Navigation – Plan du site

Jean-Philippe Costes, Les subversifs hollywoodiens. L’esprit critique du cinéma grand public

François-Ronan Dubois
Les subversifs hollywoodiens
Jean-Philippe Costes, Les subversifs hollywoodiens. L'esprit critique du cinéma grand public, Montréal, Éditions Liber, 2015, 496 p., ISBN : 9782895784913.
Haut de page

Texte intégral

1À l’idée largement répandue que le cinéma grand public produit dans les studios d’Hollywood représente une machine de propagande étasunienne ou, à tout le moins, capitaliste, Jean-Philippe Costes entend opposer une lecture à contre-courant d’un corpus cinématographique fait de grands classiques et de grands oubliés. Hollywood, à ses yeux, ne saurait se réduire au véhicule médiatique d’une idéologie uniforme et oppressive qui serait, au gré des analyses, celle du capital, du patriotisme américain ou de l’évangélisme. L’auteur ne suggère pas que l’on pourrait tout dire à Hollywood, mais que, comme tout artiste soumis à un système de censure formel ou informel, le cinéaste hollywoodien se ménage des marges des manœuvre et trouve, dans la construction visuelle et narrative de ses œuvres, le moyen de faire passer son message.

2L’ouvrage de Costes traite de vingt-neuf réalisateurs – trente, si l’on considère les frères Coen comme deux réalisateurs distincts – auxquels sont consacrés des chapitres individuels. Il est évidemment impossible de résumer ici la démonstration développée pour chacun de ces réalisateurs ; on se contentera donc de traiter de manière générale des cinq parties thématiques qui composent l’ouvrage.

3La première partie, « Familles, je vous hais ! », concerne Howard Hawks, George Cukor, Alexander Mackendrick et James Gray. Ces cinq réalisateurs auraient en commun de priver la structure familiale de la valorisation fondamentale qui lui est traditionnellement acquise, en l’attaquant chacun sous un angle différent. Hawks remet en cause la primauté du sentiment amoureux pour valoriser l’amitié cicéronienne, une attaque appuyée par Cukor, qui nierait la possibilité pour un couple de fonctionner de manière harmonieuse. Dans un pareil contexte, il ne serait alors pas surprenant que la progéniture d’êtres si peu faits pour se conjoindre soit elle-même désastreuse : Mackendrick peint l’enfance sous le jour le plus sombre et Gray souligne la violence de l’hérédité. Ainsi fonctionne l’ouvrage de Costes : en identifiant un problème spécifique à chaque réalisateur, qui en proposerait, au travers de son œuvre, une résolution pour ainsi dire systématique. Dans la deuxième partie, « In God we don’t trust », Costes entend montrer la désaffection religieuse du cinéma hollywoodien, à travers les œuvres de Tarantino, Hitchcock et Sternberg. Le propos, à vrai dire, est assez confus : si le chapitre consacré à Tarantino montre bien en quoi ce dernier met en évidence l’absurdité d’une vie qui ne saurait être véritablement gouvernée par la providence, les chapitres sur Hitchcock et Sternberg, consacrés à la mise en scène du Diable, du Mal et du péché originel dans chacune de ces œuvres, soulignent quant à eux la permanence d’un idéal de la rédemption et d’une sotériologie chrétienne dans le cinéma américain. On peut difficilement faire de Hitchcock, dont Costes souligne lui-même le catholicisme sans cesse réaffirmé, un zélateur de l’impiété.

4La troisième partie, « God don’t bless America », n’est hélas pas plus convaincante, quand elle se penche sur Altman, les frères Coen, Penn, Wellman, Sirk, Ford et Fincher. Le titre même du chapitre consacré à Ford, « Révolution chrétienne en Amérique » laisse bien voir qu’en lieu de subversion, c’est un retour aux valeurs chrétiennes fondatrices que les analyses de Costes décrivent. Si l’on veut bien admettre que ces valeurs puissent contrarier les idéaux capitalistes et mercantiles des grands studios, le rapport des unes aux autres est vraisemblablement plus complexe que celui d’une subversion révolutionnaire – en soi une antinomie. De la même manière, la quatrième partie, « La subversion des valeurs sociales de la civilisation occidentale », où l’on retrouve Mann, Forman, Kubrick, Fleischer, De Palma, Capra, Gilliam, Wyler, Edwards et Welles, échoue à convaincre entièrement : le chapitre sur Capra (« La raison du plus fou est toujours la meilleure »), comme les chapitres sur Hitchcock et Ford, ne fait guère que mettre en valeur la solidité de l’idéologie républicaine de ce réalisateur et donc son attachement, précisément, aux valeurs occidentales qu’il est censé subvertir. La cinquième partie, « En finir avec le culte de l’ordre et de la société », qui propose des analyses sur Rosenberg, Curtiz, Malick, Pollack et Ramis, entend de la même façon convaincre que Malick, réalisateur du très religieux et très conservateur Tree of Life, ferait « œuvre de révolutionnaire » (p. 444). Certains chapitres sont, il est vrai, beaucoup plus consensuels et beaucoup moins surprenants, comme ceux consacrés à Tarantino ou aux frères Coen, décrits, ainsi qu’il est d’usage, comme les analystes de l’Homo imbecilius. Dans l’ensemble cependant, l’ouvrage parait souffrir de sérieux problèmes méthodologiques.

  • 1 de Wasseige Mathieu, Séries télé US : l’idéologie prime time, Louvain-La Neuve, Academia L’Harmatta (...)

5Le premier et non le moindre de ces problèmes est l’indifférence entière que l’ouvrage réserve aux travaux universitaires qui l’ont précédé et particulièrement à la longue discussion académique, dans les champs anglophones, germanophones et francophones, sur l’analyse de la culture populaire. Mathieu de Wasseige en a fourni un excellent résumé, très récemment, dans les deux premiers chapitres de son ouvrage consacré à l’analyse idéologique des séries télévisées étasuniennes1, auxquels on se reportera. On y voit bien qu’il est impossible de réduire les industries audiovisuelles de grande diffusion à des pratiques artistiques classiques, si l’on peut dire, et surtout à la relation entre le producteur textuel, le censeur et le public. En adoptant une grille entièrement auteuriste et personnaliste pour analyser des médias soumis à des contraintes économiques et productives fortes, Jean-Philippe Costes simplifie à l’excès une situation médiatique pourtant extrêmement complexe.

6Dans un deuxième temps, on regrette que le silence théorique soit accompagné, le plus souvent, d’un silence historique et que les productions des réalisateurs soient traitées dans une relative indépendance à l’histoire interne de l’art. Si Costes contextualise parfois les films dans l’histoire socio-économique des États-Unis, comme il est inévitable pour Ford ou, dans une moindre mesure, Capra, il traite le cinéma, en tant que pratique audiovisuelle, d’un point de vue systématiquement synchronique. La seule analyse de Frank Capra devrait inviter, pourtant, à commenter la mutation des instances de contrôle du cinéma étasunien, dont l’histoire de la réception de Mr. Smith Goes to Washington constitue un cas d’école. De la même façon, l’œuvre de Tarantino ne saurait se comprendre sans parler longuement de sa dimension métacinématographique, et il faut se demander si certaines critiques sociales suggérées par Costes ne sont pas d’abord et surtout des critiques esthétiques et formelles adressées à telle ou telle tradition cinématographique.

7Enfin, c’est précisément l’aspect esthétique et formel de l’ouvrage qui laisse insatisfait. En dehors de quelques commentaires ponctuels et généralistes sur les méthodes de cadrage ou de construction narrative de tel ou tel réalisateur, par exemple Stanley Kubrick, et de quelques remarques sur la photographie, Les subversifs hollywoodiens demeure pour le moins silencieux sur les questions formelles techniques. Ainsi la plupart des analyses pourraient s’appliquer indifféremment à des œuvres romanesques ou cinématographiques, ce qui ne serait certes pas rédhibitoire en soi si les premières pages de l’ouvrage n’insistaient sur une certaine spécificité du cinéma hollywoodien. Encore une fois, les méthodes développées depuis les années 1990 en études culturelles fournissent pourtant des approches utiles pour mettre en évidence les phénomènes de forme et de structure qui conditionnent la réception idéologique et politique des productions discursives, qu’elles soient textuelles ou audiovisuelles.

8En somme, Les subversifs hollywoodiens laissera insatisfaits les spécialistes d’études cinématographiques et, plus largement, d’études médiatiques, malgré un titre et un projet prometteurs. Il faut saluer néanmoins l’ampleur d’un ouvrage qui fait se côtoyer des réalisateurs que l’on a rarement l’occasion de traiter en parallèle et les lecteurs non-académiques profiteront, grâce au style soigné et enlevé de l’auteur, de ce parcours dans les multiples paysages du cinéma américain.

Haut de page

Notes

1 de Wasseige Mathieu, Séries télé US : l’idéologie prime time, Louvain-La Neuve, Academia L’Harmattan, coll. « IHECS[dot]com », 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Jean-Philippe Costes, Les subversifs hollywoodiens. L’esprit critique du cinéma grand public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 décembre 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19683

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Professeur de sciences humaines à l’École nationale d’Ingénieurs de Brest, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française à l’université de Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page