Navigation – Plan du site

Laure Bereni, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir

Marie Perrin
La bataille de la parité
Laure Bereni, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Économica, coll. « Etudes politiques », 2015, 304 p., ISBN : 9782717867824.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les mobilisations féministes en France se sont très largement divisées en deux tendances distinctes (...)

1Si la loi relative à la parité promulguée le 6 juin 2000 par le Conseil constitutionnel est aujourd’hui considérée comme allant de soi, son aboutissement n’a pourtant rien d’évident. Les mobilisations pour l’accès des femmes à la représentation politique durant les années 1990 ont en effet eu pour particularité d’avancer soit en ordre dispersé, soit de façon concurrentielle, sans parvenir à rallier l’unanimité des féministes. Une grande majorité issue du MLF (Mouvement de libération des femmes)1 s’y est notamment opposée. Il faut attendre la conversion du PS (Parti socialiste) en 1996 à la cause de la parité (conversion s’expliquant en partie par une stratégie de reconquête électorale) et la mise à l’agenda gouvernemental durant la cohabitation Chirac-Jospin pour que le thème devienne légitime.

  • 2 Bereni Laure, De la cause à la loi : les mobilisations pour la parité politique en France (1992-200 (...)
  • 3 Entretiens approfondis avec des actrices impliquées, des universitaires contre ou pro-parité, des r (...)
  • 4 Laure Bereni réutilise la notion de Verta Taylor qui parle d’« organisations dormantes » pour décri (...)
  • 5 Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Gr (...)

2Dans cet ouvrage issu de son travail de thèse2, Laure Bereni cherche à comprendre comment une revendication suscitant à l’origine indifférence ou hostilité a donné lieu, en quelques années, à une réforme de la Constitution et à une loi électorale. À travers une enquête socio-historique associant plusieurs méthodes de travail3, l’auteure analyse la complexité des mobilisations dans un contexte où les revendications féministes se sont très largement atténuées en France durant les années 19804. De plus, le champ politique français se caractérise – à l’instar d’autres pays comme l’Allemagne ou la Grande-Bretagne où la question de la représentation politique des femmes fait l’objet de commissions partisanes –par sa fermeture à la question de la parité et des quotas. La recherche se situe donc au cœur de la sociologie des mouvements sociaux et de l’engagement en sociologie politique, avec comme particularité le fait de se concentrer sur des mobilisations aux formes inhabituelles car convoquant beaucoup moins les répertoires d’action collective5 contemporains.

3Le grand apport du travail de Laure Bereni est d’avoir forgé un concept permettant d’analyser le caractère transversal des mobilisations pro-parité : celui de « l’espace de la cause des femmes », qu’elle définit dans son introduction comme étant « la configuration des sites de mobilisation au nom des femmes et pour les femmes dans une pluralité de sphères sociales » (p. 17). L’espace de la cause des femmes est structuré par différents pôles et mouvances obéissant à des forces tantôt centripètes, tantôt centrifuges et permettant de penser la diversité des mobilisations.

  • 6 Le concept de « démocratie paritaire » n’est pas nouveau puisque, dès 1989, Claudette Apprill et El (...)

4L’ouvrage suit un fil chronologique bien établi, retraçant dans un premier temps les premières revendications, issues de différentes sphères, pour l’accès des femmes à la représentation politique, des années 1970 jusqu’à 1992. C’est par exemple durant cette période que les militantes féministes du PS parviennent à faire inscrire dans les statuts un quota minimal de 10% de femmes dans les différentes instances du parti. 1992 constitue une année cruciale pour les mobilisations du fait de la conjonction de trois « événements transformateurs » (McAdam, Sewell, 2000, cités p. 60) : les élections régionales de mars 1992 où la faible présence de femmes est perçue comme un scandale ; la théorisation du concept de parité à travers l’ouvrage Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité, publié par Françoise Gaspard, Anne Le Gall et Claude Servan-Schreiber, qui impulse le développement d’un registre de justification de l’adéquation entre parité et universalisme républicain ; enfin, l’institutionnalisation de la parité à travers la conférence « Femmes et pouvoir », organisée par la Commission européenne. La période qui s’ensuit (1993-1995) se caractérise par l’aspect discret des mobilisations, permettant néanmoins une acclimatation progressive à l’idée. 1996 est une année décisive pour les militantes puisque le PS, à travers la figure de Lionel Jospin – largement influencé par son épouse Sylviane Agacinski –, alors premier secrétaire du parti, se convertit à la parité. Perçue comme ayant le pouvoir de rénover la démocratie6, la parité devient une véritable stratégie de reconquête électorale. La mise à l’agenda gouvernemental en 1997 ouvre une nouvelle séquence se traduisant par l’entrée de nouveaux acteurs et actrices institutionnel-le-s qui vont porter la parité au parlement dans sa version forte (et non plus dans sa version faible, qui vise à changer les mentalités sans réels dispositifs à l’appui). L’examen parlementaire de la loi suscite un relatif consensus, ce qui s’explique en partie par le fait que la loi sur le PACS est analysée au même moment et que certains députés (de droite) optent pour une posture pro-parité pour contrebalancer leur rejet du PACS. Le véritable bras de fer s’établit donc non pas au sein de l’Assemblée nationale, mais entre celle-ci et le Sénat, d’abord sur le contenu même de la loi puis sur sa formulation. Au final, la loi promulguée le 6 juin 2000 reflète les rapports de force entre l’ensemble des acteurs et actrices mais elle reste peu contraignante, aux yeux de nombreuses militantes.

  • 7 Décision n° 82-146 DC, 18/11/1982.

5Pour comprendre les mécanismes qui ont permis aux mobilisations de devenir légitimes dans un contexte de ferme opposition aux quotas, il faut analyser le registre théorique déployé par les militantes, « attribut central » (p. 76) de cette revendication. En 1981, Gisèle Halimi, députée socialiste, introduit l’idée du quota au parlement et le PS dépose un amendement « limitant à 75% le nombre de candidats du même sexe sur les listes de candidats aux municipales » (p. 40). Celui-ci est adopté par l’Assemblée nationale mais annulé par le Conseil constitutionnel le 18 novembre 1982, sous couvert que les « principes de valeur constitutionnelle s’opposent à toute division par catégorie des électeurs ou des éligibles »7 (p. 40).

  • 8 Françoise Gaspard, Anne Le Gall, Claude Servan-Schreiber, Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, (...)
  • 9 Ibid., p. 166.

6À partir de cette date, les militantes vont chercher un moyen de contourner cette opposition et c’est dans l’ouvrage Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité8 que le registre de justification de la parité voit le jour en s’opposant à l’idée même de quota : « La parité se distingue du quota par sa philosophie même. Celui-ci, en politique, repose sur l’idée pernicieuse qui consiste à mettre les femmes sur le même plan qu’une classe, qu’une catégorie sociale, qu’une communauté ethnique ou confessionnelle. Or les femmes ne sont pas une minorité »9 (p. 73). Le tour de force est joué : la parité est présentée comme le prolongement logique de l’universalisme républicain car les femmes ne doivent pas être assimilées à une catégorie spécifique.

  • 10 Gail Pheterson : « La différenciation du monde en hommes et femmes est le point nodal de la dominat (...)

7C’est cet argumentaire qui va cristalliser les oppositions à la parité, notamment chez les féministes universitaires radicales telles que Christine Delphy et Danièle Kergoat. En effet, la revendication de la parité opère deux transgressions majeures, d’une part en se positionnant du point de vue essentialiste (en présentant la différence des sexes comme universelle)10 et d’autre part en ne déployant pas d’actions radicales. Ces féministes rejettent le fait d’agir dans des institutions patriarcales et reprochent aux militantes pro-parité de développer une revendication élitiste en se coupant des femmes issues de milieux populaires. Il est intéressant de souligner que certaines universitaires féministes comme Michelle Perrot ou Janine Mossuz-Lavau vont soutenir la revendication tout en se démarquant du discours essentialiste.

8Les hostilités émanant des universitaires féministes restent discrètes et c’est davantage celles provenant de femmes plus connues des médias, telle Elisabeth Badinter, qui sont mises en avant. Du côté des hommes fortement médiatisés qui se positionnent contre la parité, on trouve de nombreux « intellectuels de gouvernement » (Noiriel, 2005, cité p. 185) comme Alain Finkielkraut, Bernard Henri-Lévy et certains constitutionnalistes. Ces intellectuel-le-s se présentent avant tout comme des « gardien-ne-s de la République » (p. 184) et déploient un argumentaire différent de celui des féministes universitaires : la parité est présentée comme une menace à l’universalisme républicain, risquant « d’ouvrir la boîte de Pandore des revendications particularistes » (p. 190) car induisant la reconnaissance d’une catégorie spécifique.

9Un dernier point abordé dans l’ouvrage doit être présenté pour comprendre les mobilisations pro-parité : le profil social des militantes. De façon générale, les militantes ont en commun le fait d’avoir vécu le MLF de loin, dans des associations féminines, ou bien, pour celles, moins nombreuses, qui y ont participé, d’avoir opté pour un positionnement dit réformiste. Beaucoup de militantes connaissent le champ politique avant de s’engager pour la parité (61% des enquêtées ont déjà été candidates à une élection) notamment au PS, au moment de l’essor de la revendication, elles vivent un creux dans leur carrière partisane. Enfin, ces militantes viennent souvent de milieux sociaux favorisés et possèdent des niveaux de diplôme élevés. Laure Bereni montre ainsi que cette position sociale élevée et l’ensemble des capitaux qui y sont associés (culturel, social, militant) ont constitué des atouts indispensables pour donner corps à une revendication faiblement populaire à son origine.

10Qu’est devenue la parité quinze ans après la promulgation de la loi ? Dans sa conclusion, l’auteure explique que les mobilisations associatives ont disparu mais ont été relayées par d’autres se déployant dans l’arène institutionnelle. Les quotas sont désormais utilisés pour définir les lois qui obligent à la parité dans les sphères hiérarchiques élevées des instances de travail. Cependant, les mobilisations n’ont pas entraîné de revendications issues de « minorités visibles » (p. 275).

11En conclusion, l’ouvrage de Laure Bereni permet d’éclairer des mobilisations relativement méconnues et peu représentatives des mouvements sociaux contemporains en enrichissant la connaissance de l'histoire des luttes de femmes et de féministes en France. La création du concept d’espace de la cause des femmes constitue un apport original pour penser la transversalité des luttes et la porosité des frontières entre mobilisations et institutions.

Haut de page

Notes

1 Les mobilisations féministes en France se sont très largement divisées en deux tendances distinctes durant les années 1970 – même si, à l’intérieur même de chacun de ces pôles, cohabitent plusieurs mouvances – avec d’un côté les féministes dites essentialistes et de l’autre les féministes matérialistes (réfutant l’idée d’une différence universelle des sexes).

2 Bereni Laure, De la cause à la loi : les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000), thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, réalisée sous la direction de Jean-Michel Berthelot et Johanna Siméant, 2008.

3 Entretiens approfondis avec des actrices impliquées, des universitaires contre ou pro-parité, des responsables politiques, des membres de l’Observatoire de la parité ; enquête par questionnaire ; dépouillement d’archives sur l’histoire des luttes féministes de 1970 à 2000 ainsi que d’un corpus de documents institutionnels et d’articles de presse.

4 Laure Bereni réutilise la notion de Verta Taylor qui parle d’« organisations dormantes » pour décrire ce phénomène de mise en veille des mobilisations, organisations qui permettent de jouer le rôle de passeur d’un cycle de mobilisation à l’autre. Les années 1980 en France ont ainsi tranché, du point de vue des luttes féministes, avec la décennie précédente caractérisée par la présence du MLF.

5 Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », in Vingtième siècle. Revue d’Histoire, n° 4, octobre 1984. Les mobilisations pro-parité ont comme particularité d’être assez discrètes et de ne recourir que faiblement à des actions directes.

6 Le concept de « démocratie paritaire » n’est pas nouveau puisque, dès 1989, Claudette Apprill et Elisabeth Sledziewski théorisent la notion dans le cadre d’un séminaire organisé par le comité « égalité » au sein du Conseil de l’Europe.

7 Décision n° 82-146 DC, 18/11/1982.

8 Françoise Gaspard, Anne Le Gall, Claude Servan-Schreiber, Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité, Paris, Le Seuil, 1992.

9 Ibid., p. 166.

10 Gail Pheterson : « La différenciation du monde en hommes et femmes est le point nodal de la domination. [...] Privilégier le sexe, le statut sexué des femmes [...] dans le domaine politique, c’est être complice de notre propre sujétion » (cité p. 181), « La parité n’offre aucune garantie contre une politique de droite », Cahiers du GEDISST, n° 17, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Perrin, « Laure Bereni, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18638

Haut de page

Rédacteur

Marie Perrin

Enseignante agrégée en sciences économiques et sociales, doctorante en sociologie au laboratoire Cresppa-CSU.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page