Navigation – Plan du site

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes

Jean-Claude Zancarini
L’enseignement de l’italien en France
Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, Grenoble, Ellug, coll. « Italie plurielle », 2015, 441 p., préface de Gilles Pécout, ISBN : 9782843102998.
Haut de page

Texte intégral

1Jérémie Dubois envisage, dans cette première histoire systématique des études italiennes et des italianisants français de 1880 à 1940, la naissance de cette discipline, depuis la période de « l’italien sans maître » jusqu’à la création des premières chaires universitaires et de l’agrégation d’italien ; il suit ensuite, jusqu’à l’orée de la seconde Guerre mondiale, le processus d’institutionnalisation de la discipline, son lien avec des associations, sa place dans les relations franco-italiennes. Le croisement des perspectives (socio-culturelle, diplomatique, éducative) appuyé sur un très gros travail de dépouillement des archives françaises et italiennes, sur l’usage exhaustif des bulletins des associations et des rapports de jury, et sur une excellente connaissance de la bibliographie critique, tout cela fait de l’ouvrage de Jérémie Dubois, un « grand livre d’histoire sociale, politique et culturelle », pour reprendre l’expression justifiée de Gilles Pécout dans son éclairante préface. Il s’agit en effet d’un ouvrage qui fait preuve d’une capacité tout à fait remarquable de faire revivre des parcours individuels tout en donnant à l’entrecroisement de ces parcours un sens général qui permet de comprendre la naissance de l’italianisme, le sens politique et culturel qui en découle.

2D’emblée, la création, à l’initiative de Charles Dejob, de la Société des études italiennes fait apparaître certains des aspects qui vont marquer l’italianisme en tant que discipline : le sens politique que donne Dejob à sa Société découle de la nécessité de rétablir l’amitié envers l’Italie, cela en liaison avec une incontestable germanophobie ; et Jérémie Dubois montre comment c’est précisément (et ouvertement) au moment où les tensions sont très fortes entre la France et l’Italie (avec d’une part la chasse aux Italiens d’Aigues Mortes et les manifestations anti-françaises qui s’ensuivent en Italie et, d’autre part, l’assassinat du président Carnot par l’anarchiste italien Sante Caserio) que Dejob fonde la Société des études italiennes. L’autre aspect important qui va se poursuivre dans l’italianisme institutionnalisé est la méfiance – non explicitée par le fondateur de la Société mais bien réelle – vis-à-vis des Italiens de France ; on peut même dire qu’il s’est méthodiquement efforcé d’exclure de son projet les représentants de l’immigration italienne en France, le seul Italien résidant en France membre de la Société étant… le consul d’Italie à Bordeaux. Lorsque les agrégations d’italien et d’espagnol sont créées conjointement à la suite d’une campagne menée de concert avec les hispanistes (de 1900 à 1908 le jury est commun et dirigé par un hispaniste) on voit alors se structurer et s’institutionnaliser une discipline.

3L’italien qui souffre d’un déficit de légitimité et qui est dominé même parmi les langues vivantes, tente de se constituer en discipline ; cette opération est menée pendant plus de trente ans par Henri Hauvette qui sera en même temps professeur à la Sorbonne, inspecteur général et président du jury d’agrégation de 1908 à 1932 (à l’exception de quelques années où il cède cette charge à Paul Hazard, professeur au Collège de France). Son successeur à la présidence du jury et à la Sorbonne, Henri Bédarida, agrégé d’italien, ne sera pas inspecteur général mais ses années de présidence du jury seront « une période faste » pour les candidats venant de la Sorbonne, alors qu’auparavant les candidats venant de Grenoble faisaient jeu égal avec les Parisiens. La deuxième caractéristique notable, déjà remarquée à propos de la Société des études italiennes, est l’exclusion des Italiens de France et – même si Jérémie Dubois indique qu’il s’agit là d’un cas peu fréquent dans ses sources – un mépris vis-à-vis des ouvriers migrants dont « il n’y a rien à tirer que des journées de travail » (Henri Hauvette).

  • 1 Rebecca Rogers, « Les femmes dans l'enseignement des langues vivantes : éléments pour une histoire (...)

4La façon dont Jérémie Dubois analyse les caractéristiques de genre dans l’italianisme est tout à fait exemplaire ; partant des considérations pionnières de Rebecca Rogers sur les femmes dans l’enseignement des langues vivantes1, il analyse précisément les stéréotypes du jury vis-à-vis des femmes, stéréotypes parfois repris par les candidates elles-mêmes (d’après un des rapports du jury, judicieusement rapporté par Jérémie Dubois, une candidate, approuvée par le président du jury, avait déclaré lors d’une leçon sur le Décaméron que « le propre d’une vraie jeune fille consiste à ne pas avoir d’histoire »), et met en évidence la façon dont la mixité du concours amène dans l’entre-deux-guerres à une quasi-parité entre hommes et femmes à l’agrégation d’italien. Le travail de Jérémie Dubois met aussi en évidence les effets de frustrations et les difficultés individuelles qu’a pu faire naître la mise en place de cette discipline qui, selon l’expression de Rebecca Rogers, fait partie de celles qui sont « au bas de l’échelle » : la triste histoire d’une candidate trois fois collée, « fatiguée nerveusement » et « abattue » à la suite de ces échecs répétés, qui réussit finalement à décrocher le concours en 1937, 19 ans après sa première tentative, est emblématique de ces difficultés.

5Sur la question de l’agrégation, Dubois sait tout ce qu’on peut savoir : sur les structures de pouvoir dans l’italianisme (être à la fois professeur à la Sorbonne, inspecteur général et président du jury d’agrégation, ça aide à « tenir » la discipline !), les luttes d’influence (et pour le nombre de reçu.e.s !) entre Paris et Grenoble, les parcours individuels des agrégés, le « canon » des auteurs mis au programme, les sujets de dissertation et les corrigés du jury… Tout le chapitre « Savoirs légitimes et règles tacites : passer l’agrégation d’italien » est, de ce point de vue, un régal !

6L’histoire politique et celle des relations internationales est également très présente dans ce travail : les différents moments des rapports entre l’Italie et la France y sont mis en relief, cela dès le début du processus d’institutionnalisation. Jérémie Dubois met ainsi en évidence la façon dont la politique des gouvernements italiens vis-à-vis de la France influence l’activité et les réussites de la Société fondée par Charles Dejob, lequel se plaindra amèrement de l’abandon par les Italiens de l’hypothèse de mise en place d’une Société italienne d’études française qui aurait pu être l’équivalent italien de la Société française d’études italiennes.

7Mais l’ouvrage insiste en particulier, et à juste titre, sur les problèmes spécifiques que pose l’enseignement de l’italien lorsque les fascistes ont pris le pouvoir en Italie et se servent de leur langue, de leur culture… et de leurs lectures comme d’instruments de propagande en faveur des idées du régime. On note au passage qu’un texte de Mussolini (Gli accordi del Laterano, 1929) a été mis au concours de l’agrégation d’italien en 1930 (donc juste après la signature des accords de Latran de 1929 entre l’Etat fasciste et le Saint-Siège), comme texte d’oral dans une question portant sur « la question romaine depuis 1797 ».

8Jérémie Dubois montre également comment les fascistes n’hésitent pas à intervenir contre des citoyens italiens travaillant pour les centres français en Italie : le cas de M. Levi-Malvano, collaborateur important de l’Institut français de Florence, où il enseigna pendant 30 ans, contraint de cesser ses enseignements du fait des pressions fascistes consécutives aux lois raciales de 1938 est indicatif du contrôle actif du régime mais également de l’incapacité de faire face aux pressions des autorités italiennes de l’ambassadeur français, André François-Poncet, qui décide de mettre fin à l’enseignement de M. Levi-Malvano. Jérémie Dubois conclut d’ailleurs que, pendant cette période, « la stratégie de pénétration linguistique et culturelle de l’Italie a présenté plus d’esprit de suite et de détermination que n’en ont témoigné les autorités françaises chargées de la gestion de la question… », façon de rappeler que ni les associations des italianistes ni les autorités françaises ne se sont opposées fermement aux initiatives fascistes.

  • 2 Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Pa (...)
  • 3 Michael Werner [dir.], Histoire des études germaniques en France (1900-1970), Paris, CNRS éditions, (...)

9Ce livre – qui, soit dit en passant, est écrit d’une langue ferme, sobre et claire, ce qui ne gâte rien ! - sera d’un grand profit non seulement pour les italianistes et tous ceux et toutes celles que concernent la culture italienne ou les rapports franco-italiens, mais beaucoup plus largement pour ceux et celles qui pensent, dans la lignée de Michel Espagne2 et de Michael Werner3, que la question des « transferts culturels » et donc la place des langues dans l’enseignement, est un élément indispensable de l’histoire de l’école républicaine.

Haut de page

Notes

1 Rebecca Rogers, « Les femmes dans l'enseignement des langues vivantes : éléments pour une histoire à construire », Ela. Études de linguistique appliquée 2006/2 (no 142), p. 135-149.

2 Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1993.

3 Michael Werner [dir.], Histoire des études germaniques en France (1900-1970), Paris, CNRS éditions, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/18606

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page