Navigation – Plan du site

Hélène Combes, Gabriel Vommaro, Sociologie du clientélisme

Elieth Eyebiyi
Sociologie du clientélisme
Hélène Combes, Gabriel Vommaro, Sociologie du clientélisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015, 128 p., ISBN : 9782707187994.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Thompson, E. P., «The moral economy of the English crowd in the eighteenth century», Customs i (...)

1Dans ce numéro de la collection Repères, les auteurs, Hélène Combes et Gabriel Vommaro soumettent le long de 127 pages et durant sept chapitres la notion de clientélisme à l’épreuve critique des sciences sociales, notamment de la sociologie, de l’anthropologie sociale et de la science politique. Ils retracent d’abord l’histoire du concept et analysent les principales modalités de son étude dans la littérature scientifique avant de proposer quelques pistes méthodologiques et analytiques en se servant du désormais classique, voire incontournable, cadre d’analyse de l’économie morale1 développé par E. P. Thompson. Synthétique tout en se voulant ouvert, l’opuscule développe à l’aide d’une démarche comparative les principaux ressorts du clientélisme et ses manifestations sur différents continents. Autant la littérature scientifique que des films sont mobilisés pour décrire finement certains cas illustratifs et les mettre en débat. Le point de départ du livre est un reportage sur « Puteaux la ville où il fait bon vivre » à travers une documentation de pratiques clientélistes mettant en scène un personnel local engagé dans un travail de proximité pour fidéliser les électeurs et déterminer leurs votes en mettant en circulation des ressources publiques, en excluant les opposants et en s’appuyant sur les médias, notamment la télévision.

  • 2 Médard, J.-F., « Le rapport de clientèle : du phénomène social à l'analyse politique», Revue frança (...)

2À partir du travail politique, les auteurs conçoivent le rapport de clientèle dans l’acception de Jean-François Médard comme « un rapport de dépendance personnelle non liée à la parenté, qui repose sur un échange réciproque de faveurs entre deux personnes, le patron et le client, qui contrôlent des ressources inégales »2. Si cette définition a de nos jours connu plusieurs inflexions, il n’en demeure pas moins que la question du clientélisme reste prégnante. Aussi l’ouvrage s’attache à mener à la fois une sociologie du clientélisme et une sociologie de la sociologie du clientélisme. Cette articulation se révèle par ailleurs très utile pour le lecteur tout autant qu’elle permet de questionner autrement les pratiques clientélistes en les réinscrivant dans leurs contextes respectifs, dans les pratiques sociales correspondantes. Ainsi apprend-on comment le concept de clientélisme a circulé entre discipline et entre aires géographiques, mais aussi les réappropriations dont il a fait l’objet. Comprendre le clientélisme amène assez rapidement à interroger des notions comme le patronage et la marchandisation du vote, pour ne citer que celles là. Les auteurs rendent compte de ces différentes théorisations en les illustrant à chaque fois pour faciliter la compréhension.

3Le comparatisme « par le bas » adopté en mode de comparaison permet par ailleurs à l’ouvrage de restituer justement ces pratiques sociales et de leur donner une teneur réellement instructive tant pour les spécialistes que les non spécialistes. Par exemple, les auteurs montrent avec l’analyse de Pitt-Rivers que le clientélisme ne se réduit pas à un système d’échanges de dons et de contre dons, mais qu’il répond à des codes et symboles assez normés qui permettent de le structurer (p. 14).

  • 3 Mattina, C., « Mutations des ressources clientélaires et construction des notabilités politiques à (...)
  • 4 Lire notamment Bierschent T., Chauveau J.-P. et Olivier de Sardan (dir), Courtiers en développement (...)
  • 5 Vannetzel, M., «La clandestinité ouverte», Paris, Thèse Sciences Po, 2012, p. 335.

4En organisant leur analyse, les auteurs reviennent sur la figure centrale de l’intermédiaire, le broker, qui détient la base territoriale pendant que le boss se situe à la tête de la pyramide. Sa survie dans le système est liée à sa capacité à « s’assurer une carrière dans un parti et la maîtrise, à l’intérieur des collectivités locales, des leviers de la redistribution des biens publics »3 (p. 38). Ceci n’est pas sans rappeler les travaux de Thomas Bierschenk, Olivier de Sardan et d’autres sur les courtiers du développement4, et les auteurs en font d’ailleurs mention. L’illustration égyptienne montre que dans ce pays, l’action sociale est une finalité de l’accession au pouvoir, selon Vannetzel (2012) mettant en lumière le désintéressement dans le cadre d’un répertoire religieux de justification. Et Vannetzel d’ajouter que « l’effacement des intérêts privés derrière la probité passe également par l’effacement du soi individuel au travers de la mise en valeur du collectif et de intérêt général »5 (p. 37). Si la figure de l’intermédiaire est assez examinée dans la littérature, l’intérêt pour le client l’a été plus tard. Pour cause, les premiers travaux sur les machines politiques ont longtemps sous estimé la dimension rationnelle de l’acteur, du client, en postulant sa réaction comme étant mécaniste. Or, ceux ci ne font pas que subir les effets d’une relation de domination engagée par un big man et orchestrée sur le terrain par différents brokers : bien souvent ils peuvent être partie prenante et donc coproducteur de la relation clientélaire. Les visages du clientélisme sont ainsi multiples et multiformes et s’inscrivent dans des rationalités variées qu’il s’agisse des exemples fournis en Irlande, en Italie, en France, au Bénin, en Indonésie, au Japon ou encore en Amérique latine notamment avec l’Argentine et le Mexique.

5De plus, les auteurs montrent comment les relations clientélaires peuvent affecter les programmes de développement tout autant qu’ils peuvent s’inscrire dans l’histoire politique et les transformations du champ compétitif dans différents pays. Alors que la question du clientélisme se constitue tardivement au Mexique où il est devenu une clé de lecture du jeu politique, en Argentine où il apparait dès 1916, il affecte peu le débat public sur la transparence du processus électoral, restant plutôt un enjeu central de la manipulation des petits fonctionnaires (p. 82).

  • 6 Banégas, R., La démocratie à pas de Caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, (...)

6L’autre point fort de cet ouvrage est de ramener la lumière sur le client, acteur central dans toute relation de cette nature, mais qui ne fait l’objet de l’intérêt scientifique que seulement depuis les années 2000. Et ceci notamment avec les travaux comme ceux de Banégas qui montre que dans l’économie morale du politique, en particulier du vote, l’argent peut acquérir le statut l’incluant dans un continuum de réparation morale : « les électeurs reprennent une partie des richesses accumulées par les hommes politiques »6 (p. 41) En questionnant à la fois les travaux sur les machines politiques mais aussi les institutions politiques et les représentations des acteurs, les auteurs synthétisent la réflexion sur les relations à géométrie variable qu’entretiennent patrons et clients.

  • 7 Voir Petric, B (dir.), La Fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations (...)

7Or, le renouvellement de l’intérêt pour le clientélisme autant pour les politiquer que pour le public tient à la « constitution d’un espace international de la gouvernance et à la circulation des normes en son sein » (p. 85), comme le montre également Petric dans la fabrique de la démocratie7. Ainsi, constate-t-on qu’une multitude de dispositifs structurels et institutionnels publics et privés participent d’une vaste entreprise d’exportation de la démocratie libérale occidentale sur la base de logiques et de processus particuliers, tout en mobilisant le discours sur la transparence, la lutte contre la pauvreté et l’empowerment pour se légitimer suffisamment. En devenant enjeu des logiques d’experts, la lutte contre la corruption qui nait, en considérant les rapports de clientèle comme des sous-espèces de « pratiques corrompues’ » (p. 91) va favoriser l’entrée sur le marché d’entrepreneurs de morale intéressé par le contrôle et la transparence de l’action publique. Au cœur de ces dynamiques figurent notamment Transparency International, ainsi que d’autres ONG, et les auteurs ne manquent pas de le souligner.

  • 8 Olivier de Sardan, J.-P, «L'économie morale de corruption en Afrique», Politique africaine, n°63, 1 (...)

8Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, Hélène Combes et Gabriel Vommaro rappellent fort à propos comment la notion d’« économie morale » développée par E. P. Thompson reste utile pour comprendre comment s’organisent les principes de perception de d’appréciation émiques des relations clientélaires. Si E. P. Thompson voulait saisir les formes non marchandes de la vie économique rurale, en utilisant cette notion, celle-ci a servi plus récemment à Jean-Pierre Olivier de Sardan8 et divers chercheurs africanistes à examiner les phénomènes classifiés comme relevant de la corruption par le discours internationale alors même qu’ils recouvraient un kaléidoscope très fourni de pratiques parfois difficiles à classer et donc catégoriser. Pour les auteurs du présent ouvrage, l’économie morale peut permettre d’appréhender « l’ordonnancement des échanges entre des dirigeants politiques locaux, des militants et des voisins de quartier, dans une configuration politique où les rapports personnalisés façonnent les manières dont le politique se déroule » (p. 99).

9Les quinze encadrés qui parsèment l’ouvrage sont autant de cas illustratifs de principales tendances analytiques mais aussi factuelles sur le clientélisme. Ils éclairent avec des exemples tirés du cru les mécanismes mais aussi les conceptions associés aux multiples manifestations du clientélisme tout en éclairant le statut différencié qui peut être celui des actes y afférents.

10En définitive, Hélène Combes et Gabriel Vommaro offrent dans ce numéro de Repères, une intéressante synthèse des études sur le clientélisme. Si leur exposé des approches méthodologiques en situation d’interaction est loin d’être exhaustif, il a le mérite toutefois de fournir des clés au chercheur. Aussi rappellent-ils qu’il est nécessaire de tenir compte des configurations politiques, sociales et morales pour situer la parole mais aussi les pratiques des politiques, tout comme il est nécessaire de ne pas occulter le jugement des dominés. Les termes des échanges entre dominants et dominés ne peuvent donc être compris exclusivement par la parole des uns ou des autres mais bien par le croisement de ces différents éléments. L’ouvrage s’achève en ouvrant des pistes méthodologiques pour analyser les différents liens permettant de comprendre en l’occurrence les manifestations du clientélisme.

Haut de page

Notes

1 Voir Thompson, E. P., «The moral economy of the English crowd in the eighteenth century», Customs in Common, Londres, The Merlin Press, 1993 a [1971].

2 Médard, J.-F., « Le rapport de clientèle : du phénomène social à l'analyse politique», Revue française de science politique, vol. 26, n°1, 1976, p.103.

3 Mattina, C., « Mutations des ressources clientélaires et construction des notabilités politiques à Marseille (1970-1990) », Politix, n°67, 2004.

4 Lire notamment Bierschent T., Chauveau J.-P. et Olivier de Sardan (dir), Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Mayence, APAD, Institut fûr Ethnologie, J. Gutemberg Universität/Paris, Karthala, 2000.

5 Vannetzel, M., «La clandestinité ouverte», Paris, Thèse Sciences Po, 2012, p. 335.

6 Banégas, R., La démocratie à pas de Caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

7 Voir Petric, B (dir.), La Fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action, Marseille, Editions de la MSH, 2012.

8 Olivier de Sardan, J.-P, «L'économie morale de corruption en Afrique», Politique africaine, n°63, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth Eyebiyi, « Hélène Combes, Gabriel Vommaro, Sociologie du clientélisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21211

Haut de page

Rédacteur

Elieth Eyebiyi

Docteur en sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin), chercheur au Transpol (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page