Navigation – Plan du site

Fabien Truong, Jeunesses françaises. Bac+5 made in banlieue

Gérard Mauger
Jeunesses françaises
Fabien Truong, Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieue, La Découverte, coll. « L'envers des faits », 2015, 282 p., ISBN : 978-2-7071-8688-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Voir Stéphane Beaud, « Une prof d’en haut dans un collège d’en bas. À propos du livre de Mara Goy (...)
  • 2 . Norbert Elias et John L. Scotson, Logiques de l’exclusion, traduit de l’anglais par P.-E. Dauzat, (...)

1Le livre de Fabien Truong inaugure une nouvelle collection, « L’envers des faits », qu’il codirige avec Stéphane Beaud et Paul Pasquali aux Éditions La Découverte ; il inaugure aussi, ou du moins expérimente, un genre hybride entre littérature (témoignage ou reportage) et sociologie. Il s’inscrit, en effet, à la fois dans la série des récits de « profs de banlieue », qui ont fait irruption depuis quelques années dans le paysage éditorial1 et dans la lignée des enquêtes de terrain telles qu’on les pratique dans le cadre du master de l’ENS-EHESS. Le côté « littéraire » s’affirme dans les « effets de réel » (comme le travelling sur le passage du périphérique en vélo dans l’introduction) ; dans la relégation des références savantes en fin d’ouvrage, dans le parti pris d’une « écriture ordinaire » qui n’hésite pas à reprendre à son compte le lexique indigène et restitue des « tranches de vie » d’enquêtés, traités comme des « personnages » de romans ou de bandes dessinées ; et encore dans une restitution de l’enquête qui épouse l’ordre chronologique et les classements indigènes des filières de l’enseignement supérieur : « la voie normale : passer par la fac » (chapitre 2), « la voie médiane : assurer un bac+2 ») (chapitre 3), « la voie royale : se frotter à l’élite » (chapitre 4). Sans doute la rupture stylistique ébauchée avec les normes du discours savant répond-elle à un souci de lisibilité : en particulier, pour ceux (celles) qui font l’objet de l’enquête. Quant à l’analyse sociologique, elle est évidemment présente dans le souci d’encadrer l’enquête menée sur une vingtaine de bacheliers par des données statistiques, dans l’intention de généralisation qui guide l’élaboration de schèmes d’interprétation de comportements singuliers, et dans les références sociologiques (que dissimule la matérialité du texte). Cette mise en forme littéraire de « thèses » sociologiques répond sans doute à des fins de pédagogie politique : il s’agit, en effet, de dévoiler pour un public aussi large que possible l’« envers » – «  la minorité du meilleur », comme disent Elias et Scotson2 – de ce que donnent à voir la plupart des mises en scène de « la banlieue » et, plus spécifiquement, des « jeunes de banlieue » souvent réduits au personnage médiatique de « la caillera » (« la minorité du pire »).

  • 3 . Sur ce sujet, voir Pierre Bergounioux, École : mission accomplie, Entretiens avec Frédéric Ciriez (...)
  • 4 . Sur la difficulté d’enseigner la théorie de l’héritage culturel, voir Fabien Truong, « Enseigner (...)

2Le premier chapitre (« Entre les murs du lycée ») analyse, dans une perspective réflexive, la distance sociale qui sépare le « prof de banlieue » de ses élèves (« incongruité d’une coprésence socialement anormale », p. 16) et l’injonction paradoxale dans laquelle il est pris (agent malgré lui d’une reproduction sociale – « douanier » – contre laquelle il prétend lutter – « passeur »)3. Il esquisse par ailleurs un portrait des « lycéens du général » défini comme l’envers de « la racaille », « bons élèves » de toujours ou « convertis » plus ou moins tardifs. Fabien Truong restitue les représentations de l’opposition Paris/banlieue, les classements scolaires indigènes entre « gagnants » et « perdants », les distinctions féminines entre « bonnes élèves », « blédardes », « pétasses » et « bonhommes », analyse le « rapport instrumental au savoir », mais aussi l’intérêt partagé (en classes de SES) pour la représentation de sa propre place dans le monde (« comprendre “le merdier” pour en sortir », p. 43). Le plus frappant, à cet égard, est sans doute l’intériorisation sans faille de la croyance méritocratique, l’adhésion au mythe du self made man (« Schumpi » – i. e. Schumpeter – et sa théorie de l’entrepreneur aventurier, équivalent légitime de Tony Montana dans Scarface)4.

  • 5 . Muriel Darmon, Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, Éditions la D (...)
  • 6 . Voir Paul Pasquali, Passer les frontières sociales, Paris, Éditions Fayard, 2014.
  • 7 . Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, « Les contradictions de l’héritage », in La Misère du Monde, (...)
  • 8 . Sur ce sujet, voir Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots  (...)
  • 9 . Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, (...)

3On ne s’étonnera pas alors d’une « volonté de réussir » qui, selon Fabien Truong, « est probablement le trait de caractère le mieux partagé par tous les étudiants de banlieue » (p. 95), de l’engouement généralisé, quelle que soit « la voie » empruntée, « normale », « médiane » ou « royale », pour le management, le marketing ou « l’info-com », bref « les études qui rapportent » et le modèle de la business school, de la dévaluation du capital culturel « classique » par rapport à ce que Muriel Darmon désigne comme le « capital culturel commercial »5. À cet égard, Idriss qui accorde plus de valeur au capital culturel qu’au capital économique et considère le savoir comme « une fin en soi », est un contre-exemple tout à fait exceptionnel. Si les chapitres suivants n’invalident pas l’importance déterminante du capital scolaire et/ou culturel familial ou de « capitaux cachés »6 dans les inégalités de réussite de ces bacheliers presque tous issus des classes populaires, l’accent est surtout mis sur l’écart entre les attentes associées à une discipline nouvelle (« échappée onirique » qu’autorise l’espoir de « remettre le compteur à zéro ») et les déconvenues qu’elle suscite, sur l’importance stratégique de la constitution d’un « collectif d’alliés » (i. e. « un entre soi banlieusard », sur les différentes modalités de la gestion de la distance sociale entre fac et banlieue (conciliation, cloisonnement ou rupture) et des injonctions contradictoires qu’elle implique entre reniement et fidélité7, sur les rapports entre « petits boulots » et poursuite ou deuil des études8, sur l’intériorisation des dispositions propres au « nouvel esprit du capitalisme » (projet, polyvalence, flexibilité, adaptabilité), sur la demande de « professionnalisation » et de compromis entre « pratique » et « théorie », sur l’écart entre onirisme social et sens du réalisme et les ajustements progressifs des dispositions, sur l’intériorisation différenciée de dispositions ascétiques (entre « bosseurs » et « fêtards ») et la religion comme adjuvant à la conversion, sur l’intériorisation d’« une personnalité porteuse de projet […] au service de l’entreprise et de ses objectifs » (p. 127), sur les business schools privées ou les « ESC de province », « écoles-refuges » ou grandes écoles « en simili »9 et « la stupéfiante dévaluation du savoir » qui y règne (p. 199), sur les formes prises par l’illusion biographique (entre « réhabilitation du passé », « confirmation du présent » et « anticipation du futur »).

4Cet inventaire des questions abordées est loin de rendre compte exhaustivement d’une enquête particulièrement dense. Mais cette densité conduit à s’interroger sur l’ordre d’exposition résolument « empirique » adopté par l’auteur, qui retrace au cas par cas des séquences d’expériences scolaires d’une vingtaine de personnages en les classant par « voies scolaires ». Il présente l’inconvénient majeur de la réitération des mêmes « problèmes sociologiques » et des mêmes schèmes d’interprétation. De sorte qu’on peut se demander si un ordre d’exposition plus « théorique », abordant frontalement une série de « problèmes sociologiques » en mobilisant ces séquences pour expliciter les différentes formes qu’ils sont susceptibles de prendre, n’aurait pas été finalement plus pédagogique.

  • 10 . Frédéric Lordon, La Société des affects, Paris, Éditions du Seuil, 2013, p. 228.

5Par ailleurs, cette « sociologie compréhensive » des étudiants de banlieue a pour corollaire le constat objectiviste d’« une mécanique invisible de gestion des frustrations et de fragmentation des classes populaires » (p. 168) et, en définitive, celui emprunté à Frédéric Lordon de « la production capitaliste de l’obsequium salarial »10 (p. 113). De sorte qu’il semble pour le moins paradoxal d’interpréter l’intériorisation, plus ou moins réussie, des dispositions propres au  capitalisme néo-libéral, comme « une tactique pour contrer l’ordre “classique” de la domination culturelle », « une revanche sur la culture “classique” » ou « un acte de résistance à la forme la plus “classique” de la domination scolaire » (p. 124)…

Haut de page

Notes

1 . Voir Stéphane Beaud, « Une prof d’en haut dans un collège d’en bas. À propos du livre de Mara Goyet, Collèges de France », Les Mots Sont Importants, 15 juillet 2003, en ligne : http://lmsi.net/Une-prof-d-en-haut-dans-un-college.

2 . Norbert Elias et John L. Scotson, Logiques de l’exclusion, traduit de l’anglais par P.-E. Dauzat, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1997 [1965].

3 . Sur ce sujet, voir Pierre Bergounioux, École : mission accomplie, Entretiens avec Frédéric Ciriez et Rémy Toulouse, Paris, Les prairies ordinaires, 2006.

4 . Sur la difficulté d’enseigner la théorie de l’héritage culturel, voir Fabien Truong, « Enseigner Pierre Bourdieu dans le 9-3 : ce que parler veut dire », Socio-Logos, n° 5, 2010.

5 . Muriel Darmon, Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, Éditions la Découverte, 2013.

6 . Voir Paul Pasquali, Passer les frontières sociales, Paris, Éditions Fayard, 2014.

7 . Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, « Les contradictions de l’héritage », in La Misère du Monde, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 711-718.

8 . Sur ce sujet, voir Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF, 2014.

9 . Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 309-324.

10 . Frédéric Lordon, La Société des affects, Paris, Éditions du Seuil, 2013, p. 228.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Mauger, « Fabien Truong, Jeunesses françaises. Bac+5 made in banlieue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/19144

Haut de page

Sujet

Éducation

Formation

Inégalités

Jeunesse

Migrations - minorités

Stratification sociale

Haut de page

Rédacteur

Gérard Mauger

Directeur de recherche émérite CNRS, chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique (CNRS-EHESS-Paris 1).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page