Navigation – Plan du site

Anne-Marie Sohn, La fabrique des garçons. L’éducation des garçons de 1820 à aujourd’hui

Delphine Moraldo
La fabrique des garçons
Anne-Marie Sohn, La fabrique des garçons. L'éducation des garçons de 1820 à aujourd'hui, Paris, Textuel, 2015, 160 p., ISBN : 978-2-84597-536-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment la traduction récente de l’ouvrage Masculinities de Raewyn Connell, originellement p (...)
  • 2 Anne-Marie Sohn, « Sois un Homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seui (...)
  • 3 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 20 (...)

1Dans les sciences humaines et sociales françaises, la masculinité a le vent en poupe. Ce champ d’investigation historique et sociologique, déjà bien développé dans les pays anglo-saxons, voit naitre en France depuis une dizaine d’année un intérêt croissant1. Anne-Marie Sohn, professeur d’histoire contemporaine à l’École normale supérieure de Lyon, est spécialiste de l’éducation et de la socialisation masculine. Quelques années après la parution de « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle2, La fabrique des garçons porte également sur la manière dont, cette fois-ci au cours des deux derniers siècles, s’opère l’apprentissage de la masculinité en France. Par son format et par les nombreuses illustrations qui le composent, ce deuxième ouvrage ne va pas sans faire penser aux trois tomes de L’histoire de la virilité récemment parus3. Cependant, contrairement à « Sois un homme ! », La Fabrique des garçons se veut moins ouvrage académique que recueil d’images. Le lecteur qui cherche une analyse historique poussée des processus d’apprentissage de la masculinité sera sans doute déçu, car tel n’est pas l’objectif de ce livre. L’iconographie y tient en effet une place prépondérante. Si chaque rubrique s’ouvre par une remise en contexte historique de quelques paragraphes, celle-ci est assez générale, dénuée de références à des travaux académiques (l’ouvrage ne comprend pas de bibliographie). C’est surtout l’abondance et la qualité des illustrations, puisées dans des fonds privés ou publics, ainsi que dans les archives personnelles de l’auteure, qui font l’intérêt de La fabrique des garçons. Celles-ci sont très variées : photographies, couvertures de magazines ou de livres, publicités, gravures, dessins humoristiques et caricatures de presse, lettres, cartes de vœux, livres et cahiers d’écoliers… ; toutes permettent de « mesurer l’éventuel impact des représentations sur ces personnalités en devenir » que sont les jeunes garçons (p. 6). Elles viennent compléter, sur plusieurs pages, chacun des textes. Il en résulte un très bel ouvrage que l’on peut « lire » et, surtout, « regarder ». On regrette cependant que les diverses images ne soient pas datées, même de manière approximative. La périodicité choisie étant relativement large (une soixantaine d’années pour chacune des périodes étudiées), il est parfois difficile de savoir à quelle époque exacte appartient l’image qui illustre le texte.

  • 4 Sur la notion de masculinité hégémonique, voir Connell, op.cit.

2L’ouvrage s’ouvre par une introduction, le texte le plus fourni du recueil, qui revient sur l’idée de « fabrique des garçons ». Anne-Marie Sohn y explique à la fois l’intérêt d’un tel champ d’investigation, la nécessité de « déconstruire les évidences » d’une nature masculine (p. 6), et la difficulté à trouver des sources et des images permettant de retracer le processus de socialisation et d’apprentissage des rôles masculins. La masculinité, telle qu’elle l’envisage dans ce texte est surtout « virilité ». « Les jeunes hommes doivent s’aligner sur le comportement des adultes : boire de l’alcool, fumer, déambuler la nuit, fréquenter la maison des hommes que fut longtemps le cabaret » (p. 6). Malheur à celui qui transgresserait les règles de la masculinité virile et se « déviriliserait » (p. 7). Même si Anne-Marie Sohn évoque les ratés, les victimes et les dissidents d’un tel processus, ces derniers ne sont pas présents dans l’ouvrage, qui n’évoque pas les apprentissages alternatifs à celui de cette forme hégémonique de masculinité qu’est la virilité4. L’homosexualité, par exemple, n’est pas traitée (si ce n’est sous l’angle de la peur qu’elle inspire ou des relations sexuelles de substitution entre élèves des internats ou entre maitres et apprentis). L’auteure montre bien, en revanche, que les modèles de masculinité valorisés s’inscrivent dans des contextes historiques et sociaux : en fonction des époques et des milieux sociaux d’appartenance des garçons, les codes et leurs apprentissages diffèrent.

3La première perspective – l’évolution historique de la masculinité et de son apprentissage – constitue le fil directeur de l’ouvrage, dont les chapitres correspondent à de grandes périodes historiques : 1815-1879, temps d’une masculinité offensive ; 1880-1950, temps d’une masculinité patriotique ; 1950-2015, temps de la mixité. Pendant la première période (1815-1879), on assiste au passage d’une masculinité agressive, exubérante et violente, à une masculinité qui, notamment à la faveur de la loi Guizot sur l’école primaire, se pacifie et se civilise. Pendant la seconde (1880-1950), le mouvement de pacification de la masculinité, sous l’action conjuguée de l’école, de mouvements d’encadrement de la jeunesse religieux ou laïcs, et de l’universalisation du service militaire, se poursuit. Ce mouvement est celui analysé de manière détaillé dans l’ouvrage précédent d’Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle. La troisième période (1950-2015), enfin, est celle où le masculin, à la faveur de la mixité croissante de l’école, mais aussi d’une culture jeune de moins en moins sexuée, prend de plus en plus la forme du « neutre » et abandonne ses attributs virils passés. Il n’en reste pas moins que la nouvelle forme de masculinité valorisée (la « masculinité transnationale du business », p. 159) demeure dominatrice et pensée comme supérieure, par rapport au féminin, en particulier dans le monde du travail.

4La seconde perspective – la pluralité des masculinités en fonction des milieux sociaux d’appartenance – apparait dans l’alternance entre rubriques consacrées aux garçons des classes populaires et à celles consacrées aux élites. Peut-être parce que les sources relatives à ce thème sont plus rares, les images portant sur la socialisation sexuée des garçons de milieux populaires sont particulièrement intéressantes, qu’il s’agisse des jeunes artisans, paysans ou ouvriers au XIXe siècle (p. 36-39) ou au début du XXe siècle (p. 68). Les rubriques et les images consacrées aux garçons des classes favorisées sont cependant plus nombreuses.

5Pour chacune des trois grandes périodes étudiées, l’ouvrage revient sur l’action conjuguée des grandes institutions qui contribuent à l’apprentissage, ou à l’inculcation, des rôles masculins. Ces instances de socialisation concourent également, pour la plupart d’entre elles, à l’apprentissage des rôles féminins. Néanmoins, dans l’ouvrage, seul le versant masculin de leur action éducative est envisagé.

6L’école est sans doute celle dont l’action est le plus mise en avant, et ce d’autant plus que son rôle, par rapport à d’autres instances de socialisation masculine comme le travail précoce, augmente au fil du temps, au fur et à mesure que sont promulguées les lois interdisant le travail des enfants. L’école est aussi une institution dont l’action finit par l’emporter, au XIXe siècle, sur celles des instances religieuses de socialisation, même si l’Église, par le biais des Scouts (réservés aux classes favorisées) et des patronages (pour les milieux plus modestes), réaffirme son influence sur la jeunesse durant la première moitié du XXsiècle. L’éducation scolaire n’est cependant pas la même pour tous : garçons de milieux modestes et aisés ne vont pas dans les mêmes écoles. En outre, même en temps de mixité scolaire, filles et garçons demeurent longtemps soumis à des attentes scolaires différenciées.

7La famille est la deuxième institution d’apprentissage de la masculinité abordée par l’auteure. Par rapport à l’école, une place moins importante lui est faite dans l’ouvrage. L’auteure revient, à chaque période, sur la manière d’habiller les garçons. La socialisation alimentaire, moins abordée, l’est cependant au travers par exemple de la boisson du vin, considérée au XIXe siècle et encore au début du XXe siècle comme « tonifiante » pour les enfants (p. 50). Les loisirs enfantins peuvent également être rattachés à l’institution familiale. Jeux, jouets, livres et magazines constituent ainsi de puissants agents de socialisation sexuée. Là encore, tous les garçons n’ont pas accès aux mêmes jouets et aux mêmes livres, et il faut attendre les Trente Glorieuses pour voir s’ouvrir l’ère de « l’enfant consommateur » (p. 107).

8L’armée, via le service militaire, apparait comme une instance importante de fabrique de la masculinité, dont le déclin au fil du temps est rendu visible dans l’ouvrage. Il s’agit là, contrairement aux institutions décrites précédemment – l’École, l’Église, la famille – d’une institution uniquement masculine, fort marqueur de l’identité masculine jusqu’aux années 1950, affaiblie par la guerre d’Algérie (p. 142), jusqu’à sa suppression en 1997 (p. 147).

9De manière transversale à ces grandes institutions, d’autres lieux et pratiques de socialisation masculine sont analysés au fil de l’ouvrage. Les cafés, cabarets et bordels, lieux de compétition masculine et d’initiation sexuelle, en font partie, ainsi que le sport, longtemps une citadelle masculine. Là encore, à l’instar de l’armée, il s’agit d’instances de socialisation éminemment masculines, dont les femmes sont exclues et qui contribuent à forger l’homme viril tant sur le plan physique que moral.

10Reste à évoquer deux domaines également analysés dans l’ouvrage : le travail d’une part, dont Anne-Marie Sohn montre comment il demeure pendant longtemps un lieu fort de l’identité masculine, et l’accès à la citoyenneté et à la sphère politique de l’autre, également pendant longtemps une prérogative masculine.

11L’ouvrage se clôt par quelques pages consacrées à la période des débuts du XXIe siècle et par une réflexion intéressante sur la « masculinité des vaincus », à travers la question du devenir de la masculinité en temps de crise économique et de néolibéralisme (p. 154) et sur le retour de bandes exclusivement masculines de jeunes délinquants (p. 156 ; sur ce point, la question se pose de savoir s’il s’agit vraiment d’un retour ou bien simplement d’une continuité). Finalement, l’auteure conclut par une mise en perspective historique du mouvement de réduction de la spécificité et de la supériorité du masculin, rendue particulièrement visible à la fin de la troisième partie de l’ouvrage (intitulée justement « la fabrique des garçons entre mixité et masculin »), un mouvement inachevé et remis en question par l’émergence de nouvelles formes de masculinité parfois très traditionnelles et par la persistance d’une masculinité hégémonique en reconfiguration permanente.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment la traduction récente de l’ouvrage Masculinities de Raewyn Connell, originellement publié en 1995. Raewyn Connell, Masculinités, enjeux sociaux de l’hégémonie. Sous la direction de Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, Paris, Amsterdam, 2014 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/13753.

2 Anne-Marie Sohn, « Sois un Homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009.

3 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011.

4 Sur la notion de masculinité hégémonique, voir Connell, op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Anne-Marie Sohn, La fabrique des garçons. L’éducation des garçons de 1820 à aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21029

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page