Navigation – Plan du site

Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses

Victor Pereira
En finir avec les bidonvilles
Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2016, 464 p., ISBN : 9782859449285.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 José Vieira, Souvenirs d’un futur radieux, Zeugma films, 2014, 78 minutes.

1Dans son documentaire Souvenirs d’un futur radieux1, José Vieira entremêlait ses mémoires d’enfant habitant, à la fin des années 1960, dans un bidonville de Massy, et les images qu’il a filmées dans un campement rom, au même endroit, quarante ans plus tard. Lorsque le documentariste était jeune, l’avenir s’annonçait prometteur : l’homme peuplerait l’espace et le confort serait à la portée de tous. L’existence des logements insalubres dans lesquels vivent aujourd’hui les Roms témoigne de l’inanité de ces prévisions. Marie-Claude Blanc-Chaléard commence son ouvrage avec un parallèle semblable. Les bidonvilles resurgissent en région parisienne alors que les pouvoirs publics annonçaient leur éradication au milieu des années 1970. Cependant, cette résurgence n’est pas une simple répétition. Si les habitants des bidonvilles des Trente Glorieuses étaient majoritairement des immigrés, ils travaillaient et participaient à l’expansion économique que connaissait la France. De nos jours, les Roms sont exclus du marché du travail et en butte aux expulsions. Ils sont massivement construits comme « autres », comme « différents » alors que, dans son documentaire, José Vieira montrait que leurs aspirations et leurs conditions de vie rejoignent celles des milliers d’immigrés venus peupler les bidonvilles dans les années 1960-1970.

  • 2 Ces deux lois, ainsi que leur circulaire d’application et d’autres textes réglementaires, sont repr (...)

2Spécialiste de l’histoire de l’immigration, Marie-Claude Blanc-Chaléard a mobilisé de nombreux fonds d’archives et réalisé plusieurs entretiens pour « faire comprendre au lecteur comment l’immigration a pu devenir un problème urbain, identifié aujourd’hui au peuplement ségrégatif des ensembles HLM, désignés comme “logement social” » (p. 14). La démonstration de l’auteure suit une trame chronologique, de la construction du problème des bidonvilles à la fin des années 1950 à leur résorption quasi-complète au milieu des années 1970. Une utile chronologie, en annexes, permet d’ailleurs de suivre pas à pas les initiatives législatives et réglementaires, notamment la loi Debré, votée en 1964, et la loi Vivien, prolongeant la précédente, en 19702.

  • 3 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre sy (...)
  • 4 Bernard Lahire, L’invention de l’« illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates, Paris, (...)

3L’auteure commence par décrypter la construction du problème des bidonvilles. Comme l’ont démontré notamment Joseph Gusfield3 ou Bernard Lahire4, des phénomènes sociaux sont construits comme des problèmes publics lorsque différents acteurs, à l’influence et aux intérêts divers, réussissent à imposer leur manière de voir au sein de l’espace public et amènent l’État à intervenir pour corriger ce qui a été désigné comme nocif. Ainsi, si les logements insalubres (garnis, taudis, baraques en bois, etc.) proliféraient à Paris et en région parisienne depuis la fin du XIXe siècle et que les logements accessibles aux classes populaires faisaient largement défaut, l’État intervenait peu dans ce domaine, en dépit de l’action de quelques municipalités et de la loi Loucheur de 1928 sur le financement de la construction de logements. À la Libération, le logement ne compte pas parmi les priorités du gouvernement, qui privilégie la reconstruction de l’appareil productif. Si les bidonvilles de la région parisienne, dans lesquels s’entassent des Algériens (de nationalité française jusqu’en 1962), commencent à attirer l’attention des autorités françaises dans la seconde moitié des années 1950, c’est que cette population vivant aux portes de la capitale suscite l’inquiétude. Dans le contexte de la guerre d’Algérie, l’action du Front de libération nationale auprès des Algériens résidant en métropole est crainte : il s’agit alors de résorber les bidonvilles, ceux de Nanterre notamment, pour, dans la perspective de la guerre contre-révolutionnaire développée par une partie de l’armée française, « gagner les cœurs et les esprits » de ces populations mais surtout pour les surveiller. Le terme de « bidonvilles » est d’ailleurs une importation de la situation coloniale : les taudis dans lesquels vivaient des Français ou des étrangers (notamment des Espagnols, à Saint-Denis) n’étaient pas dénommés comme tels. La résorption des bidonvilles relève donc plus du domaine politique et policier que du domaine social. C’est le ministère de l’Intérieur qui orchestre cette action. Les « brigades Z », constituées par des policiers de la préfecture de police de Paris, quadrillent les bidonvilles, contrôlent les entrées et les sorties des habitants et détruisent les baraques.

4Les logiques policières et les cadres de pensée issus de la domination coloniale qui président aux politiques de résorption des bidonvilles peuplés par des Algériens ne disparaissent pas complètement après 1962. Aux yeux d’une grande part de l’administration, il s’agit de placer ces populations en foyers ou en cités de transit, transfert considéré comme un moyen de « civiliser » ces individus dont l’entassement dans les bidonvilles illustre l’arriération.

5À la fin des années 1950 et au début des années 1960, les bidonvilles se multiplient avec l’afflux d’une nouvelle population : les Portugais qui rentrent irrégulièrement en France et viennent s’employer dans les travaux les moins qualifiés et les moins prestigieux. Cependant, tout au long de l’ouvrage, Marie-Claude Blanc-Chaléard souligne le traitement différentiel de ces deux populations. Si les Algériens sont souvent perçus comme « inassimilables » et si leur présence en France est voulue comme transitoire – d’où des logements spécifiques comme les foyers ou les logements Sonacotra (Société nationale de construction de logements pour les travailleurs) –, les Portugais, eux, sont désirés par les autorités françaises qui les construisent comme une population utile du point de vue économique mais aussi démographique. Rapidement, une représentation s’impose au sein de l’élite gouvernementale et de la haute administration : la venue, même irrégulière, des Portugais doit être encouragée et leur séjour en France pérennisé tandis que les Algériens voient les dispositions du traité d’Évian concernant leur libre circulation restreintes à plusieurs occasions. Si les foyers et les cités de transit servent à maintenir à part les Algériens, le relogement des travailleurs portugais et de leur famille vise un autre objectif : on craint alors que cette population ne se détourne de la France au profit de la République fédérale d’Allemagne ou de la Suisse qui cherchent également à attirer cette main-d’œuvre. L’intervention dans le domaine du logement social s’articule ainsi avec une politique d’immigration qui, tout en privilégiant le « laisser-faire », favorise les étrangers provenant du continent européen. Les articles de presse sur les bidonvilles, et plus particulièrement sur celui de Champigny-sur-Marne, se multiplient en 1964 – alors que la loi Debré est en cours de discussion au Parlement –, car y vivent non pas des populations représentées comme autres (comme c’était le cas des Algériens) mais des Européens, perçus par beaucoup comme proches. Ces bidonvilles apparaissent alors comme insoutenables dans une France en pleine expansion économique et dont une large partie de la population accède à la consommation de masse et bénéficie de l’État-providence : l’usage des métaphores médicales (lèpre, plaie, cancer, gangrène, etc.) témoigne de la volonté de marquer l’opinion publique et du désir de combattre ces habitats.

6La loi Debré, votée en 1964, est censée résorber rapidement les bidonvilles et témoigne de l’intervention de l’Etat dans la lutte contre les taudis dans lesquels vivent majoritairement des étrangers. Cependant, la même année, Georges Pompidou impose que les Portugais ne soient pas soumis aux lois sur l’entrée et le séjour des étrangers. Le nombre d’immigrés portugais augmente considérablement et une grande partie d’entre eux sont contraints de s’installer dans des logements insalubres, leurs employeurs ne leur fournissant pas de logement décent – dont le nombre est encore largement insuffisant.

  • 5 Patrick Weil, La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos (...)
  • 6 Alexis Spire, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, (...)
  • 7 Sylvain Laurens, Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (196 (...)

7Marie-Claude Blanc-Chaléard articule son propos chronologique avec une analyse des politiques publiques, et de leurs acteurs, politiques dans lesquelles s’est inscrite la résorption des bidonvilles. Cette dernière se retrouve tiraillée entre la politique d’urbanisation, la politique sociale et la politique d’immigration, elle même travaillée par de nombreuses tensions, comme l’ont montré Patrick Weil5, Alexis Spire6 ou Sylvain Laurens7. L’auteure analyse comment l’évolution de ces politiques publiques – la construction et le financement des grands ensembles – se réfracte dans le processus de résorption. Elle ne fait pas de l’État un tout cohérent et montre notamment les conflits – mais aussi les collaborations – entre le pouvoir central, les préfectures, les départements (8 à partir de 1964), la Région (alors en formation) et les municipalités, dont plusieurs sont gouvernées par des élus communistes, confrontées à l’installation de bidonvilles. Les élus communistes critiquent le gouvernement gaulliste qui laisse, selon eux, l’immigration se développer anarchiquement au bénéfice des intérêts du patronat, et revendiquent leur solidarité avec les immigrés – dont certains quittent des dictatures comme les Portugais. Néanmoins, ils se montrent réticents à accepter le relogement, sur leur territoire, des habitants des bidonvilles et prétendent vouloir éviter la concentration d’immigrés. Comme l’indique l’auteure, le Parti communiste français s’attache surtout à obtenir le vote des classes populaires françaises et, dans cette perspective, l’appui des immigrés est peu rentable. Il s’agit essentiellement d’assurer le logement de potentiels électeurs et de réduire l’installation de ceux qui apparaissent comme une charge financière. Certains élus communistes utilisent dès lors la politique de résorption comme un levier pour obtenir le financement de logements sociaux sur leur commune, logements qu’ils prétendent réserver à leurs électeurs (ce que les étrangers ne sont pas).

  • 8 Colette Pétonnet, On est tous dans le brouillard, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques (...)
  • 9 Alfredo Margarido, « Elogio do bidonville », Latitudes, n° 5, 1999, p. 14-20.
  • 10 Voir, par exemple, Michel Agier (dir.), Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

8La lutte contre les bidonvilles est menée par les autorités qui prétendent les combattre mais elle est également investie par des militants catholiques progressistes et des groupes d’extrême gauche. Une représentation misérabiliste de ces logements et de leurs habitants prévaut : ces derniers sont présentés comme des victimes. Dans cette perspective, les résistances d’une partie de ces habitants face aux destructions des baraques et aux relogements ont beaucoup étonné les observateurs de l’époque. S’appuyant principalement sur les archives étatiques, qui expriment une « pensée d’État » prétendument rationnelle, l’auteure donne plus d’importance aux politiques de résorption et à leurs acteurs qu’aux résidents des bidonvilles. Elle mobilise toutefois les travaux critiques de l’ethnologue Colette Pétonnet et des éléments de l’enquête, réalisée sous l’égide de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, auprès d’anciens habitants du bidonville des Pâquerettes, à Nanterre. Si l’auteure se révèle attentive aux « habitants, [à] leur vie et leur parcours, (qui) demeurent la matière vivante de l’histoire sociale » (p. 20), l’exploration aurait pu être creusée davantage. Dans le prolongement des travaux de Pétonnet8, mais aussi de l’article provocateur d’Alfredo Margarido intitulé « Éloge du bidonville »9, il aurait été intéressant de mieux saisir les fonctions de ces formes d’habitation pour une population majoritairement rurale qui se retrouvait dans une société à la fois étrangère et urbaine. Si la riche iconographie de l’ouvrage restitue principalement le regard de la presse de l’époque, qui insiste sur la misère, sur la boue, sur le scandale constitué par ces poches de misères dans une France en pleine expansion économique, les photos prises par les migrants et par les photographes qui s’écartaient du sensationnalisme donnent une autre image de ces logements. Dans ces clichés, qui n’occultent pas la dureté de ces habitats, la vie surgit : les résidents des bidonvilles pouvaient cultiver un potager, trouver des produits permettant de préparer les plats auxquels ils étaient habitués, se faire couper les cheveux par des coiffeurs de leur nationalité, jouer le dimanche à des jeux traditionnels comme, pour les Portugais, la malha… Le bidonville permet une adaptation collective au sein d’une société dont peu comprennent les normes. Les analyses de Michel Agier sur les camps – lieux de confinement où les réfugiés ne sont pas dénués de capacité d’agir et d’autonomie et créent une certaine urbanité10 – pourraient permettre de mieux comprendre la subjectivité des étrangers qui vivaient dans les bidonvilles et de ne pas seulement les appréhender comme des victimes.

9Il n’en reste pas moins que l’ouvrage de Marie-Claude Blanc-Chaléard offre une analyse fine et approfondie des politiques de résorption des bidonvilles et nous permet de comprendre pourquoi, de nos jours, l’immigration est construite comme un problème urbain.

Haut de page

Notes

1 José Vieira, Souvenirs d’un futur radieux, Zeugma films, 2014, 78 minutes.

2 Ces deux lois, ainsi que leur circulaire d’application et d’autres textes réglementaires, sont reproduites en annexes.

3 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Économica, 2009 [1re édition américaine : 1981].

4 Bernard Lahire, L’invention de l’« illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates, Paris, La Découverte, 1999.

5 Patrick Weil, La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos jours, Paris, Gallimard, 2005.

6 Alexis Spire, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset, 2005.

7 Sylvain Laurens, Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981), Paris, Belin, 2009.

8 Colette Pétonnet, On est tous dans le brouillard, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2002.

9 Alfredo Margarido, « Elogio do bidonville », Latitudes, n° 5, 1999, p. 14-20.

10 Voir, par exemple, Michel Agier (dir.), Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Pereira, « Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21169

Haut de page

Rédacteur

Victor Pereira

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page