Navigation – Plan du site

Guilhem Cassan, La caste dans l’Inde en développement

Guillaume Arnould
La caste dans l'Inde en développement
Guilhem Cassan, La caste dans l'Inde en développement. Entre tradition et modernité, Paris, Éditions Rue d'Ulm, coll. « Cepremap », 2015, 72 p., ISBN : 9782728805273.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Louis Dumont, Homo hierarchicus, Paris, Gallimard, 1966 ou Jean Baechler, La solut (...)

1À l’instar des autres publications du Cepremap, La caste dans l’Inde en développement de Guilhem Cassan joue parfaitement son rôle de vulgarisation économique tout en restant un ouvrage exigeant, agréable à lire et intellectuellement stimulant. L’auteur faisait d’ailleurs partie de l’équipe de bloggeurs d’Ecopublix, où il avait déjà pu faire connaître à un large public ses recherches et analyses en économie du développement. Une des principales qualités de son livre est d’aborder une question classique des sciences sociales1 (le système de caste) en convoquant des travaux économiques récents de manière pédagogique mais aussi des réflexions provenant des disciplines voisines comme l’histoire, les sciences politiques, l’anthropologie ou la sociologie.

  • 2 Notamment les économistes Amartya Sen, Robert Barro Ou Dani Rodrik.

2Sur un sujet qui peut paraître évident ou totalement dépassé, La caste dans l’Inde en développement vient rappeler à point nommé que le phénomène de stratification sociale qui s’est mis en place dans ce pays n’est finalement pas bien connu, ni bien compris du grand public occidental. L’auteur s’efforce de démontrer que des analyses simplistes de type « orientaliste » faisant du système de caste un archaïsme expliquant le faible développement de l’Inde sont largement dépassées. À l’image de la problématique que pose la Chine aux chercheurs2 (combinaison de croissance économique et d’absence de libertés démocratiques), l’accroissement de la richesse de l’Inde malgré le maintien des castes mérite notre attention.

3La première partie du livre est consacrée à la compréhension du système de caste, cette « institution traditionnelle dans une économie en développement ». L’Inde est en effet toujours caractérisée par une prédominance de l’économie informelle : malgré un taux de croissance moyen dépassant les 5% depuis les années 1980 et une certaine ouverture des échanges, environ 30% de la population reste sous le seuil de pauvreté ; la majorité de la population réside dans les campagnes et travaille dans le secteur agricole. L’État et le système administratif restent peu développés. De plus, l’activité économique en Inde s’avère plus risquée que dans les pays riches car divers aléas y ont un impact fort : le climat, la corruption. C’est dans ce cadre que le système de caste divise la société en quatre catégories hiérarchisées (les varnas), elles-mêmes subdivisées en jatis.

4Les varnas découlent de la naissance des individus et attribuent un degré de « pureté » à chacune et chacun, qui se traduit par des occupations hiérarchisées. Les Intouchables, à qui sont réservées les activités considérées comme les plus impures, constituent la cinquième catégorie et se trouvent donc en « dessous » des basses castes. Face à ce système traditionnel et aux injustices sociales qui en découlent, des politiques de discrimination positive ont été mises en place par le gouvernement indien à partir des années 1950. Ces initiatives constituent un véritable laboratoire pour le chercheur en sciences sociales, car elles nécessitent d’établir une typologie de la population et sont un enjeu politique pour capter le vote des castes.

  • 3 L’État devant être l’autorité garantissant le respect des contrats et le marché devant permettre un (...)
  • 4 Mark Rosenzweig et Oded Stark, « Consumption smoothing, migration and marriage: evidence from rural (...)

5Guilhem Cassan montre que dans une économie où ni l’État, ni le marché ne fonctionnent efficacement3, le système de caste constitue un mécanisme qui influence les prises de décisions ou les comportements des individus. Les membres d’une caste développent leur solidarité car ils partagent largement une même condition socio-économique. En prenant l’exemple des mariages entre membres d’une même caste et constatant leur étonnante stabilité (pour les populations urbaines comme rurales), l’auteur montre que la stratégie est d’épouser quelqu’un de la même caste, mais d’un autre village, pour pouvoir faire jouer des principes d’assurance si un territoire devait être frappé par un aléa climatique4. Les castes permettent également de bénéficier d’effets de réseau, et la confiance ou la compétence propre à des communautés dans certaines activités (le commerce de diamants, par exemple) se transmettent et doivent être protégées par les collectifs ainsi formés. La caste joue bien évidemment un rôle fondamental dans le choix du personnel politique. Les Indiens préfèrent élire des membres de leur caste, ce qui semble également être efficace pour contrôler l’activité de leurs représentants (tout du moins pour les élections locales).

6Bien sûr, les comportements issus du système de castes se traduisent également par des mécanismes sociaux contraignants et peu efficaces d’un point de vue économique : les femmes de haute caste bénéficient de peu d’opportunités pour faire évoluer leur condition puisqu’elles sont considérées comme les plus « pures ». Elles seront ainsi écartées des programmes de formation à la création d’entreprise, lesquels bénéficient surtout aux femmes des basses castes. De même, les castes suivent des comportements traditionnels qui pénalisent les enfants : celles auxquelles échoient les travaux manuels ne scolarisent pas leurs enfants dans des établissements de langue anglaise car l’anglais n’était pas nécessaire pour occuper des emplois qui leur étaient réservés. Enfin, c’est parfois entre castes que des arrangements maintiennent cette forte rigidité sociale : l’auteur décrit ainsi le fait que les propriétaires terriens jouent le rôle d’assureur pour leurs travailleurs journaliers en contrepartie d’un maintien de salaires peu élevés. Cela nuit bien sûr à l’égalité des chances.

7La troisième partie de l’opuscule décrit la caste comme système de discrimination. La hiérarchie des castes se constate dans les inégalités de revenu et se traduit par des niveaux d’éducation très différents. Cela découle de mécanismes de discrimination sur le marché du travail comme dans le système éducatif (où les basses castes sont jugées et évaluées plus sévèrement). Ceci explique que les conflits entre castes perdurent et donnent lieu à des violences, notamment pour la maîtrise de certains biens ou services essentiels (l’accès à l’eau par exemple). De plus, la croissance économique de l’Inde ne profite pas encore aux membres des basses castes. Guilhem Cassan décrit la faible efficacité des politiques de discrimination positive mises en œuvre : elle découle en partie de l’incapacité de l’État à faire respecter les lois, ou du fait que certains avantages bénéficient surtout aux couches supérieures des castes visées. Ces politiques se traduisent également par la recherche d’une reconnaissance comme caste discriminée, pour obtenir des compensations. La fiabilité de la classification des individus dans telle ou telle caste est parfois sujette à caution : les données officielles existantes ne permettent pas de connaître le niveau de vie de chaque jati et certaines castes ont manipulé leur identité pour bénéficier des politiques agricoles.

8Au final, dans La caste dans l’Inde en développement, Guilhem Cassan montre comment un système social qu’on pouvait espérer voir disparaître avec la modernisation économique, perdure et s’adapte aux évolutions du pays.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Louis Dumont, Homo hierarchicus, Paris, Gallimard, 1966 ou Jean Baechler, La solution indienne, Paris, PUF, 1988.

2 Notamment les économistes Amartya Sen, Robert Barro Ou Dani Rodrik.

3 L’État devant être l’autorité garantissant le respect des contrats et le marché devant permettre un échange par le système des prix dans un cadre concurrentiel.

4 Mark Rosenzweig et Oded Stark, « Consumption smoothing, migration and marriage: evidence from rural India »”, Journal of Political Economy, vol. 97, n° 4, 1989, p. 905-926.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Guilhem Cassan, La caste dans l’Inde en développement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 septembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18942

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional, Académie de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page