Navigation – Plan du site

Amy E. Lesen (dir.), Scientists, Experts, and Civic Engagement. Walking a fine line

Julie Patarin-Jossec
Scientists, Experts, and Civic Engagement
Amy E. Lesen, Scientists, Experts, and Civic Engagement. Walking a Fine Line, Ashgate, 2015, 166 p., ISBN : 978-1-4724-1524-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hacking Ian, The social construction of what?, Harvard, Harvard University Press, 1999. Compte-rend (...)
  • 2 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
  • 3 L’usage des « cadres de référence » d’Erving Goffman que fait Kristina J. Peterson est salvateur da (...)

1Si le concept « d’engagement civique expert » a tant d’adeptes (p. 3), ce serait avant tout parce qu’il s’agit de ce que Ian Hacking qualifie de « terme ascenseur »1, dont l’utilisation à tout-va irait de pair avec une signification laxiste et ambiguë. À partir de ce constat, comment trier le grain critique de l’ivraie ? Telle est le point de départ d’Amy Lesen, directrice de l’ouvrage et co-organisatrice du colloque duquel ce dernier est issu. En 2010 à la Nouvelle-Orléans, les contributeurs de cet ouvrage s’étaient en effet déjà questionnés : « Comment scientifiques, chercheurs et autres experts sont engagés envers le grand public et les communautés dans lesquelles ils travaillent » ? (p. XV). Les ouragans Andrew (1992) et Katrina (2005) sont le théâtre des différentes expériences d’expertise relatées dans l’ouvrage – nombreux étant les co-auteurs encore aujourd’hui investis dans des projets de reconstruction des communautés dévastées. « Dépasser la Louisiane » (id.) aiderait alors à dépasser les truismes véhiculés autour du concept même d’expertise. Les contributions se répondent les unes aux autres en un enchainement rigoureusement logique, d’une part autour du profil des acteurs engagés (chercheurs, étudiants, universités et institutions), d’autre part selon les manières dont ces acteurs s’engagent (modes de participation, outils utilisés et motifs de l’engagement). En filigrane des chapitres, nous retrouvons l’idée que l’étude de l’expertise ne peut aller sans une mise en exergue des « dispositions »2 acquises par les individus au cours de leur professionnalisation, et que les interactions entre les différents acteurs impliqués dans un projet d’expertise sont généralement difficiles3. Les transgressions de frontières que le travail d’expertise suppose sont d’ailleurs nombreuses (disciplinaires, professionnelles, sociales) et s’étendent sur plusieurs niveaux : interindividuel (chapitres 2, 4, 6 et 7), professionnel (chapitres 1, 2, 5, et 8) et institutionnel (chapitres 2, 3, 4, 6 et 8). Nous ressortons finalement de cette lecture sans être tout à fait certains de ce qu’est l’expertise, et pour cause : aucun des auteurs (eux-mêmes « experts ») ne peuvent prétendre être détenteurs d’une définition immuable, tant la dynamique de l’engagement dans la sphère publique est volatile, à la fois déterminée par l’assise professionnelle du chercheur et restructurant les interactions entre pairs, entre professions, entre savoirs et entre espaces sociaux. Le lecteur trouvera cependant de nombreuses pistes quant à la compréhension de ce qu’est l’engagement civique.

2Première chose à noter : le chercheur qui fait le choix de s’engager en dehors de la sphère scientifique le fait aux dépends de sa profession et dépendamment des normes de cette dernière. Richard Campanella explique en effet que, si les méthodes scientifiques développées au gré de ses activités de chercheur et les valeurs de sa profession (rigueur, distanciation de biais subjectifs, suivi d’un protocole) octroient une plus-value à son expertise, ce n’est pas sans risques pour ces mêmes codes et valeurs professionnelles. Certes, « éduquer le public » et donner à celui-ci des clés de compréhension de son quotidien (p. 7) peut permettre au chercheur de servir sa carrière (notamment en y trouvant matière à publier) mais il prend ainsi le risque de devenir un expert « tout-terrain », appelé à donner « son avis » sur tout, ou presque (p. 9). Amy Koritz surenchérit sur ce propos : si l’expertise des universitaires engagés dans la sphère publique est disciplinairement marquée, en dépit de l’ouverture à l’interdisciplinarité des institutions de financement de la recherche scientifique, une « flexibilité interprétative » accommodant « des perspectives de disciplines et de points de vue multiples » n’en est pas moins nécessaire dans l’étude de la réalité sociale (p. 16). Cette flexibilité requerrait, de facto, une pédagogie centrée sur l’ouverture aux frontières disciplinaires, à prodiguer dans les universités auprès des apprentis chercheurs et futurs experts. Cet avis semble également partagé par Margaret Molly Olsen, pour qui une réflexion devrait être menée sur les manières de stimuler l’engagement civique des étudiants grâce à une pédagogie participative. L’auteure explique ainsi comment elle a tenté d’instaurer avec ses élèves un modèle « d’enseignement démocratique » axé sur le travail collaboratif – non seulement entre les étudiants, mais aussi entre étudiants et enseignants – afin de faire prendre conscience aux étudiants que « leur travail professionnel contribue à un bien social qui bénéficie au bien-être public » (p. 31) et ainsi, afin d’agir pour l’ordre social. 

3Après des plaidoyers pour un engagement des chercheurs face aux carcans de leurs cadres institutionnels, Stephen Tremaine propose une réflexion sur l’engagement des universités elles-mêmes, en tant qu’institutions ayant une « responsabilité intellectuelle pour l’engagement civique » (p. 44). Avec la notion d’« enrôlement de la communauté » à l’appui, la responsabilisation des étudiants est, là encore, au cœur du propos : faire de l’apprentissage des connaissances « un service fait à la communauté » (p. 49) et, pour ce faire, instaurer une politique de diversité pour que « l’université du XXIe siècle soit une institution démocratique », capable de mettre véritablement en pratique ses discours sur la responsabilité civile (p. 52). Sans doute la recherche menée par Janice Cumberbatch serait utile à un tel dessein, cette dernière ayant élaboré un « mode d’emploi opérationnel afin d’élaborer, de mener et d’évaluer » (p. 57) tout projet participatif et ce, en garantissant l’engagement des acteurs grâce à un travail d’identification des facteurs stimulant la participation.

4Cet engagement « d’action participative » des citoyens ne peut cependant se faire sans créer « des ponts entre agences gouvernementales, universités et citoyens » (p. 84), tel est le discours de Kristina Peterson. Après une mise en exergue du creuset séparant l’universitaire-expert (au savoir théorique) du membre de la communauté (à l’expérience de la situation étudiée par l’expert), on comprend que les « locaux » sont perçus comme « incapables de faire ou de comprendre la science » (p. 83) et que la méfiance et la désillusion de ceux-ci prennent le pas sur le travail collaboratif que nécessiterait la résolution de tout problème communautaire. En conséquence, les tentatives d’inclusion du public dans les projets d’expertise ne présentent que des résultats très hétérogènes et « la tour d’ivoire » du scientifique n’ouvre pas ses portes, comme l’avançait Campanella dans le premier chapitre (p. 4). La solution proposée par Peterson est dès lors la suivante : inclure le public concerné par le problème auquel l’expertise entend répondre à tous les stades du projet et encourager le développement d’un savoir commun entre politiques, scientifiques et citoyens. L’action participative devient ainsi une entreprise de « démocratie radicale » (p. 90), apparentant d’avantage le travail d’expertise à une philosophie de vie qu’à un processus de recherche rigide. L’expertise doit donc se faire dans la « collaboration respectueuse et efficace » (p. 99) de la communauté, préceptes justement mis en avant par Amy Lesen et Kristina Peterson dans l’avant-dernier chapitre. Au fil d’une interview réalisée avec le Chef de la communauté amérindienne des Biloxi-Chitimcha-Choctaw – dont l’île a été dévastée par l’ouragan Andrew –, nous côtoyons à nouveau des arguments amoncelés précédemment dans l’ouvrage, tels que le délaissement des habitants d’une communauté par des représentants d’agences (gouvernementales ou non), ou la confrontation entre savoir théorique de l’expert envoyé et savoir du citoyen détenteur de l’expérience. Une fois n’est pas coutume, la solution qui ressort de l’échange implique une communication respectueuse entre les parties prenantes du projet d’expertise, ainsi que le partage des expériences pour une mise à niveau des connaissances.

  • 4 Cette différenciation entre savoir académique et savoir empirique, proche du récit qu’en font Irwin (...)

5C’est donc à un dépassement des frontières entre disciplines et institutions, mais aussi à celui des définitions de l’expertise, que les contributeurs de cet ouvrage appellent. Nous pourrions alors critiquer l’opposition récurrente entre scientifique d’un côté et citoyen de l’autre4, si le dernier chapitre, portant sur la redéfinition de la sphère scientifique par les réseaux sociaux, n’entendait pas définitivement remettre en question cette dichotomie. Donnant aux citoyens une visibilité sur les échanges entre scientifiques et un accès exponentiel à l’information, les réseaux sociaux transformeraient la science en une activité participative, autant qu’ils contribueraient à sa légitimité et à l’humanisation de ses acteurs. Ce qu’Amy Lesen propose en conclusion n’est d’ailleurs pas à prendre à la légère : les institutions de la sphère académique devraient inclure l’engagement public des chercheurs, notamment en reconfigurant le système de récompenses et d’évaluation de la sphère scientifique. L’analyse multiniveaux et multidisciplinaire de l’expertise livrée dans cet ouvrage serait-elle une fenêtre ouverte à la redéfinition du champ scientifique ?

6À n’en pas douter, cet ouvrage apportera des clés d’appréhension de ce vaste sujet de questionnement qu’est l’expertise, faute de prétendre en fournir une compréhension figée. Nous saurons également que, de cet « engagement civique », qui pose tant de questions (méthodologiques, théoriques, voire épistémologiques) aux auteurs, la poursuite du bien commun – valeur reine de la profession scientifique – n’est généralement pas très loin.

Haut de page

Notes

1 Hacking Ian, The social construction of what?, Harvard, Harvard University Press, 1999. Compte-rendu Lectures.

2 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

3 L’usage des « cadres de référence » d’Erving Goffman que fait Kristina J. Peterson est salvateur dans la compréhension de ces difficultés.

4 Cette différenciation entre savoir académique et savoir empirique, proche du récit qu’en font Irwin et Wynne (voir Irwin Alan, Wynne Brian, Misunderstanding science? The public reconstruction of science and Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 1996), peut parfois servir à nourrir la discussion sur la méthode qu’il convient d’adopter pour une expertise rigoureuse. C’est par exemple le cas dans la contribution de R. Campanella.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Patarin-Jossec, « Amy E. Lesen (dir.), Scientists, Experts, and Civic Engagement. Walking a fine line  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/19145

Haut de page

Rédacteur

Julie Patarin-Jossec

Doctorante en sociologie à l’Université de Bordeaux, ses recherches portent sur les pratiques scientifiques à bord des stations spatiales et la division du travail expert.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page