Navigation – Plan du site

Léa Lima, Pauvres jeunes. Enquête au cœur de la politique sociale de la jeunesse

Charlotte Sacksick
Pauvres jeunes
Léa Lima, Pauvres jeunes. Enquête au coeur de la politique sociale de jeunesse, Nîmes, Éditions Champ social, coll. « Questions de société », 2016, 164 p., ISBN : 978-2-35371-921-1.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Léa Lima sur les politiques sociales de jeunesse apporte des éclairages opportuns sur la question actuellement débattue de la protection sociale à apporter aux jeunes les plus en difficulté. Récemment, les pouvoirs publics ont conçu le Compte Personnel d’Activité (CPA), dispositif qui devrait voir le jour au 1er Janvier 2017 et qui ouvrirait des droits à la formation pour les jeunes non-diplômés au chômage afin de sécuriser les parcours professionnels. Par ailleurs, le débat sur la nécessité d’étendre l’accès au RSA aux jeunes les plus précaires a été relancé par des politiques et représentants associatifs inquiets devant la recrudescence de situations de difficulté rencontrées par de nombreux jeunes.

2L’approche sociologique de l’auteure qui consiste à observer puis analyser la mise en œuvre concrète de la solidarité publique à l’égard des jeunes par les professionnels de l’insertion (conseillers missions locales, membres du conseil général) dans un fonds d’aide aux jeunes (FAJ) montre que l’accès à l’aide sociale est fortement tributaire du fonctionnement des dispositifs et des pratiques de ses acteurs clés. Alors que la création de nouveaux droits est présentée dans les discours politiques comme la solution idéale pour résoudre les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes non qualifiés sur le marché du travail, l’enquête de Léa Lima, par les principaux résultats dégagés, apporte de précieux éléments pour réfléchir à la réelle portée de ces mesures du fait de leur inscription dans un système de fonctionnement basé sur un régime dérogatoire à la réglementation.

  • 1 Ce paradoxe du fonctionnement des politiques sociales a été relevé par Philippe Warin. Warin P, L’a (...)
  • 2 Trois formes de non-recours ont été établies par l’Observatoire des non-recours aux droits et servi (...)

3Les analyses de l’auteure s’inscrivent dans le courant scientifique actuel de sociologie des politiques d’insertion en interrogeant, dans le contexte spécifique de l’aide aux jeunes, le paradoxe des politiques sociales qui tendent à exclure des aides ceux qui en auraient le plus besoin1. Les résultats de l’enquête apportent également de nouveaux éléments à la problématique du non-recours aux droits et services2 en ajoutant une nouvelle forme de non-recours : le non-recours par éviction.

4L’enquête de terrain se déroule dans deux commissions FAJ chargées d’étudier les demandes d’aide déposées au préalable par les jeunes auprès des conseillers mission locale. Les questionnements de départ de l’auteure consistent à se demander comment se construisent les normes sociales de l’aide aux jeunes dans un contexte où celle-ci est désormais décentralisée et réalisée au cas par cas, dossier par dossier et à partir de très peu de règles de départ ? Le caractère discrétionnaire du fonctionnement de l’aide soumise au bon vouloir des conseillers peut-il conduire à exclure certains publics des dispositifs ?

  • 3 Nicolas Duvoux a bien montré que l’injonction à un comportement autonome faite à des bénéficiaires (...)

5La thèse centrale de l’auteure est d’affirmer que ce sont les professionnels chargés d’évaluer la légitimité de la demande d’aide qui construisent, à partir de leurs jugements établis et confortés collectivement lors des commissions, les critères de la « bonne aide » et du « bon comportement » face à l’aide. Mais cette centralité de l’activité normative n’est pas sans poser question. En effet, comme l’ont montré d’autres enquêtes dans le champ des politiques d’insertion, l’utilisation du critère comportemental pour juger de l’accès aux droits conduit à des décalages entre les attentes des professionnels et les possibilités des individus les plus socialement défavorisés3.

6Toute l’originalité de la démarche et de la méthode choisie par Léa Lima réside dans son approche théorique inspirée de la sociologie de Pierre Bourdieu qui permet d’établir des liens entre le positionnement des professionnels dans un champ, leur trajectoire sociale et professionnelle et les caractéristiques des jugements effectués sur chaque demande d’aide.

7L’ouvrage se décompose en deux parties. Dans une première partie introductive, de nature historique, l’auteure s’attache à décrire les différentes étapes de la construction de la catégorie « jeunes ».

8Dans les deux premiers chapitres, elle retrace l’histoire du droit à l’assistance pour les jeunes et les différentes étapes de la construction d’une catégorie spécifique de l’aide à partir de l’âge. Deux périodes sont identifiées. Dans une première grande période, le droit à l’aide est conditionné à la poursuite des études, l’objectif de qualification étant alors conçus comme un investissement pour le pays. Mais dès cette période, apparaît une crainte de la démobilisation face au travail. L’autre période importante commence en 1988 avec l’exclusion des jeunes du droit au RMI, et la naissance des politiques d’activation qui s’accompagnent de la création de nombreux dispositifs d’insertion vers l’emploi. C’est dans cette période qu’apparaissent les FAJ issus du projet de 1989 de lutte contre l’exclusion.

9Après cette mise en perspective historique, l’auteure présente son enquête sur le fonctionnement des FAJ et le rôle des conseillers missions locales. Elle rappelle en premier lieu la centralité de l’activité d’accompagnement pour les conseillers mission locale, constitutive de leur identité professionnelle, ce qui permet d’expliquer ensuite leur rôle spécifique au sein du FAJ. Pour ces professionnels, l’accompagnement vers l’emploi suppose la prescription de mesures adaptées et ne peut se réduire à l’instruction simple des dossiers déposés. De ce besoin identitaire des conseillers découle un besoin de disqualifier la demande des jeunes par une activité de tri des dossiers présentables en commission. Léa Lima décrit et analyse le fonctionnement de deux commissions FAJ (la A et la B) qui diffèrent selon la composition de ses membres. Alors que la commission FAJ A est constituée d’une plus grande diversité de professionnels du champ de l’insertion (conseillers, mais également directeurs de missions locales, éducateurs…), la commission FAJ B est majoritairement composée de conseillers et de professionnels du social aux profils similaires, qu’il s’agisse de la trajectoire dans l’emploi ou de l’origine sociale. L’analyse des motifs d’acceptation ou de refus des demandes montre que le FAJ B tend à émettre plus de refus que le FAJ A quand il s’agit des demandes des catégories sociales les plus défavorisées car les critères utilisés pour juger de la pertinence de l’aide (employabilité et soutenabilité financière du projet sur le long terme) pénalisent ces dernières.

10Dans les débats sur la légitimité ou non de l’aide, il apparaît que les jugements émis lors des délibérations sont fortement emprunts de savoirs sociaux implicites, et constituent des « jugements de classe » issus de la propre situation sociale des évaluateurs.

11D’autre part, l’auteure met en évidence à travers le fonctionnement des FAJ, une activité normative portée par les conseillers mission locale destinée à faire du non-recours le comportement à adopter face à l’assistance. Plusieurs facteurs participent à la construction de cette norme par les conseillers.

12En premier lieu, les conseillers ont besoin, pour faire reconnaître leur identité professionnelle et leur expertise auprès des autres membres du FAJ, de discréditer la demande d’aide, car cela leur permet d’apporter des justifications argumentées prouvant leurs compétences. Mais cette disqualification de la demande repose également sur la mise en doute par les conseillers du comportement véritablement actif de recherche d’emploi de la part de certains jeunes. Le recours à l’assistance est ainsi interprété comme un comportement spontanément déviant, qu’il faudrait modifier par l’inculcation d’un nouveau comportement. Ce point de vue n’est pas partagé par les présidents des comités qui prennent une distance par rapport aux aspects moraux des jugements supposés peu professionnels des conseillers. Enfin, à travers cette activité normative, l’objectif est de faire prendre conscience aux demandeurs du caractère incertain de l’aide, de sa non-automaticité, et ce afin de leur permettre de se construire un « ethos de citoyen ».

13L’auteure interroge également (chapitre 6) les catégories propres au secteur de la solidarité publique face à la jeunesse mobilisées lors des commissions afin d’appréhender les trajectoires de jeunes. L’auteure propose de classer les parcours en trois types. Le parcours « d’intégration » reposant sur la figure de l’individu « entrepreneur de lui-même » et responsable, le parcours « d’employabilité » qui donne lieu à interprétation sur ce que sont les normes de recrutement dans un secteur donné, et enfin le parcours selon la « norme de suivi » évalué à partir de l’implication du jeune dans l’accompagnement.

14Au final, l’ouvrage de Léa Lima sur l’assistance à la jeunesse précaire interroge la pertinence d’une solidarité fondée sur la catégorie d’âge, car comme on le voit à travers l’enquête, son fonctionnement au cas par cas tend à exclure des aides les plus socialement défavorisés. D’autre part, l’enquête questionne la fonction des conseillers missions locale car leurs jugements conduisent à des opérations de tri des dossiers sur des critères subjectifs du fait de leur mode de socialisation. Par ailleurs, le caractère discrétionnaire de l’aide contribue à rendre incertaine l’application de la solidarité ce qui peut avoir des effets délétères pour ceux qui bénéficient déjà le moins de points d’appuis et de ressources alors qu’ils ont tout à construire. Enfin, la catégorisation par l’âge va de pair dans le modèle familialiste français avec une importance centrale donnée à la solidarité familiale, ce qui peut engendrer des inégalités de classe, mais également des inégalités de genre.

Haut de page

Notes

1 Ce paradoxe du fonctionnement des politiques sociales a été relevé par Philippe Warin. Warin P, L’accès aux droits sociaux, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006.

2 Trois formes de non-recours ont été établies par l’Observatoire des non-recours aux droits et services. Cf. Warin P., 2010. «  Qu’est-ce que le non-recours aux droits sociaux ? », La Vie des idées.fr.

3 Nicolas Duvoux a bien montré que l’injonction à un comportement autonome faite à des bénéficiaires de l’aide sociale par les professionnels n’était pas accessible aux individus les moins dotés en ressources et capitaux. Cf Duvoux N., L’autonomie des assistés, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Sacksick, « Léa Lima, Pauvres jeunes. Enquête au cœur de la politique sociale de la jeunesse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20854

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Sacksick

Doctorante au laboratoire Lise (Cnam-CNRS). Sa thèse porte sur les problématiques d’accès à la formation dans la perspective du genre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page