Navigation – Plan du site

Cédric Passard, L’âge d’or du pamphlet

Michaël Fortier
L'âge d'or du pamphlet (1868-1898)
Cédric Passard, L'âge d'or du pamphlet (1868-1898), Paris, CNRS, 2015, 357 p., ISBN : 9782271083210.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les auteurs de La Civilisation du journal ont d’ailleurs consacré plusieurs pages à la polémique et (...)
  • 2 Angenot Marc, La parole pamphlétaire : contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Fa (...)

1Les études dix-neuviémistes, dans leur engouement actuel pour la presse et les médias, n’ont pas négligé l’ampleur du phénomène pamphlétaire1. Pour autant, la production de pamphlets au xixe siècle n’a pas donné lieu à une étude d’ensemble depuis la publication de La Parole pamphlétaire2 par Marc Angenot en 1982. Cédric Passard vient combler ici une importante lacune.

  • 3 Passard Cédric, Les pamphlétaires et la politique : contribution à une étude socio-historique des p (...)
  • 4 L’auteur suit Jacques Lagroye dans sa définition du concept de politisation comme « production soci (...)

2Mais qu’on ne s’y méprenne pas : son étude ne s’inscrit ni dans le cadre de l’analyse du discours (comme celle d’Angenot), ni dans celui de l’histoire culturelle (même si elle y contribue). L’âge d’or du pamphlet. 1868-1898 est issu d’une thèse de doctorat en science politique3, et l’auteur s’intéresse aux pamphlétaires en tant qu’ils participent aux « processus de politisation4 » et constituent une « épreuve » (p. 12) à la mise en place d’une démocratie représentative et relativement pacifiée.

3Une épreuve ayant toutefois des répercussions positives. En effet, pour Passard, même s’ils paraissent incarner l’envers de l’idéal républicain, les pamphlétaires auraient été des acteurs importants de la transition vers la démocratie représentative : la « transgression par les mots a pu […] constituer un mode transitoire et paradoxal de la gestion des passions politiques qui aurait favorisé l’apprentissage social de la patience démocratique » (p. 12).

4Les pamphlets, dont la production abonde pendant les années de transition démocratique qui vont de l’écroulement du Second Empire à l’Affaire Dreyfus en passant par l’épisode de la Commune (grosso modo de 1868 à 1898), auraient joué un rôle cathartique non négligeable, contribuant ainsi à substituer à la violence réelle des émeutes et de l’action collective une violence verbale et circonscrite à l’écrit. Par la suite, cette violence verbale se serait plus ou moins épuisée d’elle-même, par un effet de redondance, au fur et à mesure que s’enracinaient la démocratie élective et la civilité électorale.

5L’auteur défend cette thèse sur 300 pages divisées en trois parties de deux chapitres chacune. La première partie retrace l’émergence, puis la consécration de la figure du pamphlétaire avec Paul-Louis Courier dans un premier temps, et Henri Rochefort dans un second temps. L’auteur rappelle que si des écrivains d’Ancien Régime ou de l’Antiquité ont pu être rangés dans la catégorie des pamphlétaires, c’est de manière rétrospective ; car c’est bien au xixe siècle qu’apparaît la figure chevaleresque de ce professionnel de la transgression et du franc-parler, qui intervient dans le débat public avec sa plume et sa passion de justice, mais sans autre mandat que celui qu’il s’est donné à lui-même de dire la vérité quelles qu’en puissent être les conséquences.

6Ayant fait le point sur l’invention du pamphlétaire et la figure marquante de Rochefort (qui devient, en 1868, avec son journal La Lanterne, le héros de la campagne anti-impériale), l’auteur présente, au moyen de fiches illustrées, les douze principaux acteurs de la « nébuleuse » pamphlétaire : Henri Rochefort, Jules Vallès, Auguste Chirac, Édouard Drumont, Léon Bloy, Octave Mirbeau, Léo Taxil, Laurent Tailhade, Alfred Gérault-Richard, Georges Darien, Urbain Gohier et Zo d’Axa. Ces derniers, loin de faire groupe, s’opposent souvent les uns aux autres et ne sont pas tous pamphlétaires au même degré (plusieurs d’entre eux rejettent même l’étiquette) ; ils ont néanmoins en commun d’être perçus comme tels par le public. Le lecteur découvre, à travers eux, le monde du pamphlet, avec ses éditeurs, ses lieux de sociabilité, ses journaux.

7Ce monde, en tant qu’il se situe à l’intersection de différents champs (littéraire, journalistique, politique), fait des pamphlétaires des « agents privilégiés de politisation » (p. 114), autrement dit des intermédiaires entre le public et le pouvoir. La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à leur rôle d’intermédiaires ou de « “traducteurs” politiques » (p. 148) sous deux aspects : épistémologique et idéologique.

8Les pamphlétaires sont amenés, par leur rhétorique aussi bien que par leur position dans le champ politico-journalistique, à produire une connaissance, un cadre d’interprétation de la réalité politique qui leur est propre et dont le ressort principal est le dévoilement. Le monde politique est conçu comme un monde à part, gangrené par le mensonge et l’hypocrisie, que le pamphlétaire, éveilleur des consciences qui tire sa légitimité du fait qu’il n’appartient pas à ce monde-là, a beau jeu de dénoncer comme tel. L’épistémologie politique sous-jacente au discours pamphlétaire contribue par ailleurs à promouvoir, dans l’opinion publique, des manières d’interpréter l’univers politique fondées sur des modes de raisonnement ordinaires, populaires, et sur des affects tels que la colère, la peur (pensons à la figure du juif chez Drumont ou à celle du franc-maçon chez Taxil), ou le rire.

9Mais les pamphlétaires jouent aussi un rôle de premier plan dans la fabrication même de l’opinion publique et la diffusion de certaines idéologies. En plus de participer à la définition des clivages qui structurent la vie politique, certains d’entre eux réussissent à faire exister des problèmes politiques et à causer des scandales. Taxil parvient à faire de l’anticléricalisme une véritable force politique. L’antimilitariste Darien, auteur de Biribi, provoque un tapage qui force le ministre de la Guerre à prendre des mesures pour contrer les abus dans les bagnes militaires. Mais c’est Drumont qui connaît les plus grands succès. La publication de La France juive en 1886 impose durablement la « question juive » dans l’espace public, et le journal qu’il fonde en 1892, La libre parole, est à l’origine des deux plus grands scandales de la fin du xixe siècle : le scandale de Panama et l’Affaire Dreyfus. Ainsi, Cédric Passard montre clairement comment les pamphlétaires, en recherchant des « vérités » qui dérangent, « participent largement – par les cultures politiques dont ils se font les relais et par les scandales et les affaires qu’ils soulèvent – aux processus de mise en visibilité, de hiérarchisation et de définition de certaines préoccupations » (p. 193).

10La troisième et dernière partie du livre porte sur la violence pamphlétaire dans un contexte de pacification des rapports sociaux. L’auteur étudie le cas des rares pamphlétaires qui ont décidé de tirer parti de leur réputation pour faire le saut dans la politique « officielle ». Si ces derniers, lors des campagnes électorales, font valoir leur statut d’outsider et de perturbateur politique, ils ont bien du mal, une fois élus, à tenir leurs promesses et à poursuivre les combats qu’ils mènent pourtant avec grand bruit dans la presse. Non seulement la configuration de la Chambre des députés tend à les isoler, mais ils n’en maîtrisent pas toujours les ressorts (notamment en ce qui a trait à l’art oratoire). Rochefort, par exemple, est élu trois fois. En chambre, il n’intervient pas, ou à peine, et démissionne à deux reprises. Drumont et Gérault-Richard sont plus bruyants que leur confrère ; mais s’il leur arrive de se comporter en pamphlétaires à l’intérieur même de la Chambre, le potentiel subversif de leur action est neutralisé par le jeu de l’institution. Aussi demeurent-ils « largement impuissants à affecter durablement l’ordre parlementaire » (p. 237).

11Reste à savoir si les pamphlétaires peuvent troubler le jeu politique autrement que par la voie de la députation. Dans quelle mesure leur violence verbale se traduit-elle en actes, invite-t-elle à l’action collective ? Dans les cas – rarissimes – où des textes pamphlétaires sont liés à des actes criminels, les auteurs adoptent une attitude très ambiguë vis-à-vis de la violence réelle. S’ils l’encouragent par les mots, ils refusent absolument d’en assumer la responsabilité. Mais cette violence, nous l’avons dit, est rarissime, et les pamphlets demeurent presque toujours sans effet. Selon Passard, le décalage entre leur apparente violence et leur relative innocuité s’expliquerait par le fait qu’ils mettent en place des rituels de contestation dans lesquels le contrôle de la violence passe par l’expression verbale de l’agressivité. La production pamphlétaire des décennies au cours desquelles s’est installé le nouveau régime démocratique aurait donc agi « comme une soupape de décompression politique permettant, dans un contexte où les affrontements physiques étaient réfrénés, de décharger l’espace social de certaines de ses tensions » (p. 286-287).

12L’ouvrage, riche d’illustrations qui nous plongent dans l’univers du xixe siècle, se lit aisément. Mais il n’est pas exempt de défauts. Le cadre de réflexion politique mobilisé par Passard le conduit presque toujours à privilégier certains pamphlétaires, nommément Rochefort et Drumont, au détriment des autres. Si ces deux-là peuvent, grâce au succès qu’ils connaissent, jouer un rôle de « médiateurs » (p. 114), de « traducteurs » (p. 148) ou d’« intercesseurs » (p. 290) entre le peuple et le pouvoir, il n’en va pas de même pour des écrivains marginaux tels que Bloy, Tailhade, Darien et le Mirbeau des Grimaces (1883-1884), qui s’adressent à un public éduqué et très restreint. On soulignera également l’absence de Louis Veuillot, pourtant l’un des plus importants pamphlétaires de son époque ; cette absence est d’autant plus étonnante que l’auteur consacre des pages entières à des pamphlétaires de bien moindre envergure comme Auguste Chirac, Urbain Gohier et Zo d’Axa.

13Enfin, il est regrettable que ce bel ouvrage soit entaché de plusieurs coquilles, qu’une relecture attentive aurait permis d’éviter. Qu’à cela ne tienne, le livre que signe ici Cédric Passard s’impose d’ores et déjà comme une référence incontournable sur le pamphlet et les pamphlétaires au xixe siècle, et sans doute aussi comme l’exemple d’une approche pluridisciplinaire fructueuse.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs de La Civilisation du journal ont d’ailleurs consacré plusieurs pages à la polémique et à quelques-uns des principaux pamphlétaires (notamment Henri Rochefort, Léon Bloy et Octave Mirbeau). Voir Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain, La Civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011.

2 Angenot Marc, La parole pamphlétaire : contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Fayard, 1982.

3 Passard Cédric, Les pamphlétaires et la politique : contribution à une étude socio-historique des processus de politisation (1868-1898), thèse de doctorat en science politique, Université Lille 2, 2013.

4 L’auteur suit Jacques Lagroye dans sa définition du concept de politisation comme « production sociale de la politique, de ses enjeux, de ses règles et représentations » (p. 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Fortier, « Cédric Passard, L’âge d’or du pamphlet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/19795

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page