Navigation – Plan du site

Étienne Gérard et Anne-Catherine Wagner (dir.), « Elites et savoirs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 14

Claire Gellereau
Élites et savoirs
Étienne Gérard, Anne-Catherine Wagner (dir.), « Élites et savoirs », Cahiers de la recherche sur l'éducation et les savoirs, n°14, 2015, Paris, Maison des Sciences de l'Homme.
Haut de page

Texte intégral

1Étienne Gérard et Anne-Catherine Wagner consacrent le numéro 14 des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, à la question de la concurrence entre les savoirs élitaires, particulièrement dans un contexte d’internationalisation des formations et des élites. En effet, selon les auteurs, les savoirs scolaires ou les savoirs êtres et savoirs faires, acquis et reproduits par les élites se trouvent en concurrence pour définir les savoirs légitimes. La position des élites n’a pas toujours été liée à leurs savoirs, c’est avec la montée des régimes démocratiques qu’ils sont devenus nécessaires pour appartenir à ce groupe distinct. Les élites sont en concurrence pour imposer « leurs » savoirs comme légitimes et ainsi se maintenir en tant que dominants. Cette question de la concurrence des savoirs est au cœur de ce dossier et permet de rendre compte des luttes au sein de cet espace social. La réflexion se divise en trois questions : comment certains savoirs académiques ou non, sont-ils devenus des savoirs « consacrés » ? De quelle façon, l’internationalisation des élites a-t-elle amené une redéfinition des frontières et des modes d’accès à ces savoirs légitimes ? Enfin, quels types de concurrence pour la légitimation de certains savoirs pouvons-nous observer dans des pays du « Sud » ?

2La première partie du dossier se concentre sur la recomposition des enseignements consacrés et questionne le rôle des savoirs dans la production des élites. Ainsi, l’article de Philippe Losego montre que la mise en place du suffrage universel (masculin) et l’essor du capitalisme vont amener une redéfinition des élites françaises et des façons de les intégrer à ces fractions dominantes. Le système d’enseignement français au cours du XIXe siècle voit la mise en concurrence entre la culture classique et la culture méritocratique. Les deux articles suivants interrogent l’introduction de nouvelles disciplines dans les écoles d’ingénieurs prestigieuses. Antoine Derouet et Delphine Thivet présentent les enseignements du droit à l’École Centrale de Paris comme espace de socialisation afin de les préparer aux futurs postes qu’ils occuperont, (managers ou dirigeants d’entreprises). En effet, ces cours permettent aux étudiants d’acquérir une connaissance du droit comme un outil au service des entreprises : en inculquant à ces étudiants que le droit est une source de protection pour l’entrepreneur ; qu’il permet de promouvoir au mieux ses intérêts en tant que chef d’entreprise ; qu’il participe à l’élaboration de la stratégie d’entreprise. Ces enseignements, réalisés par des professionnels (avocats spécialistes en droit des affaires par exemple) contribuent à assurer un réseau de relations se transformant en capital social, élément clé pour accéder à des positions de pouvoir dans le secteur privé. L’intégration du droit dans les enseignements à Centrale, participe aussi à la convergence du groupe des ingénieurs de cette école avec l’élite économique, permettant l’acquisition de nouveaux savoirs et savoirs-faire liés au management. C’est le sujet qu’aborde Adrien Delespierre dans son article. Quelle est la portée de la diffusion de nouvelles formes de savoirs et de techniques éducatives associées au management ? À quel point est-ce une rupture dans l’enseignement des écoles d’ingénieurs ? Cette importation de nouveaux savoirs, en contradiction avec les enseignements académiques dits « purs » et donc liés à l’excellence scolaire, n’a pas remis en cause, selon l’auteur, le clivage séparant les « petites écoles spécialisées » et les écoles « généralistes », plus sélectives et prestigieuses.

3La seconde partie du dossier aborde la question de l’internationalisation des savoirs et des formations destinées et met en avant les tensions qui existent entre les fractions des élites pour y accéder. On peut observer une internationalisation relative puisque certaines disciplines et ressources symboliques sont difficilement « internationalisables ». Ainsi, dans leur article, Thierry Rossier, Marion Beetschen, André Mach et Felix Bühlmann montrent que l’internationalisation des élites académiques suisses dépend des disciplines. En effet, alors qu’en économie, l’internationalité (c’est-à-dire la mobilité internationale, le lieu de formation et la langue utilisée pour diffuser des savoirs) peut être valorisée dans un contexte national, ce n’est pas nécessairement le cas en droit. L’article de Caroline Bertron traite de l’inculcation de la philanthropie dans des pensionnats internationaux suisses. L’auteure estime que l’arrivée de nouvelles fractions d’élites nationales et internationales a amené une transformation des contenus d’enseignements. Apparaissent ainsi des tensions entre la recherche d’un savoir explicite et scolaire et la recherche d’apprentissages de savoirs-être. Les pratiques philanthropiques permettent de combiner ces deux impératifs : former une élite économique internationale et préserver un éthos cosmopolite ancien, notamment sous la forme d’une formation morale. Les élèves sont évalués scolairement selon leur capacité à organiser leur travail caritatif, la philanthropie étant associée à des compétences techniques qui leur seront nécessaires durant leurs carrières professionnelles. Domingo Garcia Garza et Anne-Catherine Wagner partent du cas des Business Schools françaises, et de la façon dont elles sont mobilisées par certaines fractions des classes supérieures mexicaines comme un outil de contournement afin d’accéder aux élites économiques mexicaines. Cet outil n’a pour autant pas toujours l’effet escompté. Les écoles de gestion françaises mettent en avant la dimension internationale de leur savoir afin d’attirer des étudiants du monde entier dans des filières où la langue d’étude est l’anglais. Ainsi, suivre ses études de gestion et de commerce en France permet aux étudiants mexicains de mobiliser des réseaux internationaux rencontrés lors des études en France tout en bénéficiant de frais d’inscription moins coûteux que dans d’autres pays. Cependant, mobiliser ces écoles peut s’avérer être un « mauvais » calcul pour des étudiants mexicains n’appartenant pas aux fractions les plus dominantes. En effet, suivre ses études en France n’assure pas la création d’un capital social local et un crédit symbolique au Mexique puisque les capitaux sociaux et symboliques que confèrent ces écoles restent limités aux frontières nationales. Bien qu’« hors thème », l’article de Samuel Bouron montre que dans un contexte « d’internationalisation des formations », les écoles de journalismes « historiques » et prestigieuses doivent prendre en compte l’apparition de nouvelles formations « internationales » en journalisme dans des grandes écoles, sans pour autant en accepter les règles, au risque de perdre leur place de dominants.

4L’internationalisation des formations scolaires des élites a donc certaines limites. En effet, certaines disciplines sont difficiles à internationaliser, et bien que certaines soient considérées comme internationales, les crédits symboliques nationaux restent très forts et ne permettent pas la reconnaissance de ces parcours internationaux. Qu’en est-il de la concurrence entre les formations élites locales ? C’est le sujet de la troisième partie. Dans un article portant sur les leaders indigènes boliviens, Claude Le Gouill montre que ces leaders ont eu des formations multiples (scolaires, au sein de la communauté, dans des ONG, des organisations politiques) et qu’ils entrent en concurrence pour que leurs ressources se transforment en capital politique. La question de la redéfinition de la hiérarchie des champs est également présente dans l’article d’Hamidou Dia et dans celui de Maria Dubois. Hamidou Dia montre l’évolution de la place des diplômés en langue arabe au Sénégal, profitant d’une orientation plus forte de la présidence, vers les pays du Golfe. Ainsi, les diplômés arabophones s’insèrent dans les sphères de décision et, ceux qui maîtrisent également le français ou l’anglais, dans les milieux académiques. Si les arabophones ont réussi à s’affirmer comme une fraction de l’élite sénégalaise, c’est également parce qu’ils ont mobilisé d’autres ressources (économiques, sociales et symboliques) que leurs diplômes. Maria Dubois quant à elle présente dans son article la façon dont des chercheurs en économie ont fait de leurs savoirs académiques des capitaux légitimes (face aux capitaux administratifs et politiques) afin d’accéder aux positions dominantes dans la hiérarchie étatique russe de Boris Elstine.

5Les autres articles « hors thèmes » de ce numéro traitent de sujets aussi variés que : la question de la formation des adultes à l’Université française (Christelle Manifet) ; des stratégies scolaires adoptées par les classes populaires rurales chinoises en scolarisant leurs enfants dans des écoles de sport (Aurélien Boucher) ; et de la question de la mendicité des talibé, des élèves en formation apprenant l’arabe et le coran sous la tutelle d’un maître, au Sénégal (Papa Oumar Ndiaye).

6Ce dossier permet donc de renouveler la recherche portant sur l’internationalisation de la formation des élites et notamment sur la légitimation des capitaux selon les ressources des fractions élitaires afin que ce soient eux qui donnent le « la » dans la hiérarchie des champs et donc, des capitaux. Par ailleurs, ce dossier vient rappeler que les savoirs scolaires ne sont pas suffisants pour appartenir aux élites et qu’il est nécessaire qu’ils soient combinés à d’autres savoirs, dépendants à leur tour d’autres capitaux. Ainsi, la lecture de ce dossier conviendra aussi bien aux personnes qui s’intéressent aux différents systèmes éducatifs, qu’aux questions d’internationalisation et de culture des élites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gellereau, « Étienne Gérard et Anne-Catherine Wagner (dir.), « Elites et savoirs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 14 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/18647

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page