Navigation – Plan du site

Guénaël Visentini, Pourquoi la psychanalyse est une science. Freud épistémologue

David Descamps
Pourquoi la psychanalyse est une science
Guénaël Visentini, Pourquoi la psychanalyse est une science. Freud épistémologue, Paris, PUF, 2015, 280 p., Préface d'Alain Vanier, ISBN : 978-2-13-065297-7.
Haut de page

Texte intégral

1Engager un travail de refondation épistémologique pour consolider la place de la psychanalyse dans le champ clinique, tel est, s’il fallait le résumer en quelques mots, l’objectif principal de la publication de Guénaël Visentini. L’auteur part en effet du constat que, contrairement au succès qu’elle a pu connaître pendant les années 1960-1980, la psychanalyse est désormais « en perte de vitesse ». Confrontée à des « attaques » provenant des autorités publiques, elle ferait aussi l’objet de multiples critiques d’intellectuels qui affaiblissent « la croyance des scientifiques à la vérité de la psychanalyse » (p. 9). Dans ce cadre, si cette publication relève d’abord d’une entreprise épistémologique, on se doit de la considérer aussi comme une entreprise de reconquête de la position détenue par la psychanalyse dans une France culturellement marquée par la domination combinée du marxisme, du structuralisme et du freudisme.

2Quand bien même de nombreux passages semblent avoir pour seule vocation de faire valoir la suprématie thérapeutique de la méthode psychanalytique sur des approches alternatives, l’ouvrage répond aussi très largement au projet, annoncé par le titre, de construire ou de reconstruire pour la psychanalyse des fondations dites « scientifiques ». À partir d’un retour aux textes de Freud, il s’agit ainsi pour l’auteur de montrer que ce dernier a fondé une « épistémologie analytique de la psychanalyse » (p. 14), c’est-à-dire une « réflexion sur la constitution du savoir analytique opérée de l’intérieur du dispositif clinique de la cure par la parole » (p. 15), puis d’entreprendre l’amorce d’un « travail collectif de reformalisation scientifique de l’expérience analytique » (p. 157).

3Partant, l’ouvrage est construit d’une manière simple et claire autour de deux grandes parties. La première vise à saisir, au travers du cheminement suivi par Freud lui-même, la logique clinique et épistémologique qui l’a amené à inventer la psychanalyse ; la seconde se propose quant à elle d’en observer les conséquences. L’argumentation est présentée et menée avec concision et suit un raisonnement progressif qui permet au lecteur de se questionner pas à pas sur les points que l’auteur développe. Attaché à décrire les éléments qui, au cours de sa pratique clinique, ont poussé Freud à réorienter ses investigations, et notamment à préférer, pour l’étude de ses patients, une approche psychologique à une approche biologique, Guénaël Visentini cherche dans un premier temps à montrer que la révolution freudienne réside dans la découverte d’un « nouveau réel » ; réel apparu lors des cures par la parole, et que nul n’avait su appréhender jusqu’alors. Freud « propose de considérer un ordre psychique de la réalité, qui seul permet de rendre intelligible les fonctionnements de l’aphasie et d’envisager des solutions thérapeutiques adaptées » (p. 56). L’auteur soutient ensuite de manière relativement explicite que la position consistant à rejeter le discours psychanalytique au nom de la science constitue une position dogmatique en ce qu’elle se traduit par le fait que tout réel « ne cadrant pas avec les vérités en cours » (p. 69) ne peut plus alors faire l’objet d’un traitement scientifique. Et, suivant l’assertion selon laquelle « à chaque science son ordre de réalité » (p. 159), l’auteur d’expliquer enfin que ce réel, ce nouvel « objet de connaissance clinique » (p. 158), ne peut s’analyser qu’au travers de la méthode psychanalytique dont il constitue évidemment l’« objet propre » (p. 157).

4C’est ainsi très largement, via l’appropriation d’un « ordre de réalité », que l’auteur entreprend la défense du caractère « scientifique » de la psychanalyse. En effet, parce que, ce faisant, la psychanalyse se dote d’un objet – objet construit selon des méthodes qui lui sont propres et qui ne serait accessible que par ce biais – et porte un discours intrinsèquement cohérent sur cet objet, il apparaît vain de lui opposer des « arguments », des « raisonnements logiques » ou des « faits » qui vont à son encontre. Pour l’auteur, les penseurs critiques de la psychanalyse n’ont simplement pas opéré le saut épistémique nécessaire à l’analyse de l’objet de la psychanalyse et leurs propos ne portent donc légitimement en rien atteinte à la psychanalyse définie comme science analytique.

5Mais c’est sûrement là que le bât blesse le plus la psychanalyse. Car, même si le réel peut être appréhendé par le biais de différentes constructions intellectuelles, ses éléments ne voient pas leurs frontières se limiter au prisme par lequel on cherche à les appréhender. Postuler ainsi la propriété d’un « objet de savoir » est assurément l’acte majeur par lequel l’auteur met à mal l’idée que la psychanalyse puisse être considérée comme science. Disposant d’un privilège auto-attribué, la psychanalyse que nous propose l’auteur s’immunise en effet contre toute critique et devient alors assurément objet de croyance. À ce titre, il est d’ailleurs tout à fait symptomatique que l’auteur affirme que « les vérités dont s’occupe la psychanalyse sont une construction d’objet scientifique : elles nécessitent un dispositif adéquat et ne sauraient être repérées hors de ce dispositif » (p. 201) ou encore que « les “vérités historiques” ne sont pas dites “vraies” par l’analyste au sens où elles refléteraient un état de la réalité extérieure […]. Elles sont repérées comme “vraies” au sens où elles [...] reflètent […] un état du réel de la réalité psychique » (p. 110). Postulant que la « vérité historique », produit analytique artéfactuel, se distingue de la réalité extérieure, l’auteur prend alors, comme Freud, le parti d’une déconnexion entre « réel extérieur » et « réel psychique » ; ce dernier obéissant à des logiques disjointes de déterminants situationnels ou de faits historiquement et socialement vécus par l’individu. Mais, même si Guénaël Visentini cherche à insérer « l’épistémologie freudienne » à l’intérieur du « dispositif clinique de la cure par la parole », son argumentation prend aussi appui sur des phénomènes qui ne peuvent être considérés comme des objets de savoir propres à la psychanalyse en ce qu’ils sont précisément repérables en dehors de ce dispositif. Il faut dire à ce sujet que le « projet scientifique » de Freud avait lui-même assez largement débordé le cadre de ce dispositif. Comme le rappelle l’auteur, « pour Freud, rendre intelligible l’objet analytique, c’était faire science – avec distance et esprit d’objectivation – du rêve, des lapsus, des mots d’esprit, du bavardage, des symptômes, du délire » (p. 35). Mais, à la construction d’une théorie du psychique succède celle d’une théorie psychanalytique de ces phénomènes, l’« appareil psychique » passant dans le même mouvement du statut d’objet « expliqué » à celui d’objet « explicatif ». Revenant sur le « célèbre lapsus » présenté par Freud dans sa Psychopathologie de la vie quotidienne du président de la Chambre des représentants qui avait déclaré la séance « levée » plutôt qu’« ouverte », Guénaël Visentini note que « des processus primaires non conscients ont investi le mot “levée”, là où les processus conscients (liés) d’investissement tendaient à investir [...] le mot “ouverte”. Le lapsus [...] consiste en l’effraction, dans les associations contrôlées du moi, d’une association libre, laquelle indique qu’une satisfaction pulsionnelle a été prise. [...] Peu importe le vouloir dire, car on ne peut en faire science. C’est à chacun de supposer comprendre les significations qu’il suppose : cet homme était fatigué, il avait envie de partir, la situation lui en rappelait une autre de son enfance, etc. Ces types d’explication n’ont pas de fondement scientifique. […] La psychanalyse, comme science, n’a rien à dire dans l’ordre des significations et propose la seule reconnaissance du “ça existe” des processus primaires de la pulsion » (p. 140-141). S’il est difficile de retenir comme valides les postulats utilisés par l’auteur pour justifier le caractère scientifique de la psychanalyse lorsqu’elle prend pour objet le « réel » psychique et cherche à en construire l’« appareil », il est encore plus difficile de les retenir comme tels lorsqu’elle prend pour objets des phénomènes (oublis, lapsus, méprises,...) qui ne se confondent plus avec ce réel. Non seulement, l’analyse de ces actes proposée par Guénaël Visentini es réduit au pur produit de mécanismes psychiques intangible et immuables comme si ni la réalité socio-historique dans laquelle ces actes ont pu être commis, ni celle ayant modelé leurs auteurs ne pouvaient en fournir un quelconque éclairage. Mais, en plus, l’explication apportée apparaît protégée de toute critique car fondée sur un « objet propre » à la psychanalyse. En pratique, c’est alors au moyen d’un véritable dépouillement de tout ce qui, dans le cadre de situations bien précises, a pu amener des individus dotés de propriétés socio-historiques tout aussi précises à commettre leurs actes manqués, que Guénaël Visentini donne à l’explication proposée de ce type d’actes un caractère de vérisimilitude.

6Au final, l’objectif visé par ce projet de refondation d’une épistémologie psychanalytique ne nous paraît donc pas avoir été atteint. Refusant de soumettre les thèses psychanalytiques à l’« épreuve de la discussion », Guénaël Visentini tend en effet à réduire considérablement la possibilité que la psychanalyse puisse être légitimement considérée comme science. Et, en imposant comme seule et unique modalité « explicative » des phénomènes sur lesquels la psychanalyse se penche – notamment des actes manqués – « la seule reconnaissance du “ça existe” des processus primaires de la pulsion », l’auteur apparaît enfermé dans une confusion entre spéculation et phénomène ; confusion propre, là encore, au domaine de la croyance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps, « Guénaël Visentini, Pourquoi la psychanalyse est une science. Freud épistémologue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19591

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page