Navigation – Plan du site

Martina Löw, Sociologie de l'espace

Yankel Fijalkow
Sociologie de l'espace
Martina Löw, Sociologie de l'espace, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2015, 302 p., Traduit de l'allemand par Didier Renault ; préface d'Alain Bourdin, ISBN : 978-2-7351-2046-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les débats de fond ne sont pas très fréquents en sociologie urbaine, discipline qui s’est beaucoup développée en réponse à la demande sociale soucieuse de l’évolution des villes et de l’urbanisme dès le milieu du XIXe siècle. Ainsi, l’ouvrage de Martine Löw, Professeur de sociologie de planification et d'architecture à l’Université Technique de Berlin, voulant répondre à une question fondamentale que les sociologues urbains semblent éviter est-il le bienvenu ? Qu’est-ce que l’espace en sociologie, et en sociologie urbaine notamment ? La nécessité de s’entendre sur un concept central pour la compréhension des processus urbains (ségrégations, mobilités, production et organisation de l’espace construit, pratiques sociales de l’habitat…) est fondamentale.

2Traduction de l’allemand d’un livre initialement publié en 2001, préfacé par Alain Bourdin, l’ouvrage fait dialoguer pendant trois cents pages et huit chapitres, les fondateurs de la sociologie et des auteurs plus récents, convoque d’autres disciplines comme la philosophie, la physique et la psychologie, sans oublier les courants contemporains de la géographie, souvent cités. Ce parcours théorique, permettant d’envisager les « représentations de l’espace » (chapitre 2) est confronté aux « transformations des phénomènes spatiaux » (Chapitre 3). Il introduit le chapitre 4 relatif à « un concept sociologique de l’espace » ainsi que le chapitre 5 sur « la constitution de l’espace » et une série d’exemples empiriques étayant la construction théorique présentée de façon quasi axiomatique dans le chapitre final.

3En envisageant l’espace à différentes échelles, des villes globales aux rapports de genre, en mobilisant à cet effet une grande diversité d’exemples, Martina Löw veut répondre au besoin d’une conception de l’espace : « qui ne comprenne pas seulement des territoires dont on puisse rendre compte de façon descriptive mais qui soit à même de saisir les aspects matériels et symboliques de la production d’espace par les différents acteurs de même que la construction de l’espace institutionnalisée. » (p. 60). Selon elle, il est temps de reconnaître en sociologie que « Les structures spatiales sont de même que les structures temporelles des formes de structure sociale » (p. 168). Par structures spatiales, Löw entend la constitution d’espaces soit par la « disposition » de biens ou d’hommes, soit par la « synthèse » de biens ou d’hommes en espaces selon des règles, des garanties et des ressources qui sont intégrées récursivement dans des institutions indépendamment du lieu et de l’instant.

4Pour confirmer le double jeu de constitution des structures spatiales, qui consiste dans le « placement » des choses (elle dit aussi « disposition ») ainsi que dans la « synthèse » des représentations, Martina Löw s’efforce de dénoncer, la conception « absolutiste » de l’espace et l’intérêt d’une perspective relationnelle. L’idée d’un espace environnant choses et êtres vivants à la manière d’une boîte ou d’un récipient, qui remonte à l’Antiquité, lui semble caduque au regard des avancées scientifiques et de notre pratique de l’espace contemporains. Le principe kantien selon lequel l’espace n’est pas un objet réel mais la forme de l’intuition extérieure prédomine en sociologie. Martina Löw rappelle les apports de Newton, différenciant l’espace contenant et la multiplicité d’espaces partiels nés des rapports entre les corps, et la position de Leibniz selon lequel l’espace est un principe d’organisation des relations positionnelles.

5Pour Löw, trop de sociologues ignorent la position d’Einstein considérant l’espace comme une structure relationnelle entre des corps en permanence en mouvement. Le concept d’espace, est soit référé à un lieu concret, soit renvoyé à la notion de territoire, soit traité comme une catégorie a priori de la sensibilité. Les tenants fondateurs de l’Ecole de Chicago ne traiteraient de l’espace que comme une donnée naturellement circonscrite. De Simmel à Durkheim en passant par Foucault et Luhman, l’espace n’est pas assez envisagé comme un élément de la structure sociale. L’approche de Giddens est longuement discutée, notamment en raison de son intégration de la géographie temporelle de Hagerstrand. Mais elle reflète une conception trop étroite de l’espace, présupposant l’espace et l’agir comme deux réalités différentes. Ainsi, pour Martina Löw, le concept « absolutiste » de l’espace imposant l’espace euclidien tri dimensionnel comme une évidence pré-structurant la même manière de l’agir de tous pose question.

6En effet, à l’heure des multi médias, la conception traditionnelle selon laquelle ‘on vit dans l’espace supposé homogène et unitaire) est inadaptée aux réalités. L’espace comme cadre universel est dépassé par la « socialisation insularisée » organisant l’espace sous forme « d’îlots fonctionnels individuels », notamment dans l’espace désormais ressenti comme discontinu, constituable et mobile, des villes mondiales et de la Société en réseaux (Castells 1998).

7On l’aura compris, Martina Löw propose une autre conception prenant en considération « l’agencement des corps ». En se fondant sur les relations topologiques découvertes chez l’enfant par Inhelder et Piaget (1947) (voisinage, séparation, succession, enveloppement et continuité), Löw considère que l’espace n’est pas un contenant immuable existant indépendamment des conditions sociales : « L’espace est une (dis) position de corps pris dans un mouvement constant par suite duquel leur (dis) position se transforme en permanence. Ainsi les espaces comportent aussi bien une dimension d’ordre qui renvoie aux structures sociales qu’une dimension de l’agir, à savoir le processus de leur organisation » (p. 132).

8En reprenant la notion de configuration de Norbert Elias, Löw propose de penser ensemble le substrat physique matériel, les structures sociales d’interactions et d’actions, le système de régulation institutionnalisée et normative, les formes de médiation entre les pratiques des sujets et les manifestations de l’espace (règlements et normes), le système spatial de signes, de symboles et de représentations.

9L’action de constitution de l’espace comme une (dis) position relationnelle d’êtres vivants et de biens sociaux, conduit à distinguer deux processus : le spacing et l’opération de « synthèse » qui se réalise soit dans la perception, soit dans la mémoire et dans la représentation abstraite. Alors que le spacing conduit à l’analyse des inégalités sociales en raison de la répartition des richesses, du savoir, des positions sociales et de l’appartenance à un groupe qui limitent l’accès à un bien ou à un service, la synthèse permet d’analyser le niveau de l’espace perçu.

10La volonté d’une démarche démonstrative et la diversité des exemples est une force de l’ouvrage autant que l’articulation de la théorie la plus abstraite à des données empiriques. Intégrant des auteurs comme Henri Lefebvre et Pierre Bourdieu, cet ouvrage ancre solidement la sociologie urbaine dans un positionnement théorique bien structuré…préparé à développer une modélisation des situations spatiales et à entrer en dialogue avec les disciplines de l’espace comme l’architecture, l’urbanisme, l’aménagement.

11Néanmoins plusieurs questions restent posées, notamment pour les sociologues urbains francophones. Sans doute, comme le note Alain Bourdin, la description que donne Löw de la perspective territoriale devrait certainement être nuancée au regard de nombre de travaux empiriques menés dans une perspective relationnelle de l’espace, même s’ils n’énoncent pas de manière aussi explicite que Löw leurs règles de la méthode. En particulier la question du lieu, que Löw pose comme un aboutissement de sa construction théorique mériterait d’être envisagée au regard des jeux de placement autorisant des déplacements, des remplacements, voire des stratégies pour « faire place » ou « faire sa place ». Dans le cadre d’une réflexion plus attentive à la politique de la ville, comment envisager un phénomène comme l’hospitalité. Se limite-t-elle au genre et à la classe ? Quel est le rôle des normes ? Comment modéliser les conflits liés aux lieux lorsque l’amplitude et les sens des lieux différent profondément ?

12Une seconde série de questions à trait aux notions de spacing et de synthèse selon Löw. On peut en effet différencier ce qui relève de la spatialisation (comme le font habituellement des géographes par la cartographie d’une catégorie n sur un territoire) et ce qui renvoie à la territorialisation, c’est-à-dire à la compréhension des leviers d’attachement d’une catégorie de population à un territoire, y compris à travers leurs représentations de l’espace et d’eux-mêmes comme groupe. Mais le distinguo analytique entre spacing et synthèse décrit-il bien les réalités ? Autrement dit l’action du spacing n’est-elle pas intégrée dans la synthèse et réciproquement ? Si tel est le cas, la morphologie Sociale ne mériterait-elle pas d’être mieux comprise par la théorie sociologique de l’espace, sachant qu’elle serait prête à admettre le rôle social de l’espace (ainsi que Durkheim dans le Livre IIII du Suicide : « Il n'est pas vrai que la société ne soit composée que d'individus ; elle comprend aussi des choses matérielles et qui jouent un rôle essentiel dans la vie commune. Le fait social se matérialise parfois jusqu'à devenir un élément du monde extérieur. Par exemple, un type déterminé d'architecture est un phénomène social ; or il est incarné en partie dans des maisons, dans des édifices de toute sorte qui, une fois construits, deviennent des réalités autonomes, indépendantes des individus. ») Les recherches de Marcel Mauss sur l’habitat esquimau (1904) et celles de Maurice Halbwachs sur les Topographies légendaires des évangiles en Terre Sainte (1942), nous semblent en partie intégrer cette perspective spatiale relationnelle et non absolutiste.

13Une troisième série de réflexions vient de la stimulante réflexion de Martina Löw sur les rapports entre l’agir et les structures spatiales. Si l’on comprend l’intérêt de mobiliser à cet effet les psychologues du développement humain, il n’en reste pas moins que les sociologues se confrontent plus souvent à des groupes dotés d’une ou plusieurs mémoires collectives et de capacités narratives. Comment ces facteurs agissent dans la constitution de l’espace et en changent le rapport ? L’enjeu est de taille dans l’urbanisme occidental tenté de faire exister en mobilisant certains aspects de l’histoire locale des phénomènes collectifs souvent mythiques comme le village créatif, l’habitat coopératif, le partage et la solidarité.

14Alors que les sciences de l’espace humain sont conduites à se repenser en fonction des nouvelles technologies et de leurs usages, et que les études urbaines confirment leur ancrage dans le spatial turn entre lieux et milieux (Frey, 2012), ce livre arrive à temps. En nous proposant une axiomatique construite, Martina Löw invite à un renouvellement fécond de recherches mieux adaptées aux transformations de l’espace contemporain et des rapports sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, « Martina Löw, Sociologie de l'espace », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/19780

Haut de page

Rédacteur

Yankel Fijalkow

Professeur de Sciences Sociales à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine, auteur de Sociologie du logement (La Découverte, 2011 et 2015), Sociologie des villes (La Découverte 2007)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page