Navigation – Plan du site

Olivier Forcade, La censure en France pendant la Grande guerre

Agnès Graceffa
La censure en France pendant la Grande guerre
Olivier Forcade, La censure en France pendant la Grande guerre, Paris, Fayard, coll. « Histoire », 2016, 474 p., ISBN : 978-2-213-69368-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Travaux de Joseph Barthélémy, Paul Duez, Léon Duguit, Adhémar Esmein et Maurice Hauriou, cités p. 2 (...)

1« La guerre est un choc mental » (p. 14). Ainsi Olivier Forcade explique-t-il la mise en place en France, durant la Grande Guerre, d’un système complexe de contrôle de l’information. Son ouvrage nous plonge à l’intérieur même du processus de censure, en précisant à la fois sa structuration et son évolution, son fonctionnement, ses acteurs, ses consignes. Ses principaux champs d’action furent la vie politique (des gouvernements aux partis), la presse au sens large, y compris agences et périodiques, l’édition bien sûr, mais aussi le spectacle vivant (théâtre, revues, chanson). L’approche systématique ici proposée permet de renouveler en profondeur notre connaissance d’un thème complexe qui a, dès l’entrée en guerre, suscité la controverse : en témoignent d’abord les débats qui accompagnent la mise en place de la censure, ensuite sa dénonciation dans la presse et la littérature, illustrée ici par de nombreux extraits ou citations, enfin la publication dès 1915 de travaux de juristes, spécialistes de droit constitutionnel et de droit public, sur le sujet1.

  • 2 La censure des écrits de Romain Rolland est « particulière, imparfaitement significative de la cens (...)

2L’instauration de la censure place les contemporains devant un dilemme. Le contrôle qu’elle met en place restreint l’exercice des libertés publiques, notamment celle de la presse, qui se trouve au cœur du pacte républicain. Il contrevient au processus historique de démocratisation de la société initié par la Révolution française et dont la République devait garantir les acquis. La censure apparaît néanmoins indispensable pour le gouvernement en regard de l’expérience désastreuse de septembre 1870, quand les plans de concentration de l’armée française avaient été dévoilés par la presse à l’opinion, et du même coup aux Allemands. Il faut empêcher la diffusion des données militaires stratégiques et protéger le moral de l’arrière comme des combattants. Entre impératif patriotique et liberté républicaine, un hiatus s’instaure, que politiciens, journalistes et écrivains doivent relever. Contrairement à la position hautement marginale d’un Romain Rolland2, la plupart des auteurs tentent d’en assumer le paradoxe. Si certains justifient expressément la censure, tel un Charles Maurras (p. 318), la majorité des hommes de plume adoptent une position plus paradoxale, un double comportement : d’une part l’exercice de l’autocensure selon « une discipline patriotique largement assumée » mais qui affecte, dans le cas des écrivains, le processus même de création ; et de l’autre le maintien d’une dénonciation de la censure qui s’exprime, par exemple, par le blanchiment des passages incriminés, dont les encarts blafards signalent au lecteur le passage d’Anastasie, ou par la multiplicité des stratégies de contournement inventées pour publier quand même (p. 301 et s.). La censure provoque ainsi chez les intellectuels au sens large une forme de schizophrénie mentale dont de nombreux positionnements témoignent : la participation de plusieurs d’entre eux au bureau de la censure, telle celle d’Apollinaire, ou le difficile positionnement d’un Clémenceau, pourfendeur de la censure puis acceptant sa charge avec celle de l’exercice du pouvoir.

3La suspension de son journal L’Homme libre, le 29 septembre 1914 (rappelée au chapitre 2), symbolise d’ailleurs le passage d’une censure auparavant essentiellement militaire et diplomatique à une autre, d’essence politique, et face à elle au développement de la résistance parlementaire. Dès le 4 aout 1914, deux lois avaient instauré le contrôle préventif de l’information. À partir d’octobre 1914, celui-ci devient social et moral, et impose, en lien avec la propagande, une surveillance de l’opinion publique qui se maintient jusqu’à la levée de l’état de siège en octobre 1919.

4La censure relève, selon l’analyse Olivier Forcade, de trois types d’organismes publics : premièrement ceux qui exercent la censure stricto-sensu (d’une part le bureau de la presse, qui possède une compétence nationale, et de l’autre les censeurs de la préfecture de Police de Paris), deuxièmement les organismes civils ou militaires de propagande (parmi lesquels le Grand Quartier Général et la Maison de la presse au Quai d’Orsay), troisièmement le contrôle postal, mis en place fin 1915 pour surveiller la correspondance des combattants. C’est sur le premier organisme que se focalise l’ouvrage à travers l’approche quantitative et qualitative de son activité (1100 consignes enregistrées dans des registres conservés à la BDIC) et de son personnel (400 censeurs). Quant aux thèmes censurés, on retient notamment les échecs militaires, l’ampleur des pertes humaines, les grèves de 1917 et 1918, les mutineries de 1917, les condamnations de soldats par les conseils de guerre, et de manière plus générale, le pacifisme et la diffusion d’images positives de l’Allemagne ou négatives de la France, mais aussi, de manière moins attendue, la question des atrocités allemandes (p. 296). Moins qu’une suppression totale de l’information, la censure opère une dénaturation de celle-ci : « il n’y a rien que les Français n’aient su, mais d’une information différée, fractionnée, métamorphosée par le jeu des propagandes des belligérants » (p. 355).

5Parallèlement à l’étude de la censure parlementaire, politique et journalistique, passionnante mais attendue, les cas de la chanson et du spectacle vivant retiennent l’attention du lecteur : le but avéré de ce contrôle demeure le maintien de la morale et des bonnes mœurs (notamment à partir de la réouverture des salles de spectacle de la capitale, fin 1914). À cela se mêle l’exercice de la propagande, y compris extérieure (« ne pas donner une opinion défavorable de la France », selon un rapport du Cabinet du Préfet de police de 1915, cité p. 328). Cette dimension se confirme avec la création d’un service de propagande artistique le 8 avril 1916 : 18 % des 25 000 chansons soumises à cette censure sont modifiées ou refusées, et parmi celles-ci, 75 % sont grivoises. Une petite minorité (200), interdites parce qu’elles promeuvent la lutte sociale, relèvent de la censure strictement politique. Le contrôle s’avère en tous cas beaucoup moins coercitif qu’en matière de livres, pour lesquels la proportion des ouvrages censurés ou interdits s’élève progressivement à 30 % puis 50 % à partir de décembre 1915 (p. 289). Ceux-ci traitent majoritairement de la société française en tant de guerre, et il est significatif qu’une fois l’armistice signée, le taux de censure ici recule à 10 %, alors que le contrôle de la presse maintient son activité jusqu’en 1919.

6Pour Olivier Forcade, la censure durant la Grande Guerre marque un tournant dans les tentatives de contrôle et d’encadrement des opinions publiques. De par son essence, plus politique que sociale, elle ne s’inscrit pas dans l’héritage de la censure académique, morale et politique antérieure, dont l’objet demeurait le contrôle social. Provoquant une rupture au sein de la tradition républicaine, elle offre un préalable dont les pratiques inspireront le gouvernement de Vichy.

Haut de page

Notes

1 Travaux de Joseph Barthélémy, Paul Duez, Léon Duguit, Adhémar Esmein et Maurice Hauriou, cités p. 22.

2 La censure des écrits de Romain Rolland est « particulière, imparfaitement significative de la censure du livre en France en 1914-1918 », souligne Olivier Forcade (p. 324).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Graceffa, « Olivier Forcade, La censure en France pendant la Grande guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21206

Haut de page

Rédacteur

Agnès Graceffa

Docteur en histoire et collaboratrice scientifique au Sociamm (ULB), Agnès Graceffa est spécialiste d’histoire culturelle et intellectuelle. Ses recherches s’attachent principalement à l’étude des historiens médiévistes des XIXe et XXe siècles dans un cadre européen, à travers une triple perspective historiographique, biographique et institutionnelle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page