Navigation – Plan du site

Fabien Archambault, Stéphane Beaud et William Gasparini (dir.), Le football des nations

Igor Martinache
Le football des nations
Fabien Archambault, Stéphane Beaud, William Gasparini (dir.), Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Internationale », 2016, 272 p., préface de Gérard Noiriel, ISBN : 978-2-85944-961-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son acception la plus large, puisque l’Union des associations européennes de football (UEFA), (...)
  • 2 Benedict Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 2006 [1982]
  • 3 Voir notamment les deux parties de son ouvrage majeur Sur le procès de civilisation (1939) publiées (...)

1La ferveur qui a accompagné durant tout un mois le récent championnat d’Europe des nations de football masculin organisé en France suggère que l’Euro est bien plus populaire quand il renvoie au ballon rond plutôt qu’à la monnaie unique. La bannière bleue étoilée, comme tout autre signe d’appartenance communautaire, a été pour sa part largement éclipsée par une profusion jamais atteinte de drapeaux nationaux, accrochés aux fenêtres ou peints sur le visage de certains supporters. Enfin, la concomitance de cet « événement » semblant faire communier les populations de tout le continent1 avec le vote par les électeurs britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l’Union européenne - ledit « Brexit »- le 23 juin ne peut manquer d’interroger sur les liens entre le spectacle sportif et la construction d’un sentiment d’appartenance national. L’ouvrage codirigé par Fabien Archambault, Stéphane Beaud et William Gasparini arrive ainsi à point nommé pour apporter quelques éclairages sur cette relation faussement évidente. Comme le rappelle Gérard Noiriel dans sa préface, la figure tutélaire derrière la quinzaine de textes qui constituent la trame de cet ouvrage est moins Benedict Anderson et sa fameuse définition de la nation comme une « communauté imaginée »2 que Norbert Elias qui a proposé un pont entre l’essor du sport moderne et la construction stato-nationale à travers sa théorie du procès de civilisation3, même s’il a paradoxalement manqué la dimension indirecte de la configuration constituée par les joueurs et les publics distants qui impliquent de prendre en considération la mise en récit du jeu par les journalistes et autres commentateurs. La quinzaine de contributions réunies dans ce volume, en partie issues d’un séminaire intitulé « Le football et le fait national » et organisé en 2013-2014 par Stéphane Beaud et Julien Sorez à l’École des hautes études en sciences sociales, s’efforcent chacune d’éviter cet écueil en accordant au contraire une attention particulière aux diverses formes d’utilisation de ce spectacle footballistique par les acteurs médiatiques et politiques notamment.

  • 4 Celui-ci écrit ainsi dans son ouvrage classique : « Ce qui donna au sport une efficacité unique com (...)
  • 5 Sur cet épisode et en particulier les diverses réactions dans l’Hexagone que suscita l’éventualité (...)
  • 6 A l’instar de celle que l’on peut observer dans le champ politique. Sur ce processus, voir notammen (...)

2L’ouvrage se décompose en trois grandes parties : la première est consacrée aux rapports entre « football, nation et politique » et rassemble six études de cas permettant de dénaturaliser la fausse évidence que constituerait l’existence d’un lien univoque et mécanique entre nationalisme et attachement à l’équipe nationale de football. Comme le notait en revanche avec acuité l’historien Éric Hobsbawm, la tendance à considérer la sélection nationale comme une métonymie de la société nationale se retrouve dans la plupart des pays et des périodes4. Fabien Archambault revient dans sa contribution sur le cas italien en rappelant que le football y a occupé jusqu’aux années 1950 une place secondaire derrière le cyclisme en dépit des succès en compétitions internationales durant l’ère fasciste, et rappelle le rôle décisif du Vatican dans la promotion de ce sport et de la Squadra Azurra après la Seconde guerre mondiale. Victor Pereira propose pour sa part une escale au Portugal en montrant les rapports complexes de la Selecção avec la dictature de Salazar, entre outil de propagande et démenti en actes de sa propagande, qu’il s’agisse de la supposée grandeur retrouvée du pays ou de la colonisation. L’auteur souligne du reste en conclusion que l’histoire du onze lusitanien est de part en part marquée par un sentiment d’infériorité, reste donc à voir si la victoire de la Selecção lors de l’Euro 2016 va suffire à enrayer cette spirale de défaitisme collectif. On reste sur la péninsule ibérique avec la contribution de Juan Antonio Simón qui se penche sur le cas de l’Espagne et s’arrête notamment largement sur les tentatives d’instrumentalisation du football par le pouvoir franquiste. Faute alors de résultats probants de la part de la Roja, celui-ci va notamment essayer de s’approprier les succès des clubs dont certains vont paradoxalement s’ériger en bastions de la résistance à la dictature et de régionalisme, basques et catalans en tête. Lucie Hémeury s’intéresse quant à elle à l’Argentine où elle montre à son tour la manière dont se sont constitués plusieurs mythes dès les années 1920, à commencer par celui d’un « style » de jeu national particulier avant de revenir sur la Coupe du monde controversée de 1978 organisée par la junte militaire et remportée par l’équipe nationale5 puis de terminer sur la manière dont, au tournant des années 1990, la figure de Diego Maradona a éclipsé le reste de la sélection, incarnant une tendance à la personnalisation du football moderne6 en même temps que la surenchère néolibérale d’une société argentine alors présidée par le sulfureux Carlos Menem. A l’autre bout du globe comme du spectre politique, György Matjényi nous emmène pour sa part en Hongrie, dont la sélection nationale a occupé les sommets de la planète football durant la décennie 1950, en montrant comment les dirigeants communistes se sont employés à capitaliser – si l’on ose dire- sur ces succès, mais aussi comment la défaite impromptue en finale de la Coupe du monde 1954 a constitué un véritable tournant pour la société magyare dans son ensemble, prélude aux soulèvements de 1956. Un peu plus à l’Est, Manuel Veth se penche enfin sur la Sbornaya, la sélection soviétique victorieuse notamment de la première coupe d’Europe des nations en 1960, profitant notamment du boycott de la compétition par plusieurs fédérations nationales, pour des raisons de calendrier sportif ou politiques (anticommunisme du régime franquiste en ce qui concerne la Roja). L’auteur montre notamment de manière intéressante comment s’est opérée la transition vers le capitalisme dans le cas du football à travers différentes opérations de captage des actifs ainsi constitués durant l’ère socialiste, tant au niveau des clubs que de la sélection nationale, la fédération russe parvenant ainsi à s’imposer comme l’héritière légitime de la défunte sélection soviétique, non sans péripéties, comme l’improbable sélection de la CEI qui prit part à l’Euro 1992 au bénéfice de la qualification acquise par la Sbornaya avant la dissolution de l’URSS.

  • 7 Rappelons en effet que chacune des quatre nations composant le Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pay (...)
  • 8 Voir Howard Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].
  • 9 Voir notamment l’ouvrage tiré de sa thèse sur les supporters de l’Olympique de Marseille : Ludovic (...)

3La deuxième partie porte ensuite sur les « formes et logiques du soutien aux équipes nationales ». Richard Holt et Dilwyn Porter y analysent tout d’abord l’évolution de l’attitude envers la sélection anglaise7. Plus encore qu’ailleurs, dans la patrie du football, celle-ci a fait jusqu’à aujourd’hui l’objet d’un certain dédain de la part d’une population privilégiant les rencontres de clubs, sans que celui-ci ne soit pour autant linéaire, avec la victoire -à domicile- lors de la Coupe du monde 1966 ou le réveil à nouveau de ce « patriotisme doux » lors de l’Euro 1996 de nouveau organisé au pays de Shakespeare et Bobby Charlton. David Jamar et Guy Lebeer proposent quant à eux d’analyser l’équipe nationale de Belgique comme un « monde » au sens d’Howard Becker8 afin de saisir la manière dont la désaffection des deux dernières décennies a pu être renversée et ainsi recréé un nouvel engouement autour des Diables rouges après celui qui a accompagné la 4e place lors du Mondial 1986, mais sur des ressorts bien différents, avec notamment un sens indéniable du marketing et de la dérision démontré par certains membres de la fédération. Spécialiste du supportérisme à distance9, Ludovic Lestrelin propose enfin quelques réflexions sur les particularités de l’attachement aux équipes nationales, en pointant la complexité de son articulation avec celui qui est manifesté envers les clubs locaux, mais aussi vis-à-vis d’autres équipes nationales, dans le cas notamment – mais non exclusivement- de membres de familles ayant connu une migration internationale, et invite en cela à approfondir les investigations sur cette question peu explorée et pourtant non négligeable au vu de la multiplication des injonctions à choisir son « camp »…

  • 10 Voir entre autres Claudette Savonnet-Guyot, « Races et classes au Brésil. La démocratie raciale en (...)
  • 11 Sur ce sujet, voir Stéphane Beaud (avec Philippe Guimard), Traîtres à la nation ?, Paris, La Découv (...)

4La troisième et dernière partie s’intéresse enfin justement à la question du métissage au sein des sélections nationales. José Sérgio Leite Lopes et Arânio Garcia Jr s’attèlent au cas sans doute le plus paradigmatique en la matière : celui du Brésil. Dissipant à leur tour le mythe tenace de la « démocratie raciale »10 dans ce pays, ils rappellent notamment que dans les années 1920, les clubs très aristocratiques mirent en place un système de bulletins d’inscription à remplir avant chaque match afin d’exclure les joueurs défavorisés, Noirs et mulâtres au premier chef, déjà obligés de se grimer le visage avec de la poudre de riz pour pouvoir jouer. Dès la décennie suivante, les tenants du professionnalisme commencèrent cependant à s’imposer, permettant au passage une véritable ascension sociale par le sport pour les joueurs métisses les plus talentueux. Ce qui n’élimina pas cependant totalement la mise à l’écart de certains d’entre eux au sein de la sélection nationale, comme en firent l’expérience Pelé et Garrincha eux-mêmes au cours de la Coupe du monde 1958. Stéphane Beaud et Julien Sorez reviennent pour leur part sur les péripéties de l’équipe de France, de ses débuts pittoresques avec des moyens limités obligeant les dirigeants fédéraux à appeler des joueurs basés au Nord du pays pour rencontrer les équipes de pays septentrionaux -et réciproquement-, ou des obligations diplomatiques peu propices à la performance, comme ces réceptions officielles pantagruéliques à Budapest la veille d’une rencontre contre la sélection hongroise perdue sur le score de… 13 à 1 ! Les auteurs montrent aussi et surtout l’importance décisive des enfants d’immigrés dès les années 1950 dans la composition de l’équipe de France, et les soupçons non moins tenaces dont pouvaient faire l’objet Kopa et les autres – sans pour autant qu’on songe alors à leur reprocher de ne pas chanter la Marseillaise à pleins poumons. Ils s’attardent enfin sur l’exaltation temporaire de ce métissage au moment de la victoire à la Coupe du monde 1998 et le fort contraste manifesté par les journalistes et les commentateurs publics au moment de la « grève » de Knysna douze ans plus tard11 puis terminent sur une note qu’on espère prophétique à propos de la nouvelle génération des Bleus : « […] cette équipe de France de football 2014-2016 peut contribuer à donner à voir autrement cette nouvelle génération d’enfants d’immigrés (joueurs et supporters) toujours décrits à la seule aune (mortifère) des Youssouf Fofana ou Mohamed Merah, et à faire revivre – un moment - l’idée de fraternité dans une France plus que jamais clivés socialement, laminée par l’austérité budgétaire et livrée aux appétits du Front national » (p. 214). Pierre Weiss revient enfin sur sa part sur l’évolution de la composition de la Mannschaft allemande depuis les années 1950 et sa réintégration au cercle des nations footballistiques, trop souvent perçue comme un contre-exemple de métissage sans plus d’investigations. Il rappelle ainsi le rôle, certes minoritaire, des enfants de Polonais puis des Gastarbeiter, avant de souligner une forte diversification de la composition de la sélection championne du monde en titre au gré d’un assouplissement du droit de la nationalité et des règlements footballistiques depuis 2000. Enfin, le juriste Gérald Simon propose pour clore cette partie une analyse intéressante des implications du fait d’être appelé en sélection nationale, pointant après d’autres l’existence d’une nationalité sportive qui n’est pas toujours congruente avec l’état civil, mais aussi des conflits potentiels entre les employeurs des joueurs, les clubs, et les fédérations auprès desquels ils mettent ces salariés à disposition sans forcément en relever directement.

5En guise de conclusion, William Gasparini s’interroge sur la capacité du football à contribuer à la construction d’un sentiment d’appartenance européen qui semble aujourd’hui faire cruellement défaut. Il revient pour ce faire sur la construction précoce d’un football européen en marge des institutions officielles puis s’attarde sur sa judiciarisation croissante dans la période plus récente sous l’égide de ces dernières, Conseil de l’Europe puis Communauté européenne à la fin des années 1980 pour finalement noter la coexistence d’une Europe des nations et d’une Europe des clubs en matière de football, finalement à l’image de la construction européenne : une Europe d’Etats membres défendant leur autonomie et une Europe du marché ‘’libre et non faussé’’ promouvant la libre circulation des travailleurs, des capitaux, des biens et des services » (p. 255). Il n’en reste pas moins que pour un nombre sans doute non négligeable de citoyen-ne-s, l’Europe « vécue » est d’abord et presque exclusivement celle des compétitions organisées par l’UEFA. Ce qui incite à penser qu’il est plus que temps de « prendre le football au sérieux »12.

Haut de page

Notes

1 Dans son acception la plus large, puisque l’Union des associations européennes de football (UEFA), organisatrice de la compétition, regroupe 55 membres, soit près du double de l’Union européenne et inclut notamment la Russie, Israël ou la Turquie.

2 Benedict Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 2006 [1982]

3 Voir notamment les deux parties de son ouvrage majeur Sur le procès de civilisation (1939) publiées séparément en français : Norbert Elias, La civilisation des mœurs Paris, Pocket, 1973, et La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1975 ainsi que son ouvrage sur le sport co-écrit avec Eric Dunning : Sport et civilisation, Paris, Fayard, 1994 [1986].

4 Celui-ci écrit ainsi dans son ouvrage classique : « Ce qui donna au sport une efficacité unique comme moyen d’inculquer un sentiment national, du moins pour les hommes, c’est la facilité avec laquelle les individus les moins politisés et les moins insérés dans la sphère publique peuvent s’identifier à la nation symbolisée par des jeunes qui excellent dans un domaine où presque tous les hommes veulent réussir ou l’ont voulu à une époque de leur vie. La communauté imaginée de millions de gens semble plus réelle quand elle se trouve réduite à onze jours dont on connaît les noms » (Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992 [1983], p.143, cité p. 21).

5 Sur cet épisode et en particulier les diverses réactions dans l’Hexagone que suscita l’éventualité d’un boycott de la compétition, voir notamment Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! Le Mundial 1978 entre politisation et dépolitisation », Le Mouvement social, n°230, 2010, pp. 27-47, consultable à ce lien : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=LMS_230_0027

6 A l’instar de celle que l’on peut observer dans le champ politique. Sur ce processus, voir notamment Rémi Lefebvre, Les primaires socialistes, Paris, Raisons d’agir, 2011. Voir le compte rendu de Jacques Le Bohec : https://lectures.revues.org/6724.

7 Rappelons en effet que chacune des quatre nations composant le Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord) possède sa propre fédération reconnue par les instances internationales.

8 Voir Howard Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1982].

9 Voir notamment l’ouvrage tiré de sa thèse sur les supporters de l’Olympique de Marseille : Ludovic Lestrelin, L’autre public des matchs de football, Paris, éd.de l’EHESS, dont Olivier le Deuff a rendu compte sur ce site : https://lectures.revues.org/9473

10 Voir entre autres Claudette Savonnet-Guyot, « Races et classes au Brésil. La démocratie raciale en question », Revue française de science politique, vol.29, n°4-5, 1979, pp. 877-894.

11 Sur ce sujet, voir Stéphane Beaud (avec Philippe Guimard), Traîtres à la nation ?, Paris, La Découverte, 2011, dont Julien Bertrand a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/5718

12 Voir Stéphane Beaud, « De la difficulté de prendre le football au sérieux », L'Obs, 11 juin 2014 [en ligne] et le dossier dirigé par le même sociologue « Prendre le football au sérieux », Savoir/Agir n°30, 2014/1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Fabien Archambault, Stéphane Beaud et William Gasparini (dir.), Le football des nations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21195

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page