Skip to navigation – Site map

Denis Chartier, Estienne Rodary (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique.

Yves Petit-Berghem
Manifeste pour une géographie environnementale
Denis Chartier, Estienne Rodary (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique, Paris, Les Presses de Sciences Po, series: « Développement durable », 2016, 439 p., ISBN : 9782724618402.
Top of page

Full text

1L’ouvrage coordonné par Denis Chartier et Estienne Rodary fait suite à un colloque international qui s’est tenu en 2012 à Orléans. Organisé en trois parties (Premières charges – Histoire des occasions manquées – Mises en dialogues actuelles), il développe une réflexion épistémologique ambitieuse sans instrumentation politique. Le texte prend appui sur l’histoire de la géographie et étudie ses relations aux autres disciplines et au monde politique, dans un contexte où la question proprement politique que pose l’environnement à notre rapport au monde n’est pas encore consolidée de manière satisfaisante. Le constat est clair : la géographie française est apolitique au sens où elle n’a pas cherché à examiner les ramifications socio-politiques des processus environnementaux en mettant en avant les systèmes d’organisation sociale qui les sous-tendent. La pertinence scientifique à aborder les problématiques portées par le vaste champ de l’écologie politique n’a pas été retenue. Cette frilosité tranche avec la Political Ecology institutionnalisée dans le corps académique, notamment aux États-Unis dans les départements de géographie.

2La première partie du livre (pp. 57 à 100) rappelle la nécessité devant les crises environnementales qui se succèdent de dépasser les pratiques individualisées des chercheurs pour redéfinir la place et les objectifs d’une géographie ouverte aux analyses environnementales croisées et capable d’expliquer différentes dégradations et détériorations de l’environnement dans des contextes spécifiques en soulignant les facteurs sociaux et politico-économiques multiscalaires.

3La critique de l’ouvrage collectif édité par Sylvie Brunet et Jean-Robert Pitte (2010), « Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête » constitue le fil rouge de cette partie consacrée aux limites d’une géographie anti écologiste méconnaissant les travaux de Darwin et portée d’antimalthusianisme. Christophe Grenier redéfinit la question des limites en revisitant les théories conservationnistes et propose de cultiver une géodiversité en inventant de nouveaux territoires, qui permettraient l’adaptation optimale des populations à l’environnement terrestre dans sa diversité. Celle-ci doit être conservée, en gardant une vision optimiste face au spectre de l’écolo-scepticisme qui hante la pensée politique française. Pour Baptiste Hautdidier, la géographie française n’a pas su capter tous les ressorts de la relation entre les sociétés et la nature en omettant dès la constitution de la discipline des travaux fondateurs, et surtout, en écartant les perspectives géographiques et anthropologiques de la Political Ecology dans la tradition anglo-saxonne depuis les années 1970. Le possibilisme affiché en réaction à des déterminismes biophysiques issus de disciplines concurrentes ne suffit pas à une géographie de l’environnement, qui a encore de la peine à s’arrimer aux interrelations entre pouvoirs, spatialités, et dynamiques écologiques.

4Certes, cette « nouvelle » géographie réintroduit la question environnementale en l’inscrivant dans un cadre territorial et examine de manière critique la place de l’expertise et de la décision dans la construction d’une action politique territorialisée. Mais cette approche n’est pas exempte de critiques car les faits politiques présidant aujourd’hui les questions environnementales et le débat public ne sont pas analysés en tant que tels : le champ de l’action qui porte sur la relation entre le discours scientifique et le réel n’est pas vu sous l’angle des contraintes et des opportunités, et l’analyse pèche par une vision trop simpliste des configurations sociales.

5La seconde partie, divisée en sept chapitres (pp. 101-256), expose les rendez-vous manqués entre l’écologie et la géographie et les difficultés d’une mise en dialogue avec les sciences sociales et les sociétés. Philippe Pelletier revient sur les fondements naturalistes de la géographie et sur les divisions internes qui jalonnent l’histoire des sciences. Alors que Paul Vidal de la Blache assimile l’environnement au terme de milieu inventé par les positivistes de la révolution darwinienne, Elisée Reclus prône une mésologie non restrictive en l’adaptant à la nature humaine et préfère le concept de géographie sociale qu’il invente sur des bases à la fois scientifiques et idéologico-politiques. Patrick Matagne expose quelques tentatives de « passeurs » français pour « écologiser » une géographie, qui est encore à la recherche de sa propre identité. Les problématiques biogéographiques développées autour de la Raubwirtschaft depuis le début du XIXe siècle n’ont pas réussi à fédérer des approches communes et l’espoir suscité par l’écologie du paysage peine à renforcer les liens entre « nature » et « société », alors que les interconnexions sont fortes dans l’aménagement des infrastructures et l’organisation des territoires aux différentes échelles. Les géographies actuelles de l’animal (Farid Benhammou) invitent à repenser ces liens en utilisant pleinement les thèmes du territoire, de l’acteur et de l’identité, et en repensant la relation à l’environnement, qui ne peut se résumer à une vision prométhéenne antinature. De même, Pierre-Olivier Garcia et Jérémy Grangé évoquent les occasions manquées d’une écologie politique de la limite et proposent de réhabiliter deux géographes – Jean Brunhes et William Burge –, dont les travaux précurseurs consacrés aux limites des sociétés dans leurs rapports aux milieux, devraient enrichir les racines historiques d’une écologie politique en construction. Celle-ci doit s’attacher à déconstruire les discours catastrophiques sur les crises environnementales (Aziz Ballouche) en soulignant la dimension imbriquée des dynamiques écologiques, économiques et politiques. Le paysage en est souvent la traduction et son analyse historique minutieuse, comme le préconisait Carl Sauer avec l’école de Berkeley, constitue une voie d’accès pour sortir des démarches trop anthropo- ou biocentrées (Jean-Marc Zaninetti et Kent Mathewson) encore présentes dans les schémas de pensée convoqués aujourd’hui. Selon Christian A. Kull et Simon P.-J. Batterbury, les travaux anglophones portant sur les relations entre les changements environnementaux et les dynamiques sociales qui les impulsent ont été historiquement exclus de l’école française de géographie alors qu’ils constituent un « pilier » dans la construction d’une Political ecology hybridant au début des années 1980 les paradigmes de l’écologie culturelle et de l’écologie humaine.

6La dernière partie de l’ouvrage (pp. 257-419) est moins consacrée aux tensions épistémologiques entre les champs disciplinaires. Des tentatives de mises en dialogues sont faites entre les chercheurs anglophones de la Radical Political Ecology et les géographes français autour de la problématique de l’accès inégal à l’eau (David Blanchon). Les modes de gouvernances trop souvent réduits à un processus décisionnel d’experts interrogent les conditions de production des savoirs et les rapports entre savoirs et pouvoir, comme le montre Pierre Gautreau avec l’utilisation d’Internet, ou encore Frédérique Blot autour de la question de la pollution médicamenteuse. Frédéric Alexandre et Alain Génin reviennent sur l’évolution de la biogéographie passée de la marginalisation à une science qui diversifie ses engagements et ses problématiques de recherche. Elle participe aujourd’hui à la construction d’une science environnementale globale, systémique, en dialogue et en interaction avec d’autres disciplines. Mais peut-elle pour autant dépasser le cadre d’une approche territoriale s’interrogeant sur l’instrumentation de la nature et la place de celle-ci dans les milieux géographiques ? Sébastien Caillault propose d’en finir avec l’hégémonie des descriptions biophysiques qui orientent les recherches en dehors des débats sociopolitiques, et plaide pour une prise en compte des échelles d’intervention des acteurs, afin de laisser plus de place aux lieux et aux communautés humaines dans leurs différences et leurs interactions. Emmanuelle Gautier et Pierre Pech reviennent sur la question de la sectorisation de la géographie qu’avait déjà pointée Georges Bertrand dans les années 1970. Les notions d’anthroposystèmes et de systèmes socio-écologiques permettent des approches croisées, intégrées et ouvrent des pistes intéressantes pour mener des recherches associant les processus écologiques et les questionnements politiques. C’est finalement dans la dimension politique des savoirs écologiques que pourront se développer des recherches expertisant des territoires confrontés à la catastrophe, à l’incertitude et au spectre d’une « démodernisation forcée » (Olivier Soubeyran).

7Bref, cet ouvrage collectif s’apparente à un plaidoyer écrit par des géographes, majoritairement français, et rassemble toute une série de réflexions qui ont pour ambition de construire les bases communes d’un rapprochement entre l’écologie, la politique et la géographie.

8En proposant un repositionnement théorique, les deux coordinateurs jettent les premiers jalons d’une géographie environnementale, seul moyen pour la discipline de renouveler son appareillage conceptuel de façon collective et d’embrasser les questions écologiques sous un angle véritablement politique. Cette géographie environnementale postdéterministe envisageant l’environnement sous l’angle de l’action et d’un monde « rugueux » réarticule les sphères sociales et naturelles dans une Anthropocène laissant place aux intuitions, aux émotions, et aux incertitudes d’une pensée complexe bousculant les cadres d’une discipline académique ignorant l’irruption de Gaïa. En définitive, une géographie cosmopolitique envisageant la question de l’environnement non comme une ressource ou un objet matériel, mais comme un problème d’ordre politique convoquant la science à déconstruire ses grands récits et à dialoguer avec le citoyen dans un cadre d’analyse où la géographie entre en dialogue avec les sciences sociales et les sociétés, tout en étant réflexive sur l’entrée des sciences en politique.

9Si l’ouvrage est bien un manifeste s’adressant en premier aux géographes français, on pourra regretter que la Political Ecology développée dans la tradition anglophone depuis le milieu des années 1980 ne soit pas analysée dans ses racines intellectuelles, ses thèmes et courants, et ses applications récentes, en particulier dans la géographie urbaine et dans l’écologie urbaine. L’Urban political Ecology constitue à ce titre une branche prometteuse alimentant beaucoup d’études discutant des inégalités sociales par rapport à l’accès aux ressources environnementales en ville et aux aménités urbaines, tous en les mettant en relation avec les théories du capitalisme et de la globalisation néolibérale.

Top of page

References

Electronic reference

Yves Petit-Berghem, « Denis Chartier, Estienne Rodary (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique. », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 16 August 2016, connection on 25 May 2017. URL : http://lectures.revues.org/21208

Top of page

About the author

Yves Petit-Berghem

Géographe de formation, Yves Petit-Berghem a exercé plus de 20 ans dans plusieurs universités françaises (Lille, Arras, Caen) avant d’être recruté Professeur en septembre 2014 à l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles. Il participe à la formation conduisant au Diplôme d’État de Paysagiste et enseigne également dans plusieurs institutions (Universités, AgroParisTech, Sciences Po).

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page