Navigation – Plan du site

Tommaso di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge

Jan Burzlaff
Médiéval et militant
Tommaso Di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 318 p., ISBN : 978-2-85944-914-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le projet Perspicuitas, université d'Essen – Duisbourg en Allemagne : https://www.uni-due.de/p (...)
  • 2 Tommaso di Carpegna Falconieri, Medioevo militante. La politica di oggi alle prese con i barbari, T (...)

1Les études sur la réception du Moyen Âge et le médiévalisme, entendu comme l'ensemble des références au Moyen Âge dans le monde contemporain, sont tout sauf récentes, à en juger l’étendue bibliographique établie par Richard Utz1. Pourtant, le présent ouvrage écrit par Tommaso di Carpegna Falconieri, médiéviste spécialiste du clergé romain à l'université d'Urbino, est en tout point de vue fondamental. L'étude des images du Moyen Âge devient, sur 317 pages et index à l'appui, une clé pour approcher la contemporanéité, ses tensions multiples et son rapport à l'histoire. Publié en italien en 20112, l'ouvrage vient d'être traduit en français par la collaboration de Michèle et Benoît Grévin.

2Au cœur des douze chapitres se trouve la question des constructions sociales des représentations et perceptions du Moyen Âge, spécialement depuis 1960, décennie que l'auteur estime décisive dans le retour en force du succès du médiévalisme (p. 25). La problématique cherche à creuser les fonctions sociales de la mémoire : A quoi répond donc le Moyen Âge dans « nos » sociétés ? Époque historique qui a sans doute irrigué le plus les imaginaires modernes, elle-même fait l’objet de constructions multiples depuis l'humanisme. Le terme est fondé sur l’idée d’un vide à combler entre classicisme et temps présent, à laquelle se juxtapose le concept de modernité. Les images du Moyen Âge se révèlent objets des politiques et d'usages sociaux, niches dans lesquelles se lovent des valences tant positives, constituées par le symbolisme, le merveilleux et la sensibilité –, que négatives, temps des barbares, de la corruption et de la peste.

  • 3 La fin du Moyen Âge s’articule en Italie au XIVe, en France au XVe siècle, mais la datation, outre (...)
  • 4 Reflet de la situation politique de l'Italie abondamment citée, p. 87 – 98 et 214 – 224.

3L'image la plus diffusée est en effet celle d'injustices et de violences diverses, à laquelle se prête bien une lecture de leurs bornes – ici l'invasion des barbares, là les crises du XIVsiècle3. C'est ce new medievalism du début des années 1970 qui exprime systématiquement, face à des catastrophes contemporaines, la peur existentielle d'un retour aux ténèbres du Moyen Âge. Absence ou déni d'État, peurs millénaires ou travers de la postmodernité : ces faits donnent à voir cette « horreur de la contemporanéité » (p. 33) et la dénonciation d'un fanatisme arriéré (donc forcément médiéval). Le Moyen Âge permet de penser la société en déclin en ce qu'il opère comme catégorie heuristique et comme altérité radicale à la modernité, en recourant aux figures de croisade, de Saladin ou du pape. La référence positive se noue, quant à elle, autour de l'antithèse d'un monde rêvé meilleur, depuis les romantiques jusqu'à l'écologisme, en prônant les valeurs prétendument perdues du respect de la nature, de la foi et de la fraternité, soudées par le merveilleux et le pittoresque. L'auteur énonce dès lors la participation des historiens et archéologues au cours d’un long XIXsiècle tant aux mythes qu’aux travaux scientifiques avant leur scission définitive – les premiers se figent, les seconds restent évolutifs. Le médiévalisme, auquel les années 1920 ne mettent qu’une fin temporaire – sauf dans l'Allemagne nazie –, reprend de plus belle dès 1960 avec de multiples renaissances, entre folk, graal, templiers, Harry Potter ou les fêtes médiévales, à l'extraordinaire participation par rapport à celles du Moyen Âge. Ces médiévalismes identitaires sont dès lors autant des attitudes culturelles, posant l'équivalence entre communauté et Moyen Âge, qu’une réaction au sentiment subjectif de la perte de traditions. La politisation de ces tendances s'exprime notamment dans les mouvements protestataires. Sur toile de fond de la lutte idéologique entre tendances de gauche et de droite4 se tisse une forte contre-culture. Chaque camp adhère donc à des principes propres, attestant l'importance de la mémoire et l'obsession des origines depuis le XIXsiècle. Ainsi de la chevalerie : redéfinie au service des nations et de la foi catholique (Graal), son mystère et le symbolique agissent au sein des constructions politiques identitaires et nationalistes – soit indépendantistes (Écosse, Irlande, Ligue du nord italienne), soit conservatrices en Europe continentale. L'instrumentalisation du Moyen Âge est aussi analysée dans l'idéologie du national-socialisme, dévoilant la nostalgie de l'Empire, ou dans les théories de la prétendue pureté des races guerrières germaniques. Ce revival nordique dès 1970 se mêle à une identité communautaire et magique, dont Halloween et l'écriture de l'onciale chez Shrek ne sont que la saillie ultime. Le catholicisme contemporain n'est pas en reste, parcouru de multiples tensions – par exemple l'idée unitaire de la christianitas ou les canonisations. L'Europe, dont l'identité peine tant à être définie, voit aussi des tentatives pour mettre en valeur une culture commune assortie d'un semblant de Moyen Âge, débattant de la pertinence d’une chrétienté d’héritage médiéval et de symboles comme Charlemagne.

  • 5 Cela étant, une mention au moins rapide des différentes logiques du récit historique ou se prenant (...)
  • 6 A tel point que, rappelons-le ici, l'ecclesia se confond dans les terminologies médiévales avec la (...)
  • 7 On mesure l'audace (et l'heureuse liberté d'expression si nécessaire de nos jours) de la référence (...)

4Plusieurs clés de lecture émergent de cet essai stimulant. Prenons un des fils directeurs, à savoir le temps d’altérité. L'inventaire de ces images chatoyantes et mouvantes est pleinement convaincant et rend compte des manières dont le Moyen Âge est passé d'une période historique à ce que l'auteur qualifie à raison, en recourant à l'anthropologie, d'un temps mythique. L'A., en véritable chirurgien attentif au temps présent, met à nu nos sociétés dans toutes leurs contradictions, comme la recherche frénétique des origines que Marcel Detienne avait qualifiée pertinemment de pégomanie5. Dans cet essai, la dichotomie établie entre représentations et science historique est cruciale : en démêlant un enchevêtrement de stéréotypes, l'auteur parvient à creuser, parfois à expliquer, la genèse de ceux-ci, en perçant à jour les causes de leur efficacité et les usages sociaux. Ainsi, en recourant à une vision médiévalisante, le revival nordique de type néo-païen efface d’un trait toute l'institution totalisante qu'était l'Église médiévale6. Il faut donc saluer le propos nuancé et la problématique, difficile, de penser plus finement les temporalités, qu'elles aient été conçues de manière biologique, cyclique ou linéaire. Ce qui prévaut ici n'est pas tant l'adéquation entre documentation médiévale et ses relectures (méthode qui, disons-le, évite fort à propos les jugements de valeur et l’attribution d’une quelconque vérité historique), que la manière dont ces processus ont historicisé des stéréotypes attribués désormais au Moyen Âge. Cette étude est bien informée et touche un horizon international, à l'instar de la réception d'auteurs comme Tolkien, la « médiévalisation » de Charles de Gaulle (p. 131), en passant par des nationalismes avec force exemples. L'écriture est claire, alerte, provocatrice, parfois iconoclaste7, mais toujours lucide.

  • 8 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988. Patrick J. Geary, The Myth of Nation (...)
  • 9 Parmi les ouvrages importants, voir Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Marie Moeglin (éd.), La naissance (...)
  • 10 A commencer par deux exemples récents en France : Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, (...)
  • 11 Johannes Fried, "Gens" und "regnum" : Wahrnehmungs- und Deutungskategorien politischen Wandels im f (...)
  • 12 Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbare (...)

5De surcroît, l'essai donne la parole au médiéviste qui a son mot à dire : même, avec cette « grande vigilance critique » (p. 217), il endosse le rôle d’un observateur privilégié des sociétés contemporaines par un comparatisme attentif et raisonné. L'essai s'inscrit, ce faisant, dans l'essor des travaux, engagés par des médiévistes, à explorer et à dépasser le fossé entre Moyen Âge historique et phénomènes d'expression contemporains, depuis l’absence de leur prise en considération déplorée par Jacques Le Goff jusqu'à l’étude fondatrice de Patrick Geary8. Cette récente auto-réflexivité des études médiévales9, et plus globalement historiques10, permet d'éprouver à rebours l'idée de modernité et prolonge l'intuition qu'ont eue des médiévistes comme Johannes Fried sur ce double lien théorique (doppelte Theoriebildung), en ce que l'effort de comprendre la société passée actualise et configure aussi notre rapport au présent11. Certes, les travaux importants de Bruno Dumézil sur les racines chrétiennes de l'Europe, ceux de Giacomo Todeschini sur l'histoire économique et l'illusion d'une théorie sociale de l'Église, ou ceux de François Hartog sur les régimes d'historicité auraient pu enrichir cette auto-réflexivité et mettre en valeur la coupure radicale de 1750 – 185012. Cependant, ces quelques lacunes n'entament en rien la qualité d'ensemble. L’essai invite ici les médiévistes à prendre acte de la trajectoire commune, puis de la scission entre médiévistique et médiévalismes. Ce faisant, la réflexion se fait aussi parole d'une inquiétude en épilogue : leur essor et les stratégies d’épouser le discours historique sont concomitants, en un sens, au déclin actuel des structures universitaires.

  • 13 Les jalons d’une telle histoire ont été posés excellemment dans une perspective européenne : János (...)

6Sachons donc gré à l'auteur, mais aussi à Benoît et à Michèle Grévin d'avoir proposé cet ouvrage en France pour un large lectorat. Il met en valeur ce qu'est le Moyen Âge à nous modernes, une fois qu'on restitue attentivement les logiques sociales de qualification de cette période à la fois si loin et si proche de nous. Si l'on accepte l'éthique de l'historien proposée ici – ayant droit et même devoir dans la cité –, il se doit de poser des questions. Interroger et interpeller le présent donc : on ne peut s'empêcher, en reposant le livre, de songer à la leçon de Marc Bloch et à une science historique objet et sujet à la fois. En évaluant « une grande distance entre le Moyen Âge qui fait l'objet d'études approfondies dans les centres de recherche et celui que l'on trouve dans les journaux, les romans, les films et les autres moyens de communication de notre société contemporaine » (p. 15), l'auteur permet de rapprocher les deux. Son essai passionnant montre, en définitive, un travail social au sens bourdieusien à l'œuvre, à savoir la constitution active d'identités contemporaines après la fin des grands récits. Par ce miroir qui nous est tendu ici, l'essai entame un dialogue et, a fortiori, une plus fine connaissance du Moyen Âge historique afin d’éviter instrumentalisations du passé et amalgames explosifs13, bref : une quête du « sens » et non plus des « formes » et « apparences ».

Haut de page

Notes

1 Dans le projet Perspicuitas, université d'Essen – Duisbourg en Allemagne : https://www.uni-due.de/perspicuitas/editorial.shtml#biblio. Voir aussi l’ouvrage tout récent de David Matthews, Medievalism : A Critical History, Woodbridge : Boydell & Brewer, 2015.

2 Tommaso di Carpegna Falconieri, Medioevo militante. La politica di oggi alle prese con i barbari, Turin : Einaudi, 2011.

3 La fin du Moyen Âge s’articule en Italie au XIVe, en France au XVe siècle, mais la datation, outre les contestations universitaires de ces découpages académiques, ne change que très peu au sens commun qui prévaut ici.

4 Reflet de la situation politique de l'Italie abondamment citée, p. 87 – 98 et 214 – 224.

5 Cela étant, une mention au moins rapide des différentes logiques du récit historique ou se prenant pour tel (ainsi que leurs outils) aurait été bienvenue – mais on ne peut en incriminer l'auteur. Eu égard à la polymorphie de ces questions, d'autres livres seraient nécessaires. Voir pour l’instant Valentin Groebner, Das Mittelalter hört nicht auf, Über historisches Erzählen, Munich : C. H. Beck Verlag, 2008.

6 A tel point que, rappelons-le ici, l'ecclesia se confond dans les terminologies médiévales avec la société. Voir pour une excellente introduction Dominique Iogna-Prat, La Maison-Dieu. Une histoire monumentale de l'Église médiévale 800 – 1200, Paris : Seuil, Points Histoire, 2012 [2006].

7 On mesure l'audace (et l'heureuse liberté d'expression si nécessaire de nos jours) de la référence argumentée à Roberto de Mattei et à sa militia Christi en Italie (p. 57).

8 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988. Patrick J. Geary, The Myth of Nations: the Medieval Origins of Europe, Princeton: University Press, 2002; voir récemment Ian WOOD, The Modern Origins of the Early Middle Ages, Oxford: University Press, 2013.

9 Parmi les ouvrages importants, voir Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Marie Moeglin (éd.), La naissance de la médiévistique, Genève : Droz, 2015 ; Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle : XXXVIIIe Congrès de la SHMESP, Paris : Publications de la Sorbonne, 2008 ; Jean-Claude Schmitt et Otto-Gerhard Oexle (éd.), Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Age en France et en Allemagne, Paris : Publications de la Sorbonne, 2002.

10 A commencer par deux exemples récents en France : Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris : Publications de la Sorbonne, 2010 ; Emmanuel de Waresquiel, L’Histoire à rebrousse-poil, Paris : Fayard, 2005.

11 Johannes Fried, "Gens" und "regnum" : Wahrnehmungs- und Deutungskategorien politischen Wandels im frühen Mittelalter ; Bemerkungen zur doppelten Theoriebindung des Historikers », in Klaus Schreiner et Jürgen Miethke (éd.), Sozialer Wandel im Mittelalter, Sigmaringen : Thorbecke, 1994, p. 73 – 104.

12 Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares, Ve-VIIIe siècles, Paris : Fayard, 2005 ; Giacomo Todeschini, I mercanti e il tempio : la società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed età moderna, Bologne :Il Mulino, 2002 ; François Hartog, Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Le Seuil, 2002. Pour la coupure fondamentale 1750 – 1850, voir aussi Alain Guerreau, « Fief, féodalité, féodalisme. Enjeux sociaux et réflexion historienne », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 45e année, 1990, p. 137-166.

13 Les jalons d’une telle histoire ont été posés excellemment dans une perspective européenne : János M. Bak, Jörg Jarnut, Pierre Monnet, Bernd Schneidmüller (éd.), Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19-21. Jahrhundert / Uses and Abuses of the Middle Ages, 19th-21th Century. Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, Munich : Wilhelm Fink, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Burzlaff, « Tommaso di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 novembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/19566

Haut de page

Rédacteur

Jan Burzlaff

Normalien en Master II à l’EHESS en histoire médiévale

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page