Navigation – Plan du site

Alexis Rosenbaum, Dominants et dominés chez les animaux

Thibault De Meyer
Dominants et dominés chez les animaux
Alexis Rosenbaum, Dominants et dominés chez les animaux. Petite sociologie des hiérarchies animales, Paris, Éditions Odile Jacob, 2015, 179 p., ISBN : 978-2-7381-3235-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rosenbaum a publié plusieurs livres sur l’inégalité sociale chez les humains : L’ordre sacré. Les r (...)

1Les humains ne sont pas les seuls animaux à s’organiser en groupes hiérarchisés. Parmi un grand nombre de mammifères, d’oiseaux, de poissons et d’insectes, il y a des dominants et des dominés. Alexis Rosenbaum, philosophe qui s’est longtemps intéressé aux inégalités sociales chez les humains, propose une revue de la littérature scientifique sur les hiérarchies animales1. Le livre est structuré en sept chapitres qui répondent chacun à une question.

2La question du premier chapitre est d’ordre épistémologique : qu’appelle-t-on « hiérarchie » chez les animaux ? Pour répondre à cette question, Rosenbaum commence par présenter les travaux que l’éthologue norvégien Thorleif Schjelderup-Ebbe a conduits sur des poules dans les années 1920. Au début, lorsqu’elles ne se connaissent pas encore, les poules se battent à coups de bec pour déterminer qui mangera en premier. Après quelques jours, les comportements agressifs diminuent considérablement. Il suffit alors à celle qui ressort vainqueur des premiers combats de faire un petit geste de la tête pour que les autres poules lui laissent la voie libre. Une forme rudimentaire de rituel remplace donc la violence, et une fois l’ordre d’accès à la nourriture instauré, il ne change que très rarement. En plus d’être stable, l’ordre est souvent linéaire (si la poule A domine B et si B domine C, alors A domine C).

  • 2 L’anthropologie a longtemps considéré les femmes comme une « ressource », et l’éthologie continue à (...)

3À partir de cet exemple, Rosenbaum met en garde contre l’anthropomorphisme. Il faut bien que les poules se reconnaissent les unes les autres pour savoir qui elles dominent et qui les domine. Cependant, cette reconnaissance ne présupposerait pas de conscience réflexive (les poules ne sauraient pas à proprement parler qu’elles reconnaissent d’autres poules). Il en est de même pour la hiérarchie. Alors que les poules observées s’organisent selon une hiérarchie assez marquée, elles n’ont très probablement pas conscience qu’une telle hiérarchie existe. C’est en fait l’éthologue qui arrive à extraire la hiérarchie à partir des comportements visibles (il observe par exemple que A mange toujours avant B et que B mange toujours avant C, puis il en déduit que A domine B et que B domine C). Dans ce premier chapitre, Rosenbaum présente également quelques méthodes pour étudier la hiérarchie parmi les animaux : donner de petites rations de nourriture pour voir qui mange en premier, écarter l’animal dominant du groupe pour voir qui s’impose après lui… Il y est aussi précisé que la hiérarchie instaure un ordre de passage pour l’accès à la nourriture, mais aussi à d’autres ressources, telles que l’eau, les abris ou les femelles2.

4Les travaux pionniers de Schjelderup-Ebbe suggéraient déjà que l’instauration d’un ordre de passage pour accéder à la nourriture permettait aux poules d’éviter de se battre constamment. Le deuxième chapitre tente donc de savoir si la hiérarchie sert à éviter la violence. Les observations sur les poules n’y répondent pas de manière catégorique. Les poules pourraient se battre les premiers jours parce qu’elles ne se connaissent pas puis arrêter de se battre simplement parce qu’elles se connaissent mieux. Le changement de comportement ne serait alors pas directement dû à l’instauration d’une hiérarchie. Le primatologue Hans Kummer tente de résoudre ce problème en comparant deux espèces proches de singes d’Afrique, de la famille des cercopithécidés. Les géladas ont une organisation hiérarchique tandis que les patas apparaissent plutôt égalitaires. Le chercheur remarque en effet que, dans l’espèce hiérarchisée, les combats sont plus courts et plus rares que dans l’espèce égalitaire. Ce résultat, comme l’explique Rosenbaum, peut également être mis en doute, notamment parce qu’il ne s’agit pas des mêmes espèces (un sceptique pourrait rétorquer que la différence de comportements entre les géladas et les patas est déterminée génétiquement, indépendamment de l’organisation sociale) et que par ailleurs, ces singes vivent dans des habitats très différents. Un autre primatologue, Frans de Waal, observe pour sa part que, lorsque le mâle alpha est retiré d’un groupe de chimpanzés, il y a une hausse du niveau de la violence. Même si ces observations ne permettent pas non plus d’établir en toute certitude le lien entre hiérarchie et absence de violence, les différentes observations prises ensemble suggèrent néanmoins fortement qu’un tel lien existe.

5Il semble en tout cas que la hiérarchie rend à la fois le groupe et les individus plus aptes à survivre. Lors d’une disette, si la nourriture est partagée équitablement, c’est le groupe entier qui risque de disparaître. Grâce à l’ordre de passage, lors de périodes difficiles, les subordonnés meurent, mais au moins quelques-uns parmi les dominants survivent. Le groupe peut alors se reproduire. Indépendamment de cet avantage grégaire, les subordonnés ont également avantage à éviter les combats. En effet, pour eux, sortir du groupe constitue un danger, car ils deviennent alors des proies faciles. Le subordonné a donc plus de chances de survivre et de se reproduire s’il reste dans le groupe tout en évitant les combats avec les plus forts que lui. Les dominants n’ont, pour leur part, aucun avantage à tuer les subordonnés, car ceux-ci peuvent accomplir un grand nombre de tâches (garde d’enfants, collecte de nourriture).

6Le troisième chapitre cherche à savoir si la force physique détermine à elle seule le statut hiérarchique. Les Maylandiae zebrae sont des poissons de la famille des cichlidés qui vivent dans le lac Malawi. Ils présentent une hiérarchie claire. Cependant, quelques chercheurs ont eu l’idée de séparer un groupe déjà constitué. Quelques jours suffisent pour que les poissons oublient leur ancien ordre d’accès à la nourriture. Lorsqu’ils sont remis ensemble, des combats surviennent, comme si c’était la première fois qu’ils se voyaient. Ces nouveaux combats modifient la hiérarchie, et, dans un très grand nombre de cas, il arrive même que les poissons qui se situaient au plus bas de l’échelle parviennent au sommet ! Ce résultat met en doute l’idée que la hiérarchie animale ne serait que l’expression de la force brute. En fait, comme l’explique Rosenbaum à partir d’un ensemble d’études, un grand nombre de variables modère le poids de la force physique : l’habitude statutaire (un petit peut dominer un grand qui était malade lors du premier combat) ; l’effet du gagnant et du perdant qui crée, respectivement, un cercle vertueux de confiance en soi ou un cercle vicieux de manque de confiance en soi ; l’effet du témoin (lorsqu’un animal voit un combat, il a tendance à chercher à s’allier au vainqueur) ; le jeu des alliances, et ainsi de suite.

  • 3 Rosenbaum aurait pu rapprocher cette théorie de celle des espaces ouverts et fermés de l’anthropolo (...)

7Mais pourquoi certaines espèces sont-elles hiérarchiques et d’autres égalitaires ? C’est la question qui occupe le quatrième chapitre où sont d’abord rappelées les observations du primatologue Stephen Gartlan. Celui-ci avait remarqué que les primates en liberté sont moins violents et forment des hiérarchies moins stables que les primates en captivité. Il y aurait donc des conditions environnementales qui susciteraient la hiérarchisation, ce qu’ont également tenté de montrer Richard Wrangham, Elizabeth Sterck et Carel van Schaik. Cette équipe de socioécologues a établi une corrélation entre la concentration de la nourriture dans l’espace et la hiérarchisation du groupe. Lorsque la nourriture est concentrée, tous les membres du groupe se battent pour y avoir accès. Afin d’éviter ces combats, les animaux ont alors avantage à instaurer un ordre de passage. Par contre, lorsque la nourriture est distribuée sur un grand espace, les animaux n’ont pas à se battre et n’instaurent donc pas de hiérarchie3.

8Le cinquième chapitre porte sur la question des harems : sont-ils l’expression de la domination des mâles alpha sur les mâles béta ? Rosenbaum note que le dominant dépense beaucoup d’énergie en cherchant à monopoliser les femelles, ce qui peut profiter aux subordonnés. Ces derniers ont généralement du sperme plus mobile que les dominants, ce qui leur permet de se reproduire en s’accouplant en cachette avec les femelles. Dans le chapitre suivant, Rosenbaum tente de savoir si, du côté des femelles, il y aurait un avantage à s’allier aux dominants. On observe certes qu’une femelle de statut inférieur qui s’allie au mâle dominant jouit de certains privilèges, notamment dans l’ordre d’accès à la nourriture. Cependant, comme l’expliquent les éthologues Anna Qvarnström et Elisabeth Forsgren, choisir un mâle fort, c’est aussi risquer d’être victime de la violence de celui-ci. En plus, les mâles dominants offrent souvent moins de soins aux enfants.

9Dans le dernier chapitre, Rosenbaum cherche l’origine de la transmission du rang. Celui-ci se passe principalement de mère en fille chez les primates, le rang des mâles connaissant davantage de fluctuations durant une vie. La transmission n’est certainement pas simplement génétique, car les sœurs de pères différents partagent le même rang alors que les sœurs de mères différentes font partie de rangs différents. En fait, il semble que la protection des mères joue un rôle important dans la transmission du rang. Lors des premiers combats, les mères sont près des enfants et leur viennent en aide en cas de problème. Ceci permet de donner confiance aux petits, mais également de maintenir la hiérachie, car les femelles dominantes aident toujours plus leurs enfants que ne le font les subordonnées. En outre, les échanges de soutiens entre parentèles encouragent aussi le maintien de la hiérarchie.

  • 4 Vinciane Despret, Que diraient les animaux si … on leur posait les bonnes question ? Paris, Les Emp (...)

10Le livre d’Alexis Rosenbaum explique de manière pédagogique les différents travaux scientifiques sur la hiérarchie animale. Il s’agit d’une très bonne synthèse sur le sujet pour le grand public. On peut cependant regretter qu’il ne fasse que reprendre des mots et des idées des éthologues sans les interroger, ce qu’on aurait pourtant pu attendre d’un philosophe. Je pense notamment à l’idée que les femmes sont des « ressources » ou à l’expression qui dit que les mâles dominants disposent de « harems ». Une auteure comme Vinciane Despret, par exemple, rappelle bien que ces termes ne sont pas neutres, car ils disposent les scientifiques à cadrer d’une certaine manière les animaux, à voir les mâles comme actifs et les femelles comme passives. Pourquoi ne pas parler, à l’instar de l’éthologue Phillys Jay, de « collectif de femelles » qui élisent un mâle non plus dominant, mais choisi, ce qui invite à prendre une tout autre perspective sur la même situation4 ?

  • 5 Thom van Dooren, Flight Ways. Life and loss at the edge of extinction, New York, Columbia Universit (...)
  • 6 Voir la revue de la littérature de David Smith, « The study of animal metacognition », Trends in co (...)

11Rosenbaum interroge néanmoins le vocabulaire lorsqu’il s’agit de mettre en garde contre l’anthropomorphisme. Des termes tels que « reconnaître » ou « choisir » un semblable, ou encore la notion de « hiérarchie » ne signifieraient pas les mêmes choses lorsqu’on parle d’humains ou d’animaux. L’auteur ne discute malheureusement pas les enjeux de cette critique de l’anthropomorphisme, qui ne va pourtant pas de soi. L’anthropologue Thom van Dooren explique par exemple que l’anthropomorphisme est important afin de nous rendre sensibles au sort des animaux5. Pour ma part, je pense que la critique de l’anthropomorphisme peut être intéressante lorsqu’elle s’affine. En quoi, « reconnaître », par exemple, serait-il une opération différente chez les humains et chez, disons, les chimpanzés ou les poules ? Il faudrait aussi se demander en quoi « reconnaître » signifierait autre chose chez des chimpanzés et chez des poules. Invoquer la réflexivité comme critère de distinction, à l’instar de Rosenbaum, ne me semble pas suffisant dans la mesure où les études récentes sur la métacognition suggèrent que, dans une certaine mesure, les animaux savent également qu’ils savent6.

  • 7 C’est probablement Donna Haraway qui a le plus insisté sur l’importance d’étudier les espèces en co (...)
  • 8 Les chercheurs se sont surtout intéressés aux techniques que déploient les végétaux pour modifier l (...)
  • 9 Souvent les guillemets sont utilisés pour marquer une réticence. Est-ce que les plantes « agissent  (...)

12Notons que Rosenbaum reprend encore deux manières de penser aux animaux mais hélas sans les interroger. D’une part, l’auteur décrit toujours la hiérarchie au sein d’une seule espèce. Pourtant, en dehors des jardins zoologiques et des laboratoires, les espèces ne vivent jamais isolées les unes des autres. En milieu naturel, des relations entre espèces se créent, dans lesquelles on observe également des rapports de domination et de coopération7. D’autre part, comme souvent dans les études sur les animaux, l’environnement est considéré comme inerte, alors même que de nombreux chercheurs suggèrent que les plantes et les arbres, qui constituent une part importante de cet environnement, font également des « choix », par exemple en « sélectionnant » des manières de répartir leurs fruits ou de plier leurs feuilles. Or, ces choix ont notamment pour but d’influencer les comportements des animaux8. Les arbres, en concentrant ou en distribuant leurs fruits, pourraient même changer les manières de faire société des animaux en les poussant à se hiérarchiser ou se distribuer. L’environnement est un concept qui nous dispose à voir les animaux comme actifs, en particulier ceux qui nous ressemblent le plus, et les végétaux comme passifs9.

Haut de page

Notes

1 Rosenbaum a publié plusieurs livres sur l’inégalité sociale chez les humains : L’ordre sacré. Les représentations hiérarchiques en philosophie, Paris, Desclée de Brouwer, 1999 ; La peur de l’infériorité. Aperçus sur le régime moderne de la comparaison sociale, Paris, L’Harmattan, 2005 ; L’antisémitisme, Paris, Bréal, 2009 (voir le compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures).

2 L’anthropologie a longtemps considéré les femmes comme une « ressource », et l’éthologie continue à voir les femelles comme telle. Rosenbaum ne fait donc que reprendre cette manière de penser qui n’est pas sans poser problème, comme nous l’expliquerons plus loin.

3 Rosenbaum aurait pu rapprocher cette théorie de celle des espaces ouverts et fermés de l’anthropologue Robert Carneiro. Selon celui-ci, les États se sont construits dans des espaces fermés où les populations ne pouvaient pas se séparer, où les perdants ne pouvaient que s’incliner devant le vainqueur. Ceci expliquerait pourquoi il n’y a pas d’État en Amazonie par exemple. Lors d’une dispute, le perdant se contente de s’en aller un peu plus loin. Voir Robert Carneiro, « A theory of the origin of the state », Science, n° 169, 1970, p. 733-738. Sur l’Amazonie en particulier, voir Pierre Clastres, L’archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives. Paris, Aube, 2005 (1980).

4 Vinciane Despret, Que diraient les animaux si … on leur posait les bonnes question ? Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2012, p. 151-159 (voir le compte rendu de Rémi Eliçabe pour Lectures).

5 Thom van Dooren, Flight Ways. Life and loss at the edge of extinction, New York, Columbia University Press, 2014 (voir mon compte rendu pour Lectures).

6 Voir la revue de la littérature de David Smith, « The study of animal metacognition », Trends in cognitive sciences, vol. 13, n° 9, 2009, p. 389-396.

7 C’est probablement Donna Haraway qui a le plus insisté sur l’importance d’étudier les espèces en contact et non séparément. Voir son When Species Meet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007.

8 Les chercheurs se sont surtout intéressés aux techniques que déploient les végétaux pour modifier les comportements des animaux pour la pollinisation. Il y a au moins une étude qui montre comment une plante a pris une forme particulière afin d’attirer une espèce de chauve-souris qui, à travers ses selles, lui procure du nitrogène (Michael Schöner, Caroline Schöner, Ralph Simon, Ulmar Grafe, Sébastien Puechmaille, Liaw Lin Ji, Gerald Kerth, « Bats Are Acoustically Attracted to Mutualistic Carnivorous Plants », Current Biology, vol. 25, n° 14, 2015, p. 1911-1916). On peut imaginer qu’à mesure que ce genre d’études prendra de l’importance, on découvrira davantage de techniques qu’utilisent les végétaux pour influencer les comportements sociaux des animaux.

9 Souvent les guillemets sont utilisés pour marquer une réticence. Est-ce que les plantes « agissent » vraiment, « choisissent » vraiment ? Ici, je les utilise plutôt comme une invitation à expérimenter : qu’est-ce que cela fait de penser à l’action ou au choix des plantes ? Vinciane Despret propose de telles expérimentations, notamment dans son article « From secret agents to interagency », History and theory, vol. 52, p. 29-44, 2013. Peut-être qu’en parlant mieux des êtres vivants, on interagirait mieux avec eux : tant qu’on conçoit l’environnement comme passif, nous ne devons pas chercher des compromis avec les êtres qui le composent ; nous pouvons en faire ce qu’on veut, puisque nous sommes, dans ce schéma, les seuls à agir et à choisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Alexis Rosenbaum, Dominants et dominés chez les animaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19013

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page