Skip to navigation – Site map

Gloria Origgi, La réputation. Qui dit quoi de qui

Anaïs Déas
La réputation
Gloria Origgi, La réputation. Qui dit quoi de qui, Paris, PUF, 2015, 300 p., ISBN : 978-2-13-062590-2.
Top of page

Full text

  • 1 Menger Pierre-Michel, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard et Seuil, (...)
  • 2 Chauvin Pierre-Marie, « La sociologie des réputations. Une définition et cinq questions », Communic (...)
  • 3 Origgi Gloria (dir.), « La réputation », Communications, n° 93, 2013.
  • 4 Beuscart Jean-Samuel, Chauvin Pierre-Marie, Jourdain Anne, Naulin Sidonie (dir.) « La réputation et (...)
  • 5 EHESS, « Célébrité, prestige, réputation, visibilité. Grandeurs sociales en débat », 15 octobre 201 (...)
  • 6 Voir à ce sujet : Mignon Patrick, « Les deux performances. Ce que les médias ont fait des sportifs  (...)

1Cet ouvrage se présente clairement comme la synthèse de plusieurs échanges, colloques, séminaires et publications s’intéressant à la réputation. Le thème n’est pas nouveau dans la mesure où il a été étudié par plusieurs auteurs en sciences sociales, comme par exemple Pierre-Michel Menger1 ou Pierre-Marie Chauvin2. Deux numéros de revues ont déjà été consacrés à cet objet : le numéro 93 de la revue Communication3 coordonné par Gloria Origgi et, plus récemment, le numéro 26 de Terrain & Travaux4. En 2014, un colloque intitulé « Célébrité, prestige, réputation, visibilité. Grandeurs sociales en débat »5 montrait déjà à quel point la compréhension de la notion de réputation nécessite non seulement de la situer au regard d’autres concepts (tels que la célébrité6, la visibilité, ou encore le prestige) mais aussi de faire appel à plusieurs disciplines, de la sociologie à la philosophie en passant par l’économie ou l’histoire.

2Si Gloria Origgi, chercheuse au CNRS, se présente comme une philosophe, force est de constater qu’elle maîtrise les apports des autres sciences sur la question. En effet, pour alimenter son propos, elle fait appel à de nombreux auteurs, philosophes, psychologues, sociologues, anthropologues, économistes, historiens, et même biologistes. Plus encore, les références ne sont pas seulement scientifiques, elles sont aussi littéraires. Les nombreuses illustrations des concepts théoriques prennent appui sur les comportements de personnages issus de romans d’écrivains tels que Marcel Proust, Simone de Beauvoir, Jean-Jacques Rousseau, Honoré de Balzac, Léon Tolstoï, William Shakespeare, F. Scott Fitzgerald ou encore Jane Austen.

3L’ouvrage, composé de dix chapitres, peut être présenté en deux temps. Dans une première partie, l’auteure s’intéresse aux usages stratégiques que l’être humain fait de sa propre réputation. L’accent ici est mis sur la manière dont se construit et se diffuse la réputation. La seconde partie se consacre, à travers trois études de cas, à l’usage que nous faisons de la réputation des autres (et des choses), notamment pour connaître le monde.

4La réputation n’existe « que par reflet » (p. 19) puisqu’il s’agit de l’image que l’individu dépose chez autrui. Et dès l’enfance, chacun accorde de l’importance à ce deuxième égo qui est ce qu’il croit «  être l’opinion des autres » (p. 13) à son sujet. Puisque les comportements d’un individu informent les autres sur qui il est, il peut déployer un certain nombre de stratégies qui participent à la construction de sa propre réputation. L’information passe par des signaux que l’individu émet à travers son comportement. En se brûlant la main en 507 avant Jésus-Christ, un héros de la République romaine, Mucius Scaevola, envoie par exemple un signal crédible de sa réputation de guerrier. Néanmoins, l’individu peut émettre un signal volontairement trompeur ; de plus, le signal n’a d’effet que si la personne qui cherche à avoir de l’information y est réceptive. Un individu peut également exploiter consciencieusement ses liens sociaux pour se créer une réputation, par exemple en mettant en avant des relations de proximité avec des personnes réputées. La réputation « coule » en ce sens d’un individu A à un individu B, et inversement. Le transfert de réputation peut également se faire entre une structure et une personne (une grande école par exemple), et inversement.

5Finalement, la réputation d’un individu ou d’une chose dépend des domaines dans lesquels elle est étudiée. Trois schémas, présentés comme un « exercice de classification intellectuelle » (p. 125), situent certains domaines (art, culture, science, médecine, etc.) selon des variables telles que la nature formelle ou informelle des dispositifs de jugement, la présence d’asymétrie informationnelle, le poids de l’autorité et le fait que la réputation puisse durer dans le temps, ou pas. Par exemple, les médecins relèvent d’un domaine dans lequel le poids de la réputation est important et dans lequel les réputations sont durables.

6De manière générale, la réputation peut être façonnée selon des mécanismes de deux catégories. La première catégorie concerne les réputations informelles, forgées par les commérages, les rumeurs, les ragots et les propos diffamatoires, qui sont des « appréciations évaluatives sur les autres en l’absence de ces derniers » (p. 79). L’opinion qu’une personne se fait d’un individu dépend de ce qu’elle pense non seulement de la fiabilité du locuteur (celui qui apporte de l’information), mais aussi de la fiabilité du contenu de l’information diffusée. La deuxième catégorie concerne les réputations formelles ou objectivées, construites à travers les notations, les étiquettes, les hiérarchies ou encore les classements, autrement dit des systèmes d’objectivation de la réputation.

7L’être humain s’appuie sur la réputation des autres pour connaître le monde qui l’entoure et prendre des décisions (pour choisir un avocat, par exemple). C’est à ces usages que nous faisons de la réputation que s’intéresse la deuxième partie de l’ouvrage, illustrée par trois études de cas.

8La première étude de cas concerne la réputation sur Internet. L’auteure explique que certains sites filtrent les informations émises par les internautes de façon à faire anticiper les préférences des usagers. Sur le site d’Amazon, les prévisions du type « les clients qui ont acheté X achètent aussi Y  » se traduisent par des suggestions d’achat adressées aux internautes dès lors qu’ils s’intéressent aux produits X ou Y. Sur Ebay, site de vente entre particuliers, la réputation d’un vendeur est une information qui influence le client dans sa décision d’acheter ou pas. Cette réputation se construit grâce aux évaluations, positives ou négatives, laissées par les précédents acheteurs.

9La seconde étude de cas s’intéresse à la réputation du vin. Ici, la réputation ne se base plus sur de l’information objectivée mais sur des jugements subjectifs, puisqu’on se situe dans le domaine du goût. L’étiquette apposée sur une bouteille permet d’inscrire des indices réputationnels concernant la qualité du contenu. Les systèmes de réputation du vin, bourguignon, bordelais, et californien, fournissent des indices qui permettent au consommateur d’évaluer respectivement la qualité des vignes, la supériorité des châteaux, et le réseau social des relations statutaires. Ces indices intéressent le consommateur dans la mesure où il a difficilement accès aux évaluations plus techniques.

10La troisième et dernière étude de cas se centre sur la réputation académique (des établissements scolaires, des laboratoires de recherche, des chercheurs, etc.). Les normes de construction de cette réputation semblent connaître un bouleversement avec l’apparition de nouveaux dispositifs. Ainsi, la réputation d’un chercheur se mesure au nombre de citations de ses travaux dans les écrits de ses pairs. Cela entraîne une course à la publication qui se résume dans le slogan « publish or perish » et que l’auteure qualifie de « jeu de massacre » (p. 258). Les nouveaux dispositifs ont pour conséquences l’amélioration de la productivité de la recherche, mais au détriment de la qualité, ainsi que l’apparition de pratiques critiquables telles que le « salami-slicing » (p. 271) ou encore l’autocitation. Sur ce point, l’auteur en appelle à la « responsabilité épistémique » (p. 279) de chacun, notamment dans le bon usage des évaluations.

  • 7 Voir par exemple : Rodier Anne, « Qu’est devenue la réputation au XXIème siècle ? », Le Monde, 29 s (...)

11La Réputation. Qui dit quoi de qui est, à mon sens, une lecture incontournable pour quiconque s’intéresse à la construction de la réputation, à ses vecteurs de diffusion, ainsi qu’à l’utilisation qu’en font les individus pour lire le monde qui les entoure. Les références à la littérature rendent concrets les concepts mobilisés. Les références scientifiques en font un ouvrage riche. À cela, s’ajoute un style d’écriture agréable qui rend la lecture passionnante. D’ailleurs, on remarquera que l’ouvrage n’intéresse pas seulement la communauté de pairs. Sa publication a en effet été relayée par la presse7, élargissant ainsi la réputation de son auteure à la sphère du grand public. L’ouvrage dresse un paysage clair et diversifié des approches scientifiques dans différents domaines. La réputation dans le sport professionnel, qui pourtant représente un sujet d’étude particulièrement florissant, n’est pas évoquée dans cet ouvrage. Peut-être parce qu’elle constitue un sujet alors peu exploré par les chercheurs ?

Top of page

Notes

1 Menger Pierre-Michel, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard et Seuil, coll. « Hautes études », 2006. Voir plus précisément le 6e chapitre : « Talent et réputation. Les inégalités de réussite et leurs explications dans les sciences sociales ».

2 Chauvin Pierre-Marie, « La sociologie des réputations. Une définition et cinq questions », Communications, n° 93, 2013, p. 131-145.

3 Origgi Gloria (dir.), « La réputation », Communications, n° 93, 2013.

4 Beuscart Jean-Samuel, Chauvin Pierre-Marie, Jourdain Anne, Naulin Sidonie (dir.) « La réputation et ses dispositifs », Terrain & travaux, n° 26, 2015 ; https://lectures.revues.org/19639.

5 EHESS, « Célébrité, prestige, réputation, visibilité. Grandeurs sociales en débat », 15 octobre 2014. Disponible en vidéo à l’adresse http://cral.ehess.fr/index.php?1741 (consulté le 27 novembre 2015).

6 Voir à ce sujet : Mignon Patrick, « Les deux performances. Ce que les médias ont fait des sportifs », Le Temps des médias, n° 9, 2007, p. 149-163.

7 Voir par exemple : Rodier Anne, « Qu’est devenue la réputation au XXIème siècle ? », Le Monde, 29 septembre 2015 : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/09/22/qu-est-devenue-la-reputation-au-xxie-siecle_4767073_1698637.html (consulté le 27 novembre 2015).

Top of page

References

Electronic reference

Anaïs Déas, « Gloria Origgi, La réputation. Qui dit quoi de qui », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 08 December 2015, connection on 23 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/19655

Top of page

About the author

Anaïs Déas

Professeur agrégée (PRAG) en éducation physique et sportive, détachée dans l’enseignement supérieur sur un poste d’ATER. Doctorante en sociologie. Université d’Artois, URePSSS, laboratoire SHERPAS.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page