale » (p. 21). Il convient néanmoins de rappeler que l’utilisation de la notion de « précarité » est débattue en sociologie en raison de sa difficulté à désigner clairement des individus ou des groupes. Pour un aperçu de l’ensemble des paradigmes proposant une approche particulière de la précarité : Maryse Bresson, Sociologie de la précarité, Paris, Armand Colin, 2015 (2e éd).

2 L’ouvrage de référence en langue française à ce sujet est : Daniel Gaxie, Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978.

3 Il s’agit de l’enquête « Économie politique du vote 2012 » coordonnée par Nicolas Sauger au Centre d’études européennes de Sciences Po.

4 L’auteur n’indique pas pourtant s’il s’agit d’étrangers – n’ayant pas le droit de vote – ou bien de Français d’origine étrangère – disposant du droit de vote –, d’autant plus que dans le cadre des entretiens, tous les deux ont été pris en compte. On sait seulement que sur les 106 personnes interviewées, il y a 19 étrangers.

5 Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 1449.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mauricio Aranda, « Céline Braconnier, Nonna Mayer (dir.), Les Inaudibles. Sociologie politique des précaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18052

Haut de page

Rédacteur

Mauricio Aranda

Doctorant en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre et membre de l’Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220-CNRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page