Navigation – Plan du site

Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer, L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)

Clément Weiss
L'insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)
Quentin Deluermoz, Anthony Glinoer (dir.), L'insurrection entre histoire et littérature (1789-1914), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France XIXe-XXe siècles », 2015, 154 p., ISBN : 978-2-85944-904-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Bataille, La littérature et le mal, Paris, Gallimard, « Folio essais », 2007 [1957], p. 77.

1« Pourquoi le temps d’une révolution donnerait-il de l’éclat aux arts et aux lettres ? Le déchaînement de la violence armée va mal avec le souci d’enrichir un domaine dont la paix assure seule la jouissance »1. Cette remarque faite par Georges Bataille en ouverture d’un essai sur Sade aurait pu être mise en exergue de l’ouvrage dirigé par Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer, à la fois comme point de départ et comme cadre de pensée à dépasser. Point de départ car les auteurs relèvent dès l’introduction le « paradoxe » qui fait que « l’histoire des révoltes littéraires ne recoupe qu’exceptionnellement celle des insurrections sociales et politiques » (p. 5). Cadre de pensée à dépasser car il ne s’agit plus de s’intéresser à l’« éclat » et à la valeur littéraires des œuvres des temps révolutionnaires, ni même à la « révolution » et la « littérature » comme deux absolus, mais de s’interroger sur ce qui lie deux « actes » singuliers : l’insurrection et l’écriture (p. 9). Pour les deux auteurs, l’insurrection peut se définir comme « un moment de dilution du politique, de déplacement des rapports usuels au temps et de significations concurrentes du monde » (p. 10). Cette crise affecte aussi la littérature dont le « champ » se dissout à son tour, ouvrant la voie à des pratiques d’écriture « hors des lieux consacrés » (p. 13-14). Si les institutions littéraires sont bouleversées (voire renversées) par l’insurrection, l’écriture et les « écrivants » (concept barthésien revendiqué p. 12) ne cessent d’intervenir, soit pour « dire », soit pour « l’entraîner », soit pour « la raisonner » (p. 10-11). Tout l’enjeu est alors de déplacer les problèmes de référentialité et de performativité pour s’interroger sur les conditions d’existence d’un « moment spécifique » à l’insurrection favorisant l’irruption de nouvelles formes de prise d’écriture. Quatre grands axes de réflexion sont proposés : le devenir du statut des hommes de lettres et le paradoxe qui veut que celui qui s’inscrit dans l’insurrection encourt le risque de l’« illégitimation » pour avoir versé dans la littérature de circonstance ; les différentes manières de dire et d’écrire l’insurrection : la nouvelle économie des mots et du verbe qui émerge de ces nouvelles formes et enfin la « latence » des fiction et des récits, c’est-à-dire leur capacité à constituer une « toile » qui lie les différents épisodes insurrectionnels entre eux (p. 12-14).

2Jean-Luc Chappey exhume la carrière paradoxale de Michel de Cubières qui, après avoir « littéralement inondé l’espace des lettres de ses productions entre les années 1770 et 1816 », est devenu de son vivant « une figure d’écrivain révolutionnaire et donc un repoussoir » (p. 20). L’analyse des stratégies déployées par Cubières montre que le « titre d’écrivain en révolution » repose « sur la nécessaire (re)conquête d’un statut qui n’est jamais acquis d’avance » (p. 22), processus qui consiste notamment à « rattraper » dans ses écrits les événements, comme le fait Cubières dans le récit imaginaire de sa participation à la prise de la Bastille. Ce rattrapage est lui-même ambigu puisqu’il met l’écrivain face à une contradiction : comment concilier immédiateté des réactions aux événements et nécessité de « durer » en tant qu’écrivain ? Cubières a beau multiplier la publication de recueils et de catalogues de ses œuvres pour montrer que sa production n’est pas le fruit des circonstances mais s’ancre dans la durée, cela ne l’empêche pas d’être marginalisé après Thermidor, comme toutes les gloires littéraires de l’an II (p. 24-27). Pour Jean-Luc Chappey, c’est justement par ce caractère irrécupérable pour la postérité – qu’elle soit académique ou romantique – que « la production de Cubières apparaît bien comme proprement “révolutionnaire” » (p. 33).

  • 2 L’auteur rappelle à ce titre l’échec de la plupart des candidatures d’écrivains aux élections (p. 5 (...)

3Dans son article sur le rôle des romanciers journalistes sous la Seconde République, Sébastien Hallade estime que 1848 et ses suites bouleversent moins le statut de l’homme de lettres ou sa position dans le monde social2 que la saisie des lettres par le pouvoir (p. 68). La Seconde République fait office de laboratoire d’une nouvelle perception des romanciers, dont les œuvres et les journaux politiques sont désormais considérés comme porteurs de « potentialités révolutionnaires », surtout si ils sont jugées socialisants, comme le montre la surveillance dont est l’objet Eugène Sue (p. 60) ou les multiples exemples de condamnations de journaux.

4Ce statut des hommes de lettres est également interrogé par Laura O’Brien lorsqu’elle étudie les premières histoires de la révolution de 1848 sous l’angle de la tension entre l’« être historien » et l’« être acteur politique » (p. 76). Ces histoires sont publiées au moment où le tournant conservateur marginalise les « républicains de la veille », lesquels voient dans l’écriture de l’histoire « un geste politique » et une manière d’attester et de réhabiliter leur rôle d’« acteurs politiques » sous le vernis de l’impartialité historique (p. 77-78). Laura O’Brien voit dans l’entreprise de Marie d’Agoult, dont l’Histoire de la révolution de 1848 paraît l’année suivante sous le pseudonyme de Daniel Stern, une manière d’exprimer une double identité minoritaire, à la fois républicaine et féminine. Alors qu’elle écrit que « [s]on sexe, sous tous les régimes, [lui] interdisait les ambitions politiques », Marie d’Agoult trouve, selon Laura O’Brien, dans l’écriture d’une histoire républicaine « le seul moyen d’agir, la seule scène politique disponible » (p. 79).

  • 3 Judith Lyon-Caen, La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, (...)

5Corinne Sandinadayar-Perrin met en parallèle les récits que font Michelet et Dumas du 20 juin 1792 pour montrer que cette journée prend une « brûlante actualité » après juin 1848 et décembre 1851 puisqu’elle pose la question du rapport conflictuel entre la souveraineté du peuple et celle des institutions élues censées le représenter. Tout l’enjeu pour Michelet et Dumas est alors de parvenir à « modéliser narrativement » le peuple insurgé pour (re)faire entendre sa voix (p. 48-49). Dumas est également l’objet de l’article de Sarah Mombert, en tant qu’unique rédacteur du Mois et autoproclamé « sténographe de l’univers » entre 1848 et 1850. Ici, sa volonté d’acquérir un statut quasi prophétique de grand ordonnanceur des événements, à travers le « collage documentaire » et une écriture omnisciente et providentialiste, se heure à un succès éditorial fort modeste. Cette limite vient exemplifier le fait que l’équation entre insurrection et écriture posée par l’ouvrage conserve une inconnue qu’il est très difficile d’élucider : la réception et l’usage des écrits qui entendent dire et agencer la dynamique insurrectionnelle. Cette inconnue est également au cœur de l’article qu’Anthony Glinoer consacre aux Mystères du peuple de Sue, en posant la question fondamentale de la portée d’un texte qui a fortement inquiété les autorité, sans pour autant accomplir ses prétentions révolutionnaires et soulever les foules (au point d’être dédaigné par Marx, p. 104). Anthony Glinoer y voit tout de même un « plaidoyer en actes pour le pouvoir insurrectionnel de l’écrit », sans expliquer en quoi peut consister un « pouvoir » qui n’a eu aucune prise sur les événements puisque, comme le reconnaît l’auteur, « le livre n’a marqué ni l’histoire littéraire, ni l’historiographie, ni l’histoire politique » et peut à ce titre être considéré comme un « échec » (p. 105). La limite de la démonstration réside alors peut-être dans le choix d’isoler une seule œuvre de Sue, alors que la réputation « insurrectionnelle » de celui-ci est irréductible à son activité éditoriale, mais découle de l’image qu’il construit de lui-même et de la crainte ou de l’admiration qu’il suscite, comme en témoignent les réactions que provoque sa candidature à la députation ou encore l’importance de la correspondance qui le lie à ses lecteurs3.

6La nouvelle économie des mots et du verbe est au cœur de la réhabilitation que Stéphane Zékian propose des romans de Louise Michel, autour de l’idée que l’oralité et l’argot qui s’y lisent – et qui ont suscité beaucoup de sarcasmes – visent à une « profonde régénération verbale » rompant avec une langue « discréditée » (p. 124). L’auteur note que le « roman insurrectionnel » selon Louise Michel n’est pas exempt d’une « aporie » puisqu’il refuse les « leurres référentiels » afin de mettre « à nu la corruption des circuits traditionnels de la représentation », tout en conservant la forme littéraire du roman, pourtant érigée en « scorie de l’ancien monde » (p. 124).

7Laure Godineau montre quant à elle qu’« écrire la Commune » dans les années 1880 participe d’une mémoire paradoxale de l’événement, centrée sur la douleur et l’exil et non sur l’expérience insurrectionnelle et sa perpétuation (p. 127). L’auteure estime malgré tout que la reprise continuelle de l’antienne « elle n’est pas morte » peut entretenir l’espoir d’une insurrection à venir, nourrie de l’expérience communarde (p. 137). Or, cette filiation souffre de n’être traitée qu’hypothétiquement et non selon son incidence dans des épisodes insurrectionnels postérieurs, si bien que l’article ne suffit pas à montrer en quoi cette mémoire a pu être autre chose qu’un « difficile adieu ».

8Enfin, Alain Vaillant s’appuie sur la bibliométrie pour montrer que, durant les insurrections de 1830, 1848 et 1871, la publication de romans chute quand celle de la poésie augmente. Ce constat lui sert à dénoncer le cliché qui fait du roman la forme privilégiée d’expression du politique (p. 140-141), ainsi que l’« ostracisme » dont les autorités puis la postérité auraient frappé la « poésie insurrectionnelle » (p. 146). La fin de l’article se perd alors dans un plaidoyer péremptoire pour la réhabilitation de la dimension insurrectionnelle des vers du seul Rimbaud, poète difficile à considérer comme « ostracisé » par la postérité.

9Pris dans son ensemble, l’ouvrage manque sans doute d’une conclusion ainsi que d’un fil directeur et de parties scandant la progression. C’est donc dans le détail, à travers les différents éclairages qu’il propose sur des auteurs ou sur des entreprises éditoriales, qu’il s’avère fécond, ainsi que pour son excellente introduction, à la fois bilan et programme de recherches. Certaines questions qui y sont posées ne trouvent d’ailleurs qu’une réponse incertaine dans les contributions proposées. L’intérêt du passage de la révolution à l’« acte insurrectionnel » paraît peu évident dans la mesure où ne sont traités que trois épisodes révolutionnaires canoniques (1789, 1848, 1871). Canoniques également sont les formes littéraires (journaux, romans, histoires, recueils de poésie) ainsi que les auteurs étudiés (exception faite de Michel de Cubières et Marie d’Agoult), si bien qu’il est très peu question des formes que prend l’écriture lorsqu’elle se retrouve « hors des lieux consacrés ». Les contributions mettent en avant des hommes et des femmes de lettres dont les stratégies doivent être analysées autant à l’aune de la dynamique insurrectionnelle que de leur position dans le milieu littéraire, tandis que restent introuvables les formes erratiques de prise d’écriture des « écrivants » qui participent aux insurrections sans volonté de durer ou de faire carrière.

Haut de page

Notes

1 Georges Bataille, La littérature et le mal, Paris, Gallimard, « Folio essais », 2007 [1957], p. 77.

2 L’auteur rappelle à ce titre l’échec de la plupart des candidatures d’écrivains aux élections (p. 56-57).

3 Judith Lyon-Caen, La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Weiss, « Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer, L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/19391

Haut de page

Rédacteur

Clément Weiss

Agrégé d’histoire, doctorant à l’Université Paris 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page