Navigation – Plan du site

Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l’édition française

François-Ronan Dubois
Une autre histoire de l'édition française
Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l'édition française, Paris, La Fabrique, 2015, 430 p., ISBN : 978-2-35872-074-8.
Haut de page

Texte intégral

1En 1983 commençait à paraître la volumineuse Histoire de l’édition française dirigée par Roger Chartier et Henri-Jean Martin, qui allait signaler l’aboutissement des recherches en histoire du livre commencées dans les années 1950 et 1960 et qui demeure, aujourd’hui encore, un ouvrage de référence. Coûteuse, fournie et peu maniable pour le profane, cette Histoire laissait espérer une somme plus condensée susceptible d’éclairer la question sans la simplifier à l’excès : c’est ce que propose, avec cet ouvrage, Jean-Yves Mollier, qui se signale, depuis les années 1980, par ses importantes contributions à l’histoire du livre à l’époque contemporaine.

2Cette Histoire de format compact se compose de douze chapitres, d’abondantes notes bibliographiques, d’une bibliographie complémentaire et de quatre index fournis (pour les noms, les entreprises, les collections et les périodiques) qui en facilitent encore l’usage. L’organisation chronologique de l’étude permet de distinguer à grands traits trois périodes longues : l’époque moderne (chapitres I à III), le XIXe siècle (chapitres IV à IX) et le XXe siècle (chapitres X à XII). On comprend que c’est au début de l’époque contemporaine, son domaine de spécialité, que Jean-Yves Mollier se consacre plus particulièrement et il faudra, pour de plus amples renseignements concernant l’époque moderne ou, au contraire, l’édition la plus récente, consulter des volumes spécialisés.

3Le propos de l’auteur est de distinguer, au sein de la longue histoire de l’imprimerie et de la diffusion des imprimés, une période qui soit spécifiquement celle du développement de l’édition proprement dite : le XIXe siècle. L’Ancien Régime ignore le concept d’éditeur, jusqu’aux décennies précédant la Révolution. Les libraires-imprimeurs y exercent une double fonction et les tâches qui reviendront plus tard à l’éditeur ne sont pas encore distinctes de celles du diffuseur et du libraire. Ce n’est pas à dire, Mollier y insiste, que le libraire-imprimeur n’agisse pas parfois comme un éditeur, en corrigeant et amendant, avec ou sans l’accord de l’auteur, le texte qu’il se propose de commercialiser, mais bien que la fonction en tant que telle n’a pas pris son indépendance. Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle, quand Panckoucke concentre entre ses mains les périodiques les plus importants et se lance dans de grandes entreprises éditoriales, pour que l’on commence à percevoir l’activité spécifique de l’éditeur matériel. Alors, peu à peu, un vocabulaire, un imaginaire et des fonctions se développent pour rendre compte de cette réalité nouvelle.

4Les facteurs sont nombreux qui favorisent l’essor de l’éditeur, au tournant de ce siècle. D’un côté, la concentration des moyens et les coûts nouveaux imposés par la mécanisation de la production forcent à la spécialisation des activités entre le libraire, l’imprimeur, le fabricant de papier et l’éditeur. De l’autre, l’alphabétisation progressive de la population et, surtout, l’essor de l’édition scolaire ouvrent de nouveaux marchés, à l’échelle nationale, qui sont autant d’opportunités à saisir, pour les nouveaux venus comme pour les familles bien installées. Dans un pareil contexte, au XIXe siècle, l’éditeur peut recourir à des stratégies très différentes. Proche du pouvoir et jouissant d’une protection excessive aux yeux du reste de la profession, Louis Hachette développe par exemple son activité grâce à ses relations politiques. Larousse, à l’inverse, d’abord instituteur, compte sur le réseau des enseignants et sur leur rôle de prescripteurs culturels pour conquérir le marché par la base. Quoi qu’il en soit, toute stratégie doit composer avec la dynamique de la concurrence et de la spécialisation : les éditeurs en viennent peu à peu à occuper des créneaux spécifiques pour éviter une concurrence généralisée. Même dans ces domaines, cependant, par exemple celui de l’édition scolaire, toujours lucrative, ou des grands dictionnaires, la compétition est féroce. Le modèle traditionnel du libraire-imprimeur doit s’adapter aux réalités de ce marché nouveau et l’édition quitte l’ère de l’artisanat pour entrer dans celle de l’industrie capitaliste.

5Cette mutation altère profondément les rapports de l’auteur à son éditeur. Jean-Yves Mollier souligne à de nombreuses reprises combien les écrivains du XIXe siècle se sont trouvés, pour la plupart, désarçonnés face à ce personnage à la fois fascinant et repoussant. Habitués, au siècle précédent, à traiter plus ou moins directement, de la main à la main ou par correspondance, avec des libraires individuels bien connus, les écrivains doivent désormais négocier avec des sociétés capitalistes de plus en plus massives, qui multiplient les intermédiaires entre le décideur et l’écrivain, qu’il s’agisse de comités ou de lecteurs individuels. Rapidement, les écrivains se sentent étrangers au processus de commercialisation de leurs œuvres, particulièrement quand, méconnus, ils font partie d’une écurie que l’on peut revendre et qui se trouve transférée, régulièrement, comme un catalogue, d’un éditeur à l’autre, au hasard des rachats. Si cela n’empêche pas les grands éditeurs de continuer à repérer parfois personnellement tel ou tel écrivain prometteur afin de l’ajouter à leur catalogue, il reste qu’ils se sont transformés en capitaines d’industrie et que leur expertise est peu à peu d’ordre plutôt commercial et financier que véritablement littéraire.

6À bien des égards, le XXe siècle poursuit sur la lancée du siècle précédent. La pieuvre verte de Hachette continue à étendre ses tentacules à prenant le rôle de diffuseur et les grands éditeurs opèrent désormais à l’échelle internationale. Les petits éditeurs sont rares ou, en tout cas, ils pèsent de peu de poids, quand le secteur est concentré autour de quelques grands noms, seuls capables de résister aux ébranlements économiques successifs qui menacent les éditeurs plus fragiles depuis le milieu du XIXe siècle. Même la Seconde Guerre Mondiale et surtout l’Épuration ne parviennent pas à bouleverser entièrement les équilibres. Les grandes entreprises, les plus résiliantes, parviennent à ressortir à peu près indemnes de leurs procès d’épuration, alors même que leur collaboration avec le pouvoir allemand a souvent été considérable. Pendant les Trente Glorieuses, alors que se développe le format du livre de poche, l’édition française n’a jamais été aussi concentrée. À la fin du siècle, la domination des grandes entreprises, qui ont définitivement abandonné le modèle familial, dernière survivance de l’époque moderne et du XIXe siècle, dominent entièrement le marché, grâce au jeu des rachats successifs.

7On le comprend, l’histoire de l’édition française que propose Jean-Yves Mollier se consacre moins au détail de la bibliographie matérielle qu’aux structures administratives, commerciales et financières des maisons d’édition à l’époque contemporaine. Elle offre ainsi des clés essentielles pour comprendre les mutations récentes de l’édition, à l’heure de la concurrence inédite imposée par Amazon. En lisant cet ouvrage, on ne peut qu’être convaincu que toute réflexion sur l’avenir du livre au XXIe siècle ne peut faire l’économie d’une compréhension précise de son évolution à l’époque contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l’édition française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 novembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19359

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Professeur de sciences humaines à l’École Nationale d’Ingénieurs de Brest, agrégé de Lettres Modernes, doctorant en littérature française à l’université de Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page