Navigation – Plan du site

Yves Gingras et Johan Heilbron (dir.), « Espace des disciplines et pratiques interdisciplinaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2016

Pierre Verschueren
Espace des disciplines et pratiques interdisciplinaires
Yves Gingras, Johan Heilbron (dir.), « Espace des disciplines et pratiques interdisciplinaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2016, 214 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-129561-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Présentation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 1, 1975, p. 2-3.
  • 2 Voir le numéro spécial « Genèses par Genèses », en particulier Julien Boelaert, Nicolas Mariot, Éti (...)
  • 3 Ce que montre déjà l’ouvrage : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Qu’est-c (...)

1Par leur titre même, les Actes de la recherche en sciences sociales ont depuis leur fondation l’ambition de dépasser les distances disciplinaires : aux yeux de ceux qui, avec et autour de Pierre Bourdieu, entendaient construire « la » science sociale, de telles distinctions entre domaines du savoir relevaient surtout des « censures, des artifices et des perversions qu’engendre le souci de se conformer aux convenances et au bon ton du champ universitaire »1. Or ce projet, que nous pourrions appeler interdisciplinaire, s’il est un instrument efficace d’émancipation et de conquête de nouveaux espaces scientifiques face à des cadres disciplinaires naturalisés, rejoint le discours et les injonctions d’agents institutionnels, gestionnaires comme politiques, qui sont loin de placer l’autonomie des chercheurs au cœur de leurs préoccupations. Les Actes, comme d’autres revues au positionnement similaire2, se trouvent ainsi confrontés à la nécessité d’un retour réflexif sur leur projet, si elles veulent éviter son instrumentalisation – et ce qui, par une ruse de la raison bureaucratique, apparaît comme une naturalisation de l’interdisciplinarité elle-même. Plus largement, la question des relations qu’entretiennent et devraient entretenir les disciplines se pose à tous les praticiens des sciences, sociales ou non, tant ses conséquences sont grandes sur les pratiques effectives de recherche et d’enseignement, et donc sur les savoirs produits3.

2Ce numéro thématique dédié aux « espaces des disciplines et pratiques interdisciplinaires » constitue une contribution majeure à ce débat nécessaire : comme le souligne l’introduction de Johan Heilbron et Yves Gingras, « ayant subi une double délégitimation, et dans la politique scientifique et dans les études sur les sciences, les travaux sur l’espace des disciplines sont devenus relativement rares », laissant toute la place au « discours omniprésent et incantatoire sur l’interdisciplinarité » (p. 5). Pourtant, si les structures institutionnelles disciplinaires persistent depuis le XIXe siècle, c’est sans doute qu’elles ont une fonction. En outre, comment comprendre l’injonction et/ou la revendication d’interdisciplinarité sans comprendre ce qu’est une discipline ? Pour rompre avec les présupposés qui soutiennent ce discours omniprésent et (re)donner aux disciplines une place en accord avec leur utilité heuristique, les coordinateurs plaident ainsi pour une analyse de leurs transformations qui ne soit ni monographique, ni abstraite, ni légitimatrice mais relationnelle, empirique et à plusieurs échelles. Les sept textes réunis dans ce numéro visent à mettre en pratique ce projet, faisant varier les focales comme les méthodes.

  • 4 Sur 6 600 docteurs qualifiés par an en moyenne, 30 % ont obtenu plusieurs qualifications.
  • 5 Robert K. Merton, « The Matthew effect in science », Science, vol. 159, n° 3810, 1968, p. 56-63.

3Les deux premiers articles se placent sur une perspective macrosociologique, fondée sur des analyses statistiques fines. Yann Renisio, dans « L’origine sociale des disciplines », étudie ainsi les fortes correspondances entre les disciplines, les profils sociaux des étudiants et les jugements portés sur les disciplines, en partant d’une base de données comportant la section au baccalauréat, le sexe et un indicateur de l’origine sociale de chacun des étudiants inscrits dans les universités françaises entre 2007 et 2011. Mobilisant l’analyse en composantes principales normée et la classification ascendante hiérarchique, il défend l’hypothèse que les hiérarchies plus ou moins explicites entre domaines de connaissances, présentées sous la forme d’arguments d’ordre épistémologique ou pratique, font également écho à des jugements sociaux de classe. L’article que le même auteur signe avec Pablo Zamith, « Proximités épistémologiques et stratégies professionnelles », complète ce premier apport en se focalisant non plus sur les enseignés, mais sur les enseignants : il est fondé sur l’ensemble des qualifications aux fonctions de maître de conférence accordées entre 2005 et 2013. La possibilité pour les docteurs de demander leur qualification dans plusieurs sections offre en effet un moyen de saisir une certaine forme d’institutionnalisation de l’interdisciplinarité4, et de l’analyser par le biais de la social network analysis. Cette analyse permet de souligner le lien fort qui existe entre l’ouverture disciplinaire d’une section et les chances pour ses candidats d’accéder à un poste : tendanciellement, plus une section offre de chances d’obtenir un poste, plus il est rare que ses qualifiés obtiennent une qualification dans une autre section. Les logiques académiques et scientifiques sont ainsi intrinsèquement liées : la coqualification traduit des proximités épistémologiques tout autant que des stratégies d’insertion professionnelle. Les dispositions à l’interdisciplinarité constituent dès lors une ressource convertible sur le marché du travail universitaire : elles ont des conséquences directes sur l’employabilité des docteurs. Or, puisque ces dispositions sont le fruit de déterminants sociaux, renforcés par les milieux scolaires les plus sélectifs, l’injonction à l’interdisciplinarité joue donc comme un facteur renforçant ce que Robert K. Merton appelle l’« effet Mathieu »5 : ce sont les étudiants les mieux dotés qui s’adaptent le plus aisément aux contraintes fluctuantes du milieu académique.

4Les trois textes suivants développent des analyses éclairant les usages et les enjeux concrets des questions (inter)disciplinaires en mobilisant des études de cas. À partir d’un travail de terrain à l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), Julien Prud’homme et Yves Gingras analysent les intérêts que peuvent avoir les chercheurs à collaborer dans des projets interdisciplinaires. Ils soulignent que la collaboration intersectorielle est fréquemment justifiée par l’espoir qu’elle donne aux biologistes d’avoir accès à la décision politique, mais surtout que les agents impliqués s’accordent sur une revendication majeure : le desserrement des contraintes académiques à court terme, l’exploration interdisciplinaire étant par essence plus incertaine et plus lente que la pratique purement disciplinaire.

5L’article d’Anne Marcovitch et Terry Shinn, « Quelle disciplinarité pour la recherche à l’échelle nano ? », suggère l’apparition d’une « nouvelle disciplinarité » au travers d’une étude de terrain portant sur cinquante scientifiques de treize laboratoires, qui travaillent dans différentes sphères de la recherche à l’échelle nanométrique – physique, chimie, sciences de la vie. Dans ce nouveau cadre, si les scientifiques restent enracinés dans leur « discipline mère », ils cherchent à obtenir des informations, des matériaux, des compétences appartenant à d’autres disciplines : ce faisant, ils ne traversent pas la frontière de cette « discipline mère » mais ils circulent entre son cœur et sa périphérie, et empruntent de nouveaux types de trajectoires scientifiques.

6Ioana Popa opère quant à elle un double déplacement par rapport aux articles précédents : ce sont les sciences sociales qui sont ici étudiées, à partir des débuts de l’institutionnalisation des études sur les aires culturelles à l’École pratique des hautes études (EPHE) au milieu des années 1950, plus particulièrement du programme consacré à l’espace russe, soviétique et est-européen ; la perspective est tracée sur un temps plus long, et se fonde sur la consultation d’archives. Ce programme est particulièrement intéressant parce qu’il permet de dépasser le discours programmatique qui présente comme évidente l’association entre aires culturelles, en tant qu’objet, et interdisciplinarité, en tant qu’approche scientifique et organisationnelle : ce que Popa met au jour, ce sont des recompositions disciplinaires concrètes qui interviennent dans ce programme, selon plusieurs Le domaine de connaissance se disciplinarise, au travers de la création de l'agrégation de russe par exemple, tandis que l’interdisciplinarité se développe aussi, par la diversité institutionnelle des acteurs impliqués ; en outre, les frontières disciplinaires se trouvent aussi mises sous tension par la circulation des savoirs aussi bien à l’échelle internationale que vers d’autres espaces sociaux.

7Les deux derniers articles reviennent à une perspective plus macrosociologique, tout en se concentrant sur les sciences humaines et sociales. Odile Piriou décrit ainsi les transformations qui affectent les formations en sciences humaines et sociales, à partir de la production de diplômes universitaires entre 2005 et 2010, c’est-à-dire à la fois la délivrance de diplômes et la création de nouveaux titres. Elle montre la forte attractivité des disciplines les plus techniques, attractivité liée à la plus grande employabilité supposée qu’elles confèrent aux étudiants. La sensibilité des SHS à la technicisation des intitulés de diplômes dépend de déterminismes sociaux persistants : globalement, plus une discipline accueille des étudiants d’origine populaire, plus elle est sensible à la technicisation, dans une « logique sécuritaire » (p. 86) qui donne priorité à un accès rapide à l’emploi, même précaire. Pour rassurer les parents, l’université finit ainsi par reproduire les inégalités d’accès aux études longues qui existaient avant l’apparition de diplômes techniques comme la licence professionnelle, puisque ce sont toujours ces études longues qui conditionnent ensuite l’accès aux emplois durables et prestigieux – ce qui se traduit aussi par un affaiblissement de l’autonomie de disciplines comme la sociologie et la géographique, soumises à des logiques hétéronomes.

8L’article de Johan Heilbron et Anaïs Bokobza analyse une enquête bibliométrique portant sur les revues de SHS, réalisée par le CNRS en 2004, afin d’étudier la question de l’ouverture des domaines de recherche non pas en soi mais de manière relationnelle et relative :le degré d’ouverture et de fermeture de sept disciplines est mesuré par la proportion de références que font les articles de chaque revue à des revues d’autres disciplines ou pluridisciplinaires, et à des revues non francophones. Globalement, plus les revues sont citées, donc haut placées dans la hiérarchie, plus il s’agit de revues dont les articles citent dans leur discipline ; inversement, plus on descend dans cette hiérarchie, plus les revues citées n’appartiennent pas à la même discipline que la revue citante. Rien n’indique donc l’avènement d’un règne transdisciplinaire : la disciplinarité reste importante dans l’allocation du prestige, puisque c'est en étant disciplinaire qu’une revue parvient le mieux à être citée, donc reconnue. Cette corrélation entre disciplinarité et centralité varie cependant considérablement selon les disciplines : les revues de droit, d’économie-gestion et de philosophie apparaissent relativement plus fermées et plus hiérarchisées que la sociologie, l’anthropologie et la science politique ; quant à l’histoire, elle se situe entre ces deux pôles. Pour ce qui est de l’ouverture internationale, l’article souligne qu’il s’agit surtout d’une ouverture bi-nationale : la quasi-totalité des sources citées sont des publications produites en France ou aux États-Unis.

9Il serait vain de chercher à porter une critique d’ensemble sur ce numéro, tant les angles d’attaque et les focales sont diverses, tout comme il serait vain de pointer tel ou tel manque, tant le sujet est riche, essentiel et encore peu exploré. Au milieu des cent perspectives de recherche futures qui s’épanouissent à la lecture, un seul regret, peut-être, qui n’est pas un reproche cependant : qu’un volume intitulé « espace des disciplines et pratiques interdisciplinaires » ne réunisse que des sociologues.

Haut de page

Notes

1 « Présentation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 1, 1975, p. 2-3.

2 Voir le numéro spécial « Genèses par Genèses », en particulier Julien Boelaert, Nicolas Mariot, Étienne Ollion et Julie Pagis, « Les aléas de l’interdisciplinarité. Genèses et l’espace des sciences sociales françaises (1990-2014) », Genèses, n° 100-101, 2015, p. 20-49 ; compte rendu de Lionel Francou et Quentin Verreycken pour Lectures : https://lectures.revues.org/20072.

3 Ce que montre déjà l’ouvrage : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006.

4 Sur 6 600 docteurs qualifiés par an en moyenne, 30 % ont obtenu plusieurs qualifications.

5 Robert K. Merton, « The Matthew effect in science », Science, vol. 159, n° 3810, 1968, p. 56-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Verschueren, « Yves Gingras et Johan Heilbron (dir.), « Espace des disciplines et pratiques interdisciplinaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20346

Haut de page

Rédacteur

Pierre Verschueren

Doctorant en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page