Navigation – Plan du site

Laurent Denave, Les Terres fertiles de la création musicale. Les conditions sociales de possibilité d’une œuvre de Bach à Boulez

Alexandre Robert
Les terres fertiles de la création musicale
Laurent Denave, Les terres fertiles de la création musicale. Les conditions sociales de la possibilité d'une oeuvre de Bach à Boulez, Château-Gontier, Aedam Musicae, 2015, 152 p., EAN : 9782919046287.
Haut de page

Texte intégral

1À quelles conditions peut-on composer des œuvres exceptionnelles ? Comment devient-on Bach, Mozart ou Beethoven ? L’objectif de cet ouvrage de Laurent Denave est de donner des pistes pour une sociologie de l’exceptionnalité musicale. Contre les explications de type naturaliste, selon lesquelles le génie ou le talent seraient innés, il s’agit ici de mettre en évidence les conditions d’apprentissage et d’exercice de la composition dont ont bénéficié certains créateurs et à travers lesquelles ils ont pu incorporer certaines manières de faire ou de penser, certaines tendances à agir, certaines dispositions.

2Le premier chapitre explicite les principes épistémologiques qui sous-tendent cette démarche. L’auteur se livre d’abord à une critique des approches « constructivistes » qui, à l’instar des travaux de Tia DeNora, de Diana Crane ou de Howard S. Becker, réduiraient les compositeurs et les œuvres à de simples constructions sociales. Les œuvres exceptionnelles auraient au contraire une valeur « réelle » et « objective » indépendamment de ce que les acteurs pourraient en penser ou en faire. Pour la saisir, il faudrait simplement détenir les compétences adéquates, à savoir celles des musicologues qui pratiquent l’analyse musicale. Deux critères musicologiques d’évaluation sont alors retenus : la qualité (c’est-à-dire la « richesse d’écriture », propre aux œuvres « savantes ») et l’originalité (c’est-à-dire le degré d’innovation, propre aux œuvres « modernes »).

3Le deuxième chapitre interroge la production d’œuvres musicales exceptionnelles au prisme du critère de qualité : quelles sont les dispositions permettant d’écrire des œuvres de musique savante ? Et quelles en sont les conditions sociales d’apparition ? L’auteur montre que la plupart des compositeurs « savants » ont acquis des compétences musicales spécifiques (techniques d’écriture, harmonie, contrepoint, etc.), ainsi que des dispositions telles que le goût de la solitude et de la persévérance, la confiance en soi ou la « créativité », entendue comme la « capacité (et le désir) de créer une production culturelle » (p. 48). Certaines expériences prédisposeraient alors à écrire une musique de qualité, comme une socialisation musicale précoce et intense en contexte familial. Après avoir rappelé que la composition s’exerce au sein d’une sphère d’activité spécifique et historiquement située, l’auteur rappelle que les compositeurs « savants » bénéficient généralement de conditions matérielles d’existence favorables au sein de l’espace social, et sont souvent issus d’États culturellement dominants qui concentrent de riches activités musicales. En outre, les hommes sont considérablement avantagés par rapport aux femmes, lesquelles ne bénéficient que très rarement des conditions propices à l’incorporation des dispositions adéquates (injonctions négatives, assignation au rôle de mère ou d’épouse dévouée, exclusion de l’espace public, etc.).

4Le troisième chapitre s’attaque au second critère d’exceptionnalité que constituerait l’originalité, et cherche à dégager les conditions sociales d’apparition des dispositions qui permettraient d’écrire des œuvres musicales « modernes ». Faire preuve d’originalité impliquerait l’acquisition d’une disposition critique, c’est-à-dire une propension à « remettre en cause les règles de l’ordre musical dominant de son temps et à en inventer de nouvelles » (p. 94), mais également à remettre en cause ses propres habitudes et à lutter contre soi. Cette disposition nécessiterait des conditions favorables d’éclosion, telles qu’un apprentissage musical non conformiste, ou du moins pas suffisamment conservateur pour qu’il parvienne à étouffer le sens critique.

5Le dernier chapitre, enfin, se penche sur le problème des déterminations extra-musicales de la pratique de la composition. Laurent Denave met en garde contre les rapprochements hâtifs entre des « conditions historiques » très générales (révolutions industrielles, crises politiques, etc.) et des « styles » musicaux ou, du moins, certaines propriétés des œuvres musicales, rapprochements que l’on trouve notamment dans la littérature marxiste.

  • 1 L’aveu d’impuissance de l’auteur à expliquer la genèse d’une disposition critique chez Debussy est (...)
  • 2 On peut par exemple lire aux pages 47-48 que « les compositeurs inventent en partie (voire en total (...)
  • 3 Laurent Denave, Un siècle de création musicale aux États-Unis. Histoire sociale des productions les (...)

6Cet ouvrage a le mérite de susciter un certain nombre de questions, que l’on peut regrouper en deux ensembles. En premier lieu, les éléments de réponse apportés au problème (passionnant) de l’exceptionnalité de certaines productions musicales laissent parfois le lecteur sur sa faim. La faute notamment à un matériau empirique qui ne permet pas vraiment de pénétrer dans la singularité des trajectoires ou la complexité des socialisations individuelles1, ni d’étayer nombre d’affirmations qui restent assez générales et parfois même péremptoires2. Certes, on a davantage affaire à un essai programmatique qu’à une véritable enquête empirique. Il n’empêche : n’aurait-il pas mieux valu s’appuyer sur quelques cas bien fouillés et reliés entre eux – quitte à reprendre le riche travail que l’auteur a lui-même réalisé sur l’espace musical états-unien du début du XXe siècle3 – plutôt que sur une collection d’illustrations rapides dont on ne sait pas toujours comment ni pourquoi elles ont été choisies ?

  • 4 Rappelons qu’un critère d’appréciation comme l’« originalité » a moins de trois siècles d’existence (...)
  • 5 Ainsi cette remarque qui laisserait perplexe bon nombre d’ethnomusicologues : « L’usage de l’écritu (...)

7En second lieu, on peut s’interroger sur la manière même dont est posé le problème de l’exceptionnalité musicale. La défense du « réalisme », c’est-à-dire d’une exceptionnalité « objective » ou « réelle » de certaines œuvres, conduit d’abord l’auteur à réintroduire le jugement de valeur esthétique dans la démarche sociologique, au point d’en faire la condition initiale de l’enquête. L’affirmation d’une hiérarchie esthétique entre les œuvres n’a-t-elle pas été l’un des plus grands obstacles à une sociologie des œuvres musicales digne de ce nom ? On ne voit pas bien quelle vertu heuristique recèle un tel principe, ni en quoi les critères invoqués (qualité et originalité) permettent d’accéder à une « objectivité » du jugement esthétique du chercheur4. Cette prise de position axiologique mène tout droit au piège du légitimisme – et parfois à celui de l’ethnocentrisme5 – comme le montre ce type d’assertion : « Il n’est pas impossible […] de démontrer la plus grande richesse de la musique savante par rapport à la musique populaire : il y a un travail d’écriture et d’invention dans la première (variété mélodique, harmonique et rythmique notamment) qui est absent (ou presque) dans la seconde. » (p. 30, c’est l’auteur qui souligne)

  • 6 Voir par exemple : Robert R. Faulkner et Howard S. Becker, “Do you know…?” The Jazz Repertoire in A (...)

8Au passage, on peut aussi se demander quelle est cette « musicologie » dont il est fait mention à plusieurs reprises comme s’il s’agissait d’un bloc disciplinaire unifié autour d’un travail de mise au jour de la valeur « objective » des seules « œuvres musicales remarquables » (donc « savantes » et/ou « modernes »). De nombreux travaux d’analyse, même jusqu’aux plus formalistes, fournissent depuis longtemps de précieux outils de description du matériau musical tout en s’abstenant – avec raison – de se prononcer sur la valeur des œuvres. On regrette en outre que soient passés sous silence la new musicology états-uniennes des années 1980 et ses héritiers actuels, la musicologie des processus créateurs, et bien d’autres qui ouvrent un dialogue explicite avec les sciences sociales. L’articulation entre outils sociologiques et outils d’analyse musicale est certes un enjeu important. Mais elle gagne à reposer sur des bases non normatives, comme le montrent plusieurs travaux récents6.

9La défense du « réalisme » conduit ensuite l’auteur à réintroduire la coupure entre objets et pratiques et à accorder aux œuvres une existence autonome. Selon lui, en effet, les compositeurs aux dispositions exceptionnelles produiraient des œuvres dont l’exceptionnalité serait fixée une bonne fois pour toutes. Plutôt que d’en faire une donnée stable et purement interne que l’analyse musicale ne ferait qu’attester, la valeur des œuvres peut au contraire être constituée en objet de recherche – de nombreux chercheurs s’y sont attelés depuis les travaux pionniers de Raymonde Moulin – sans que cela implique un relativisme total ni une dénégation des propriétés singulières des œuvres. Ne serait-il pas plus raisonnable de soutenir que si des œuvres musicales sont « réellement » ou « objectivement » exceptionnelles, ce n’est pas parce qu’elles renferment une exceptionnalité immanente que seuls des musicologues internalistes seraient à même de révéler, mais parce que leurs propriétés singulières sont institutionnellement et inter-subjectivement reconnues comme exceptionnelles au sein d’un espace culturel déterminé ? Finalement, il n’y a peut-être pas de raison d’opposer réalisme et constructivisme…

10L’approche dispositionnaliste mérite incontestablement d’être appliquée (et adaptée) au domaine musical. Pour qui veut comprendre ce que les compositeurs font et pourquoi ils le font comme ils le font – qu’ils soient « exceptionnels » ou non – cette voie théorique apparaît stimulante. En ce sens, l’initiative de Laurent Denave doit être saluée. Toutefois certaines propositions attendent encore d’être éprouvées empiriquement, tandis que la conception de l’exceptionnalité mériterait d’être remaniée afin que le programme dispositionnaliste ne soit pas réduit à un instrument de légitimation d’œuvres musicales consacrées.

Haut de page

Notes

1 L’aveu d’impuissance de l’auteur à expliquer la genèse d’une disposition critique chez Debussy est symptomatique à cet égard : le long encadré des pages 102 à 106 se contente de mobiliser quelques informations très générales empruntés à des biographies du compositeur.

2 On peut par exemple lire aux pages 47-48 que « les compositeurs inventent en partie (voire en totalité) la musique dans leur tête avant de la coucher sur le papier » et qu’un instrument comme le piano leur « sert notamment à jouer (donc à vérifier) ce qui vient d’être écrit ». Tout ceci mériterait d’être nuancé, notamment au regard des riches enquêtes de l’équipe d’analyse des pratiques musicales de l’Ircam menées sous l’égide de Nicolas Donin.

3 Laurent Denave, Un siècle de création musicale aux États-Unis. Histoire sociale des productions les plus originales du monde musical américain, de Charles Ives au minimalisme (1890-1990), Paris, Contrechamps, 2011.

4 Rappelons qu’un critère d’appréciation comme l’« originalité » a moins de trois siècles d’existence et est culturellement situé ; voir Roland Mortier, L’originalité. Une nouvelle catégorie esthétique au siècle des lumières, Genève, Droz, 1982.

5 Ainsi cette remarque qui laisserait perplexe bon nombre d’ethnomusicologues : « L’usage de l’écriture peut expliquer en premier lieu la différence de qualité entre une composition savante et une composition populaire. » (p. 31)

6 Voir par exemple : Robert R. Faulkner et Howard S. Becker, “Do you know…?” The Jazz Repertoire in Action, Chicago, University of Chicago Press, 2009 ; Maÿlis Dupont, Le bel aujourd’hui. Bach ou Boulez, des œuvres à faire, Paris, Cerf, 2011 ; Irina Kirchberg, « Pour une approche sociomusicologique des processus de création musicale. "Faire la musique" en natation synchronisée », Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2013 ; Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations, Paris, Vrin, 2015 (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Robert, « Laurent Denave, Les Terres fertiles de la création musicale. Les conditions sociales de possibilité d’une œuvre de Bach à Boulez », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/18593

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Robert

ATER à l’Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page