Navigation – Plan du site

Clara Lévy, Le roman d’une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs

Gérard Mauger
Le roman d'une vie
Clara Lévy, Le roman d'une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Éditions Hermann, coll. « Société et pensées », 2015, 260 p., ISBN : 9782705690748.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Dans cette enquête, 2/3 sont des romans, 68% ont été publiés après 1950.

1Il est permis de douter que tout lecteur - même « grand » - ait un livre de chevet (lu, relu et régulièrement consulté). Il semble, d’ailleurs, qu’il s’agisse plutôt ici de réponses - plus ou moins « ad hoc » - données à la question omnibus « quel est votre livre préféré ? », étant entendu que la question n’exclut ni les non-réponses, ni qu’un « livre préféré »1 puisse devenir un « livre de chevet » (« l’ouvrage d’une vie », p. 29) ou s’avérer n’être qu’une « toquade » (note 31, p. 29), un « engouement passager » (note 101, p. 146). Cette enquête sur les « livres de chevet » a été menée par entretiens auprès d’une population d’une centaine d’enquêtés où les cadres et professions intellectuelles, d’une part, les étudiants, d’autre part, sont surreprésentés (2/3 de bac + 3 et plus, 50 % de 20-34 ans).

2La première partie étudie d’abord les circonstances de la rencontre entre le livre préféré et son lecteur en filant la métaphore du « coup de foudre ». Dans cette perspective, il apparaît que la rencontre « arrangée » (prescription scolaire) n’est pas moins propice que la rencontre « élective » (comme une « évasion » initiatique plus ou moins fortuite). Les divers « cercles de sociabilité lectorale » - réels (famille et groupes de pairs) ou virtuels (medias) - sont également des sites de prescription par où transitent la transmission des héritages culturels maternels et/ou paternels, l'influence des groupes de pairs, l’impact des émissions littéraires ou les effets de « l’audiovisuel ».

  • 2 . Voir Gérard Mauger et Claude Poliak, « Les usages sociaux de la lecture, Actes de la recherche en (...)
  • 3 . Le paradigme des « émotions » associées au romanesque est sans doute livré par Jean-Marie Goulemo (...)

3La deuxième partie intitulée « Attachements » s’interroge sur les effets de la lecture. Au fil de trois chapitres - « le livre en lui-même », « les apports du livre » et « les émotions ressenties à la lecture » - il s’agit de cerner « les usages sociaux de la lecture » (usages de divertissement, didactiques, éthiques, esthétiques)2. Sans surprise, il s’avère que l’intérêt accordé à l’intrigue (une « histoire d’amour » pour les 2/3 des femmes) est associé à la quête d’« évasion », alors que celui accordé au « style » concerne prioritairement les professionnels de la littérature, que les « usages didactiques » ne se cantonnent pas aux « livres pratiques » et que la Bible, le Coran ou la philosophie se prêtent, mieux que d’autres livres, à des « usages éthiques » (« réfléchir »). Quant au registre des « émotions » (rire/pleurer), il est indissociable de « l’évasion » dans un univers romanesque qui suppose implication, empathie, identification3 (évasion qui, en faisant diversion, peut également avoir des « effets anxiolytiques », p. 112).

4Faute d’avoir pu identifier des « usages de la lecture » ou des « intérêts » qui seraient propres aux livres élus, la troisième partie revient sur la définition des « livres de chevet » en s’interrogeant sur l’éventuelle spécificité des pratiques « matérielles » qui leur sont associées. Qu’il s’agisse de l’emplacement - plus ou moins distinctif (« le chevet ») - qui leur est attribué, ou des échanges - plus ou moins intenses (entre circulation et rétention) - dont ils sont l’objet : en la matière, l’enquête montre que tout est possible. Le même constat vaut pour les pratiques induites par la lecture (lecture de critiques, de notices biographiques ou d’entretiens avec l’auteur, rencontres avec l’auteur, visite de sa tombe, copie de passages du livre, annotations dans les marges, etc.) : l’enquête montre, en effet, que l’éventail des pratiques s’étend de l’ignorance revendiquée (p. 139) à l’érudition spécifique, de l’indifférence au fétichisme (« culture fan », p. 145).

  • 4 . Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit : de la révolution cognitive à la psychologi (...)

5La dernière partie intitulée « Sources et ressources identitaires » montre que l’identification aux personnages (compréhension, sinon empathie) et/ou aux situations (homologie des expériences partagées) est une condition de félicité non seulement de « l’évasion » dans le monde du texte (« Ça n’a rien à voir avec moi, mais on se met quand même dans son état d’esprit. On est quand même proche de lui. On s’évade aussi du coup. On est dans le vide. On n’est plus dans la réalité », explique une étudiante, p. 169), mais aussi des usages « éthiques » de la lecture (qu’il s’agisse du métier exercé, d’ascension sociale, d’expérience sexuelle ou de « quête du salut ») ou « didactiques » (qu’il s’agisse d’identité nationale ou régionale ou encore de linguistique et même de « tracteurs », p. 196). Le dernier chapitre de l’ouvrage (« Le soi comme support du livre de chevet »), se propose de montrer comment l’habitus du lecteur (ses schèmes de perception et d’évaluation) oriente la lecture (« les réceptions différenciées d’un même livre », p. 205) et de s’interroger symétriquement sur « l’effet propre » du livre (les citations recopiées contribuent, par exemple, à la construction de l’identité narrative du lecteur et, plus généralement, des récits de la psychologie populaire, ce que Jérôme Bruner désigne comme les « bonnes histoires »4), en comparant les propos tenus par des lecteurs différents sur un même livre de chevet. Sans doute était-ce là l’aspect le plus original de l’enquête, mais il est resté à l’état d’ébauche (p. 198-205).

6S’il est vrai qu’ « il n’y a pas d’homologie stricte entre catégories de lecteurs et catégories d’ouvrages » (p. 212), c’est à la fois parce qu’une même catégorie de lecteurs peut lire, simultanément ou successivement, différentes catégories d’ouvrages pour tel ou tel type d’usages et parce que des usages différents ou semblables peuvent être faits d’une même catégorie d’ouvrages par différentes catégories de lecteurs (bien que certaines catégories de textes appellent préférentiellement ou uniquement telle catégorie d’usages et que certaines catégories d’agents aient une prédilection plus ou moins exclusive pour tel type d’usage d’une catégorie de textes). Mais, « l’hypothèse d’un écho identitaire dont le livre de chevet constituerait le support » (p. 211) qui ne tient compte que des ressemblances entre catégorie de lecteurs, s’épargne l’analyse et l’interprétation des différences entre les fans de mangas, les admiratrices de Marc Lévy ou de Marguerite Duras, les lecteurs assidus de La Bible ou du Coran et le pharmacien dont le livre de chevet est consacré aux tracteurs…

Haut de page

Notes

1 . Dans cette enquête, 2/3 sont des romans, 68% ont été publiés après 1950.

2 . Voir Gérard Mauger et Claude Poliak, « Les usages sociaux de la lecture, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123, juin 1998, p. 3-24.

3 . Le paradigme des « émotions » associées au romanesque est sans doute livré par Jean-Marie Goulemot, Ces livres qu'on ne lit que d'une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Aix-en Provence, Éditions Alinéa, 1991.

4 . Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit : de la révolution cognitive à la psychologie culturelle, traduit de l’anglais par Yves Bonin, Paris, Éditions Eshel, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Mauger, « Clara Lévy, Le roman d’une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 juillet 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/18676

Haut de page

Rédacteur

Gérard Mauger

Directeur de recherche émérite CNRS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page