Navigation – Plan du site

Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille 1500-1790. Une réalité urbaine restituée

François-Ronan Dubois
Le quartier du port de Marseille (1500-1790)
Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille (1500-1790). Une réalité urbaine restituée, Presses universitaires de Provence, coll. « Archéologies méditerranéennes », 2016, 222 p., Préfacier : Régis Bertrand, ISBN : 9791032000304.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années à présent, la connaissance des milieux urbains de l’époque moderne, qui s’était longtemps fondée sur une étude quasi exclusive des sources iconographiques et textuelles, profite de l’apport des recherches archéologiques qui mettent en contexte des descriptions et des représentations dont la fiabilité est parfois douteuse. C’est au sein de ce courant et dans la collection d’Archéologies Méditerranéennes, une initiative récente et précieuse des Presses Universitaires de Provence, que le présent ouvrage de Colette Castrucci s’inscrit. Il importe de souligner d’emblée la complexité d’un travail archéologique qui ne peut se fonder a priori sur une documentation abondante : en effet, le quartier concerné par l’étude, celui du Corps de Ville, c’est-à-dire du port de Marseille, a disparu, pour ce qui était en tout cas de sa configuration à l’époque moderne, dans la destruction de la ville en 1943. Sauf quelques bâtiments remarquables et, somme toute, exceptionnels au regard du tout-venant du bâti à l’époque moderne, l’archéologue doit tout exhumer et ces exhumations sont parfois impossibles ou très parcellaires. C’est alors qu’interviennent, dans le travail de Colette Castrucci, les sources écrites, principalement notariales, en l’espèce des rapports de future cautèle et des prix-faits. Les rapports de future cautèle, dont l’usage ne parait pas être attesté ailleurs qu’à Marseille, sont des évaluations détaillées de biens immobiliers par deux experts avant un achat. Les prix-faits sont, pour leur part, des contrats qui lient les artisans à des commanditaires et qui sont passés avant la mise en travaux d’un bien, qu’il s’agisse de réparations mineures ou de reconstructions complètes. À ces sources à la fois techniques, juridiques et commerciales, Colette Castrucci joint les enseignements tirés de quatre chantiers de fouille, réalisés, sur les places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon, dans le cadre des travaux de l’Association pour les familles archéologiques nationales et de l’Institut National de la Recherche Archéologique Préventive, entre 1992 et 2004. Le présent ouvrage est un bilan en trois parties de la confrontation entre l’étude de ces sources et celle de ce terrain. Il est accompagné d’un cahier de quatre-vingt-dix-huit illustrations, qui comporte des photographies de fouille, des représentations picturales du Marseille de l’époque moderne ainsi que des plans et des cartes.

2La première partie (« Le Corps de Ville, symbole de la ‘bonne ville’ de Marseille ? », p. 17-56) s’attache à cerner la spécificité du quartier dans la géographie marseillaise de l’époque moderne. Dans les trois siècles que couvre l’étude, la place du Corps de Ville n’a pas sensiblement changé : tout au contraire, on peut dire que s’est affirmée peu à peu une réalité urbaine, celle d’un lieu de pouvoir qui réunit les fonctions importantes de la ville, à travers sa paroisse, l’église Notre-Dame des Accoules, son Hôpital du Saint-Esprit, ses deux marchés importants, le Petit Mazeau et la Poissonnerie, et ses lieux de pouvoirs que sont l’Hôtel de Ville, la Loge, le Palais de Justice et la Maison du Roi. Habiter au Corps de Ville, c’est être au centre de la géographie marseillaise, dans un sens tout aussi symbolique que concret : une reconnaissance sociale est attendue de l’édification de certaines constructions. La municipalité elle-même, comme les résidents privés, est consciente de l’intérêt de mettre en scène son pouvoir à l’intérieur de cet espace privilégié et, au fil des décennies, elle tend à organiser ce qui est d’abord un tissu urbain confus, mal identifié et mal ordonné : certaines rues sont alignées, certaines places sont dégagées et une réglementation tente de s’imposer. Cette mise en ordre du bâti, qui est aussi une représentation du pouvoir, est d’ailleurs l’objet d’une lutte d’influence entre l’autorité royale et les échevins de la ville. Cependant, et l’auteure y insiste, il ne faut pas exagérer l’efficacité des mesures qui sont prises par l’une et l’autre instance pour modeler le Corps de Ville : si les projets d’agrandissement et d’alignement sont parfois des succès, les législations sont inégalement respectées et la toponymie urbaine reste, elle, fluctuante. En réalité, pendant longtemps cohabitent dans le Corps des Villes, avec des volontés de modernisation, des bâtis — et des manières de bâtir comme d’aménager — hérités de l’époque médiévale.

3La deuxième partie de l’ouvrage (« Quand les manières d’habiter disent les manières de vivre », p. 57-100) explore les enseignements que l’on peut tirer de l’étude archéologique de ces réalités urbaines. Colette Castrucci y propose deux descriptions détaillées de l’habitat marseillais au sein du Corps de Ville, l’une pour les premières décennies du XVIIe siècle et l’autre pour sa seconde moitié. Dans un premier temps, l’immeuble marseillais caractéristique parait être une maison de deux étages au plus où chaque étage est une salle unique et qui accueille, en général, une famille étendue. Si la maison est petite, les pièces sont donc spacieuses mais, dans l’ensemble, l’espace habitable est réduit, d’autant plus que le Corps de Ville, par définition, n’offre pas de terrain constructible. Les habitants les plus fortunés peuvent pallier ces difficultés en réunissant plusieurs immeubles mais, la plupart du temps, c’est vers une utilisation plus rationnelle de l’espace disponible, et particulièrement de celui qui sépare les différents étages, que les habitants doivent se tourner. Dans un second en temps en revanche, alors que le modèle de la famille élargie tend à céder la place à celui de la famille nucléaire, les immeubles, eux, tendent à se fractionner pour se décomposer en appartements distincts où cohabitent plusieurs familles. Ces transformations s’accompagnent du développement de l’immeuble de rapport, c’est-à-dire du logement locatif, et le bâti s’améliore afin de proposer à la fois des espaces plus confortables — et donc attractifs — et de nouveaux espaces, notamment en aménageant les combles grâce à la nouvelle étanchéité des toits. Ces améliorations tendent à individualiser les étages : les lieux d’aisance se multiplient parfois mais c’est surtout l’apparition d’une cuisine à chaque étage, plutôt que d’une cuisine unique, qui marque l’avénement de l’immeuble d’appartements. En somme, mutations démographiques et sociales d’un côté et progrès techniques et architecturaux de l’autre sont étroitement liés.

4La troisième et dernière partie (« La construction privée marseillaise à l’époque moderne », p. 101-152) s’intéresse à la mise en œuvre de ces constructions. Elle témoigne des difficultés que rencontre l’archéologue lorsque celui-ci ou celle-ci se trouve confronté à des sources textuelles qui ne détaillent pas toujours les techniques qu’elles évoquent : sur certains matériaux comme sur certaines manières de faire, la recherche se trouve réduite à des spéculations. Au moins peut-on dire que dans le Marseille de l’époque moderne, la pierre domine, parce qu’elle est plus facilement accessible que le bois, que l’on fait souvent venir du Dauphiné. Le transport de l’un et l’autre matériaux reste coûteux cependant et l’usage semble être à la réutilisation courante des matériaux de démolition. Il existe donc deux circuits commerciaux qui s’entrecroisent, celui des matériaux neufs et celui des matériaux de récupération, et le second est bien entendu plus difficile à cartographier que le premier. La difficulté s’accroît quand l’on considère que tous les acteurs d’une entreprise de rénovation ou de construction peuvent être amenés à fournir ou acheminer des matériaux, les commanditaires aussi bien que les artisans. En tout cas, il est net que trois parties de la construction font l’objet d’une attention particulière : les façades les plus exposées au regard des passants, qui sont l’occasion pour le propriétaire de manifester sa puissance économique et sociale et sont donc plus soigneusement traitées que les façades qui donnent sur les cours intérieures, les caves, que l’on creuse et que l’on aménage de plus en plus fréquemment à mesure que progresse la période, en particulier quand le rez-de-chaussée est occupé par une boutique, et enfin les charpentes et les toitures, dont nous avons dit qu’il s’agissait de les rendre plus étanches afin d’offrir sous les combles un nouvel espace à vivre.

5Ces trois parties démontrent assurément l’intérêt d’une démarche archéologique pour la compréhension du fait urbain à l’époque moderne. Comme le souligne la conclusion de Colette Castrucci, des modifications complexes s’opèrent en même temps à cette époque, qui est celle de la transition entre un modèle médiéval et un modèle contemporain, tant du point de vue urbanistique qu’architectural et économique que social. La place du Corps de Ville dans cette transition est quelque peu ambiguë cependant : alors même que des projets d’agrandissement tendent à organiser de plus en plus rationnellement l’espace urbain, le Corps de Ville, qui est pourtant le centre d’un pouvoir religieux, commercial et administratif, parait laissé pour compte, tant et si bien qu’au XIXe siècle, les visiteurs qui en rendent le témoignage décrivent sa pauvreté et son insalubrité. C’est donc avec beaucoup de prudence que l’auteure procède à la description des processus à l’œuvre à l’époque moderne, pour se garder de simplifier une réalité complexe.

6L’esprit de nuance et la méticulosité qui caractérisent l’ouvrage de Colette Castrucci en rendront peut-être la lecture aride à celles et ceux qui y seraient attirés par la seule curiosité historique. Assurément cependant, du point de vue de la méthode autant que de celui des conclusions, il fournira une lecture stimulante pour qui cherche à comprendre concrètement le fait urbain à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille 1500-1790. Une réalité urbaine restituée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 avril 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20683

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Professeur de sciences humaines à l’École nationale d’Ingénieurs de Brest, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française à l’université de Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page