Skip to navigation – Site map

Florence Eloy, Lenseignement de la musique au collège. Culture juvéniles et culture scolaire

Sarah Pochon
Enseigner la musique au collège
Florence Eloy, Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire, Paris, PUF, series: « Education et société », 2015, 200 p., ISBN : 9782130625551.
Top of page

Full text

1Trois, quatre… Vous souvenez-vous de vos cours de musique au collège ? Du trac qui vous gagnait juste avant d’entonner, devant tous vos camarades, les premiers mots de cette chanson française ? Du déchiffrage d’abord, de la lecture ensuite des noires et doubles-croches sur la portée musicale ?

2L’ouvrage de Florence Eloy nous plonge dans ce moment si particulier ‑ de la semaine d’un collégien ‑ qu’est le cours de musique, une discipline « dominée » dans la hiérarchie de la matrice disciplinaire. Au vu du volume d’heures d’enseignement qui lui est affecté (une heure seulement dans l’emploi du temps et uniquement au collège), mais aussi de l’évaluation effectuée en contrôle continu sans réel impact sur les décisions d’orientation des élèves, l’éducation musicale compterait en effet moins que les autres matières (p. 3).

  • 1 La sociologie du curriculum consiste en l’analyse des « modes de sélection, d’organisation, de légi (...)

3En portant un éclairage sur ce « petit objet » (p. 3), peu investi par la sociologie qu’est l’enseignement de la musique, l’entreprise de l’auteure, en s’inscrivant dans une sociologie du curriculum1, revêt une ambition originale : celle d’interroger les liens existants entre le curriculum formel de la discipline (contenus prescrits par les textes officiels) et le curriculum réel (ce qui est réellement transmis et enseigné sur le terrain pédagogique). Alors l’ouvrage fait dialoguer les pratiques culturelles juvéniles (les goûts, les habitudes d’écoute des adolescents) avec la culture scolaire. Quel rapport existe-il entre ces deux types de cultures ? Les programmes de la discipline tiennent-ils compte des « goûts musicaux » des élèves ? Qu’est-ce qui fait « sens » à leurs yeux et quelle image ont-ils des cours d’éducation musicale ?

4En se situant tantôt du côté des élèves, tantôt du côté des professeurs de musique, tout l’enjeu est de rendre compte des tensions existantes entre culture légitime, culture scolaire et cultures juvéniles, tensions qui confrontent les enseignants à des difficultés particulières : lutte permanente pour la reconnaissance de la légitimité de leur discipline auprès de l’institution et des élèves mais aussi adaptation des contenus d’enseignement et déploiement de stratégies pédagogiques particulières pour répondre à la diversité et à l’ouverture culturelle.

5Pour aboutir à ce projet, Florence Eloy livre les analyses d’enquêtes de terrain menées au sein de plusieurs collèges et lycées au recrutement socio-scolaire très hétérogène et explore, en croisant trois types de matériaux empiriques (enquêtes par observations, entretiens et données quantitatives relatives aux univers des adolescents), « toutes les facettes de la discipline » (p. 181). Elle justifie le choix de son objet « l’enseignement de la musique », discipline tout à fait spécifique puisque si l’engagement des adolescents dans les pratiques d’écoute est massif, si l’écoute des musiques enregistrées est une véritable pratique culturelle dans les loisirs des élèves, alors l’éducation musicale a son rôle à jouer sur « les habitudes d’écoute » de ces derniers. Elle doit pouvoir leur donner les moyens de décoder et apprécier ce qu’ils écoutent, « de les orienter vers des schèmes plus savants de perception et d’appréciation » (p. 6), de leur transmettre les clefs d’un « savoir écouter ».

6La première partie consiste à montrer comment, à partir de l’analyse des instructions officielles édictées pour le collège de 1937 à 2008, la culture de l’élève va pénétrer le champ des programmes de la discipline. Progressivement, le curriculum de la discipline s’oriente vers la prise en compte de la culture de l’élève, de ses goûts musicaux, de ses habitudes d’écoute. Parce que le système éducatif se réforme en plaçant l’élève au cœur des apprentissages, les répercussions sont multiples : moindre cloisonnement entre culture scolaire et culture juvénile et « objets musicaux » de plus en plus variés pour répondre à la diversité culturelle des élèves. C’est ici que l’on apprend l’importance du rôle des pairs dans la prescription de ce qui est digne d’être écouté ou non, mais aussi l’influence de l’âge et des médias sur les évolutions des goûts musicaux et sur les pratiques d’écoute.

7Ensuite, c’est en maniant extraits d’entretiens et récits d’observation, que la deuxième partie de l’ouvrage parvient à démontrer comment, au moyen de procédés et/ou stratégies pédagogiques, les enseignants vont importer des pratiques culturelles extérieures au monde de l’école pour les transformer en savoirs culturels et scolairement légitimes. Ce processus est nommé « esthétisation du populaire ». L’enquête fait alors ressortir le fait que les procédés d’esthétisation sont plus rares dans les établissements au recrutement socio-scolaire les plus favorisés et qu’à l’inverse, dans les établissements populaires, les professeurs ont plus souvent recours à la culture des élèves à des fins de « rattrapage », de « raccrochage » des élèves (p. 102) avec les risques que cette stratégie pourrait éventuellement comporter : éloignement les élèves de contenus culturels plus légitimes scolairement et tendance à de grandes variations dans le curriculum réel.

8En outre, pour favoriser l’accès au « répertoire savant » de la musique, les enseignants emploient également la démarche inverse. Ce que Florence Eloy nomme « la popularisation du savant » consiste à rendre populaires auprès des élèves, des formes musicales dont ils sont peu familiers. Pour y parvenir, tout un arsenal pédagogique est déployé : mise en récit de l’œuvre pour faciliter l’écoute de Berlioz ou de Schubert par exemple, humanisation des compositeurs au moyen d’anecdotes plaisantes, étude des « classiques du classiques » (p. 123), ou encore liens judicieusement établis entre musique supposée appréciée par les et musique savante constitutive du savoir scolaire afin de sensibiliser les adolescents à de nouvelles références culturelles. Toutefois, l’auteure rappelle que les choix faits en matière de contenus musicaux sont toujours tributaires des préférences des enseignants et des représentations qu’ils ont des goûts des élèves.

9Pour terminer, l’ouvrage rend compte, dans une « approche de type microsociologique » (p. 149), du rapport quotidien qu’entretiennent les élèves avec la musique et de la perception qu’ils ont de l’enseignement musical. S’ennuient-ils en cours de musique ? Ont-ils le sentiment « d’apprendre des choses » ?

  • 2 Octobre S., Détrez Ch., Mercklé P. et Berthomier N. L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et (...)

10Les statistiques issues de l’enquête Panel2 du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des adolescents se combinent aux « portraits » d’élèves que dresse Florence Eloy, en nous livrant plusieurs analyses.

11La première prend appui sur le Rock (p. 142) et permet de mettre en évidence la différenciation sociale des goûts musicaux ; les « répertoires musicaux » diffèrent en effet selon l’origine sociale et les jeunes des milieux favorisés ont tendance à « développer des goûts et des rapports à la musique davantage en phase avec les prescriptions scolaires en matière d’écoute musicale » (p. 142).

12Cependant, et c’est là la deuxième analyse, si les élèves des milieux favorisés sont plus proches des normes scolaires (du fait d’une pratique musicale en conservatoire, d’une socialisation familiale qui tend vers l’écoute de la musique savante proche de celle de la culture scolaire), ces derniers ne manifestent pas pour autant une adhésion plus franche aux cours de musique et ne croient pas davantage en leur utilité scolaire. Alors qu’à l’inverse, les élèves scolarisés en milieux plus populaires, bien que leurs pratiques d’écoute musicale soient plus spécifiques à leur génération (RAP, du RnB par exemple), tendent eux, à conférer plus facilement une légitimité aux savoirs musicaux véhiculés par l’école.

13Par ailleurs, et il s’agira de la troisième analyse, à ce paramètre de l’origine sociale, Florence Eloy ajoute celui du « genre » en montrant que les filles prennent davantage au sérieux la discipline que les garçons, et ont de l’enseignement de la musique une vision nettement plus positive.

14Ces constats vont appuyer une fois encore, les tensions existantes entre culture des élèves et culture de l’école dévoilant les attitudes très différentes que les élèves adoptent lorsqu’ils reçoivent les savoirs musicaux de l’école. Certains ne reconnaissent pas la légitimité de l’éducation musicale et oscillent entre indifférence, rejet ostentatoire, désengagement rendu invisible face à l’enseignant qu’ils dénigrent parfois et désavouent lorsqu’il « s’écarte trop de la figure de l’artiste » (p. 176). Néanmoins, ces prises de distances vis-à-vis des normes scolaires ne sont pas exclusives et il « serait caricatural de réduire la réception de cet enseignement à une opposition entre culture des élèves et culture de l’école » (p. 185). Des élèves en effet, manifestent un réel intérêt pour la discipline et y voient un moyen d’approfondir leur culture musicale.

15Au cours de ces trois grandes parties, Florence Eloy déroule sa partition en nous plongeant au cœur de plusieurs classes de collèges et de lycées. Cette enquête de terrain rappelle l’intérêt de l’éducation musicale dans la formation d’un public d’élèves avertis mais rend tout aussi compte des multiples pratiques pédagogiques employées par les enseignants qui s’ouvrent de façon très inégale à « la culture des élèves » (p. 184) contribuant à la « persistance d’une inégalité d’appropriation des savoirs » (p. 187).

Top of page

Notes

1 La sociologie du curriculum consiste en l’analyse des « modes de sélection, d’organisation, de légitimation des savoirs incorporés dans les curricula scolaires » (FORQUIN, 1990, p.114).

2 Octobre S., Détrez Ch., Mercklé P. et Berthomier N. L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris, DEPS, « Ministère de la Culture et de la Communication », N°1, 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Sarah Pochon, « Florence Eloy, Lenseignement de la musique au collège. Culture juvéniles et culture scolaire », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 04 November 2015, connection on 24 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/19361

Top of page

About the author

Sarah Pochon

PRAG en Education Physique et Sportive à l’UFR STAPS de Liévin. Doctorante en sociologie. Université d’Artois, Laboratoire SHERPAS, URePSSS.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page