Skip to navigation – Site map

Julian Mischi, Le bourg et l’atelier. Sociologie d’un combat syndical

Corinne Delmas
Le bourg et l'atelier
Julian Mischi, Le bourg et l'atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Éditions Agone, series: « L'ordre des choses », 2016, 400 p., ISBN : 978-2-7489-0231-0.
Top of page

Full text

1Issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, cet ouvrage interroge la résistance du mouvement syndical chez les ouvriers. À rebours d’un discours dominant sur la « fin de la classe ouvrière », l’auteur rappelle que ce groupe, s’il a décliné quantitativement, représente encore près de 23 % de la population française. Seulement, les ouvriers sont désormais moins syndiqués, connaissant des périodes longues de chômage, travaillant davantage dans des petites unités de production, dans le secteur des services, et résident pour la plupart dans les espaces ruraux et périurbains. Ils ne correspondent donc plus aux images de la classe ouvrière produites par les militants du siècle dernier. Si plusieurs facteurs sociaux et économiques ont fait éclater le sentiment d’homogénéité et de force politique de l’ancienne classe ouvrière, des engagements y perdurent pourtant. Le livre vise à expliciter leurs ressorts : « Pourquoi et comment des ouvriers continuent-ils à militer malgré la force des processus favorisant leur exclusion politique ? » (p. 8).

2L’auteur, centrant des ouvriers à statut où la syndicalisation reste élevée, mobilise les données d’une enquête menée, pendant cinq ans, sur le quotidien d’un atelier SNCF situé dans un petit bourg industriel. Les entretiens réalisés avec des cheminots militants cégétistes et l’observation de leurs actions syndicales permettent de pénétrer dans l’ordinaire de vies d’ouvriers résidant à la campagne et mettent en évidence les tentatives d’organisation collective face aux réorganisations managériales.

3Le premier chapitre analyse la forme des rapports hiérarchiques entre ouvriers et cadres dans l’atelier, rapports par lesquels l’engagement ouvrier cégétiste se bâtit. « L’engagement syndical se construit dans le quotidien des rapports de domination éprouvées au travail » (p. 89) et les clivages hiérarchiques sont centraux au sein d’une CGT traditionnellement forte à l’exécution. Le poids de la formation en interne et le passage des agents d’encadrement sur les postes d’exécution au début de leur carrière contribuent à pacifier les relations de travail et à forger un « esprit maison ». Les réformes néo-libérales de la SNCF ces dernières années remettent toutefois en cause ces logiques de pacification. La mobilité de cadres largement issus, désormais, du privé pour des missions de courte durée, ne favorise pas leur insertion locale et leur attachement personnel aux salariés. La multiplication des primes et des formules d’intéressement individualisés érodent, pour leur part, les solidarités ouvrières et syndicales. L’ambiance de travail se dégrade ; la sociabilité d’atelier est profondément affectée par la remise en cause d’une certaine autonomie des pratiques de travail. Ces changements managériaux ont reconfiguré les modalités de la conflictualité. Les mobilisations prennent une forme plus institutionnalisée tandis que, au quotidien, l’action syndicale est rendue plus difficile par des contraintes de temps et de mobilité.

4Un deuxième chapitre, ciblant les trajectoires qui conduisent à la SNCF et l’installation dans le bourg et ses environs propose, ce faisant, un déplacement : à rebours d’une sociologie du travail et d’études sur le syndicalisme centrées sur l’univers professionnel, il faut sortir de la scène du travail afin de ne pas isoler les cheminots de leur environnement, pour se donner les moyens de comprendre les ressorts de leur politisation et de leur syndicalisation. Ainsi, les stratégies matrimoniales et résidentielles ancrant les cheminots dans l’espace local, par contraste avec des cadres dirigeants de plus en plus mobiles, favorisent l’adhésion syndicale. Le passage par le privé sensibilise également aux problématiques syndicales. Les expériences vécues à l’extérieur de l’établissement peuvent nourrir des cheminements vers la CGT y compris parmi les « cheminots paysans », i.e. des agents issus d’un monde agricole dont l’auteur souligne la variété sociale alors qu’ils sont globalement perçus comme des « jaunes » rétifs à l’engagement syndical.

5Le troisième chapitre retrace les logiques de syndicalisation et les manières de militer au sein de la CGT. Les thématiques extra-professionnelles, d’ordre moral, peuvent orienter vers cette organisation syndicale dont les attentes se résument dans la formule récurrente « on n’est pas une amicales des pêcheurs à la ligne » ; l’engagement militant doit répondre à des orientations collectives et se faire au nom d’idéaux généraux. L’adhésion à la CGT se construit dans des expériences de travail antérieures, beaucoup de cheminots étant passés par d’autres entreprises où ils ont connu des statuts précaires et des conditions de travail difficiles ayant nourri un sentiment d’injustice sociale et de défiance à l’égard de l’autorité patronale. Ce sentiment peut trouver un débouché syndical lorsqu’ils entrent à la SNCF. Un durcissement des relations de travail (grèves, manifestations) peut également conduire des agents à se rapprocher du syndicat. L’auteur pointe à cet égard le renouvellement régulier des équipes militantes qui explique en partie l’absence de perception des jeunes salariés comme des « carriéristes » par les anciens du syndicat qui, surtout, estiment que la situation est devenue plus difficile pour les nouveaux syndiqués. Le chapitre permet, enfin, d’évoquer une évolution majeure : le retranchement des pratiques syndicales dans l’enceinte de l’entreprise, l’engagement syndical s’appuyant de moins en moins à une sociabilité structurée à l’échelon local en raison notamment d’une fragilisation des organisations du mouvement ouvrier.

6Le quatrième chapitre oriente le regard sur l’ambivalence de position des responsables du syndicat. S’il leur permet de réaliser leur travail militant face à la direction de l’établissement, les mandats sont une source de distance avec leurs collègues lorsqu’ils cumulent et deviennent permanents. On touche ici à la question de la délégation militante dont l’auteur analyse les multiples tensions ; il faut faire face aux salariés qui demandent des comptes, assumer l’absence sur le lieu de travail, affronter la stigmatisation des « planqués ». D’autant plus que, si la promotion syndicale peut favoriser une sortie de la condition ouvrière, celle-ci est partielle, ces dirigeants restant inscrits dans la vie ouvrière locale par leurs réseaux amicaux et familiaux. C’est l’acquisition d’un savoir-faire militant qui justifie en partie la coupure relative avec les réalités du travail. Loin d’aller de soi, cette acquisition « se gagne au prix d’un retournement d’une domination subie dans le système scolaire puis professionnel » (p. 253). Les ouvriers, en devenant permanents, acquièrent en quelque sorte un nouveau « métier » dont les opérations de travail sont plus intellectuelles et proches des fonctions d’encadrement. La sortie, pour ces responsables, peut se faire au sein de la fédération SNCF mais aussi dans le domaine interprofessionnel, vers les structures territoriales de la CGT.

7Militer dans le syndical permet aux cheminots d’acquérir des ressources utilisables sur différentes scènes, évoquées dans le dernier chapitre, où ils sont alors en rapport avec d’autres groupes sociaux. Ils peuvent ainsi transposer leurs dispositions à l’engagement collectif et au jugement politique dans les univers associatifs et militants. « Le militantisme syndical procure des ressources convertibles hors de l’entreprise. Il peut favoriser une confiance en soi pour des membres des classes populaires dans leurs rapports aux autres univers sociaux tout en incitant à s’engager au nom de valeurs collectives y compris en ce qui concerne le hors-travail » (p. 303). Si leur engagement les rapproche à cet égard d’intellectuels de métiers avec lesquels ils peuvent militer, les relations entre les deux groupes restent marquées par une forte différenciation, sociale et en termes de rapport au syndicat, ce qui laisse entrevoir de multiples freins à la convergence des luttes au sein d’une CGT relativement fragmentée entre branches professionnelles. L’engagement peut être également politique ; bénéficiant d’une stabilité professionnelle, les cheminots sont très présents dans les municipalités de la zone étudiée. Le ressort à l’engagement ouvrier que constitue l’action syndicale opère particulièrement « dans les espaces ruraux où la concurrence pour l’accès au pouvoir local se déroule sur une scène politique peu différenciée des réseaux de sociabilité » (p. 354). La montée en force d’une technocratie municipale et intercommunale, la professionnalisation du métier politique, la valorisation des « compétences » nécessaires à la gestion publique locale, contribuent toutefois à une mise à distance croissante, à l’égard du pouvoir politique, des classes populaires malgré leur poids dans la population des communes rurales.

8L’ouvrage propose une plongée passionnante dans le quotidien de syndicalistes d’un atelier et illustre son propos par de nombreux portraits et extraits d’entretiens. Analysant les reconfigurations contemporaines des clivages entre classes sociales, il montre que le militantisme en entreprise n’en a pas pour autant disparu et peut alimenter un engagement ouvrier de gauche. À cet égard, il bat en brèche les constats généraux sur la crise du syndicalisme tout en éclairant les renouvellements à l’œuvre ; le tarissement militant et les recompositions des filières d’entrée aux métiers d’exécution dans les services publics font émerger de nouveaux profils dans le monde syndical, avec notamment l’engagement de salariés sans antécédents familiaux. Le livre montre également que la professionnalisation du syndicalisme n’est pas antinomique avec une dimension politique du travail militant. Enfin, il propose des analyses fines des processus de politisation et révèle combien l’engagement prend sens au sein de sociabilités professionnelles et résidentielles trop souvent négligées par les organisations militantes dans leur ensemble, les partis politiques en particulier.

Top of page

References

Electronic reference

Corinne Delmas, « Julian Mischi, Le bourg et l’atelier. Sociologie d’un combat syndical », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 13 March 2016, connection on 19 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/20345

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page