Navigation – Plan du site

Monique Jeannet, Vincent Tournier (dir.), « Petites fabriques du genre. Identités, orientations et transformations sexuées en travail social », Le sociographe. Recherches en travail social, n° 49, 2015

Aurélie Dirickx
Petites fabriques du genre
Monique Jeannnet, Vincent Tournier (dir.), « Petites fabriques du genre. Identités, orientations et transformations sexuées en travail social », Le sociographe. Recherches en travail social, n° 49, 2015, 144 p., Nîmes, Éditions Champ social, ISSN : 1297-6628.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro du Sociographe thématise la façon dont est abordée la question du genre dans les métiers du social. Les contributions, écrites par des formateurs, chercheurs et intervenants du terrain, s’intéressent aux postures professionnelles adoptées par les travailleurs sociaux face aux normes genrées qui influencent leurs pratiques. Plusieurs situations emblématiques des rapports sociaux de sexe y sont exposées. L’assignation de rôles genrés dès l’enfance, le poids des préjugés à l’égard de la diversité des orientations sexuelles, la distribution sexuée des fonctions parentales et la mixité chez les éducateurs de la petite enfance sont au centre des réflexions proposées par les auteurs.

2Les métiers du social ne sont pas neutres d’un point de vue genré. Pour saisir les enjeux actuels des rapports sociaux de sexe qui s’illustrent dans ces professions, un détour historique sur les fondements du travail social nous est proposé par Cathy Bousquet. Au XIXe siècle, des femmes sont sorties de l’espace privé et se sont mobilisées en faveur du progrès social et de l’émancipation (scolarisation pour tous, vote des femmes, liberté d’expression, protection des travailleurs). L’action sociale a ainsi été pour elles un moyen d’exercer leur influence dans le domaine public, qui était à l’origine exclusivement réservé aux hommes. Cependant, les inégalités entre femmes et hommes sont encore très palpables dans les professions du soin, de l’aide et de l’intervention sociale, autrement appelés métiers du « care ». Laurence Moliner explique dans sa contribution que certains discours naturalistes et stéréotypés sont à la source d’un problème majeur de reconnaissance dans ce milieu. Elle nous dit en effet que le travail social, « malgré sa professionnalisation, demeure conçu comme le prolongement des rôles domestiques et éducatifs assignés aux femmes, autre biais qui les exclut des secteurs professionnels monopolisés par les hommes » (p. 41).

3Les professions de la petite enfance constituent un exemple caractéristique de ces problématiques genrées à un triple niveau : celui de la répartition hommes-femmes parmi les éducateurs, celui de la prise en charge des jeunes enfants et celui de la relation avec les parents. Les articles de François Ndjapou et de Laurence Moliner témoignent d’une recherche de mixité dans les équipes, qui peine à se réaliser en raison des représentations stéréotypées qui perdurent dans ce milieu composé de 95,3% de femmes. François Ndjapou constate que la formation des éducateurs de la petite enfance s’est construite de façon endogame (c’est-à-dire, en étant délivrée par des personnes issues du milieu) et qu’elle fournit peu de repères au masculin. Sur le terrain, les hommes tentent de se démarquer de leurs collègues féminines, consciemment ou non, en adoptant une série de comportements stéréotypés qui nourrissent une illusion de la complémentarité entre les rôles masculins et féminins. Les croyances populaires sont elles aussi un obstacle à cette mixité. Laurence Moliner relève que, chez les hommes travaillant au contact des jeunes enfants, il existe une crainte de passer pour un efféminé, un homosexuel ou un pédophile. Les femmes, quant à elles, souffrent d’un manque de reconnaissance professionnelle. Leurs « qualités naturelles » de mères sont plus volontiers invoquées que leurs compétences professionnelles de salariées.

4La parentalité est la seconde porte d’entrée des questions sur le genre dans le milieu de la petite enfance. Le primat de la maternité dans l’éducation des tout-petits, relevé précédemment, fait encore partie des normes familiales ancestrales véhiculées par certains professionnels à travers leur façon d’interagir avec les parents et de les faire participer à la vie de la crèche. Dans sa contribution portant sur les dispositifs de soutien à la parentalité, Marie-Dominique Wilpert identifie elle aussi des différenciations sexuées entre les rôles parentaux, opérées par les intervenants sociaux. La survalorisation des responsabilités maternelles dans l’éducation des enfants, la présence attendue des mères à la sortie de l’école et la culpabilité qui leur est portée si elles exercent un emploi trop prenant sont autant de stéréotypes qui ont pour corollaire d’éloigner les pères de la scène éducative, en les cantonnant à des fonctions d’autorité et de pourvoyeur des ressources économiques dans le foyer.

5Les interactions entre adultes et jeunes enfants représentent le troisième enjeu lié à la division sexuée des rôles sociaux. Dans les milieux de la petite enfance, le choix des activités, des jeux symboliques, des stimulations et des modes d’occupation physique de l’espace conditionnent de façon précoce la socialisation genrée des enfants. Très tôt, ces derniers intériorisent une série d’attitudes différenciées qui sont attendues d’eux. L’article de Noëlle Portets nous questionne autour du devenir des enfants dans une société qui véhicule encore de nombreuses injonctions normatives. Les stéréotypes de sexe exercent en effet un poids non négligeable sur les orientations professionnelles et les filières de formation choisies, sur les types de loisirs pratiqués et sur les modes d’expression des émotions. Le bien-être identitaire des enfants et des jeunes adultes repose donc sur le dépassement des aprioris genrés.

6Le concept des identités sexuelles se retrouve également au cœur des problématiques rencontrées par les jeunes LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels ou en questionnement). Isabelle Chollet et Michel Dorais nous sensibilisent aux manifestations du mal-être de ces adolescents issus de la diversité sexuelle, qui manquent souvent de repères, de modèles et de soutien. La honte, le rejet, l’isolement et le sentiment de culpabilité qui les traversent peuvent les mener à vivre des épisodes dépressifs, des idéations suicidaires voire des tentatives de suicide. Selon les estimations de Michel Dorais, deux à trois jeunes LGBTQ sur dix ont tenté au moins une fois de mettre fin à leurs jours, tandis que la proportion oscille entre 3% et 5% chez les adolescents hétérosexuels. L’auteur souligne que les formes de harcèlement, d’intimidation et d’humiliation qu’ils subissent, en particulier à l’école et sur internet, proviennent d’un manque de connaissance et de sensibilité à l’égard de la diversité sexuelle. La création d’associations et de regroupements LGBTQ ainsi que le gain de visibilité des personnalités publiques LGBTQ pourraient contribuer à sortir ces jeunes de leur mal-être, en leur donnant un plus grand sentiment d’appartenance, d’identification et de reconnaissance. Du côté des professionnels du terrain, Isabelle Chollet et Michel Dorais recommandent aux psychologues, enseignants et autres intervenants sociaux d’être mieux formés aux problématiques LGBTQ et aux conséquences dévastatrices des actes d’homophobie.

7En définitive, les enjeux actuels du travail social sont doubles. Il s’agit d’une part de valoriser les approches par la diversité (mixité des sexes dans les métiers, diversité des orientations sexuelles), et d’autre part de dépasser certains préconçus stéréotypés intériorisés par les travailleurs sociaux eux-mêmes. La contribution d’Isabelle Marchand et de Célyne Lalande conclut ce dossier avec beaucoup de pertinence. Les auteures insistent sur le caractère artificiel de la catégorisation par le genre. Laurence Moliner définit elle-même le genre comme « un système socialement construit qui se fonde sur un double principe de différenciation binaire et de hiérarchisation des sexes et des sexualités » (p. 40). Selon Isabelle Marchand et Célyne Lalande, les rapports sociaux de sexe entraînent des inégalités dans les possibilités pour l’individu de déployer ses ressources, son pouvoir et ses potentialités. Les deux auteures invitent donc les travailleurs sociaux à déconstruire les catégories genrées vectrices de différentiation sociale au même titre que le sont la religion, la nationalité, l’âge ou l’orientation sexuelle, à dépasser l’idéologie de la complémentarité hommes-femmes et à remettre en question les normes stéréotypées induisant des rapports de domination entre les sexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Dirickx, « Monique Jeannet, Vincent Tournier (dir.), « Petites fabriques du genre. Identités, orientations et transformations sexuées en travail social », Le sociographe. Recherches en travail social, n° 49, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/18755

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Dirickx

Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Genève (thèse portant sur les reconversions professionnelles volontaires) et assistante qualité de vie au travail au Service de la petite enfance en ville de Genève.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page