Navigation – Plan du site

Marc Loriol, Nathalie Leroux (dir.), Le travail passionné. L’engagement artistique, sportif ou politique

Erwan Briand
Le travail passionné
Marc Loriol, Nathalie Leroux (dir.), Le travail passionné. L'engagement artistique, sportif ou politique, Toulouse, Erès, coll. « Clinique du travail », 2015, 350 p., ISBN : 978-2-7492-4867-7.
Haut de page

Texte intégral

1Par cet ouvrage collectif, les auteurs entendent contribuer à la compréhension de la notion de passion dans le travail, qui selon eux est de plus en plus présente dans le langage courant, de l’expression journalistique à la rhétorique managériale. En introduction, Leroux et Loriol interrogent donc cette notion et la situent dans l’analyse philosophique et économique, avant de rappeler les développements de sociologie du travail et de clinique de l’activité sur ce sujet. Le corps de cette publication s’inscrit majoritairement dans la sociologie du travail et se divise en trois grandes parties, chacune traitant d’un champ d’activité particulier ; l’art (quatre chapitres), le sport (deux chapitres), puis des domaines politiques, sociaux et économiques (trois chapitres, dont l’un d’eux relève de l’ergonomie).

  • 1 Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 199 (...)

2La partie relative à la passion créative dans le cadre du travail artistique présente des études sur des plasticiens, sur des acteurs et sur une Maison des jeunes et de la culture (MJC). Pour débuter cette partie, Marie Buscatto s’attarde sur l’historicité du registre de la vocation dans les représentations du travail artistique, lesquelles valorisent l’innovation et l’individualité et aboutissent à la représentation contemporaine de l’art, prestigieux et idéalisé. L’auteure montre que les artistes qu’elle a interrogés invoquent souvent la vocation pour justifier tant leur entrée dans une carrière prestigieuse et sélective que leur engagement dans des activités qui semblent a priori ouvertes mais qui les confrontent à des conditions de travail et d’emploi souvent difficiles. Buscatto constate que, face à ces difficultés, conjuguées aux faibles chances de voir leurs aspirations artistiques reconnues, les artistes mettent en place des compromis, qui relèvent du modèle de l’économie inversée1. En effet, les artistes devant gagner leur vie pour avoir les moyens de mener leur activité artistique, certains en viennent à exercer des activités secondaires dans le milieu artistique (par exemple, la formation), ou encore des activités alimentaires, sans rapport avec l’art ; la passion ne s’applique donc pas nécessairement à l’ensemble de ces activités. S’il n’est pas possible pour tous les artistes de vivre de leur passion, c’est souvent la production passionnée d’une œuvre plutôt que la stabilité pécuniaire qui leur permet de se définir comme artiste.

3Moufida Oughabi insiste ensuite sur la conception d’un art passionné, où l’engagement total dans le travail est désormais la norme, à l’inverse du passé où la conception de l’art reposait davantage sur l’appartenance à une corporation ou une académie. Elle avance que le cumul d’activités (en quelque sorte, « les compromis » mis en lumière auparavant par Buscatto) remet en cause l’investissement intense dans la pratique artistique en complexifiant l’identité de l’artiste. En s’attardant sur le cas des plasticiens, son article montre l’impact de la production d’un discours de la passion sur la construction de l’identité personnelle des artistes. Partant du constat emprunté à Buscatto de la hiérarchisation des mondes de l’art, Oughabi avance donc que les plasticiens qui mettent en avant la passion dans leur pratique partagent souvent des caractéristiques sociodémographiques et socioprofessionnelles communes. Ainsi, selon ses observations, il y aurait d’un côté les artistes perçus comme proches de la figure conventionnelle de l’artiste, dont l’engagement est total (monoactifs, célibataires, autodidactes) et qui mettent en avant leur passion, et d’un autre côté des artistes qui partagent d’autres caractéristiques (notamment les femmes et les personnes habitant hors de Paris) qui expriment un rapport plus tempéré à la passion.

4Prenant l’exemple des acteurs, Christina Karakioulafis ajoute que le sentiment d’exercer une profession plutôt qu’un art (notion qui mobilise le registre passionnel) dépend de plusieurs facteurs, tels que la durée d’exercice, le degré d’intégration dans le métier, l’exercice exclusif de celui-ci, la conscience syndicale ou encore le degré d’exposition aux risques et contraintes. L’auteure relève que cette différence de perception du métier d’acteur est emprunte de « mythes professionnels et [de] stéréotypes concernant le travail artistique » (p. 113). Enfin, Marc Loriol et Line Spielmann concluent ensemble cette partie consacrée au travail artistique par une étude menée au sein d’une MJC, à la demande de son conseil d’administration, pour mieux comprendre le phénomène de l’engagement passionné des salariés. Ils avancent que l’investissement de soi dans les professions artistiques peut parfois mener à la souffrance et pointent l’irrationalité d’un engagement passionné dans le travail qui laisse souvent à ces acteurs le sentiment de ne jamais en faire assez.

5L’ouvrage s’oriente ensuite sur la passion au travail dans les mondes du sport. L’article de Marina Honta et Samuel Julhe s’intéresse aux conseillers techniques sportifs du ministère de la Jeunesse et des Sports. À la lumière d’une étude de leur « ethos professionnel fondé sur la “passion” » (p. 180), les auteurs détaillent les causes et les conséquences d’un rapport passionnel au métier et s’attachent à décrire les difficultés que connaissent les individus dans leur volonté de conserver cette passion dans un travail à la croisée de milieu associatif et du service public. Ils montrent en quoi cette posture « apparaît difficilement soutenable par les individus dans la durée » (p. 181), du fait d’une inflation du temps de travail qui mène à l’empiétement de celui accordé à la vie familiale, ou encore d’une insatisfaction générale des cadres de l’administration devant le manque de perspectives d’avenir.

6Nathalie Leroux s’intéresse ensuite aux entreprises qui encouragent la passion des cadres dans leur activité. Elle analyse la rhétorique managériale d’une enseigne de vente d’articles sportifs à l’adresse de ses cadres, qui met en avant le salarié comme « entrepreneur de soi » (p. 192). Cette rhétorique, influencée par des méthodes de management modernes, s’inspire d’une idéologie sportive qui valorise à la fois la cohésion et la concurrence, afin de légitimer le fonctionnement interne de l’enseigne aux yeux de ses salariés. La direction cherchant ici à intensifier le rapport passionnel au travail des salariés, la majorité d’entre eux adhérent ainsi à un « système donnant sens à leur parcours antérieur et à leur passion » (p. 213).

7Enfin, les trois derniers articles traitent de différentes formes d’engagement, politique, social et économique, qui peuvent induire un rapport passionné au travail. Ainsi, Loriol montre les spécificités des métiers de la diplomatie et la façon dont les discours sur la passion au travail y sont mobilisés. On voit donc que, dans cette administration où les carrières perçues comme prestigieuses récompensent des situations de travail valorisantes, le discours passionnel est plutôt tenu par des agents en fin de carrière et ayant connu une relative réussite professionnelle (parfois d’ailleurs, au détriment de leur vie personnelle). Là encore, on remarque que les individus ne mobilisent ce discours passionnel qu’à propos de certaines des tâches valorisées, qui souvent relèvent de l’exceptionnel. Les diplomates qui réussissent leur carrière vont même jusqu’à ne pas mentionner leurs tâches les plus quotidiennes (comme la rédaction d’une note, qui ne sera sans doute pas lue). L’auteur remarque que ce discours de la passion est souvent mobilisé par ceux qui valorisent la variété et la complexité de leur métier ainsi que leur sentiment de participer à l’histoire.

8Par la suite, Cécile Briec, après une riche contextualisation de l’organisation syndicale qu’elle a étudiée (SNUIPP-FSU), avance rapidement que le niveau d’engagement des syndicalistes dépend notamment de « la possibilité de pouvoir agir et transformer l’organisation du travail » (p. 269). Si cette possibilité est fermée, un sentiment de démobilisation peut alors apparaître. Enfin, Mathieu Bensoussan clôt cette dernière partie en traitant de l’engagement des cadres dans leur travail. Au cours d’une longue restitution des résultats de son enquête, il insiste sur l’importance des discours d’indépendance et de liberté dans l’expression des cadres et tente de dégager deux idéaux-types : celui des cadres « ambitieux » (ayant un rapport problématique à leurs origines sociales) et celui des cadres « téméraires » (ayant le goût de l’aventure). Selon lui, les causes de l’engagement des cadres dans le travail sont donc à rechercher dans leur rapport personnel au monde professionnel plutôt que dans leur activité elle-même.

9Pour clore cet ouvrage, la postface interroge ce que pourrait être une sociologie du travail passionnel. Maud Simonet rappelle d’abord que le sociologue doit se garder de projeter ses propres représentations sur son objet, notamment en matière de hiérarchie des activités. Pour mieux appréhender encore la problématique du travail passionné, elle propose de creuser la question même du bonheur ainsi que celles de la passion au sein du salariat.

  • 2 Daniels Arlene Kaplan, « Invisible work », Social Problems, vol. 34, n° 5, 1987, p. 403-415.

10Ce recueil d’articles s’attache à « mettre en lumière les logiques sociales qui conduisent certains acteurs à mobiliser [le terme de passion] pour décrire leur rapport au travail et leur engagement dans celui-ci » (p. 310). Le parti-pris des auteurs de traiter tout à la fois des artistes, des syndicalistes, des diplomates, des cadres ou des fonctionnaires permet donc de s’intéresser aux nombreuses causes sociales qui sous-tendent ce rapport passionnel au métier, qu’il soit revendiqué par les acteurs ou voulu par leur hiérarchie. Aussi, les auteurs montrent en quoi un rapport passionnel au travail aboutit souvent à ce que l’activité exercée devienne invasive, notamment sur le temps normalement consacré à la sphère privée ; il se révélerait donc à la fois émancipateur, en ce qu’il fait oublier les contraintes, et aliénant, en ce qu’il semble dissoudre des frontières entre activité professionnelle et activités domestiques. Comme la postface le rappelle, si le concept de travail passionné semble s’opposer à une conception classique du travail2, faite de la primauté de la contrainte et de la rémunération, il faut avant tout le voir comme un élément du discours des acteurs qui cherchent ainsi à valoriser leur engagement ou leur talent comme moteur de leur réussite, tout en mettant de côté « ce qu’elle doit à la fois au fonctionnement du marché du travail et aux capitaux sociaux, économiques et culturels accumulés au cours [de leurs] trajectoires sociales et professionnelles » (p. 313).

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

2 Daniels Arlene Kaplan, « Invisible work », Social Problems, vol. 34, n° 5, 1987, p. 403-415.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Briand, « Marc Loriol, Nathalie Leroux (dir.), Le travail passionné. L’engagement artistique, sportif ou politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 décembre 2015, consulté le 27 février 2017. URL : http://lectures.revues.org/19658

Haut de page

Rédacteur

Erwan Briand

Doctorant en sociologie, université de Nantes, laboratoire CENS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page